background preloader

Quel est le rôle de l'Etat dans la régulation économique ?

Facebook Twitter

Rôle de l'Etat (allocation, redistribution, régulation)
Croissance économique
Existence de déséquilibres : inflation, chômage
Politiques économiques et leurs finalités
Politiques conjoncturelles et politiques structurelles
Limites de l'intervention de l'Etat dans un contexte d'internationalisation de l'économie
Principes de la régulation supranationale dans le cadre européen

Alexandre Mirlicourtois, L'Inde : leader mondial des vaccins, de la débâcle économique et de la pauvreté. L’économie indienne, c’est Janus, le dieu aux deux visages.

Alexandre Mirlicourtois, L'Inde : leader mondial des vaccins, de la débâcle économique et de la pauvreté

Connu pour être la « pharmacie du monde », le pays se retrouve à la pointe dans la production de vaccins contre la Covid-19 dont il pourrait rapidement devenir le 1er producteur mondial. Avant la pandémie, l’Inde fabriquait déjà 62% des vaccins de la planète. Mais c’est aussi une place forte du médicament générique dont elle assure 20% de la production mondiale. Troisième fabricant international de produits pharmaceutiques en volume, l’Inde fait aussi partie du top 10 en valeur. Mais au moment même où le pays consolide sa position dans cette industrie phare, elle affronte la colère d’un monde paysan symbole d’un secteur agraire archaïque et à bout de souffle qui représente encore 16% du PIB et plus de 42% de l’emploi officiel. Des chiffres nettement supérieurs à ceux des autres BRIC où l’agriculture pèse entre 5 et 6% de l’emploi maximum.

Une partie de la population a basculé dans l’extrême pauvreté. Jean-Philippe Denis, Revue Française de Gestion - Arroser la France de milliards d’euros, cela ne fait pas une stratégie. Milliards de plans de relance constitutifs d’un nouveau plan Marshall, milliards injectés dans la cyber-sécurité face aux cyber-risques ou encore annonce d’un vaste plan quantique.

Jean-Philippe Denis, Revue Française de Gestion - Arroser la France de milliards d’euros, cela ne fait pas une stratégie

Tout se passe donc comme si à la tête de l’Etat on pensait qu’il suffirait d’arroser pour voir les fruits pousser… Cela n’est pas sans rappeler certains débats qui ont agité la littérature stratégique, et dont on se dit qu’ils sont loin d’avoir influencé la compréhension des entreprises par la haute administration et l’élite politique française, voire par les macro-économistes qui les influencent.

De fait, rien ne sert d’arroser sans avoir bien analysé si on a vraiment les compétences pour que cela pousse ! Et c’est justement ce qu’a démontré la recherche en stratégie d’entreprise. Ainsi, pour Hamel et Prahalad, une entreprise ne doit pas être simplement perçue comme un portefeuille d’activités mais bien comme un ensemble de compétences fondamentales, et cela change tout. Et cela change tout ! Olivier Passet, Xerfi - La plongée dans un capitalisme hyper-flexible et hyper-sécurisé.

La quête de flexibilité sur le marché du travail est moins assumée aujourd’hui que dans les années 90 ou 2000.

Olivier Passet, Xerfi - La plongée dans un capitalisme hyper-flexible et hyper-sécurisé

Le mot s’est fait plus discret, trop associé à l’idée de précarité dans l’esprit des gens. L’OCDE qui en fut longtemps le chantre, ne le porte plus en étendard. Jusqu’aux ordonnances de 2017 ou la réforme de l’assurance chômage, elle reste certes le fil conducteur des réformes accomplies en France. Où années après années, sous couvert de lois qui préfèrent parler de sécurisation des parcours, de modernisation, les entreprises gagnent en degré de liberté. Focus - Le PIB et la croissance.

Xerfi Canal, la revue audiovisuelle de l’économie, la stratégie et du management. Xerfi Canal TV a reçu Florence Jany-Catrice, professeur d’économie à l’Université Lille-I, dans le cadre de son livre co-écrit avec Jean Gadrey "Les nouveaux indicateurs de richesse".

