background preloader

Articles

Facebook Twitter

Dix graphiques qui illustrent les inégalités en France. Vague de froid : combien de personnes peinent à chauffer leur logement ? La « précarité énergétique », c’est-à-dire l’impossibilité pour une personne d’avoir un accès normal et régulier aux sources d’énergie nécessaires, concerne jusqu’à un Français sur cinq.

Vague de froid : combien de personnes peinent à chauffer leur logement ?

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Aël Durand Calfeutrer portes et fenêtres, dormir en manteau et bonnet, vivre dans une seule pièce l’hiver, s’endetter pour payer les factures de gaz ou de fioul… De nombreux Français éprouvent des difficultés à chauffer leur logement, encore accrues durant les épisodes de froid intense. Ils souffrent de « précarité énergétique », une situation qui touche, à des degrés divers, près d’une personne sur cinq. Lire aussi : Vague de froid : calculez la température ressentie avec notre convertisseur D’où vient la notion de « précarité énergétique » ? La pauvreté et l’accès à un logement décent font partie de longue date des politiques publiques, mais la question de l’énergie est plus récente. Mobilité et précarité, deux enjeux très liés pour les femmes.

Le 20 septembre, la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances du Sénat publiait un rapport sur les femmes et l’automobile.

Mobilité et précarité, deux enjeux très liés pour les femmes

Au moins 497 personnes sans domicile sont mortes en 2015. Les sans-domicile-fixe recensés par le collectif Les Morts de la rue ne représentent que la « partie visible de l’iceberg ».

Au moins 497 personnes sans domicile sont mortes en 2015

Ils sont morts à 49 ans en moyenne, soit plus de trente ans plus tôt que l’âge moyen de décès dans la population globale, et il ne s’agit que de la « partie visible de l’iceberg ». En 2015, 497 sans-domicile-fixe sont morts en France dans la rue, dans un abri de fortune ou à l’hôpital, a dénombré le collectif Les Morts de la rue, qui publie mercredi 14 décembre son décompte annuel. A ce nombre s’ajoutent les décès de 88 personnes « anciennement à la rue », précise le collectif, qui s’attache à compter les personnes mortes sans abri, grâce aux témoignages de riverains ou d’associations. « Le nombre réel de décès de personnes SDF est estimé à plus de 2 800 », affirme cependant le collectif.

La pauvreté et les inégalités ont encore augmenté en France en 2015. Un Français sur sept vit avec moins de 60 % du revenu médian, selon les dernières estimations de l’Insee.

La pauvreté et les inégalités ont encore augmenté en France en 2015

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Aël Durand Le taux de pauvreté repart à la hausse, passant de 14,1 % à 14,3 % entre 2014 et 2015, selon une estimation de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiée lundi 5 décembre. Désormais, plus d’un Français sur sept vit avec moins de 60 % du revenu médian, qui s’élève à 1 003 euros par mois pour une personne seule. Après une baisse en 2013, cet indicateur retrouve les niveaux atteints en 2011 et 2012, après la crise financière mondiale. Près de 12 millions de Français ont des difficultés à payer leurs factures de gaz et d’électricité. Ces ménages sont en situation de précarité énergétique : ils consacrent plus de 10 % de leurs revenus à leurs dépenses en énergie.

Près de 12 millions de Français ont des difficultés à payer leurs factures de gaz et d’électricité

Près de 12 millions de personnes éprouvent des difficultés à payer leurs factures de gaz et d’électricité, et le chèque énergie qui se met en place ne les aidera pas toutes, prévient l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) dans un bilan publié mardi. Cinq choses à retenir du rapport du Secours catholique sur l’état de la pauvreté en France. L’association publie jeudi son 34e rapport statistique annuel.

Cinq choses à retenir du rapport du Secours catholique sur l’état de la pauvreté en France

Et constate que la pauvreté ne cesse d’augmenter. Plus de 14% des français vivent sous le seuil de pauvreté - le Parisien. La France compte 8,8 millions de personnes pauvres.

