background preloader

Master 1 ead

Facebook Twitter

Bienvenue sur la Plateforme pédagogique de l'Université Paul-Valéry: Authentication choice. Login - CAS – Central Authentication Service. IA et journalisme : quelle éthique ? Par Alexandra Yeh, France Télévisions, Direction de l'Innovation Tout n’a pas encore été dit sur l’intelligence artificielle (IA) dans les rédactions, loin de là. Dans la conférence organisée cette semaine par l’Ecole de journalisme de Sciences Po, nous avons retenu les questions éthiques, voire morales, que posent l'IA, les robots, ou autres chatbots. Extraits choisis. 1Pour une éducation des algorithmes L’intelligence artificielle sera-t-elle consacrée comme le buzzword de l’année 2017 ?

Personne ne s’en étonnerait. Pourtant, l’IA n’est déjà plus toute jeune, comme l’a expliqué le sociologue Dominique Cardon et son retour historique bien utile pour démystifier l’effervescence autour de ce terme qui alimente tous les fantasmes. « On en est à la troisième hype de l’IA, a expliqué le sociologue, et le terme a déjà connu trois printemps et deux hivers ! La solution, selon Dominique Cardon, est donc d'apprendre aux machines à analyser nos comportements plutôt que nos représentations. Ce que liker veut dire. (…) dans leur article présentant leur algorithme de sélection et d’agencement de pages web, le PageRank, les fondateurs de Google signalent « qu’une mesure objective de l’importance des citations correspond à l’idée subjective que les gens se font de cette importance ».

Le lien – et le like – sont donc des moyens d’objectiver une appréciation subjective (une émotion pour l’un, une opinion pour l’autre) pour au final affecter le décompte à un document ou une personne. Dès lors que l’émotion est un input, il est possible de l’injecter dans tout l’écosystème serviciel de la plateforme. Dans cette lignée, Google a publié des brevets pour des fonctionnalités ou programmes faisant explicitement appel à la notion d’émotion. Le brevet intitulé « Method and system for tagging of content »[+] NoteUS 8306977 B1. [12] propose un ensemble de tags basés sur cinq émotions « universelles » afin de permettre à des usagers d’évaluer un contenu. (p. 44-45) [15]). Librarianship Studies & Information Technology. Your Keywords Are Not What You Think: How Google Query Refinement Works. By: Aleh Barysevich February 28th, 2017 A 1915 illustration to Franz Kafka's "The Metamorphosis" In Franz Kafka's novella "The Metamorphosis", a man wakes up one morning to find out he has turned into a giant insect.

If keywords were existentialists, they could be experiencing something similar as, having been typed into Google's search bar, they go through numerous transformations to become new, modified versions of themselves — the queries that Google thinks are a better representation of the searcher's intent. To illustrate what I'm saying, let me ask you for a tiny favor. Chances are all of the top results you got are about the 89th Academy Awards that took place a few days ago. In this post, I'll look at how this process may work, and what it implies for SEOs. Associations, relevance, and search volume According to the patent, when Google receives a query, it will go and grab web documents from its index that it associates with the query, based on the keyword the searcher typed in.

Ecil2016 abstracts. Paul Duan : le petit génie français de la Silicon Valley a sa légende - 16 novembre 2016. Lundi 21 septembre 2015, le magazine américain Forbes a annoncé la liste des six finalistes de sa compétition d’entrepreneurs de moins 30 ans qui vont changer le monde. A la clé, une récompense d’un million de dollars. Parmi les finalistes, on trouve un Français : Paul Duan, 23 ans et fondateur de Bayes Impact, une société californienne « qui fournit des solutions technologiques pour améliorer les services sociaux essentiels dans le monde entier », selon Forbes. Si vous ignorez qui est Paul Duan, une rapide recherche sur Google, vous permettra de découvrir très vite qu’il est le « génie français des algorithmes » (Le HuffPost), le « chevalier blanc de la Sillicon Valley » (Le Figaro Magazine) ou encore le « super-héros de la data-science » (TechMeUp).

