background preloader

AGRICULTURE

Facebook Twitter

Pollution : le pneumologue Michel Aubier face à ses mensonges. Cinquante mille à soixante mille euros par an : c’est ce qu’a confessé avoir touché du pétrolier Total, depuis la fin des années 1990, le pneumologue Michel Aubier, chef de service à l’hôpital Bichat, à Paris.

Pollution : le pneumologue Michel Aubier face à ses mensonges

Le médecin était entendu à huis clos, jeudi 17 mars au matin, par la commission d’enquête du Sénat sur le coût de la pollution atmosphérique, dans une ambiance assez lourde. Et pour cause. Voilà près d’un an, le 16 avril 2015, dans le cadre de ses travaux, cette même commission avait auditionné en tant qu’expert M. Aubier, qui avait déclaré en préambule de son intervention : « Je n’ai aucun lien d’intérêt avec les acteurs économiques. » Une déclaration sous serment démentie par Libération et Le Canard enchaîné qui ont révélé, mercredi, que le professeur exerçait depuis 1997 les fonctions de médecin-conseil pour Total, chargé de conseiller les cadres dirigeants du groupe en cas de problèmes de santé.

Agriculture mixte : quand les moutons remplacent les pesticides. Les arbres fruitiers, en particulier les pommiers, demandent jusqu’à 25 traitements phytosanitaires par an.

Agriculture mixte : quand les moutons remplacent les pesticides

Le passage de moutons au pied des arbres permet de diviser par quatre l’utilisation de ces poisons, avec pour suite logique du passage à une production « bio » au bout de deux ans. Pour l’exploitant, c’est un quasi changement de métier. Pesticides : l’échec accablant de la « ferme France » Editorial du « Monde ».

Pesticides : l’échec accablant de la « ferme France »

C’est un échec si patent et prévisible qu’il en devient presque risible. Depuis 2008 et les engagements du « Grenelle de l’environnement », non seulement les gouvernements successifs n’ont pas réussi à faire baisser l’usage des pesticides en France, mais ils ont aussi échoué, avec une égale constance, à tirer la leçon de leurs échecs. Rémésy - Sortir de la crise agricole en développant une agriculture de service. Lutte contre les pesticides : l'agriculture toujours dispensée.

Quand Nicolas Sarkozy repeint en vert son bilan agricole. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Nicolas Sarkozy tente de reconquérir l’électorat rural.

Quand Nicolas Sarkozy repeint en vert son bilan agricole

Nicolas Sarkozy peut-il tirer profit de la crise des agriculteurs ? FIGAROVOX/INTERVIEW- En visite au salon de l'agriculture, Nicolas Sarkozy a accordé une longue interview au Parisien dans laquelle il se montre offensif.

Il y a Sarkozy, et de l'autre Bruxelles. Et aujourd'hui c'est Bruxelles qui décide. Sarkozy a cédé la France avec le traité européens que les français avaient refusé. Sarkozy a beau s'accrocher aux branches malades dans le but de récupérer le siège royal et toutes ses prérogatives , les racines de l'arbre France sont contaminées et rien, ni lui ni dieu, ne pourra y changer, la mondialisation et le système capitaliste aura toujours le dernier mot. Les nantis et privilégiés ne s'embarrassent pas de ces questions purement politiciennes. – lanava

Frédéric Saint Clair décrypte la communication de l'ancien chef de l'État.

Nicolas Sarkozy peut-il tirer profit de la crise des agriculteurs ?

Frédéric Saint Clair est mathématicien et économiste de formation. Il a été chargé de mission auprès du Premier ministre Dominique de Villepin pour la communication politique (2005-2007). Il est aujourd'hui consultant en stratégie et communication politiques. «Heureusement l'alternance aura lieu dans un an!» Sortir de l'Europe ?

Les agriculteurs "casseurs" du Salon ont pourtant les moyens de se payer un stand... Crise agricole : traduire la FNSEA en justice ? En octobre 2015, l’évêque de Vannes dans la très catholique Bretagne, célébrait une messe à Sainte-Anne-d’Auray devant 600 croix blanches témoignant de suicides par centaines de paysans en France.

Crise agricole : traduire la FNSEA en justice ?

