background preloader

Artémis

Artémis
Artémis (Gr. 'Aρτεμις; Lat. Artemis) était une des grandes divinités du panthéon grec, qui sera identifiée plus tard à Diane des Romains. Fille de Zeus et de Léto, elle était la sœur jumelle d'Apollon et souvent associé à ses exploits. Elle fait partie des douze Olympiens. En réalité, il y eut sous ce nom plusieurs divinités très différentes: l'Artémis hellénique, déesse lunaire, est bien différente de l'Artémis sanguinaire de Tauride Diane de Versailles ©Musée du Louvre Belle et grande jeune femme aux boucles d'or (Hippolyte, Euripide, 73 sqq.) qui dépassait d'une tête toutes ses suivantes, Artémis se plaisait dans les champs, dans les bois et près des sources ; elle aimait la chasse, et poursuivait les bêtes fauves. C'est la déesse des femmes, surtout des jeunes filles vierges. Ses attributs sont l'arc d'or, les flèches, le carquois ou encore la torche (statues du Vatican) et le croissant de lune qui ornait son front. Diane VOUET en 1637 © Hampton Court Related:  DéessesDieux Grecs - A Classer

Déméter Cérès (1660) Giovanni Francesco Romanelli (CP) Déméter (Δημητηρ) dont le nom, sans doute une altération d'un mot grec qui signifie de "Terre-mère", était la déesse de l'agriculture et des moissons. Elle représentait la terre cultivée et féconde contrairement aux autres déesses comme Gaia ou Rhéa qui personnifiait la terre en tant que matière. Elle était la fille de Cronos et Rhéa. Elle fut assimilée par les romains sous le nom de Cérès qui était une divinité latine très ancienne associée aux moissons. La base de l'économie grecque reposait principalement sur la culture des céréales (orge et blé) c'est pourquoi elle était particulièrement vénérée en assurant l'abondance et l'épanouissement des cités. La truie, le bélier, la grue et la tourterelle ainsi que la couronne d'épis de blé, le flambeau, et la gerbe de blé sont ses emblèmes. Cérès de Jean-Antoine Watteau (CP) Sa beauté sévère attira toutefois quelques prétendants à qui elle tenta de résister. Cérès et sans doute Ploutos

Diane (mythologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Diane. Le nom de Diane est une forme adjective issue d'un ancien *divius, correspondant au latin 'divus', 'dius', comme dans Dius Fidius, Dea Dia et au neutre à dium signifiant le ciel[1]. Avec ce nombreux cortège, elle se livre à la chasse, son occupation. Quand Apollon (le Soleil) disparaît à l'horizon, Diane (la Lune) resplendit dans les Cieux et répand discrètement sa lumière dans les profondeurs mystérieuses de la Nuit. Les forêts, les clairières et les sources. La Diane de Gabies revêtant un diplax suite à une offrande. Diane est une jeune déesse commune à toutes les tribus latines. La position géographique du sanctuaire de Diane au cœur des Monts Albains, berceau ethnique des Latins témoigne de l'ancienneté de son culte[3]. À Rome, un sanctuaire de Diane existait sur la colline de l'Aventin. Il y avait aussi des temples de Diane à : Artémis d'Éphèse

Apollon © Olympia Museum Apollon, (Gr. Απολλων; Lat. Apollo) l'une des principales divinités de la mythologie grecque était le dieu de la Lumière, des Arts et de la Divination. L'étymologie du nom d'Apollon demeure incertaine. D'ailleurs les anciens eux-mêmes connaissaient plusieurs Apollon. Fonctions Ses fonctions sont très variées. Apollon citharède En référence à ces multiples fonctions, nombreux sont ses surnoms ou ses épiclèses: • Alexicacos (le secourable); • Argurotoxos (à l'arc d'argent); • Chrysolyres, (à la lyre d'or); • Citharède (joueur de cithare); • Delphinios (le daupin); • Eulalon • Hékatébolos (qui frappe de loin); • Iatromantis (le médecin devin); • Lychios (blanc, brillant) • Musagète (conducteur des Muses); • Phoibos (le brillant); • Myoctonos (tueur aux rats) car il avait envoyé rats et souris ronger les cordes des arcs ennemis; • Pythios ou Pythoktonos (vainqueur du dragon); • Sauroctonos (tueur de lézards, dragons). Apollon, © Musée de Wurtzbourg Attributs

Chiron (mythologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Chiron. Le nom de Chiron est issu du grec ancien Χείρων / Kheírôn), dérivé du mot grec Kheir qui signifie main[1], il peut être mis en relation avec les Dactyles, (doigts), anciens maîtres de l'art de la métallurgie et des guérisons magiques dans la mythologie grecque. Comme la plupart des mythes grec, l'histoire de Chiron est racontée par fragments par plusieurs poètes. — Apollonios de Rhodes, Argonautiques (2. 1231) De là vient le fait que Chiron soit mi-homme, mi-cheval, et ait l'apparence d'un centaure[2]. Il est considéré comme une divinité mineure car il s'était vu offrir l'immortalité[2]. Un vase représentant Chiron et Achille. Grâce à son savoir, Chiron fut le maître d'Asclépios, de Jason et d'Achille à qui il enseigna les arts de la musique et de la guerre, la cynégétique, et même la médecine et la chirurgie[6], de nombreux autres héros furent aussi ses disciples.