Rien que ça. Mon ancien camarade Et le tout enrobé dans un beau storytelling, raconté par Huffington Post pour expliquer la décision du jeune de fonder une ONG d’un nouveau genre : Un storytelling assumé Il admet : Paul Duan, ce génie français des algorithmes qui a mis ses compétences au service d'une ONG. TECHNO - Paul Duan est un petit génie de 22 ans qui aime jouer avec les chiffres et les données informatiques (la data, comme on dit chez les initiés). Une passion qui le conduit naturellement vers la création d'algorithmes sur Internet, ces règles opératoires qui permettent de résoudre un problème grâce à un nombre fini d'opérations, comme c'est écrit dans Le Larousse. Mais ses algorithmes à lui ne sont pas là pour concurrencer Google ou un autre géant de l'Internet.

Ils visent à aider les entreprises solidaires et les Etats à améliorer leurs services aux populations vulnérables. En créant une ONG au printemps 2014, son message est clair. Elle s'appelle Bayes Impact et sa première contribution a consisté à mettre au point, pour des entreprises américaines de microcrédit, des algorithmes de détection de fraude et de prévision du risque de défaut de paiement. Paul Duan aime bien laisser entendre que son violon d'Ingres, c'est le bien commun. Le "Uber" des ambulanciers La messe est dite. Tristan Harris: Comment une technologie meilleure pourrait nous protéger des distractions. Tristan Harris | Ethics for Designers. 65410 76 bibliotheques et communs de la connaissance. Communs numériques et communs de la connaissance.

Les communs désignent tantôt la gestion de ressources que nous avons en commun (climat, haute mer, spectre des fréquences électromagnétiques, biodiversité, connaissances traditionnelles, etc.) et qu’il convient de défendre face aux formes diverses d’accaparement ou de destruction, tantôt ce que nous produisons et/ou gérons en commun dans une optique de partage (ressources numériques ouvertes, jardins partagés, nouvelles formes non-marchandes ou coopératives, financement participatif, etc.). Les communs désignent des pratiques sociales et non des ressources, même si la relation entre la pratique sociale (la « communauté » concernée, sa gouvernance et la manière dont est organisé le partage) et la ressource (ce qui est partagé – commons pool ressource) reste forte.

L’analyse d’un commun peut s’élaborer à partir de perspectives diverses : - les menaces d’enclosure (ce qui exclut les acteurs de l’usage du commun) qui pèsent sur la ressource ou sur les communautés qui en ont pris la charge. Communs de la connaissance et enclosures. « Internet est devenu une ressource essentielle au développement de nos sociétés, tant du point de vue économique que culturel ou social. À ce titre, il doit être considéré comme un bien commun, ou commun, qui ne peut être préempté par les intérêts de certains acteurs, publics ou privés, mais doit bénéficier à la communauté mondiale des utilisateurs. […] Les communs sont au cœur des conceptions qui ont présidées à la naissance d’Internet.

Ils ont permis sa dynamique créative et l’émergence d’une économie du numérique. Depuis, les communs se sont affirmés comme un fait social. Il s’agit aujourd’hui de trouver les moyens de continuer à faire grandir ce commun au bénéfice de toute la société. » Cette citation est extraite du rapport « Ambition numérique » remis par le Conseil National du Numérique (CNNum) au Premier Ministre le 18 juin 2015, dans le cadre de la préparation d’une grande loi sur le numérique. Le renouveau théorique des communs C’est tout le paradoxe de Facebook aujourd’hui. Libres savoirs, les biens communs de la connaissance. Libres savoirs : les biens communs de la connaissance. Produire collectivement, partager et diffuser les connaissances au XXIe siècle / ouvrage coordonné par l’association VECAM. - Caen : C&F éd., 2011. - 1 vol. (351 p.).

ISBN 978-2-915825-06-0 (br.) URL : Ouvrage coordonné par l’Association Vecam Publié avec le concours du Centre Régional des Lettres de Basse-Normandie et le soutien de la Région Basse-Normandie. Cet ouvrage a reçu le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Institut de la Francophonie numérique. C&F éditions, mai 2011 35 C, rue des Rosiers, 14000 Caen Les articles de cet ouvrage sont publiés sous licence Creative Commons : paternité, pas d’utilisation commerciale ( Les articles de cet ouvrage citent les noms de services, compagnies et marques qui appartiennent à leurs propriétaires respectifs et ne sont mentionnés ici qu’à titre documentaire.

De-google-ify Internet - List of services - Framasoft. Framalink Raccourcir et/ou personnaliser une adresse web (URL) en deux clics, et sans pister quiconque (alternative à Bit.ly ou Goo.gl). Framindmap Concevoir, publier et partager des cartes mentales simplement, seul ou en collaborant chacun son tour (alternative à Bubbl.us). MyFrama Trier et conserver ses adresses web (dont les liens vers ses Frama-services) dans un classeur numérique (alternative à Del.icio.us). Framadate Déterminer collaborativement la meilleure date et heure d’une réunion, ou créer un mini-sondage très simplement (alternative à Doodle). Framadrive Obtenir un espace de stockage en ligne pour y héberger, synchroniser (voire partager) ses fichiers (alternative à Dropbox, Google Drive). Framanotes Synchroniser ses notes, images et liens favoris entre ses appareils avec la sécurité qu’offre le chiffrement (alternative à Evernote). Framasphère Partager sur un réseau social éthique et décentralisé, sans voir son profil exploité à des fins publicitaires (alternative à Facebook).

Framagit. Artificialintelligence. Google, Google, pourquoi m'as tu abandonné ? Dans le grand débat sur les Fake News et autres biais racistes ou antisémites proposés dans les résultats des moteurs de recherche, il y a un paramètre que je n'ai pas encore traité et qui est, pourtant, presque le plus évident. Il s'agit de la manière de poser la question. Dans le dernier exemple qui défraya la chronique ("l'holocauste a-t-il vraiment existé ?

"), le fait que Google propose des sites négationnistes dans ses résultats de recherche est évidemment "cohérent" au regard de la question posée : les sites négationnistes sont en effet les seuls à poser ce genre de questions. La réponse est dans la question. Si l'on poursuit cette logique, il est également logique que Google (ou d'autres moteurs) affichent pléthore de résultats plus racistes les uns que les autres face à des requêtes comme "Est-ce que les noirs puent ? " ou "est-ce que les juifs sont radins ? ". Oui mais s'il n'y a plus que des mauvaises réponses alors quelle est la bonne question ? Et oui. En 2016 Google a 18 ans. 1405.2212v1. The Miseducation of Dylann Roof. Le coup de colère de Michel Lussault. Cette conférence a été l'occasion pour le professeur Michel Lussault, directeur de l'IFE mais également président du conseil supérieur des programmes " à ses heures perdues", de dire, en ouverture des travaux, son émoi et sa colère aux 450 personnels de l'éducation participant à ce plan national de formation.

"Depuis quelques jours, annonce-t-il, nous sommes confrontés à une polémique sur le prédicat qui personnellement me laisse pantois » Tous les Grands médias se sont saisi du sujet, le présentant comme une réforme de l'orthographe, avec là encore, une forme de bataille des anciens et des modernes sur un sujet somme toute plus dérisoire qu'il n'y paraît mais propice à la querelle médiatique et à la fracturation de l'opinion publique entre les pour et les contre.

Le prédicat? "Rien de mieux qu'un cache misère " publie par exemple l'Express ; " grammaire simplifiée à l'absurde" publie Le Figaro où Alaîn Bentolila écrit : "le prédicat est une erreur fondamentale". Si le patron est un algorithme, baisons l’algorithme - 21 septembre 2016. Lorsque Uber s’est répandu dans le monde entier, on a pris conscience d’une nouvelle réalité vouée à prospérer : désormais, votre patron pouvait être un algorithme, un programme informatique.

Parce que le modèle Uber, qu’est-ce que c’est ? C’est une plateforme qui met en relation des chauffeurs et des clients, en automatisant les processus. Par exemple, en ce qui concerne le prix de la course, il est fixé par un savant calcul qui fait un ratio entre l’offre en conducteurs et la demande en courses, sur le modèle du « yield management » pratiqué dans l’industrie du tourisme, et qui fait qu’en période de pointe, le tarif s’élève en temps réel (le but étant d’encourager les conducteurs à travailler aux heures de pointe).

Des chauffeurs Uber protestent contre la faible rémunération d’UberEats, face aux dirigeants, à Londres le 26 août 2016 - Matthew Chattle/Shutter/SIPA Et on a vite remarqué qu’un algorithme était un patron exigeant. Détournement de l’algorithme Néo-luddisme malin. Le lecteur fantôme avait emprunté 2.300 livres à une bibliothèque. Toute bibliothèque publique a ses lecteurs passionnés qui lisent beaucoup, mais il y a des limites. Quand un d'eux est capable de rendre des dizaines de livres une heure seulement après les avoir empruntés, ça éveille la curiosité. D'autant plus quand on découvre que cet insatiable lecteur a pris 2 361 livres en neuf mois. Sauver les livres Chuck Finley, c'est son nom, a à lui seul accru la circulation des livres de 3,9% dans la bibliothèque du comté d'East Lake, en Floride.

