background preloader

Élèves et persévérance scolaire

Facebook Twitter

Aimer / détester une matière : Une approche inédite du décrochage scolaire. Dans le dernier opus qu’il coordonne, Yves Reuter propose à la fois, une approche complètement nouvelle s'appuyant sur la spécificité des enseignements disciplinaires et une manière de relire et de relier les principes pédagogiques permettant de prévenir le décrochage scolaire.

Aimer / détester une matière : Une approche inédite du décrochage scolaire

Yves Reuter est professeur de didactique du français à l'Université Charles de Gaulle - Lille 3. Fondateur et ancien directeur de l'équipe de recherche THEODILE (équipe francophone qui fut la plus importante en didactique de français et en didactique des disciplines). Comment définissez-vous un vécu disciplinaire d’un élève ? Je dirais qu’il s’agit des sentiments, émotions... que les élèves déclarent vivre en relation avec telle discipline ou tel ensemble de contenus.

Mais en fait il me semble préférable de parler de vécus, au pluriel, qui peuvent être différents selon les matières. Décrochage : Le défi réussi du ministère. Il y aura toujours trop de décrocheurs.

Décrochage : Le défi réussi du ministère

A preuve le fait que la ministre veut étendre la scolarité à 18 ans. Mais le ministère publie des chiffres qui montrent une réelle décrue en quelques années. Si le nombre de décrocheurs n'a pas été divisé par deux comme l'avait promis F Hollande, on s'en rapproche... Une nette décrue Objectif 80 000 : c'est ce que la ministre a fixé pour l'année 2017. Incontestablement c'est un succès. Droit au redoublement et prime. 2016 L’activité des enseignants face au décrochage scolaire : Quelles difficultés et quelles mises en œuvre professionnelles ?

Décrochage : Des élèves à risque pour les enseignants. Lutter contre le décrochage scolaire st devenu une priorité régulièrement rappelée par l'institution scolaire.

Décrochage : Des élèves à risque pour les enseignants

Mais quel est son prix ? C'est cette question que soulève Françoise Bruno dans un article de la revue Questions vives totalement consacré au décrochage. "La prise en charge des élèves à risque de décrochage peut constituer une entrave à l’organisation par l’enseignant d’un milieu de travail pour les élèves", relève -t-elle, "entraînant un conflit entre préoccupations et occupations... Une des principales caractéristiques des élèves pointés comme à risque de décrochage scolaire est que leur intégration dans le groupe de pairs est difficile, sur le plan des apprentissages comme sur celui des relations sociales.

Elle plaide pour une formation approfondie des enseignants. Questions vives n°25 Décrochage : Un défi réussi. Data Center / Data Center Overview. Respel : détail de la ressource. École et comportement. L'évaluation par compétences : Une solution pour lutter contre les inégalités sociales à l'école ? "On livre des pistes intéressantes.

L'évaluation par compétences : Une solution pour lutter contre les inégalités sociales à l'école ?

Je suis convaincu qu'il faut sortir du système de notation dont on connait les biais". Pour Pascal Huguet, directeur de recherches au CNRS - Sciences cognitives), qui a livré de premiers résultats d'une enquête menée dans l'académie d'Orléans Tours, il n'y a pas de doute : l'évaluation par compétences doit s'imposer pour faire reculer les inégalités sociales à l'école. Interrogé par le Café pédagogique, il partage les conclusions de ses travaux qui continuent à poser des questions. Difficile de parler d'une étude qui n'est ni publiée ni même rédigée.

Pour en savoir plus force est de se tourner vers son directeur, Pascal Huguet, directeur de recherche au Laboratoire de Psychologie Cognitive (LPC) à l'Université de Provence. Le protocole L'enquête a touché 2600 élèves de l'académie d'Orléans - Tours , 1500 suivant une évaluation par compétences et 1100 constituant un groupe témoin ayant les mêmes caractéristiques sociales, selon P Huguet. Les résultats. 65 septembre 2011. Ce qui soutient les élèves. Sous la responsabilité de Dominique Glasman et Patrick Rayou, une équipe de recherche vient de proposer de nouvelles pistes à partir de plusieurs enquêtes réalisées soit dans des établissements « ordinaires », soit dans des dispositifs plus spécifiques, avec le soutien du CGET (commissariat général à l’égalité des territoires) et du Centre Alain-Savary – IFÉ.

Ce qui soutient les élèves

Quand des élèves accueillis dans un établissement ou un dispositif scolaire, réussissent, qu'est-ce qui leur permet de réussir ? Peut-on, au-delà de la seule évocation des qualités propres de l'élève ou de ses dispositions à l'apprentissage, comprendre ce qui les a soutenus dans leur parcours ? Ou, pour le dire autrement, comment les soutiens qui leur ont été offerts ont été utilisés, mobilisés, par les élèves ? Si la « réussite » à l’école est évidemment polysémique (un état ou un processus ? Réussite scolaire ou réussite « éducative » mesurée par la confiance en soi ?) Télécharger le rapport (100 Pages)