background preloader

Education

Facebook Twitter

Un rapport montre que le système d’aides aux jeunes est trop compliqué - La C... Je n’ai jamais vécu de réforme scolaire plus élitiste que celle-ci - Fluctuat... Peut-on parler de pauvreté scolaire ? – Centre d'observation de la société. Autant la pauvreté monétaire fait couler beaucoup d’encre, autant on s’intéresse peu à la pauvreté mesurée selon le niveau de diplôme, que l’on pourrait qualifier de « pauvreté scolaire ». Pourtant, dans la société française, le titre scolaire dispose d’une importance décisive dans la définition des positions sociales. L’échec et le décrochage des jeunes sont médiatisés, très peu le niveau de diplôme de l’ensemble de la population.

Il n’existe aucune définition de la pauvreté scolaire. Selon l’Insee, 16 % de la population des 18 à 65 ans sont « en difficulté face à l’écrit » et 13 % ont des performances médiocres en calcul (données 2011) . Sur ces bases, on peut estimer qu’entre 10 et 15 % de la population ont un très faible niveau scolaire. Comment faire ? Selon l’âge, les enjeux ne sont pas les mêmes : après la retraite, la question de l’insertion professionnelle ne se pose plus. Le calcul de la pauvreté scolaire est fragile. Collège et lycée : peut-on et doit-on encore bannir les téléphones portables de l’école ?

Des professeurs parlent de l’omniprésence des smartphones à l’école et s’interrogent sur les réponses qu’ils doivent y apporter, entre pédagogie et tolérance zéro. Un « fléau », une « guerre sans fin »… l’addiction des adolescents au téléphone portable fait l’objet de débats souvent houleux en salle des profs dans les collèges et les lycées. Plus de huit adolescents sur dix étaient équipés en smartphone, selon une étude du Credoc de 2015, contre 20 % en 2011. Et la tendance gagne l’école primaire, où les élèves commencent à en être dotés parfois dès le CM1, à partir du moment où ils vont seuls à l’école, car cela rassure les parents de pouvoir les joindre à tout moment. En théorie, les portables devraient rester éteints dans les sacs, mais c’est loin d’être le cas. . « Alors tu live-tweetes mon cours ? » Chacun se débrouille pour faire respecter l’interdiction. Calculatrice, photocopieur, enregistreur Comme d’autres, M. . « Je me mets à la place d’élèves qui n’en possèdent pas »

La Formation et l’Éducation peuvent-elles encore être réformées en France ?, Le Cercle. École : "La discipline positive rend les punitions inutiles" Education : une vingtaine de préconisations pour « repenser la classe » C’est une réalité que nul ne peut ignorer : les élèves n’apprennent pas de la même manière, à la même vitesse.

Comment, dès lors, un(e) professeur(e) peut-il/elle conduire chacun d’eux aux mêmes connaissances attendues, et éviter d’en perdre quelques-uns au passage ? En publiant, mercredi 29 mars, vingt-deux recommandations sur la « différenciation pédagogique », le conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) apporte des réponses à un sujet au cœur des préoccupations des enseignants : celui de savoir adapter son enseignement pour la réussite de tous les élèves. Ces recommandations sont le fruit d’un consensus émanant de la recherche et des acteurs de terrain. Elles ont été élaborées par le jury de la conférence de consensus sur la différenciation pédagogique – la quatrième et dernière conférence de ce type organisée par le Cnesco durant ce quinquennat –, qui a eu lieu à Paris les 7 et 8 mars.

Echecs scolaires et inégalités Repenser la classe, être créatif. Les filles en licence de psycho, les garçons en école d'ingénieur, ce que rév... APB - Ils sont 853.262 candidats à s'être inscrits sur la plateforme Admission post-bac, APB. C'est beaucoup plus que l'an dernier, révèle ce mardi 28 mars le Ministère de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche. En 2017, ils sont donc 39.700 candidats de plus (4,9%) que l'an dernier à avoir formulé des vœux sur la plateforme. Une augmentation logique puisque les élèves de terminale sont plus nombreux cette année: 25.800 de plus qu'en 2016. Sur les 24 vœux possibles, les candidats en ont exprimé en moyenne 9,4. S'ils ne peuvent plus en ajouter, ils ont toutefois jusqu'au 31 mai pour les classer par ordre de préférence. 82% des candidats en psychologie sont des femmes Parmi ces choix, c'est l'université qui continue à séduire le plus les candidats, qui sont 38% à postuler pour des licences, et même 53% parmi les élèves de terminale générale.