Diomède Il existe plusieurs Diomède (Gr; Διομήδης; Lat. Diomede) dans la mythologie. A signaler que Diomède fut le premier nom de Jason avant que Chiron choisisse celui-ci. Diomède dévoré par ses cavales G. ① Fils d'Arès et de la nymphe Cyrène, ou de d'Atlas et d'Astéria, Diomède fut le roi des Bistones, en Thrace. Héraclès les dompta lors de son huitième travail et fit dévorait Diomède par ses propres cavales. Dans une autre version, dans cette expédition il eut la douleur de perdre Abdèros, son favori, auquel après sa victoire il avait donné les chevaux à garder pendant qu'il allait attaquer les Bistones. On raconte que le fameux Bucéphale, cheval d'Alexandre le Grand, descendait d'une de ces juments. Apollodore, Bibliothèque: II,5,8 Diodore de Sicile: IV, 15, 3 Hygin, Fables : 30; 250 Pausanias, Périégèse: VIII,22,4 Voir aussi Héraclès ② Fils de Tydée et de Déipylé (fille d'Adraste), Diomède fut élevé par Chiron et vengea son père mort lors de la guerre des Sept contre Thèbes.

Gaia Gaia (Tellus) bas relief de l'Ara Pacis Augustae (Rome) Gaia ou Gaéa ou Gè (Gr. Γαια, Γαιη, Γη; lat. Gaea, Terra, Tellus ) est la personnification de la Terre dans la cosmogonie d'Hésiode, elle est l'ancêtre maternel des races divines et des monstres. Chez les Latins on trouve l'équivalent en Terra Mater ou Tellus. La seule est Gaia, la terre. Gaia et les Titans, peinture sur soie de Ann Lan Sortie après Chaos et avant Eros, elle engendra d'abord, sans intervention d'élément mâle, Ouranos, le ciel couronné d'étoiles, "qu'elle rendit son égal en grandeur, afin qu'il la couvrît tout entière ", les hautes montagnes (Ourea) et Pontos, la mer stérile, aux flots harmonieux. • les Cyclopes: - Brontès, - Stéropès, - Argès, "qui ressemblaient aux autres dieux, mais n'avaient qu'un oeil au milieu du front"; • les Hécatonchires (ou Centimanes): - Kottos, - Briarée, qui interviendra pour libérer Zeus attaché par Héra et quelques révoltés Gaia et deux satyres

Artémis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom d'Artémis[modifier | modifier le code] Divinité des frontières[modifier | modifier le code] Née sur l'île d'Ortygie (« l'île aux cailles »), appelée plus tardivement Délos, Artémis fait du pays des Hyperboréens sa résidence principale[6] où elle règne en maîtresse de la nature sauvage et des animaux. « Que toutes les montagnes soient les miennes », déclare-t-elle dans l'hymne de Callimaque de Cyrène. Elle erre aussi dans les agroi, les terres en friches, incultes et peu fréquentées. Comme le souligne Jean-Pierre Vernant, elle « a sa place en bordure de mer, dans les zones côtières où entre terre et eau les limites sont indécises[7] ». Selon une légende, Artémis est née un peu avant Apollon et elle aurait aidé Léto, sa mère, à accoucher, remplaçant ainsi Ilithyie, déesse de l'accouchement[10]. Chasseresse à l'arc d'or[modifier | modifier le code] Didrachme d'Ionie représentant la déesse Artémis. Déesse vierge[modifier | modifier le code]

Hades Hadès Hadès (AideV) était le fils de Cronos et de Rhéa, à qui échut le monde souterrain où vont les ombres des morts. Il régnait avec sa femme Perséphone sur les Enfers et les morts. Il fut identifié avec Sérapis ptolémaïque et avec Pluton romain. Hadès sur son char Il était coiffé de la kunée, casque fabriqué par les Cyclopes qui rendait invisible tous ceux qui le portaient. Hadès est le dieu qui régne sur le monde souterrains des Enfers où se trouvent les ombres des morts. Hadès, la corne d'abondance et Démeter (430 - 420) Musée archéologique d'Athénes Il y avait très peu de lieux de culte qui lui étaient destinés.

Site amateur dédié à la mythologie grecque.. Nous pouvons observer une biographie pas mal construite de la déesse de la chasse. L'interface est plutot agréable et colorée. by vaal8 Dec 10

Related: