background preloader

Collaboration

Facebook Twitter

Amazon. De la crise économique au monde post social. Le dernier ouvrage d’Alain Touraine, intitulé "la fin des sociétés", est présenté par l’éditeur comme "le couronnement théorique de (son) œuvre".

De la crise économique au monde post social

C’en est un incontestablement, et dans tous les sens de cette expression. D’abord au sens architectural du terme, puisque cet ouvrage vient parfaire l’édifice d’une œuvre sociologique abondante et stimulante qui a permis à son auteur d’acquérir une véritable aura internationale, en particulier en Amérique Latine. C’est aussi un couronnement au sens de l’achèvement puisqu’en ré-abordant nombre de ses apports théoriques, l’ouvrage prend des allures testamentaires. C’est enfin un couronnement pour l’un des concepts-clés de l’œuvre du sociologue, c’est-à-dire "le Sujet". C’est en tout cas ce concept qui constitue le principal legs que Touraine nous transmet et qui permettra encore de nombreuses analyses sociologiques à sa suite.

La destruction du social. La révolution sera californienne et technolibérale. Il y a en France des «zadistes», de ZAD, zones à défendre.

La révolution sera californienne et technolibérale

Ils sont violents, ils cassent le monde autour d’eux. Il y a à San Francisco des ZDCistes, de ZDC, zone de confiance. Ils construisent le monde de demain. Si on veut retrouver de l’espoir, un bel espoir, dans ce XXIe siècle qui s’ouvre, si on refuse de se laisser désespérer par le terrorisme, la stagnation séculaire, la corruption généralisée et la nullité politique, il faut lire Le Modèle californien, de la sociologue Monique Dagnaud (qui collabore par ailleurs à Slate; NDLR).

Why Facts Don’t Change Our Minds. In 1975, researchers at Stanford invited a group of undergraduates to take part in a study about suicide.

Why Facts Don’t Change Our Minds

They were presented with pairs of suicide notes. In each pair, one note had been composed by a random individual, the other by a person who had subsequently taken his own life. The students were then asked to distinguish between the genuine notes and the fake ones. Some students discovered that they had a genius for the task. Out of twenty-five pairs of notes, they correctly identified the real one twenty-four times. As is often the case with psychological studies, the whole setup was a put-on.

In the second phase of the study, the deception was revealed. Les responsables politiques - RRI Tools. Apprendre à construire le désaccord pour réinventer le dialogue sociétal. « Notre nation est plus divisée que nous ne le pensions » reconnaissait Hillary Clinton quelques heures après sa défaite à l’élection présidentielle américaine.

Apprendre à construire le désaccord pour réinventer le dialogue sociétal

Divisées et polarisées, les sociétés occidentales semblent l’être de plus en plus, et leurs élites toujours plus étonnées à chaque fois que ces divisions se manifestent dans les urnes, sur les médias sociaux ou sur les plages. Comment le « débat démocratique », qui semble pourtant s’exercer largement et sans tabous via un large ensemble de canaux de communication au point d’en être parfois théâtralisé à l’extrême, peut-il à se point faillir à nous faire prendre conscience de l’existence de si forts courants d’opinion antagonistes et, a fortiori, nous empêcher de comprendre les raisons qui poussent nos concitoyens à penser de manières si radicalement différentes ?

La culture du débat en question Réapprendre à dialoguer… grâce à la science ? La médiation scientifique et le dialogue science-société Disclosure. Comment la violence vient aux groupes. Recensé : Donatella della Porta, Clandestine Political Violence, Cambridge University Press, 2013, 338 p.

Comment la violence vient aux groupes

Publié en 2013, Clandestine Political Violence a reçu un accueil plutôt discret et moins enthousiaste qu’on aurait pu l’imaginer compte tenu de la renommée de Donatella della Porta, professeure de sociologie politique à l’Institut universitaire européen de Florence, spécialiste des mouvements sociaux et auteure d’un ouvrage de référence consacré aux luttes armées d’extrême-gauche en Allemagne et en Italie [1]. Une recension parue dans Social Forces a certes applaudi la publication d’une étude « convaincante et opportune », issue d’un travail de recherche « magistral », mais sans mettre en perspective les principales thèses de l’auteure et sans véritablement expliciter les raisons qui motivaient un tel jugement [2].

Repenser la violence politique Cette triple perspective complète et enrichit l’approche de D. della Porta dans Social Movements, Political Violence, and the State (1995). After Hegemony: Cooperation and Discord in the World Political Economy - Robert O. Keohane. Gifts of Cooperation, Mauss and Pragmatism - Frank Adloff. Browse - HighQ. Du Web aux wikis : une histoire des outils collaboratifs. Les outils collaboratifs répondent aux besoins des utilisateurs de travailler en groupe, par exemple, faciliter l'écriture collaborative de documents.

Du Web aux wikis : une histoire des outils collaboratifs

Nés de la croisée de technologies indépendantes (messagerie, forum, workflow...), ils ont permis de mutualiser les ressources. C'est ce qui explique pourquoi ils se sont progressivement généralisés auprès des utilisateurs. Les applications à but collaboratif sont à peu près aussi anciennes que l’Internet et indissociables de l'idée de communauté. Dès 1968, Joseph Carl Robnett Licklider et Robert W. Taylor, deux des fondateurs d’Arpanet — le prédecesseur d'Internet —, pressentent l’apparition des communautés qu'ils définissent alors comme des communautés de partage d’intérêt par opposition aux communautés de proximité géographique classiques.

L'histoire des outils collaboratifs commence avec la « libéralisation » de l’Internet vers la fin des années 80. Les moyens de collaborer sur le Web.