STAPS et Droit sont les filières universitaires les plus demandées À voir également sur Le HuffPost: Envoyer une correction. Agnès Van Zanten, l'école comme fabrique d'inégalités...? La Faute de l'Ecole. L’éducation, c’est le sujet qu’on a voulu creuser pour ce nouveau Topo. Vous croyez que ça ne vous concerne pas ? Grosse erreur : apprendre, c’est pour tout le monde, toute la vie. Et ça, justement : c’est une des choses que l’école aurait dû vous enseigner... Pour ce travail, on a encore eu la chance de recevoir plein d'excellents conseils, notamment de la part d'Aude C. et Céline O. Merci à elles ! Sinon, la séance de rattrapage pour savoir tout ce que l’école ne vous a pas appris, c'est ici.

Temps de lecture : environ 12 minutes ----------------- Aujourd’hui, on va jouer à un jeu. Le principe est simple : on se déplace de gauche à droite, en allant d’un point A à un point B. Euh, attendez : “passage automatique de l’université au monde du travail” ? … alors que dans la vraie vie, on se retrouve à devoir naviguer à 360°... Et on se retrouve perdu dans l’espace. A ce moment-là, l’éducation a un rôle essentiellement culturel. L'école selon les lois Ferry de 1881-1882 Grosse erreur. Un prof étudie ce que sont devenus ses anciens élèves de Seine-Saint-Denis. Le sociologue Fabien Truong a suivi dix ans durant le parcours dans l’enseignement supérieur d’une vingtaine de ses anciens lycéens de Seine-Saint-Denis. Entretien. LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Marine Miller Ancien professeur de lycée en Seine-Saint-Denis et ­socio­logue, Fabien Truong a suivi pendant dix ans le parcours dans l’enseignement supérieur d’une vingtaine d’anciens élèves.

Dans Jeunesses françaises. Les élèves de banlieue que vous faites parler dans ­votre livre ont tous suivi des études dans le supérieur. Les jeunes banlieusards tendent à cumuler plusieurs stigmates : le mépris de classe, l’illégitimité culturelle, l’origine ­migratoire, le racisme, les difficultés territoriales et, depuis une quinzaine d’années, la question de l’islam. Comme Sara, par exemple : mention bien au bac, étudiante à Sciences Po, invitée à participer à un dîner d’étudiants de première année. Ces jeunes vivent dans l’ambivalence. Et si on s'attaquait aux vraies causes des inégalités scolaires ? | Alternati... L’école tient aujourd’hui une place majeure dans la société française. Premier poste budgétaire de l’Etat après la dette, l’école française accueille plus de 15 millions d’écoliers, étudiants et apprentis, soit 23 % de la population du pays. La durée moyenne de scolarisation est aujourd’hui de 19 ans, alors qu’elle n’était que de huit ans en 1900 et les parcours scolaires déterminent de plus en plus les positions sociales et professionnelles.

C’est pour cette raison que les inégalités scolaires deviennent de plus en plus intolérables. En effet, comment accepter qu’à l’entrée en 6e, les enfants de cadres, de professions intellectuelles et d’enseignants réussissent largement mieux que les enfants d’ouvriers, mais aussi que les filles surpassent les garçons et que la maîtrise des exigences scolaires dépende du type d’école fréquentée ? Comment comprendre que ces écarts s’accroissent au collège, au détriment des moins favorisés socialement et des garçons ? Trois types d’explications. CitiZchool - L'école de leadership citoyen présenté par citiZchool — KissKissBankBank. Présentation détaillée du projet citiZchool est une école de leadership citoyen destinée aux jeunes de 15 à 30 ans de la métropole de Bordeaux. Elle propose un programme qui mène les jeunes vers la découverte de soi, l'autonomie et l'épanouissement.

