background preloader

Dépollution & Phytoépuration

Facebook Twitter

E17 - Les méthodes simples de traitement de l’eau à domicile. 1) De quoi s’agit-il ?

E17 - Les méthodes simples de traitement de l’eau à domicile

Les méthodes présentées dans cette fiche permettent de rendre de l’eau potable. Elles sont applicables à domicile, à l’échelle familiale.Les méthodes décrites sont : * La filtration sur tissu . * La méthode des trois récipients * Le traitement par ébullition * Le traitement par chloration* Le traitement par filtre céramique * La filtration sur sable * La méthode Naîade (rayons UV)* La méthode Sodis (rayons solaires)* La méthode Solvatten (rayons solaires)* La méthode Lifestraw 2) Pourquoi ?

Le traitement de l’eau avant consommation permet de lutter contre de nombreuses maladies comme la dysenterie, la typhoïde et le choléra. Illustration Croix Rouge 3) La filtration sur tissu On peut facilement filtrer de l’eau avec du tissu. A) Avantages - Simplicité de la mise en œuvre- Coût quasiment nul- Très utile, voire indispensable en prétraitement b) Inconvénient - Traitement sommaire ne pouvant pas rendre l’eau potable si elle est contaminée à l’origine b) Inconvénients Photo Naiade.

Permaculture Eau Phytoépuration gestion écologique des eaux usées‬‏ Lagunage. Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique.

Lagunage

Le lagunage est un procédé naturel d'épuration qui a pour principe d'utiliser la végétation aquatique comme agent épurateur des eaux polluées. Les plantes aquatiques sont ici utilisées comme support aux colonies bactériennes, assurant l'épuration efficace de l'eau qui traverse lentement les colonies végétales installées. Les éléments polluants comme le nitrate sont ainsi absorbés par les plantes pour restituer, en sortie de lagunage, une eau de bonne qualité. Principe Une station de lagunage, c'est d'abord une succession de bassins (de 3 à 5) de 0,40 m à 1,20 de profondeur dans lesquels l'eau s'écoule par gravité.

Epurez vous-même vos eaux usées grâce aux plantes. Utiliser un système non polluant et non consommateur d'énergie pour épurer nos eaux usées.

Epurez vous-même vos eaux usées grâce aux plantes

C'est possible, avec des moyens naturels Objectif Utiliser un système non polluant et non consommateur d'énergie pour épurer nos eaux usées. Enjeux Protéger la ressource en eau. Avantages pour le particulier. Une solution alternative, la phytoépuration. © Antoine Bosse-Platière Nos eaux usées polluent trop souvent la nature sans que l’on s’en rende compte.

Une solution alternative, la phytoépuration

Un grave problème dans les zones rurales qui ne connaissent pas le tout-à-l’égout. L'épuration autonome classique avec tranchées d'épandage © D. Klecka La phytoépuration fait appel aux bactéries présentes dans les systèmes racinaires des plantes pour épurer l'eau. Comment ça marche ? Assainissement : les bactéries attaquent. Quatre habitations de la région PACA l'ont déjà adopté.

Assainissement : les bactéries attaquent

Un an plus tard, tous les propriétaires sont convaincus de l'efficacité du système biologique d'épuration mis au point par Jean-Marius d'Alexandris. Le procédé n'a rien de conventionnel puisqu'il consiste à utiliser le pouvoir des bactéries pour traiter les eaux usées. "J'ai pris conscience qu'il y avait dans nos canalisations des êtres vivants microscopiques invisibles : les bactéries et qu'elles pouvaient jouer un rôle primordial dans le domaine de l'assainissement", raconte le gérant de la société Lyse Concept. Après l'injection d'un "cocktail de bactéries" au démarrage, il n'y a qu'à laisser se développer un écosystème dans la fosse.

La principale différence avec un système conventionnel étant que, une fois épurées, au lieu de se répandre dans le sol ou la nappe phréatique, les eaux usées sont recyclées pour alimenter un système d'arrosage par irrigation enterrée. Les bassins phytoplantés - Le Bois du Barde, ou la réalisation d'u rêve. Dimanche 17 juillet 7 17 /07 /Juil 15:08 Pour notre installation, les bassins phyto plantes sont un gros pavé, d'abord qu'est ce que s'est des bassins phyto plantes: définition:(source ekopedia)

les bassins phytoplantés - Le Bois du Barde, ou la réalisation d'u rêve

Dépollution des sols : la Chine cultive les plantes" accumulatrices". Les premières mentions de fougères utilisées comme accumulateurs d’arsenic remontent à 2001, année de la publication d’un article dans Nature.

Dépollution des sols : la Chine cultive les plantes" accumulatrices"

Le 3 juin 2009, le China Daily a publié un long entretien avec Chen Tongbin, spécialiste des sols à la CAS (Académie Chinoise des Sciences). Ce chercheur explique qu’après de longues années de travaux, il a mis au point une remédiation des sols pollués à l’arsenic dès 1999. Chen continue ses recherches sur le sujet mais ses découvertes sont aussi utilisées opérationnellement, par exemple dans le Hunan, à proximité de sites miniers.

