background preloader

Cathédrale & Bazar

Facebook Twitter

Le texte. La cathédrale et le bazar ( The Cathedral and the Bazaar) Auteur : Eric S. Raymond ( esr@thyrsus.com) Traducteur : Sébastien Blondeel $Date: 1998/08/11 20:27:29 $ J'analyse le succès d'un projet de logiciel dont le code source est ouvert, NdT traduction de open-source software, terme par lequel l'auteur a délibérément remplacé le terme précédent free software (logiciel libre). ``Ouvert'' signifie ici à la fois public et susceptible d'être commenté et corrigé par ceux qui s'y intéresseront suffisamment. fetchmail (``va chercher le courrier''), qui a été lancé délibérément pour tester certaines théories surprenantes du génie logiciel suggérées par l'histoire de Linux. 1.

Linux est subversif. NdT Aux termes to hack, hacker, Eric S. Faites pendant le temps libre de plusieurs milliers de développeurs disséminés de par le monde, et reliés seulement par les les liens ténus de l'Internet ? Certainement pas moi. Linux a remis en cause une grande partie de ce que je croyais savoir. 2. 1. 2. 3. 4. 5. Second look to Cathedral & Bazaar. This paper provides an overview of the weaknesses of Eric Raymond's (ESR) paper The Cathedral and the Bazaar (CatB) as well as the more coherent demonstration of the fact that the bazaar metaphor is internally contradictive. It is also to a certain extent a reaction to the publication of Eric Raymond's new book The Cathedral and the Bazaar: Musings on Linux and Open Source by an Accidental Revolutionary (Sebastopol, Calif.: O'Reilly & Associates, 1999).

In this paper a more objective picture of the status competition in the OSS environment is provided. Contents IntroductionSome Vulnerabilities of The Cathedral and the BazaarStatus Competition in Internet-Based Developer CommunitiesConclusion Introduction "Facts are stubborn things; and whatever may be our wishes, our inclinations, or the dictates of our passions, they cannot alter the state of facts and evidence. "- John Quincy Adams Open source is a very interesting and influential phenomenon.

"What is a mythical man-month anyway? Encyclopédie de L'Agora. Traduction du texte célèbre de Eric Raymond, The Cathedral and the Bazaar. Eric Raymond, un informaticien impliqué dans les projets de développements logiciel sous UNIX explique comment selon lui, le modèle coopératif de développement de Linux, qui exploite les ressources Internet, remet en question les modèles traditionnels de gestion de projet. La diffusion de ce texte a été telle que les propos de Raymond ont incité Netscape a rendre disponible le code source de Communicator 5.0. «Quand, début 1993, Linux est apparu pour la première fois sur mon écran radar, cela faisait déjà dix ans que j'étais impliqué dans le développement sous Unix et dans la programmation de logiciels dont le code source est ouvert.

Au milieu des années 1980, j'étais l'un des premiers contributeurs à GNU. J'avais distribué sur le réseau une bonne quantité de logiciels dont le code source est ouvert (nethack, les modes VC et GUD pour Emacs, xlife, et d'autres), encore largement utilisés de nos jours. La Cathédrale et le Bazar. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Cathédrale et le Bazar (titre original : The Cathedral and the Bazaar) est un essai, paru en 1999, de Eric Raymond, cocréateur du terme open source. Thème de l'essai[modifier | modifier le code] Dans La Cathédrale et le Bazar, Eric Raymond relate le développement du système d'exploitation Linux et du logiciel Fetchmail et expose les différences fondamentales entre le processus de développement de ces logiciels open source et celui des logiciels Emacs et gcc[1] : Une des conclusions partant de ce constat est le concept « Release early, release often » (« Publiez tôt, publiez souvent »).

Mieux vaut publier un logiciel fonctionnel mais imparfait, dynamique et pouvant bénéficier des contributions de chacun (marché) que d'attendre un stade de développement avancé (cathédrale). Développements ultérieurs du concept[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] (Cet ouvrage contient plusieurs autres essais du même auteur) Linus Torvalds. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Linus Benedict Torvalds, né le à Helsinki en Finlande, est un informaticien américano-finlandais[1]. Il est connu pour avoir créé en 1991 le noyau Linux dont il continue de diriger le développement. Il en est considéré comme le « dictateur bienveillant ». Biographie[modifier | modifier le code] Linus Torvalds fait partie de la communauté des Finlandais suédophones (Finlandssvensk), une population représentant 6 % des habitants de la Finlande.

Il découvre l'informatique vers l’âge de 11 ans grâce à l'ordinateur de son grand-père (un Commodore VIC-20)[3]. Inspiré par le système Minix développé par Andrew S. Après avoir quitté l'Université d'Helsinki, Linus Torvalds a travaillé de à chez Transmeta, une société de la Silicon Valley qui fabrique des microprocesseurs à faible consommation électrique.

Linus Torvalds a également créé le logiciel de gestion de versions Git, initialement prévu pour le développement du noyau Linux. Richard Stallman. Pour les articles homonymes, voir Stallman. Richard Matthew Stallman (né à Manhattan, le ), connu aussi sous les initiales rms (en minuscules[1]), est un programmeur et militant du logiciel libre. Initiateur du mouvement du logiciel libre, il lance, en 1983, le projet GNU et la licence publique générale GNU connue aussi sous l’acronyme GPL. Il a popularisé le terme anglais « copyleft »[2]. Programmeur renommé de la communauté informatique américaine et internationale, il a développé de nombreux logiciels dont les plus connus des développeurs sont l’éditeur de texte GNU Emacs, le compilateur C de GNU (GCC), le débogueur GNU (gdb) mais aussi, en collaboration avec Roland McGrath, le moteur de production GNU Make. Depuis le milieu des années 1990, il consacre la majeure partie de son temps à la promotion des logiciels libres auprès de divers publics un peu partout dans le monde.

Biographie[modifier | modifier le code] Richard Matthew Stallman est né à Manhattan le . Richard M. Richard Stallman : Une société des réseaux libérée. Eric Raymond. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Open source / Free software[modifier | modifier le code] La différence terminologique entre open source et free software a pour but de souligner une divergence de vues idéologiques avec Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation. Alors que ce dernier met en avant les mérites plutôt éthiques et philosophiques des logiciels libres, Eric Raymond, quant à lui, rejette cette rhétorique qu'il qualifie de "très séduisante" mais qu'il juge moralisatrice et normative. Il préfère souligner, de manière plus pragmatique, la qualité des logiciels à code source ouvert d'un point de vue purement technique, utilitaire et économique. Il pense notamment que c'est beaucoup plus efficace pour convaincre le grand public ainsi que les entreprises[1].

En outre le terme Free Software était l'objet de confusion du fait qu'en anglais free signifie gratuit (or il n'y a pas forcément d'identité entre un logiciel libre et un logiciel gratuit). Interview with Eric Raymond. Today I am publishing an interview with Eric Raymond President Emeritus and Co-Founder of the Open Source Initiative.A hacker himself since the 1970s, Raymond has always taken an interest in hacker culture. When the Free Software Movement took off in the 1990s, therefore, he set out to try and understand how — contrary to all expectations — hackers were able to develop technically superior software, not least the now ubiquitous GNU/Linux operating system. The result was the highly influential essay The Cathedral and the Bazaar, which was published in 1997. Eric Raymond Open Source Eric Raymond, President Emeritus and Co-Founder of the Open Source Initiative, speaks to Richard Poynder Eric Raymond was born in Boston, Massachusetts, in 1957, the oldest of five children.

Raymond was an extremely bright child with a mild case of cerebral palsy, a combination that was to blight his childhood, and made him a victim of frequent bullying. Success, however, has come at a price. But how to judge? Histoire des ordinateurs. L'histoire des ordinateurs commence au milieu du XXe siècle. Si les premiers ordinateurs ont été réalisés après la Seconde Guerre mondiale, leur conception héritait de diverses expériences comme l'Harvard Mark I et le Z3, machines électromécaniques programmables commencées en 1939, et surtout de deux calculateurs électroniques : le Colossus du service de cryptanalyse britannique en 1943, l'ENIAC en 1945.

À l'arrière-plan on peut mentionner des théories comme la « machine de Turing », ou des combinaisons de techniques bien plus anciennes comme les premières machines à calculer mécaniques (XVIIe siècle) et les premières machines à tisser automatisées par la lecture de cartes et de rubans perforés (XVIIIe siècle). Précurseurs[modifier | modifier le code] Premiers outils de calcul[modifier | modifier le code] Calculateurs analogiques[modifier | modifier le code] Le fragment principal de la machine d'Anticythère : 20 × 20 cm environ Algorithmes et logarithmes[modifier | modifier le code] — C. Histoire de l'informatique : tout savoir, définition et explications.

Quand on parle d'informatique on pense souvent ordinateur. Pourtant, l'informatique existe depuis plus longtemps. Il s'agit avant tout de méthode technique pour améliorer le calcul. Ensuite sont apparues les manipulations de données non calculatoires, et la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) de l'IA. Premiers outils Un boulier Depuis des milliers d'années, l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ».

Vers 1617, John Napier invente une sorte d'abaque perfectionné. Premiers calculateurs mécaniques Les premiers outils autonomes — mécaniques — apparurent au XVIe ou XVIIe siècle. Il est difficile de dire qui créa le premier modèle de ces machines. Premières machines programmables carte perforée Les calculateurs analogiques Les microprocesseurs. L'évolution de la Technologie. > Publications > Les grandes tendances de l'évolution de l'informatique L'histoire de l'humanité s'accélère.