Xerfi Canal, la revue audiovisuelle de l’économie, la stratégie et du management

Une interview menée par Thibault Lieurade. Les dernières vidéos de Florence Jany-Catrice. Les Sciences Économiques et Sociales dans l'Académie de Versailles - Offre et demande d'emplois. Les politiques publiques. Olivier Passet, Xerfi - La crise fatale de l'Etat face à la demande explosive de biens publics (santé, écologie, etc...) La crise sanitaire dévoile avec une acuité inégalée une de ces contradictions qui sont au cœur de la dynamique capitaliste.

Olivier Passet, Xerfi - La crise fatale de l'Etat face à la demande explosive de biens publics (santé, écologie, etc...)

Ces contradictions qui font le lit des grandes crises qui ont jalonné son histoire, mais dont le dépassement est aussi le moteur de sa transformation. Elle révèle comme jamais le désire collectif de santé et la priorité des enjeux écologiques dans les préférences des agents. Partout, la protection de la vie humaine a pris le dessus sur la continuité des affaires, et partout l’enjeu environnemental s’est imposé comme moteur de relance. La contradiction contemporaine réside précisément dans le fait que le désir de biens et de services collectifs n’a jamais été aussi élevé dans nos sociétés, j’ai parlé de santé, d’écologie, mais je pourrais encore parler de sécurité ou d’éducation, de justice etc. au moment même où le consensus fiscal est le plus fragilisé. Les dangers d'une fiscalité de plus en plus « furtive » - Le Point.

Le Sénat veut laisser son empreinte sur le budget 2021. CONCURRENCE DELOYALE - ABUS DE POSITION DOMINANTE. Qu’est-ce que la politique monétaire ? La politique monétaire. Dessine-moi l'éco : L'élaboration du budget de l'Etat.

Politiques économiques

Epargne : « faites-vous plaisir », demande le gouvernement. Le mot d'ordre du gouvernement depuis la fin du confinement et, surtout, depuis que l'on sait la quantité d'argent que les Français ont mis de côté durant la crise, ayant été obligés de ne pas dépenser, est toujours le même : il faut consommer.

Epargne : « faites-vous plaisir », demande le gouvernement

Alain Griset, ministre délégué en charge des PME, l'a une nouvelle fois demandé. Françaises, Français : le gouvernement vous demande de vous faire plaisir Invité dans l'émission Good Morning Business sur BFM Business, Alain Griset a à son tour appelé les Français à la consommation. Une nécessité puisque la consommation est le moteur de l'économie française ; et ce n'est pas comme si les Français n'avaient pas les moyens : on estime entre 80 et 100 milliards d'euros l'épargne cumulée par les ménages durant la crise sanitaire. Bruno Le Maire vous demande de dépenser votre épargne de précaution. La crise économique est devant nous, mais la pandémie, le confinement et les mesures d’urgence du gouvernement ont permis aux ménages français d’économiser des milliards.

Bruno Le Maire vous demande de dépenser votre épargne de précaution

Des sommes que le gouvernement veut que les Français dépensent… et Bruno Le Maire l’a une fois de plus répété. 100 milliards d’euros… d’épargnés en 2020 Invité du 20h de France 2, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, est revenu sur l’argent que les Français ont économisé durant le confinement grâce aux mesures du gouvernement. Florence Jany-Catrice, Université Lille-I - Faut-il se débarrasser du PIB pour mesurer la richesse ? - Parole d'auteur éco. La pression va monter sur les coûts salariaux. Depuis des années, la politique économique a fait de la compétitivité coût une priorité avec à la clé baisse des charges et modération salariale.

La pression va monter sur les coûts salariaux

Et c’est un fait, le coût du travail évolue désormais beaucoup plus lentement en France que partout ailleurs en Europe. Sur les 27 pays de l’Union Européenne, la France se situe tout en bas du classement avec une progression de 0,8% au 1er trimestre comparé à la même période de 2019. Seuls le Luxembourg, la Croatie et la Finlande sont plus bas encore, mais il s’agit d’économies mineures. A titre de comparaison, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne le Pays-Bas se situent nettement au-dessus avec des augmentations comprises entre 2,6 et 5,1%.