À travers un programme de 3 heures par semaine qui complète l'éducation nationale, elle permet aux participants de découvrir leurs vocations . L'école adopte une pédagogie innovante permettant de faire émerger une nouvelle vague de jeunes épanouis et acteurs du changement. Mais tout d'abord, d'où vient ce projet? Ces chiffres sont alarmants ! Le fossé se creuse entre les différentes tranches de la société. Ce sont les principales raisons qui nous ont mené à créer citiZchool, l'école de leadership citoyen ! Le point de départ, et nous y croyons : La pédagogie de citiZchool booste la créativité, aiguise l'esprit d'analyse et permet aux participants d'être acteurs principaux de leurs apprentissage. V ) Stimuler la créativité et l’innovation. La Finlande va devenir le premier pays à supprimer toutes les matières scolaires. Le système éducatif finlandais est considéré comme l’un des meilleurs au monde.

Dans les classements internationaux concernant l’éducation, la Finlande est toujours dans les 10 premiers. Toutefois, le gouvernement a décidé de ne pas s’en contenter, et d’entreprendre une véritable révolution de son système scolaire. Les responsables souhaitent supprimer toutes les matières scolaires : il n’y aura désormais plus de cours de physique, mathématiques, littérature ou histoire-géographie. La ministre de l’Education à Helsinki, Marjo Kyllonen, explique ces changements de la façon suivante : “Il y a encore des écoles où l’on enseigne selon des méthodes anciennes, qui fonctionnaient au début du XXème siècle.

Mais aujourd’hui les besoins ont évolué et nous devons créer quelque chose qui soit adapté au XXIème siècle“. Au lieu d’avoir des matières distinctes, les élèves apprendront les événements et les phénomènes dans un cadre pluridiscipinaire. Le système sera complètement rénové à l’horizon 2020. Comment la France a saboté son école. Conversation avec François Taddei : l’éducation et l’« intelligence collective » Les innovations et les expérimentations éducatives sont sans doute aussi anciennes que l’école. Des nombreux collectifs réfléchissent actuellement en France autour de ces sujets, souvent, sans avoir de contact entre eux. Récemment, la ministre de l’Éducation nationale a sollicité le directeur du Centre de Recherches Interdisciplinaires, le biologiste François Taddei, pour conduire une consultation sur l’innovation dans l’apprentissage tout au long de la vie, de la petite enfance jusqu’à la formation continue.

Cette consultation est ouverte au public sur la plateforme apprendredemain.fr. François Taddei, vous préconisez le besoin de « faire évoluer » la société et les manières d’apprendre, pourriez-vous expliquer cette idée ? Les Nations Unies ont défini 17 grands défis, les objectifs du développement durable, dont le numéro quatre, l’objectif d’un apprentissage de qualité tout au long de la vie pour tous.

Il y a une autre tension sous-jacente. Il faut réfléchir à ce qui fait autorité. Education, frontière technologique et populisme. L’économiste Joseph Schumpeter (1883-1950) a montré que les vagues d’innovations technologiques détruisent des emplois dans les anciens métiers avant d’en créer dans les nouvelles industries. ­ Depuis la première révolution industrielle, liée à la machine à vapeur et au réseau de chemin de fer, cette dynamique s’est toujours matérialisée et s’est accompagnée d’une hausse du niveau de vie.

Pour que les mutations permettent l’émergence des nouveaux emplois, deux conditions sont nécessaires : le marché du travail doit être flexible et les travailleurs doivent être formés, par l’école ou la formation professionnelle, aux nouvelles technologies. Il est urgent d’adapter les qualifications avant le tsunami de l’intelligence artificielle (IA) qui, même si elle n’est pas encore dotée d’une conscience artificielle, va bouleverser l’économie. Le risque d’une crise politique Ce risque est particulièrement marqué en France. D’inquiétantes performances scolaires. Au procès de l’école, des professeurs témoignent. Le système éducatif est accusé, au fil des réformes, de renoncer à l’exigence.