Sur les quatre milliard d'années d'existence de notre planète, toutes les espèces connues datent de moins de cent million d'années, l'homme de moins d'un million d'années, le plus ancien dessin sur la paroi d'une caverne de 30 000 ans. Il y a tout juste 500 ans, l'invention de l'imprimerie accélérait la diffusion du savoir. 200 ans nous séparent de la machine à vapeur qui provoqua la révolution industrielle.

Avec ses 50 ans, l'ordinateur fait figure de jeunot. Et pourtant quelle comparaison possible entre le premier ordinateur ( 50 tonnes, 25 kilowatts, quelques milliers de positions de mémoire, une centaine d'instructions par seconde ) avec le micro processeur Pentium ( quelques grammes, 25 watts, 8 à 32 Mega-octets de mémoire, 100 millions d'instructions par seconde). Et tout laisse à penser que dans 10 ans le Pentium apparaîtra aussi démodé que le premier ordinateur. Figure 3. Le developpement des services dans le secteur informatique, une opportunite pour les industriels - Amine El Hachemi. I) La genèse des grands constructeurs du Marché de la micro-informatique Le secteur d'activité des « Nouvelles » Technologies de l'Information et de la Communication est apparu dans les années 1950 mais trouve ses fondations au tout début du XXème siècle avec la création d'entreprises tournées vers l'innovation technologique qui ont rapidement su trouver leur place sur ce nouveau marché qui, dès les années 70, a vu de nombreux nouveaux arrivants...

Il était lié à l'époque à trois grandes sciences formelles : l'informatique « concentration du mot information et automatique », l'électronique ainsi que les télécommunications, « science des réseaux ». Il regroupait tout simplement toutes les activités liées à la production de matériel (hardware), logiciels (software) et services permettant le traitement de l'information, sa transmission, son stockage ainsi que sa restitution automatique. L'un des géants de ce marché est bien IBM. Apple Computer fut créé en 1976 par Steve Jobs. Les clients : Open source. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La désignation open source, ou « code source ouvert », s'applique aux logiciels (et s'étend maintenant aux œuvres de l'esprit) dont la licence respecte des critères précisément établis par l'Open Source Initiative, c'est-à-dire les possibilités de libre redistribution, d'accès au code source et de création de travaux dérivés.

Mis à la disposition du grand public, ce code source est généralement le résultat d'une collaboration entre programmeurs. L’open source a déjà investi tous les grands domaines du système d’information des administrations françaises[1] : environnements serveurs, domaines applicatifs, outils d’ingénierie, solutions de réseaux et sécurité. Les solutions open source sont désormais au même rang que les solutions propriétaires dans le paysage des logiciels du secteur public. . « Préhistoire »[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Eric Steven Raymond avait d'abord essayé de déposer open source. Open Source Initiative. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Open Source Initiative est une organisation dévouée à la promotion des logiciels open source. Elle a été créée en 1998 à Palo Alto par Todd Anderson, Chris Peterson, John "maddog" Hall, Larry Augustin, Sam Ockman et Michael Tiemann sous l'impulsion de Bruce Perens et Eric S.

Raymond. Point de départ et historique[modifier | modifier le code] Né en 1998 d'une scission de la communauté du logiciel libre (communauté d'utilisateurs et de développeurs) afin de conduire une politique jugée plus adaptée aux réalités économiques et techniques, le mouvement open source défend la liberté d'accéder aux sources des programmes qu'ils utilisent, afin d'aboutir à une économie du logiciel dépendant de la seule vente de prestations et non plus de celle de licences d'utilisation. Parmi les applications de l’open source, on compte sa contribution au développement du noyau Linux et de logiciels animés par ce système d'exploitation. WashTech -- U.S. v. Microsoft Special Report. Mission. Qu'est-ce que le Logiciel Libre ? Libre dans Logiciel Libre fait référence à la liberté et non pas au prix. Bien qu'utilisé depuis les années 80 dans ce sens, la première définition complète de l'expression Logiciel Libre apparaît dans le GNU's Bulletin, vol. 1 no. 1, publié en février 1986.

Plus particulièrement, le Logiciel Libre est caractérisé par quatre libertés : La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages. Imposer des restrictions concernant l'utilisation d'un Logiciel Libre, par exemple dans le temps (« période d'essai de 30 jours », « cette licence expire le 1er janvier 2004 »), géographiquement (« ce logiciel ne peut être utilisé dans les pays suivant : X, Y, Z ») ou dans ses domaines d'application (« autorisation accordée pour l'utilisation dans les programmes de recherche et pour une utilisation non-commerciale » « ne peut être utilisé pour réaliser des bancs d'essais ») a pour conséquence de rendre ce programme non-libre.

Terminologie Open Source Libre Software Pour référence, Cf. Infographie : évolution du logiciel libre. Open Source vs. proprietary software. Carte de l'Open Source. Portail:Logiciels libres.