background preloader

Big Data // Données // Données ouvertes

Facebook Twitter

L’Open Data culturel est possible (et les bibliothèques le prouvent !) – – S.I.Lex – C’est sans doute dans le champ de la culture que le développement de l’Open Data s’est jusqu’à présent avéré le plus difficile.

L’Open Data culturel est possible (et les bibliothèques le prouvent !) – – S.I.Lex –

Mais il s’est produit cette semaine un événement important qui prouve que la démarche est possible, à condition que la volonté politique soit au rendez-vous. C’est la bibliothèque de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) qui en a apporté la preuve, en choisissant de faire passer l’essentiel des contenus de sa bibliothèque numérique sous Licence Ouverte (voir les nouvelles conditions d’utilisation). Cela signifie que la réutilisation des images d’oeuvres numérisées appartenant au domaine public sera dorénavant libre, y compris pour un usage commercial, à la seule condition de citer la source du document. Cette évolution est loin d’être anodine, et pour plusieurs raisons. La Boîte aux paroles — La Boîte aux paroles. La Boîte aux paroles est une initiative de l’Association des professionnels de l’édition musicale (APEM).

La Boîte aux paroles — La Boîte aux paroles

Ce site vise à légalement rendre accessibles au public les paroles de chansons d’auteurs canadiens à des fins personnelles et non-commerciales. Pour une utilisation de paroles de chansons en classe, les enseignant·e·s sont invité·e·s à utiliser la plateforme SAMUEL de Copibec. La culture à l’ère numérique: dans le web des données plutôt que sur une plateforme. Tenter de concurrencer les géants des contenus numériques en proposant nos propres plateformes, comme le proposait Alexandre Taillefer, est une mauvaise bonne idée; surtout dans le domaine culturel.

La culture à l’ère numérique: dans le web des données plutôt que sur une plateforme

Voici pourquoi: NON: centraliser l’information dans une base de données C’est une mauvaise idée, parce qu’il s’agit d’un concept qui va à contre-courant de l’Internet de Tim Berners-Lee: connaissances partagées, production de contenus décentralisée, modèles distributif et collaboratif, données ouvertes et liées, perspectives à la fois locale et globale. Des mégadonnées qui améliorent vos déplacements. L'entreprise Transit, qui gère une application mobile du même nom, teste dans plusieurs villes nord-américaines – dont San Francisco, New York et Montréal – le crowdsourcing, ou « données participatives ».

Des mégadonnées qui améliorent vos déplacements

À la base, l’application aide les utilisateurs à planifier leurs déplacements en déterminant les meilleurs moyens de se rendre du point A au point B : métro, autobus ou service d’autopartage à la Car2Go. En plus d’indiquer les moyens de transport les plus efficaces en ce qui concerne la rapidité ou le coût, l’application peut déterminer le temps de déplacement nécessaire pour se rendre à bon port. Lancée en 2012, Transit compte des centaines de milliers d'utilisateurs répartis dans plus de 130 villes situées partout dans le monde. Les données sur la culture, un secret trop bien gardé. Parlons d’un paradoxe.

Les données sur la culture, un secret trop bien gardé

À l’heure où il devrait être plus facile que jamais de connaître les comportements culturels des Québécois, c’est plutôt le contraire qui se produit. Les pistes sont brouillées. Et l’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ) craint de ne plus pouvoir livrer de statistiques fiables si rien ne change bientôt. « Il faudrait profiter des travaux de renouvellement des politiques culturelles en cours [au Québec et au Canada] pour sensibiliser les gouvernements aux besoins d’accéder aux données culturelles, de plus en plus souvent détenues par des entreprises privées », remarque le directeur de l’OCCQ, Dominique Jutras, dans un volumineux rapport publié mercredi sur la « mesure des produits culturels numériques ».

Un exemple parmi d’autres ? Explosion Le document dévoilé mercredi et basé sur un colloque international qui s’est tenu à Montréal en mai 2016 rappelle qu’il y a « une explosion des sources de données » depuis quelques années. La culture des données, levier de la transformation numérique des organisations. L’intérêt de la Fing pour l’ouverture des données (l’open data) remonte à 2009, quand elle lança un groupe de travail pour promouvoir l’ouverture des données publiques, rappelle celui qui pilota cette action à la Fing, notre collègue Charles Népote.

La culture des données, levier de la transformation numérique des organisations

A la même époque, le think tank – éditeur d’InternetActu.net – s’intéressait également, en précurseur, aux Fablabs, ces lieux ouverts de création et de prototypage d’objets physiques. Données ouvertes - Grands dossiers - Activités et services - Société des musées du Québec (SMQ) Méga débat concernant les mégadonnées dans les musées. Comme il en a été question récemment dans le Wall Street Journal, l’exploration de données est de plus en plus utilisée dans les musées afin de recueillir des informations sur les visiteurs.

Méga débat concernant les mégadonnées dans les musées

De la même façon que les mégadonnées sont utilisées dans la vente au détail pour surveiller les comportements des clients et modifier l’environnement du commerce de détail afin d’augmenter les ventes, les musées se tournent vers les données des visiteurs pour découvrir des détails incluant quels éléments des collections retiennent le plus l’attention, quelles conceptions d’exposition sont les préférées des visiteurs et quelles stratégies de marketing fonctionnent le mieux dans les boutiques de souvenirs et avec les produits du musée. Les mégadonnées sont des jeux de données vastes et complexes qui sont utilisés pour mettre en relief certains profils et tendances. Gérer ses métadonnées musicales. Des big data aux big brothers.