Quelques mois plus tard, le Salon de l’agriculture accueille le président de la République sous les huées de paysans médusés, à cran et à bout, ulcérés de voir déambuler leur ministre avec le président de la FNSEA, Xavier Beulin, censé aplanir leur colère. Tout a été dit sur cet industriel proche de Sarkozy représentant d’une profession acculée au pire à cause de ses recommandations, d’autant que sa propre position d’acteur économique, à travers sa société Avril, le place directement en porte-à-faux avec des agriculteurs, dès lors qu’il s’agit de transformer une matière première alimentaire en produits (biodiésel) à haute valeur ajoutée.

N'enterrons pas trop vite l'agriculture française. L'agriculture en France : 80 ans d'innovations. Face à la crise agricole, le bio tire son épingle du jeu. Quels sont les enjeux du traité transatlantique sur l'agriculture française ? LE SCAN ÉCO - Le texte du traité de libre-échange transatlantique, appelé Tafta, actuellement négocié par l'Union européenne au nom des 28 pays membres, suscite de nombreuses inquiétudes, notamment dans le secteur agricole.

Quels sont les enjeux du traité transatlantique sur l'agriculture française ?

Un nouveau round de négociations sur le traité de libre-échange transatlantique pour le commerce et l'investissement, vivement critiqué pour son manque de transparence, a démarré lundi. Alors que le secteur agricole traverse une crise profonde en France, Philippe Chalmin, professeur d'histoire économique à l'Université Paris-Dauphine explique les enjeux de ce traité pour l'agriculture française. #TAFTA #TTIP : Le Grand Marché Transatlantique UE USA détruira l'agriculture en France. [Rapport du ministère de l'agriculture américain] Le Grand Marché Transatlantique UE USA détruira l’agriculture en France.

#TAFTA #TTIP : Le Grand Marché Transatlantique UE USA détruira l'agriculture en France. [Rapport du ministère de l'agriculture américain]

C’est un rapport du ministère américain de l’agriculture que l’explique, en s’appuyant sur une étude économique détaillée. Sans aucun mandat démocratique, dans le dos des peuples et dans le plus grand secret, la Commission Européenne est en train de « négocier » un traité de libre échange pour instituer un marché unique entre les Etats-Unis et l’Union Européenne, le Grand Marché Transatlantique. Ce traité de libre échange est également connu sous les sigles de TAFTA, TTIP ou de GMT. Qu’est ce que le TAFTA : lire ici Déni démocratique : le TAFTA la preuve que l’Union Européenne est totalitaire : Bien sûr, nombreux sont les travailleurs des différents pays européens qui dès que la Commission Européenne a avoué mener ces négociations, conscient des dangers économiques, sociaux et écologiques, ont sonné l’alarme.

Telepac - Recherche. Cash Investigation : Élise Lucet s'invite dans un dîner et crée une tension. LE SCAN TÉLÉ / VIDÉOS - Pour obtenir des réponses concernant l'utilisation de pesticides dangereux, la journaliste n'a pas hésité à interpeller des parlementaires français en plein repas.

Cash Investigation : Élise Lucet s'invite dans un dîner et crée une tension

Mardi soir, Cash Investigation enquêtait sur les pesticides qui menacent la santé des populations. Enquête sur les "cartels du lait" Les éleveurs français soupçonnés d'ententes sur les prix. La Commission européenne a ouvert une enquête sur des «comportements anticoncurrentiels allégués», révèle le quotidien Les Échos.

Les éleveurs français soupçonnés d'ententes sur les prix

La crise de l'élevage français pourrait bien perdurer. La Commission européenne vient d'ouvrir une enquête sur les «comportements anticoncurrentiels allégués» des acteurs de la filière porcine, bovine et laitière française, révèlent Les Échos. Elle soupçonne des organisations professionnelles telles que la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), les Jeunes-Agriculteurs ou encore Coop de France, ainsi que les entreprises du secteur, d'ententes sur les prix et de restrictions sur les importations, précise le quotidien. Des comportements qui «pourraient constituer des infractions à l'article 101 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE)», explique une note de la Commission.

L'enquête aurait débuté suite aux tables rondes organisées en 2015 par le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, pour sauver la filière. Les dégâts provoqués par les éleveurs bretons estimés à quatre millions d’euros. Crise des éleveurs : «Les agriculteurs sont à bout» VIDÉO - Les représentants des agriculteurs ont été reçus ce mardi matin par François Hollande.