Pas si simple, pour les enseignants qui témoignent au « Monde ». LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia C’est une petite musique décliniste qui aura marqué tout le quinquennat de François Hollande : l’école, telle que la gauche l’a « refondée », a renoncé à l’exigence. Comme tous les refrains, il est aussi facile à retenir qu’il semble sonner juste, en tout cas aux oreilles de ceux pour qui l’école, « c’était mieux avant ». Cette école du passé, pensée pour une petite frange d’une génération – et non, comme aujourd’hui, pour la grande majorité –, repose sur une bonne part de fantasme : le mythe de l’élitisme républicain et de l’égalité des chances. Mais le constat récurrent d’inégalités scolaires records, d’un niveau des élèves en chute libre en mathématiques et d’une maîtrise de l’orthographe toujours plus problématique alimente les critiques.

Le changement de rythmes scolaires ? Pétition : le futur de l'enseignement passe par la diffusion libre des conten... Mots de passes, Intranet nécessitant une authentification, diffusion sur support papier restreinte... Les professeurs du supérieur rechignent encore à partager librement leurs cours et leurs documents de travail. Inertie des pratiques ou restrictions volontaires ? Des étudiants militent aujourd'hui pour le libre accès aux documents du supérieur, au nom d'un principe simple : égalité, transparence et accès au savoir pour tous. « Je voudrais voir la pétition qui obligerait les écrivains à publier leurs brouillons en temps réel », répond agacée Sylvie Bonnet, présidente de l'Union des professeurs de classes préparatoires, lorsqu'une journaliste de France Inter lui demande de réagir à une initiative étudiante en faveur d'un meilleur accès aux documents du supérieur.

Droit d'auteur, peur des passagers clandestins, crainte de ne plus voir leurs étudiants en amphi... Voilà comment les enseignants justifient les restrictions d'accès au savoir qu'ils produisent. Illustrations : Yasmine Gateau. EDUMIX, Laboratoire d'utopies concrètes - Graphéine - Agence de communication Paris Lyon. Difficile de reprendre le chemin du travail lundi matin. Un déficit notable de sommeil s'empare de moi après 72h non-stop passés sur la première édition d'Edumix. Voici un petit retour d'expérience. EDUMIX, Késako ? Edumix, c'est un évènement créatif et participatif pour réinventer les lieux et les pratiques de l'enseignement. Se réunissent durant 72 heures pour un sprint créatif des créatifs, des pédagogues, des artistes, des chercheurs, des développeurs, des élèves...

C'est un moment incroyable où tout devient possible, où l'on peut s’autoriser à sortir du cadre, créer des expériences inspirantes et explorer des modes d’action nouveaux. L'objectif étant de contribuer à la transformation en profondeur des lieux de transmission de savoir en mobilisant les innovateurs et créatifs qui relèveront les défis lancés par les opportunités d'un monde contributif et connecté.

Voilà pour la synthèse du concept. La méthodologie du MIX ? Qu'est-ce qui constitue l'identité d'un "Mix" ? Pressenza - L’autodéfense intellectuelle sur les bancs de l’école. Par Aude Raux pour Kaisen Les cours d’autodéfense intellectuelle ont été mis en place au collège Travail Langevin, à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), à la rentrée scolaire 2015. Ces rencontres hors temps scolaire, animées par des intervenants issus de différentes disciplines, permettent aux élèves de se muscler le cerveau et d’affûter leur esprit critique. « La violence est l’arme des faibles » : telle est la punchline du poète latin Syrus (né vers 85 av J.

-C.) ! Pour ne pas en venir aux poings, s’impose une mise au point. C’est ainsi qu’une fois par mois, Anne-Lise Le Brun organise un cours d’autodéfense intellectuelle. « Il s’agit de muscler le cerveau et d’affûter son esprit critique », explique la jeune femme. Tout est parti d’une phrase « Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle ». Ne plus être télécommandés Des clés pour comprendre la complexité du monde « J’ai dit oui », raconte Laurent Kaufmann. The largest internet company in 2030? This prediction will probably surprise you. Pourquoi la réflexivité est la nouvelle compétence à maîtriser - Les Echos Start. La Finlande va devenir le premier pays à supprimer toutes les matières scolaires. 10 février : "Une idée folle", un film sur l’école au XXIe siècle. Théories complotistes : quand Najat Vallaud-Belkacem trolle ses trolls. Pourquoi répondre aux « pourquoi » des enfants ? Une école laboratoire pour améliorer le bien-être des élèves | Défis d'amphi.