Plus de 14% des français vivent sous le seuil de pauvreté - le Parisien

C'est l'un des enseignements d'une étude sur les niveaux de vie publiée mardi par l'Insee. Selon elle, le taux de pauvreté est resté stable en 2014 à 14,1% de la population. « Après dix mois de rue, retrouver un toit, c’est une renaissance » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Rey-Lefebvre Expulsée de son logement avec son fils de 9 ans, Sandrine Scemama, 36 ans, a été SDF pendant presque un an.

« Après dix mois de rue, retrouver un toit, c’est une renaissance »

Elle raconte son âpre quotidien et ses difficiles démarches pour accéder à un domicile. « J’ai signé mon bail le 22 avril, la gardienne m’a remis les clefs et j’y croyais tellement pas que je les ai photographiées ! Chaque fois que je passe dans le hall, je regarde avec émotion la boîte aux lettres avec mon nom. Les fractures territoriales se creusent en France. Les dernières élections, aussi bien nationales que départementales et régionales, ont montré combien les fractures territoriales étaient devenues un enjeu majeur.

Les fractures territoriales se creusent en France

Un document publié jeudi 7 juillet par France Stratégie, l’organisme de réflexion et d’expertise rattaché au ­premier ministre, montre que les inégalités territoriales se sont creusées entre 2000 et 2013. Les métropoles, Paris en particulier, concentrent l’activité à haute valeur ajoutée et les populations qualifiées. Le Nord-Est et le Centre ont notamment décroché par rapport au reste du pays. Les prénoms, révélateurs des discriminations du bac. Le sociologue Baptiste Coulmont publie chaque année son « Projet mentions », qui associe, pour chaque prénom, le taux d’obtention d’une mention « très bien« au bac.

Les prénoms, révélateurs des discriminations du bac

A l’issue de la publication des résultats, il donne au Monde.fr la primeur de son « classement » du bac 2016 (à retrouver en bas de cet article ) et explique sa démarche. En France, les inégalités sont tellement fortes qu’un seul indice, le prénom, suffit à les déceler. Chaque année depuis 2012, je récupère les résultats nominatifs au bac (général et technologique) et je croise, sur mon blog, les prénoms des candidats avec leur mention. Démarche iconoclaste ou paradoxale : quelle idée d’étudier ensemble ces deux choses ! Revenus des 18-24 ans : l’origine sociale déterminante. Etudes, nouvel emploi, chômage : dur de s’en sortir quand on est jeune. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) ont cherché à savoir quelles sont les ressources des 18-24 ans, dans une étude sortie lundi 20 juin. Il s’avère que l’origine sociale détermine pour beaucoup ces appuis financiers. Les parents sont l’une des principales aides.

C’est ce que révèlent les réponses des 6 300 parents et 5 800 jeunes à l’enquête réalisée du 1er au 31 décembre 2014 en France (sauf Mayotte). Sept d’entre eux sur dix reçoivent un soutien de leur père ou leur mère. Lire aussi : Loi travail : dans le cortège parisien, lycéens et jeunes salariés unis contre la précarisation Près de neuf jeunes adultes sur dix, dont le père est cadre ou exerce une profession libérale, ont un soutien financier – contre six enfants d’ouvriers sur dix. Toujours plus de millionnaires dans le monde. En dépit de la crise, les riches sont toujours plus riches, même si leur fortune a progressé un peu moins vite en 2015 que les années précédentes, et le nombre de millionnaires continue de progresser.