Plus de doute, c’est en France que la pression est la plus forte. L'impôt, le prix à payer pour vivre en société. Temps de lecture: 7 min Le mois de septembre rime avec la rentrée des classes, mais aussi avec le paiement de l’impôt et, cette année, les questions sur le prélèvement à la source.

L'impôt, le prix à payer pour vivre en société

C’est le bon moment pour se poser deux questions fondamentales: au fond, qu'est-ce que l’impôt? Et pourquoi le payons-nous? Le premier constat, pour un néophyte qui se penche sur le code général des impôts, c’est que la réponse est plus difficile à trouver qu’on ne le pense. Les mystères des Banques centrales. Les Echos du 18 juin ont consacré presque toute une page à la politique de la BCE, la Banque Centrale Européenne, qui agit en quelque sorte pour le compte des banques centrales nationales de la zone euro, dont la Banque de France.

Les mystères des Banques centrales

Le titre, en énormes caractères, nous apprenait que « La BCE va offrir plus de 1 000 milliards à taux négatifs aux banques ». Le lendemain, la somme est passé à 1300 Md€, mais cette fois il s’agit des demandes des banques « ordinaires », dites « de second rang » pour les différencier des banques centrales. De quoi s’agit-il ? La formule « milliards à taux négatifs » est un raccourci qui peut induire en erreur : la BCE ne dispose pas de milliards d’euros qu’elle pourrait prêter ; elle n’est pas comme un loueur de voiture qui, pour vous en prêter une, a besoin de l’avoir en stock.

Relance économique verte : à la recherche du PIB de demain. La transmission de la politique monétaire. Mda forward guidance vf 2. Jean-Paul Fitoussi, Sciences Po - Où en sont les travaux sur la mesure du bien-être ? Didier Blanchet, Insee - Faut-il comptabiliser les services numériques gratuits dans le PIB ? Florence Jany-Catrice, Université Lille-I - Les Français ne croient pas à l'indice des prix : pourquoi.

Christian Chavagneux, Alternatives Economiques - Les pauvres et le Président. Vis-à-vis des riches, la politique d’Emmanuel Macron a tout de suite été claire : il faut les enrichir encore plus. Les chiffres du projet de loi de finances 2020 apparaissent à cet égard éloquents : la suppression partielle de l’ISF et la réduction massive de la taxation des gains en capital ont coûté 4,6 milliards de recettes fiscales perdues en 2018, 4,9 milliards en 2019, un montant prévu à 5 milliards en 2020. L’étiquette de « président des riches » n’est donc pas usurpée. Mais que veut faire le président de la république vis-à-vis des pauvres ? Natacha Valla, Banque centrale européenne - Des limites de la politique monétaire...aux relais budgétaires. Marc-Olivier Strauss-Kahn, Banque de France - Certains économistes on tort d'enterrer la Courbe de Phillips ? Ce n'est pas la protection sociale qui provoque les déficits : la preuve.

Au rang de premier accusé des déficits budgétaires structurels, il y a le coût de la protection sociale. Cela sonne comme une évidence. Empreinte carbone : faux coupables et vrais pollueurs. Empreinte carbone de quoi s’agit-il ? Quels sont les chiffres ? L’empreinte carbone est une mesure des émissions de 6 gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane mais aussi protoxyde d’azote et trois gaz fluorés) liées à l’activité humaine et encadrés par le protocole de Kyoto. La mesure de ces émissions s’effectue à travers un indicateur synthétique issue d’une péréquation, qui intègre à la fois le pouvoir de réchauffement de ces gaz et leur durée de vie dans l’atmosphère.

