background preloader

Jeanmarcdavid

Facebook Twitter

(mes) techniques d'écriture - De l'importance des… - Des chiffres à… - Le chapitrage et moi - Du synopsis et de… - Le récit de voyage - Sanahultivers. Les répétitions, c'est moche ; enfin il paraît. Voyons ça dans le détail. 1). Quelques outils bien pratiques : Pour commencer, l'indispensable dictionnaire des synonymes. J'en possède plusieurs, je ne les compte plus, et ils sont forts pratiques pour deux choses : éviter une répétition (vous aviez deviné ?) , et trouver le terme adéquat. Il en existe plusieurs sortes, et je vous engage vivement à ne pas vous contenter d'un seul.

Et puis, par un beau jour de Noël dont je me rappellerai toute ma vie, mon petit frangin m'a offert un Thesaurus. Basiquement, il se trouve séparé en deux. La seconde partie se présente sous la forme d'un index de mots avec les références vous permettant de retrouver ces mots dans la première partie par le biais de tous les thèmes qui s'y retrouvent associés. Ce n'est pas un dico des synonymes qui m'a sorti de mes plus mauvais pas, mais toujours le mythique Thesaurus. 2). Entrons maintenant, si vous le voulez bien, dans le vif du sujet. C'est beau, non ? 3). Note : Figures de style. 10 conseils pour écrire un roman.

Conseil n°1 : Éprouvez votre motivation. Un concours de romans ne s'aborde pas comme un concours de nouvelles. Il ne s'agit pas ici de rendre un texte de quelques pages mais bien de produire à terme un ouvrage complet d'une centaine de pages au minimum. Pour le concours Flammarion par exemple, la limite est en soi affreuse et complètement déplacée par rapport à l'objet : un synopsis de 5000 signes maximum, ainsi qu'un démarrage de 7500 signes maximum. 7500 signes, ce n'est rien ou pas grand-chose, le premier chapitre, 8 à 10 pages en interligne double, autant dire une tête d'épingle dans un projet romanesque.

Avant de vous engager, et parce qu'on a rappelé les statistiques en ce domaine (beaucoup de velléitaires, de vantards et peu de personnes qui vont au bout), reposez-vous la question : est-ce que j'ai envie d'écrire ou juste de prétendre que je suis écrivain ? Conseil n°2 : Restez modeste. Conseil n°3 : Instaurez une routine (hygiène) de travail. Conseil n°5 : Fichez vos personnages. 5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation. Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ? Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ?

De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Et les recherches scientifiques menées ces dernières années vont clairement dans ce sens. Suite à la présentation que j’ai eu l’occasion de réaliser au forum, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux former et apprendre : Découvrez 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux favoriser l’apprentissage dans vos formations. 1. Tous les êtres humains disposent d’une mémoire de travail. De plus, les recherches montrent que l’attention des apprenants chute naturellement au bout d’environ 10 minutes. 2. 3. 4. 5.

Source : J. La carte de concepts. Lorsque vous préparez une formation, vous devez établir les contenus à faire apprendre. Ces contenus se divisent en trois catégories : Le savoir : Il constitue le contenu théorique que les participants à la 1. formation doivent apprendre pour être en mesure de comprendre. Souvent nommé « théorie » ou « notion », le savoir doit être explicité pour que le formateur puisse le présenter et les apprenants se l’approprier.

La partie la plus simple d’un savoir est le mot ou concept. Le savoir est donc composé d’un ensemble de concepts qui va constituer ce que le participant à la formation devra apprendre. Ces concepts sont à l’origine des mots clés qui se trouvent dans les objectifs pour en expliquer le sens. Le savoir-faire : Il constitue le contenu pratique que les participants à 2. la formation doivent être en mesure de réaliser pour démontrer leurs capacités. L’outil de la carte de concepts facilite le travail du formateur en lui permettant d’organiser les savoirs de sa formation. 1. 2. 3. Motivés !

