background preloader

Pédagogie de l'égalité, sexisme

Facebook Twitter

Histoire et genre

Séquences pédagogiques, BO. Mixité : construction de la notion. Accueil - Éditions Talents Hauts. Manuels scolaires, éditions jeunesse. Mesdames & Messieurs. Droits de l'Homme ou droits humains ? De Zéromacho à Eliane Viennot en passant par Sandrine Mazetier et Olympe de Gouges. Le 2 avril dernier, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes fait savoir que les résultats des dernières élections départementales sont, en matière de parité, le symptôme d’une « véritable schizophrénie démocratique » (lire son rapport de février 2015, « Parité en politique : entre progrès et stagnations »).

Droits de l'Homme ou droits humains ? De Zéromacho à Eliane Viennot en passant par Sandrine Mazetier et Olympe de Gouges

Grâce aux binômes paritaires, grâce à l’obligation de parité au niveau des vices-présidences des conseils départementaux, une véritable démocratie locale aurait pu se mettre en place. Pourtant, dans 9 cas sur 10, les départements sont à présent dirigés par un homme. Le féminin est-il tabou en français ? La réponse de la linguiste Edwige Khaznadar. © Tous droits réservés.

Le féminin est-il tabou en français ? La réponse de la linguiste Edwige Khaznadar

Edwige Khaznadar est l’une des quelques linguistes françaises qui, dès les années 1970-1980, ont mis en évidence le sexisme de la langue française. Sa thèse de doctorat, soutenue en 1983, a porté sur « les noms de personnes selon le sexe », consistant en une « étude lexicographique et lexicologique à travers des dictionnaires de grande diffusion ». En 1990, elle l’a complété par une thèse nouveau régime intitulée « Le nom de la femme, virtualisation idéologique et réalité linguistique ». En 1984, la linguiste et psychanalyste Anne-Marie Houdebine la nomme à la Commission de terminologie chargée d’étudier la féminisation des titres et des fonctions, et, d’une manière générale, le vocabulaire concernant les activités des femmes.