Cet indicateur regroupe sous une seule valeur, exprimée en « équivalent CO2 », l'effet cumulé de tous ces polluants qui contribuent à l'accroissement de l'effet de serre. Quant aux calculs des émissions à proprement parler, il n’existe pas de mesure directe, elles sont donc estimées et comportent par construction une part d’incertitudes. C’est une source majeure de pollution mais pas la principale. Eric Heyer, OFCE - Budget de l'Etat : les années passent, les gagnants changent.

Michel Aglietta, CEPII - Réinventer les politiques économiques face aux crises financières - Parole d'auteur éco. L’impasse économico-sociale de Macron. Emmanuel Macron opère sa rentrée sociale, avec il le sait, une France moyenne déclassée aux aguets. Et ce mur des invisibles, rendu soudain visible par leur gilet jaune, constitue un sérieux obstacle à la conduite de ses réformes. La politique de réforme d’Emmanuel Macron s’est bâtie jusqu’ici, comme dans l’ensemble des pays avancés, sur une vision assez sommaire du corps social.

Celle véhiculée par les économistes. Avec d’un côté les exclus du marché du travail, les moins qualifiés, qui ont pris de plein fouet la concurrence des pays émergents. Les chômeurs, ou les CDD courts condamnés à l’intermittence à vie. De très fortes inégalités primaires D’autant que le choix français, de préserver jusqu’ici la qualité de l’emploi a un coût de moins en moins soutenable. Baisse de la natalité en France, pourquoi ? Anne Lavigne, Conseil d’orientation des retraites (COR) - Retraites par répartition ou capitalisation : quel système choisir ? Christian Chavagneux, Alternatives Economiques - Créations d'emplois et politique de la demande. 25 ans de déclin industriel de la France - Le graphique. Comprendre les mystères de la croissance potentielle - Le graphique. Nos grandes erreurs de politique économique depuis 10 ans.

L’économie peut-elle mesurer le bonheur ? Petit guide de lobbying dans les arènes de l’Union européenne. Les fonctionnaires appelés à la grève et à défiler partout en France. La décision du Conseil constitutionnel sur la privatisation d’ADP « est une vraie première » Comprendre le déficit commercial chronique de la France. Réinventer l'Etat interventionniste. Qu'est-ce que le pouvoir d'achat ? Comment fonctionne le système d’échanges de quotas d’émissions de CO2 en Europe ?

Olivier Passet, Xerfi - Réformes sociales : Macron avance masqué. Les classes moyennes victimes des dépenses pré-engagées - Décryptage éco. Si les classes moyennes et populaires se sentent asphyxier, c’est parce que face à des revenus qui ne progressent pas ou peu, leurs dépenses pré-engagées, elles, se sont envolées si bien qu’au fil du temps, le « le reste à vivre » s’est réduit à trois fois rien. Christian Chavagneux, Alternatives Economiques - Dette publique française : la faute au libéralisme - Libre propos. Olivier Passet, Xerfi - Règles européennes : l'heure de la désobéissance - Décryptage éco. Olivier Passet, Xerfi - La poudrière du ras-le-bol fiscal - Décryptage éco. Favoriser les riches pour aider les pauvres. Philippe Gattet, Les incubateurs - Secteurs & marchés. Emmanuelle Auriol, Toulouse School of Economics - Faut-il légaliser les activités prohibées ? - Parole d'auteur éco.

Alexandre Mirlicourtois, La remontée de la pauvreté en France - Décryptage éco. Alexandre Mirlicourtois, Alerte sur la croissance européenne : les causes - Décryptage éco. Perte du pouvoir d'achat : "On voit un affaissement global du niveau de vie en France depuis 2008" Même avec des revenus en hausse, les Français ont des fins de mois difficiles.

Alexandre Mirlicourtois, Emploi en forte hausse, chômage élevé : la vérité des chiffres - Décryptage éco. Pourquoi l'école réduit-elle la criminalité ? Le bras d'honneur de l'Italie à Bruxelles. Le vrai pouvoir des lobbys en Macronie. Qu’est-ce qui plombe le pouvoir d’achat ? LA DETTE PUBLIQUE. Thomas Grjebine, CEPII - Les effets macroéconomiques réels des politiques fiscales - Libre propos.