background preloader

Moonska

Facebook Twitter

Desagre Jérôme

ContenuCooperationCollaboration. Entre la coopération et la collaboration, la différence est nuancée.

ContenuCooperationCollaboration

F. Henri et K. Lundgren-Cayrol analysent de manière très éclairante la différence entre ces deux notions. La présentation qui suit reprend largement cette analyse. La première différence : comment partage-t-on le travail ? De manière générale, les groupes collaboratifs et coopératifs travaillent ensemble sur un but commun ou partagé.

En coopérant Le groupe est divisé en équipes spécialisées qui réalisent une partie de tâche. En collaborant Les membres du groupe travaillent pour un but commun. Autres différences De cette manière de réaliser la tâche commune, découlent d'autres différences : La maturité des groupesLes interactions entre les personnes La manière de considérer le but. LaTailleDesGroupesEtLesRolesDesMembres. Les petits groupes jusqu'à douze personnes Une limitation cognitive de l'homme porte sur la taille d'un groupe dans lequel il peut sans l'aide d'outils comprendre ce qui se passe.

LaTailleDesGroupesEtLesRolesDesMembres

L'être humain est avant tout un animal qui sait faire des alliances, c'est à dire "une union entre personnes, qui est le résultat d'une entente ou d'un pacte1". Si beaucoup d'animaux savent vivre en troupeau ou en meute, très peu peuvent choisir par eux-mêmes de participer à une alliance. Les grands singes et certains cétacés arrivent à faire des alliances jusqu'à trois, et nous les humains, sommes limités à douze2. Pour en savoir plus : la limite de douze pour les groupes humains L'anthropologue britannique Robin Dunbar s'est intéressé à la relation entre la taille du néo-cortex de 38 espèces de singes et la taille des groupes respectifs dans lesquels ils vivaient3. Nous ne savons donc pas coopérer normalement dans des groupes de plus d'une douzaine de personnes.

Le nombre de participants structure les groupes.

Outils collaboratifs

Féderation des Foyers Ruraux de la Lozère - Enfance et jeunesse. Journée départementale des enfants Depuis 1995, une journée de rencontre et d'échanges de groupes d'enfants des Foyers Ruraux (100 enfants participants de 5 à 11 ans), est programmée autour d'une thématique développée sous forme d'ateliers de découverte et de pratique : - 2014 : Voyage en train Mende - La Bastide Puylaurent- 2013 : Rencontre entre un lieu et des matières- 2012 : Cultures du monde- 2011 : A vous de jouer !

Féderation des Foyers Ruraux de la Lozère - Enfance et jeunesse

- 2010 Les p'tits loups aiment la planète! Permaculture. Genèse de l’écopsychologie. Genèse de l’écopsychologie Origine du terme écopsychologie Le terme « écopsychologie » a été mentionné pour la première fois, en 1992, par l’écrivain et historien américain, Theodore Roszak, dans son ouvrage The Voice of the Earth : an exploration of ecopsychology.

Genèse de l’écopsychologie

Pour répondre aux questions sur la relation Homme-Nature, Theodore Roszak s’était joint à un groupe de discussion au sein de l’Université de Berkeley (Californie), dans lequel participaient, entre autres, les psychologues Allen Kanner et Mary E. Gomes. Les chercheurs de ce groupe constataient le fossé existant entre les sciences de l’écologie et les sciences humaines. Dans The voice of the Earth, Theodore Roszak dénonce l’attitude anthropocentrée qui a influencé la psychothérapie occidentale jusqu’à nos jours et introduit l’idée d’un « inconscient écologique ». 1. Haut Une psychoécologie Dans son article « Remembering ecopsychology’sorigins. Les courants influents majeurs. CNFR - Confédération Nationale des Foyers Ruraux - Activités Physiques et Sportives de Loisirs.

Abeille noire

Saillans, territoire à haute valeur démocratique. A Saillans ils ont osé.

Saillans, territoire à haute valeur démocratique

Une poignée de citoyens est partie dans une aventure raisonnable et utile dont pas mal ici et là en France avaient rêvé et rêvent encore. Le clivage élus/population est effacé, c'est tous ensemble que la partie se joue, ça change tout. C’est du beau travail qui est en train de se réaliser à Saillans village de 1200 habitants, situé entre Die et Crest dans la Drôme. Depuis qu’on en parle, il y avait en moi cette incompressible envie de la regarder un moment dans les yeux l’expérience démocratique qui fait tant parler d’elle.

Tristan Rechid membre du Conseil des sages me l’a dit, nous sommes déjà 250, journalistes, acteurs associatifs ou politiques… à avoir eu l’idée de venir voir ce qu’il se passe à Saillans ou de lancer une invitation pour qu’un des protagonistes de l’aventure drômoise se déplace et raconte. Dans la méthodologie et pas dans l’idéologie Tristan Rechid est impliqué dans le projet depuis son origine, maintenant il s’occupe entre autre de l’essaimage. Musique verte.

Education