Tels sont, en substance, les conclusions du rapport 2016 sur la richesse mondiale des ménages, publié mardi 7 juin par le Boston Consulting Group (BCG), un cabinet américain de conseil en stratégie. Ce rapport révèle que « la richesse mondiale privée », c’est-à-dire les actifs financiers des ménages hors immobilier – épargne bancaire (comptes, livrets, etc.), épargne financière (actions, obligations, etc.) et assurances-vie – s’est établie à 167 800 milliards de dollars (147 720 milliards d’euros) en 2015, en hausse de 5,2 % sur un an. C’est moins que la hausse enregistrée en 2014 (+ 7,5 %). Les enfants pauvres, grands oubliés des pays riches. Pauvreté : aggravation en Ile-de-France, cri d'alarme du Secours catholique. Moins de 990 euros par mois pour vivre. Dans cette région qui regroupe huit départements, du plus riche (Hauts-de-Seine) au plus pauvre (Seine-Saint-Denis), 15% des 12 millions d'habitants (1,8 million) disposent de moins de 990 euros par mois par unité de consommation et la moitié d'entre eux de moins de 750 euros, selon le rapport de l'association publié lundi.

De 2004 à 2012, la proportion des ménages pauvres y a augmenté deux fois plus vite qu'en France métropolitaine (+5 points contre +2,6). Et dans tous les départements à l'exception de Paris et les Hauts-de-Seine, «les revenus fiscaux des 10% des ménages les plus modestes ont moins progressé au cours des dix dernières années que le revenu médian». «Il y a plus de personnes pauvres» et leur niveau de pauvreté «s'aggrave», s'inquiète Hervé Du Souich, président du Secours Catholique Ile-de-France.

«On veut lancer un cri d'alarme: jusqu'où on va continuer dans ce sens-là?» Qu’est-ce que la précarité ? Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI. Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org.

La difficile ascension des enfants d’immigrés. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Margherita Nasi (Envoyée spéciale à Shanghaï) Tirer la sonnette d’alarme ! En France, le nombre de ménages sans aucun revenu augmente. En France, la pauvreté a légèrement augmenté en 2014. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Rey-Lefebvre L’Insee révèle, dans une étude publiée mercredi 23 décembre, que le taux de pauvreté a légèrement augmenté en 2014, passant de 14 % l’année précédente, à 14,2% des ménages français qui vivent donc avec des ressources ne dépassant pas 1 002 euros (60 % du revenu médian) par mois et par unité de consommation*. La pauvreté touche donc, aujourd’hui, en France, 4 millions de ménages, familles monoparentales en tête, soit 9 millions de personnes. Elle avait beaucoup empiré, entre 2008 et 2011, passant de 13 % à 14,4 % des 28 millions de ménages, puis régressé légèrement, en 2012 (14,3 %) et 2013 (14 %).

Pauvreté des enfants : une réalité qu’on ne cesse de redécouvrir. La progression de l’extrême pauvreté en France en trois chiffres. Les enfants européens toujours plus menacés de pauvreté. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Manuel Fritsch. En France, une baisse contrastée des inégalités. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel.

Les enfants : premières victimes de la pauvreté en France. Mardi, l’Unicef a publié un rapport intitulé "Chaque enfant compte. Pauvreté des enfants : une réalité qu’on ne cesse de redécouvrir. L’homophobie s’enracine en France. Les idées fausses, ça suffit ! Les pauvres fraudent dix fois moins que les riches - Stigmatisation. La pauvreté selon l’âge. Allocations chômage, RSA... la vérité sur "la France des assistés".

Décrypter les préjugés sur les pauvres. Serge Paugam, Les formes contemporaines de la pauvreté et de l'exclusion. Le point de vue sociologique. Une journée dans la vie d'Eric, SDF à Paris. En France, 23 % des jeunes sont pauvres. L'Insee fait le portrait d'une France inégale. Sortir de la pauvreté : quelques chiffres et beaucoup d'idées reçues. 5 chiffres à retenir sur la pauvreté. En France, les pauvres encore plus pauvres. Réduire la pauvreté et les inégalités, un investissement d’avenir pour toute la société.

Les seniors de plus en plus touchés par la pauvreté. Les minima sociaux sont loin des critères d’« une vie décente »