Accueil > Dossiers et articles > Motivés ! Certains élèves savent faire naître et entretenir d'eux-même leur motivation pour les apprentissages scolaires. Mais ce ne sont pas les plus nombreux. Alors comment faire ? Dans ce dossier, Thot présente différentes pistes de réflexion et des conseils très pratiques pour entretenir la motivation chez les élèves et les étudiants. Ils seront précieux aux enseignants qui débutent dans le métier et connaissent eux aussi des périodes de démotivation, autant qu'à ceux qui s'interrogent sur l'efficacité de leurs pratiques. Car on risque gros à ignorer l'entretien de la motivation chez ses élèves, à penser que "le sujet est suffisamment intéressant" ou que "de toutes façons, ils n'ont pas le choix". Il n'est rien de tel que d'avoir été privé d'école pour développer l'envie d'y retourner. Photo : Pink Sherbet Photography via photo pin cc Les rôles, facteurs de motivation dans un wiki 9 septembre 2012 Les wikis sont de beaux outils de collaboration.

Élèves en difficulté et métacognition : qu'en disent les neurosciences ? On observe que les élèves en difficulté ont du mal à produire une réflexion métacognitive. La métacognition serait-elle trop difficile pour cette clientèle ? Peut-être que ce n’est pas pour eux ? Suite à une question soulevée par l’une de nos participantes à l’atelier TIC et métacognition tenue à l’AQUOPS en 2009 : « Pourquoi les élèves en difficulté ont-ils tant de mal à effectuer une réflexion métacognitive », nous avons cherché à y répondre. La réponse que nous avons trouvée est très encourageante. Apprendre La conception que nous avons de ce qui ce passe dans la tête d’un élève lorsqu’il apprend provient des grandes théories de l’apprentissage qui font encore autorité en ce moment : cognitivisme, constructivisme, socioconstructivisme.

Ces théories mettent l’accent sur certains éléments : le cognitivisme [1] s’intéresse au processus de traitement de l’information lié à l’apprentissage et aux stratégies cognitives qui sont efficaces ou inefficaces dans ce processus. Comment ? Gagné, P. La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique | madamemarieeve.

Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. L’individu doit satisfaire les besoins qui sont à la base afin de pouvoir réaliser ceux qui sont au niveau supérieur.

Le plus haut niveau étant le besoin de s’épanouir. Voici l’explication de chacun des niveaux. Besoins physiologiques: Ils sont liés à la survie. Besoin de sécurité : Ce besoin se réfère au fait que tout individu doit se protéger des dangers. Besoin d’appartenance et affectif : Ce besoin a une dimension sociale. Besoin d’estime : Il est le prolongement du besoin précédent. Besoin de s’épanouir : Ce besoin se retrouve au sommet des aspirations humaines. Nous devons tenir compte, en tant qu’enseignant, de ces besoins. Voilà donc la pyramide vue sous un regard ayant une vision pédagogique: N’est ce pas l’objectif premier d’un enseignant? WordPress: Guide de la motivation.

Le mind mapping au service de l'enseignement. Enseignants et étudiants se sont aidés de cartes conceptuelles et de mind maps dessinées sur papier depuis fort longtemps. En automatisant ce processus, les applications logicielles visuelles, et particulièrement les outils de mind mapping, ont facilité les opérations de brainstorming en représentant les idées et concepts impliqués sous forme de branches.

Cette technique a permis à ses utilisateurs de créer des mind maps de beaucoup plus grande taille, immédiatement réorganisables par simple glisser-déposer des branches d'un endroit à l'autre. Qui plus est, certains logiciels de mind mapping offrent une intégration avec MS Office, permettant aux étudiants de transférer leurs idées dans d'autres formats, tels documents Word ou PowerPoint. Dans le milieu de l'enseignement, le mind mapping est fréquemment utilisé pour : Il est maintenant établi que le recours à une mind map peut aider les étudiants à organiser leurs idées et à obtenir une meilleure compréhension des concepts en jeu.