background preloader

Richard Stallman et Co

Facebook Twitter

Book about Richard Stallman

Happening. About France (Richard Stallman) General thoughts and philosophy. Interview. Software. Patents & Co (Richard Stallman side) Richard Stallman's Personal Page. Richard Stallman. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Richard Stallman

Pour les articles homonymes, voir Stallman. Richard Matthew Stallman (né à Manhattan, le ), connu aussi sous les initiales rms (en minuscules[1]), est un programmeur et militant du logiciel libre. Initiateur du mouvement du logiciel libre, Il lance, en 1983, le projet GNU et de la licence publique générale GNU connue aussi sous l’acronyme GPL. Il a popularisé le terme anglais « copyleft »[2]. Programmeur renommé de la communauté informatique américaine et internationale, il a développé de nombreux logiciels dont les plus connus des développeurs sont l’éditeur de texte GNU Emacs, le compilateur C de GNU, le débogueur GNU mais aussi, en collaboration avec Roland McGrath, le moteur de production GNU Make.

Depuis le milieu des années 1990, il consacre la majeure partie de son temps à la promotion du logiciel libre auprès de divers publics un peu partout dans le monde. Biographie[modifier | modifier le code] Tout bascule au début des années 1980. Savoir-vivre: accueillir Richard Stallman, embûches et impératifs. Derrière les logiciels comme les idées en général, il y a des humains.

Savoir-vivre: accueillir Richard Stallman, embûches et impératifs

Avec leur caractère, leurs qualités et leurs défauts. Cela vaut bien sûr pour les nombreuses personnalités qui ont forgé le mouvement des logiciels libres (comme Eric Raymond, auteur du texte fondamental qu'est "La cathédrale et le bazar", mais aussi libertarien fou d'armes), dont la figure qu'est Richard Stallman (RMS). (sur lequel on peut lire en français un excellent Framabook, la biographie "Richard Stallman et la révolution du logiciel libre") Richard Stallman, 59 ans, se déplace depuis des années à travers le monde et est un conférencier connu pour ses présentations de la philosophie du Libre, comme pour ses plaisanteries et ses détestations (éviter de parler devant lui de Linux, en oubliant le GNU devant, ou d'open source).

Le libriste Florent Zara a publié sur Linuxfr un résumé commenté de ce texte (avec le lien vers sa version originale). À lire aussi. Richard M. Stallman on Steve Jobs: "I'm not glad he's dead, but I'm glad he's gone" I'm not sure what Richard M.

Richard M. Stallman on Steve Jobs: "I'm not glad he's dead, but I'm glad he's gone"

Stallman, software freedon activist and the main author of the GNU General Public License, was thinking when he wrote this over on his personal blog: Steve Jobs, the pioneer of the computer as a jail made cool, designed to sever fools from their freedom, has died. As Chicago Mayor Harold Washington said of the corrupt former Mayor Daley, "I'm not glad he's dead, but I'm glad he's gone. " Nobody deserves to have to die - not Jobs, not Mr. Bill, not even people guilty of bigger evils than theirs. I can understand that Apple's view of computing is at odds with Stallman's view of the world, but this sort of outburst is uncalled for.

Others topics

Richard Stallman : « Plus rien ne me fait rêver dans la technologie » - Tech. Entretien avec Richard Stallman, l'inventeur du logiciel libre, résolument attaché aux libertés et au combat contre toutes les technologies qu'il juge « oppressives ».

Richard Stallman : « Plus rien ne me fait rêver dans la technologie » - Tech

Ce n’est pas tous les jours que l’on a rendez-vous avec un homme qui a changé le monde. Richard Stallman est de ceux-là. En 1983, alors que les questionnements les plus fondamentaux de mon existence tournaient encore autour de mes animaux en peluche, « rms » inventait le logiciel libre. On a raconté mille fois l’histoire. Fâché de découvrir que Xerox l’empêchait de corriger lui-même le pilote de l’imprimante défectueuse de son laboratoire de recherche, Stallman décidait que plus jamais il ne laisserait quiconque le priver du droit de contrôler son propre environnement informatique.

Plus de trente ans plus tard, c’est toujours avec la même passion que l’homme à la barbe touffue et aux cheveux longs, intègre voire intégriste, défend la liberté des utilisateurs et des développeurs, autant que la sienne.