Mais sa vitesse frénétique de lecture a attiré des soupçons au bout de 9 mois, déclenchant une enquête interne. Elle a révélé que ce bibliophage est une personne fictive, créée par deux des bibliothécaires. Merci, votre inscription a bien été prise en compte. Des subventions basées sur le nombre d'emprunts Découvert, George Dore a été suspendu et un rapport a demandé son licenciement, pour avoir créé une fausse carte de bibliothèque et entré des données falsifiées dans un répertoire public.

Aller plus loin. Fighting Fake News | American Libraries Magazine. Librarians—whether public, school, academic, or special—all seek to ensure that patrons who ask for help get accurate information. Given the care that librarians bring to this task, the recent explosion in unverified, unsourced, and sometimes completely untrue news has been discouraging, to say the least.

According to the Pew Research Center, a majority of US adults are getting their news in real time from their social media feeds. These are often uncurated spaces in which falsehoods thrive, as revealed during the 2016 election. To take just one example, Pope Francis did not endorse Donald Trump, but thousands of people shared the “news” that he had done so. Completely fake news is at the extreme end of a continuum. Less blatant falsehoods involve only sharing the data that puts a proposal in its best light, a practice of which most politicians and interest group spokespeople are guilty. Librarians and journalists: natural allies Librarians can help change this trend.

2 GED. Antonio Casilli: «Faut-il brûler Facebook?» Construire objet recherche. Editorialisation algorithmique. Broadcast Yourself. Le modèle FRBR : illustration par un exemple. Un algorithme est un éditorialiste comme les autres. Bon je m’étais pourtant promis de ne pas en rajouter une couche sur toute cette histoire de bulle de filtre et de rôle des algorithmes / réseaux sociaux / faillite de la presse dans l’élection de Donald Trump qui, pendant qu’on discute du rôle de Facebook dans son élection et de la manière dont il gère son compte Twitter est en train de nommer tranquillou des suprémacistes comme conseillers stratégiques sans que ni la valeureux Barak ni la non-moins valeureuse Hilary ne s’en émeuvent outre-mesure.

Bref. Je ne voulais plus en parler de cette histoire de bulle de filtre mais que voulez-vous, voilà plusieurs jours que ma bulle de filtre ne me renvoie que des articles sur la bulle de filtre prouvant donc ipso facto l’existence d’une bulle de filtre (en tout cas de la mienne). Les algos trient les infos Making of Alors bien sûr les plateformes sociales et les moteurs de recherche sont des outils qui sont en capacité de fabriquer l’opinion. La fachosphère et la gauchosphère Au service d’une cause.

The code I’m still ashamed of – Free Code Camp. L'histoire du développeur qui aurait dû lire Kant. L’idéologie des algorithmes et l’extrémisme de droite. Et si on arrêtait avec les bulles de filtre? – L'image sociale. GAVILLET. Sur Facebook : « Si vous êtes de droite, ajoutez des gens de gauche » Non, Facebook n’a pas fait élire Trump. Curation de contenu & Branded Playlists | Chut on vous écoute. A. Laborderie. Article CIDE 18. Editorialisation. Livre5ansdef.compressed 0.

Editorialisation Vitali Rosati. Écritures numériques et éditorialisation_ Curation par algorithme, le rêve déçu de la toute-puissance de la machine. Sur le Web, la nouvelle police de la pensée. Éditorialisation et nouvelles formes de publication. Algorithmes et éditorialisation automatisée - Séminaire Sens Public. Éditorialisation et nouvelles formes de publication | Journées d'études – sous la direction de Marcello Vitali-Rosati, Michael E. Sinatra et Benoît Melançon. Quatrième panel : « Validation et légitimation des contenus » | Éditorialisation et nouvelles formes de publication. Edito Algo Sum : la vidéo. Témoignage de brutalités policières : attaque massive en déni d’opinion. Faut-il respecter le droit en bibliothèque ?