Issue de secours

Facebook Twitter
Pour un système bancaire alternatif ? Pour un système bancaire alternatif ? Du 9 au 16 novembre 2012 aura lieu pour la cinquième fois en France la semaine de la finance solidaire. A cette occasion, des colloques et des tables rondes se tiendront dans différents départements français[1] afin de sensibiliser les gens à ce qu’est la finance solidaire, et de leur expliquer ce qu’elle représente et promeut, comment elle s’organise, et surtout de quelle manière il est possible d’y contribuer. Mais au-delà de cette semaine, c’est toute la mouvance de l’économie alternative qui résonne à cet écho particulier, puisque l’année 2012 est aussi l’année internationale du mouvement coopératif. Pourtant, dans un contexte international réclamant de toute urgence des solutions alternatives, pas ou peu d’informations nous arrivent sur ce sujet, et l’ignorance semble être de mise pour une majeure partie de la population quant à l’existence de ces mouvements liés au développement de l’économie sociale.
Islande

Près de Pau, des compagnons d'Emmaüs réalisent leurs utopies - Décroissance Près de Pau, des compagnons d'Emmaüs réalisent leurs utopies - Décroissance En bordure de l’A65 qui vient d’être inaugurée, impossible de rater l’immense parking et le panneau indiquant la recyclerie-déchetterie d’Emmaüs Lescar-Pau. À l’entrée des 11 hectares de la communauté, les visages de Louise Michel, du Che, de Ghandi, de Thomas Sankara et Nelson Mandela se dessinent sur un wagon-marchandise. L’intérieur, transformé en restaurant, constitue un des espaces-détente proposés par la plus grande communauté Emmaüs de France.
Décroissance : dix entretiens pour comprendre Décroissance : dix entretiens pour comprendre Dix films diffusés successivement jusqu’au début mars 2012. 1. Notre candidatE est la Décroissance. 2. La Décroissance : mais c’est quoi ce mot repoussoir ?
Espagne : faillite bancaire : des Indignés traînent en justice financiers et politiques - Espagne Espagne : faillite bancaire : des Indignés traînent en justice financiers et politiques - Espagne C’est peut-être un tournant dans la bataille qui oppose les citoyens, frappés par les plans d’austérité, aux responsables des faillites bancaires, sauvés par l’argent public en toute impunité. En Espagne, une plateforme réunissant avocats, juristes et journalistes s’est donné pour mission d’enquêter sur les responsabilités des politiques et des banquiers dans la crise financière. Une première action en justice devrait être lancée contre l’ancien PDG de Bankia, grâce au soutien de milliers de citoyens. Leur intention est claire : mettre derrière les barreaux toutes les personnes qui, au sein du conseil d’administration de Bankia, sont présumées coupables de la faillite de la quatrième plus grande banque espagnole. Ils sont avocats, juristes ou journalistes, et travaillent d’arrache-pied sur le dossier Bankia en dehors de leurs heures de travail.
Grèce rurale, la révolution des jardins

Grèce rurale, la révolution des jardins

C’est à Paranesti, au nord de Drama, sur les contreforts des Rhodopes, la chaîne de montagnes qui longe les deux côtés de la frontière avec la Bulgarie, que commence notre voyage. C’est la municipalité la plus grande et la moins peuplée de la Grèce, riche en immenses étendues de forêt. Nous y sommes allés pour participer à une bourse aux semences et une rencontre internationale de trois jours organisées par Peliti, une association créée il y a dix ans par Panagiotis et Sonia Sainatoudis.

France : des municipalités livrent bataille contre les banques et les marchés financiers - Emprunts toxiques

France : des municipalités livrent bataille contre les banques et les marchés financiers - Emprunts toxiques Villes et collectivités se sont vu refourguer des emprunts toxiques, aggravant leur endettement. Pour éviter de se voir dicter leurs politiques locales par la finance, plusieurs municipalités ont contre-attaqué : contrat rompu avec les agences de notation, banques assignées en justice… À Aubagne, à Saint-Étienne ou en Seine-Saint-Denis, la révolte a commencé. Le chantier d’un futur tramway menacé par les marchés financiers. Une politique municipale de transports publics contestée par les banques.
Array. Array. Emprunts toxiques : Saint-Etienne ouvre le bal de la révolte... - LMOUS C'est un jugement qui fait froid dans le dos... des banques. La Cour d'appel de Paris a donné raison à une commune qui refuse de payer les intérêts d'un emprunt qu'elle estime "toxique". C'est la commune de Saint-Etienne qui est en train de révolutionner le petit monde du prêt aux collectivités. Emprunts toxiques : Saint-Etienne ouvre le bal de la révolte... Emprunts toxiques : Saint-Etienne ouvre le bal de la révolte...
La ville d'Asnières refuse de rembourser Dexia Dirigée par le député-maire (PS) Sébastien Pietrasanta, la municipalité réglera à l’échéance du 1er octobre les intérêts « sur la base du taux initial de 4,50 % », a-t-elle précisé. Selon le communiqué, le taux de cet emprunt contracté par l’ancienne équipe municipale avant mars 2008, est passé à 8,34 %. La raison de ce bond tient à l’adossement de ce taux sur la parité entre le dollar et le yen, le billet vert flirtant actuellement avec son plus bas niveau historique. 83,6 % de la dette - Dexia Crédit local, filiale à 100 % de Dexia dédiée au financement des collectivités, détiendrait 83,6 % de la dette de la ville qui s’élève aujourd’hui à environ 170 millions d’euros, d’après le communiqué. Cette décision intervient après le dépôt, fin mai, par M. Pietrasanta, d’une plainte au pénal contre Dexia Crédit local pour « publicité trompeuse et pratique commerciale trompeuse ». La ville d'Asnières refuse de rembourser Dexia
Argentine : «Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques»

Argentine : «Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques»

L'ancien ministre de l'Economie argentin Roberto Lavagna, 69 ans, est le principal artisan du redressement de l'Argentine engluée dans une terrible crise économique il y a dix ans. Lorsqu'il prend ses fonctions, en avril 2002, le peso vient d'être dévalué de 70%, le pays est en cessation de paiement, la dette privée s'élève à plus de 72 milliards d'euros, l'inflation annuelle flirte avec les 125% par an, le chômage explose, les petits épargnants sont ruinés et les troubles sociaux ont déjà fait plus de 30 morts dans le pays. Cet ancien ambassadeur auprès de l'Union européenne décide immédiatement de se passer de « l'aide » du Fonds monétaire international (FMI) et des marchés financiers. Quelques pistes à suivre pour la Grèce. Quelles sont les grandes similitudes entre la crise argentine de 2001-2002 et la crise grecque ?