« Le Monde » s’engage dans l’éducation à l’information. François Fillon : son programme pour l’Éducation nationale. Les revues de presse. Chronique Éducation. Le programme éducatif de Benoît Hamon. #EdTech : Le numérique, cache-misère de l’éducation ? - Maddyness. FuturEduc, imaginer l'école pour tous à l'ère numérique. EdTech, des études pour imaginer l’éducation de demain. Quand l’école de la vie s’invite en classe. « La façon dont on éduque les enfants conditionne la société dans laquelle on... Arrêtons de comparer l’école publique aux « écoles alternatives » !

Un diplôme d’EdTech, pour imaginer l’éducation de demain. #Formation : Etape Design, le programme qui aide les jeunes en décrochage scolaire à devenir web designers - Maddyness. Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme 2017. Ecoles alternatives, écoles traditionnelles, la grande injustice. Dans dimoitounews, à l’école des migrants. Url?rct=j&sa=t&url= Cette association crée des projets solidaires dans les écoles pour montrer au... Newsletter FrenchEdTech. François Taddei, le chercheur qui « enseigne l'art de la question »

Audacieux, ces proviseurs osent l'innovation et le changement. Feedly. Avec Kartable, les cours, c’est dans la poche. Macron et l'éducation : un programme de gauche ? DocentEdu. Transformer n’importe quelle page web en une leçon interactive – L... Avec Monimalz, La Poste veut aider les enfants à apprendre à gérer leur argent.

La Finlande va devenir le premier pays à supprimer toutes les matières scolaires. L’agriculture urbaine doit rester un bien commun, pas une activité commerciale. « Hoax » : l’instit qui apprend à ses élèves à devenir des détectives du Web. Quand @GayaneAdourian revient sur son expérience #TEDxCESalonED on lit et on partage ! #Education. APB : six MOOC pour aider les lycéens à choisir leurs études supérieures. Philippe Jamet : "Notre système éducatif ne garantit plus la réussite" Cédric Villani : « Plus que jamais, l’école doit s’ouvrir au monde » Les huit propositions du Bondy Blog pour en finir avec les inégalités scolaires.

Quel droit à l’éducation en Europe ? Par Andrea Popescu, Ancien juriste à la CEDH. 164000831. 164000832. Classement Pisa : les élèves français toujours médiocres. Enseignement supérieur : la loi autorisant la sélection en master est promulguée. Ateliers - Education. Burkina : L’éducation inclusive, « un moyen pour atteindre l’éducation pour tous » – L'Actualité du Burkina Faso 24h/24. Education programme de la droite : travailler plus payer moins les professeurs. Sept enseignants racontent leur reconversion sur le tard. Sept enseignants racontent leur reconversion sur le tard. Veille. Innovation Pédagogique. « Moi, jeune prof de 40 ans » Boris Cyrulnik : « Ce qui peut aider un jeune à trouver sa voie, c’est son po... Une « classe inversée » pour remettre l’école à l’endroit. « N’oublions pas le bilan de M. Fillon en matière d’éducation » Au Danemark, les cours d'empathie sont obligatoires dans les écoles depuis 1993.

Les lab schools : une voie possible pour rapprocher enseignement et recherche... Le programme de Benoît Hamon pour l’Éducation nationale. Comment aménager sa cuisine pour des enfants autonomes ? - Cuisine Montessori. « Au lieu de réduire les inégalités, notre système éducatif les renforce » Le mouvement d'une génération - Paris (75000) - La Montagne. G. Babinet : "Dans le supérieur, le premier investissement doit concerner la ... L'empathie des professeurs favorise la réussite scolaire des élèves. Jean-Michel Pasquier, fondateur de Koeo, plateforme du mécénat de compétences: "Tous responsables de l'entreprise responsable" J'ai grandi dans un quartier prioritaire, je me sens moins favorisée que d'autres élèves.

Le niveau des diplômes a-t-il baissé en France ? Pas si simple… CNP Assurances: signe son premier accord GPEC.

EdTech et EdNum

Système et inégalités scolaires. Engagement citoyen et Education Populaire. Innovations pédagogiques. Veille et presse (milieu éducatif) Feedly. Read more, know more.