Ils ont entraîné, dans un rayon de 30 à 40 km, de fortes pollutions. La fertilité des sols cultivés est réduite à néant. Phytoremédiation : une technique "améliorée" Assainissement individuel : les atouts de la phytoépuration. En 2012, l’assainissement individuel sera obligatoire pour toutes les maisons non raccordées au réseau.

Assainissement individuel : les atouts de la phytoépuration

La phytoépuration, ou filtre planté de roseaux, offre une alternative écologique à la fosse toutes-eaux en éliminant totalement la pollution et en évitant le traitement des boues. Chaque maison doit être raccordée au tout-à-l’égout. Mais, lorsque celui-ci est trop éloigné, le recours à une solution individuelle est incontournable. Monde Végétal -> Dépollution -> Dépollution des Sols par les Plantes. L'attitude de certaines plantes à se lier, sans dommages pour elles, à différents polluants ouvrent des perspectives de remédiation des terrains contaminés.

Monde Végétal -> Dépollution -> Dépollution des Sols par les Plantes

Et si les plantes nous permettaient de traiter la pollution des sols, un épineux problème qui concerne des milliers de sites industriels disséminés dans l'Hexagone ? Après tout, les plantes sont déjà couramment utilisées par les ingénieurs pour stabiliser les berges, empêcher glissements de terrain et avalanches, épurer les eaux usées...

Les travaux de nombreux chercheurs ont d'ores et déjà permis d'identifier des dizaines d'espèces végétales capables d'agir sur les polluants les plus communs, notamment les métaux lourds (plomb, cuivre, arsenic, cadmium etc.). Des travaux qui, malheureusement, peine à quitter les laboratoires pour pénétrer le milieu industriel. La dépollution par les plantes. Dépollution des sols. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dépollution des sols

Des sites plus pollués ou suspectés de l'être sont répertoriés dans tous les pays de l'UE, en vue de les dépolluer ou d'éviter de les utiliser pour certaines activités. Ce graphique présente pour l'Europe le nombre de sols dépollués, pollués, probablement pollués ou abritant une activité polluante, et leur statut (état 2006). Par rapport au nombre de ceux qui restent, peu de sites pollués semblent avoir déjà été dépollués[2] En effet, la présence de polluants dans le sol pose des problèmes de toxicité dès lors que ces polluants peuvent migrer (sous l'effet de l'écoulement des eaux, de la manipulation de la terre, de plantations, de l'acidification du milieu...) ; une fois dans la chaîne alimentaire ils entrent en contact avec l'homme via son alimentation. Semence Mag le magazine des semences et graines vegetales. Des plantes pour dépolluer le sol.

Un petit village du Gard tente de dépolluer ses sols à l’aide de deux plantes absorbantes. Une solution écologique en laquelle les habitants ont fondé beaucoup d’espoirs. On a récemment parlé d’une commune sarthoise qui troquait ses éboueurs contre des poules, pour se débarrasser de façon écologique des ordures. Dans la même lignée, des tests pour dépolluer le sol naturellement sont en cours dans un petit village du Gard. Sur l’ancien site minier de zinc et de plomb, ont été plantées deux fleurs absorbant les polluants du sol pour les stocker dans leurs feuilles. Jusqu’en 1991, l’extraction de minéraux était la principale activité de Saint-Laurent-le-Minier. La reconversion des villageois est devenue de plus en plus dure. Un espoir pour le village Depuis deux ans, Saint-Laurent-le-Minier expérimente les vertus de deux plantes absorbantes de polluants de sol sur une surface de 250 m².

Par Mathilde Bourge. Les timides débutsde la dépollution des solspar les plantes. Plus de 400 plantes peuvent éliminer les polluants organiques ou les métaux lourds dans les sols. Couramment pratiquée aux États-Unis, la phytoremédiation fait ses premiers pas en France. On en connaît environ quatre cents. Quatre cents plantes aux vertus particulièrement appréciables puisqu'elles permettent de dépolluer les sols. Plomb, hydrocarbure, nickel, uranium, pesticides, chlore… Rien ou presque ne leur échappe. À une condition toutefois : il leur faut du temps. «L'idée est apparue il y a une vingtaine d'années», précise Thibault Sterckeman, chercheur à l'Institut national de recherche agronomique (Inra) de Nancy, spécialisé dans la phytoremédiation. Dépollution à 100% non garantie Il y a celles qui, à défaut de faire disparaître les polluants, les fixent et évitent leur propagation. «Prenez un site saturé de gasoil. Mais, attention, précisent les spécialistes.

Est-ce pour ces raisons que les Français se montrent encore si timides sur ces méthodes ? Dossier Nature (Ces plantes qui dépolluent) 124:RE n° 124.qxd.qxd - Dossier_Nature__Ces_plantes_qui_depolluent__124.pdf. Plantes phytoepuration plantes épuratrices traitement de l'eau. Traitement des eaux usées par les plantes. Traitement des eaux par phyto-épuration. Aquatiris.