background preloader

CNESCO

Facebook Twitter

Langues vivantes étrangères. Écrire et rédiger. La production d’un texte est une compétence complexe, et la développer nécessite d’en appréhender les différentes dimensions : geste graphique, maîtrise de la langue, structuration d’idées… L’usage des outils numériques vient modifier les habitudes mais également ouvrir de nouvelles possibilités pour ces apprentissages. L’enjeu de la maitrise de l’écrit traverse toutes les disciplines scolaires, car l’écrit peut être utilisé pour réfléchir et pour apprendre. L’écrit dépasse également le cadre scolaire, à la fois au travers des pratiques quotidiennes des élèves, mais aussi parce qu’il joue un rôle social dans l’insertion professionnelle et dans la construction d’un sujet citoyen.

La conférence de consensus a mis en évidence des difficultés croissantes des élèves français lorsqu’il s’agit de rédiger, a dressé un état des pratiques enseignantes et de leur efficacité et a présenté un bilan scientifique sur l’apprentissage de l’écrit. Nombres et calcul au primaire. La maîtrise des nombres et du calcul est primordiale dans le parcours scolaire des élèves. Elle est également essentielle pour l’autonomie du futur citoyen face à des situations de la vie quotidienne dans lesquelles des nombres interviennent. Alors que la proportion actuelle d’élèves en difficulté en fin d’école primaire est préoccupante, le Cnesco a dressé un état des lieux précis des acquis des élèves qui souligne les difficultés récurrentes qu’ils rencontrent sur les fractions et les nombres décimaux ainsi que sur la maîtrise des opérations.

Les résultats de l’enquête internationale TIMSS effectuée en 2015 auprès des élèves de CM1 ont confirmé cette situation, qui place la France à l’avant-dernier rang des pays de l’OCDE, juste devant le Chili. Compréhension en lecture. La maîtrise de la lecture est une composante essentielle de la réussite scolaire, un facteur d’intégration dans la société et un atout majeur pour approfondir sa connaissance du monde, des autres et de soi. « Savoir lire » est une compétence centrale qui progresse de la maternelle à l’enseignement supérieur. Au-delà des premiers apprentissages, l’enseignement de la lecture évolue au cours du temps et ne peut pas se restreindre aux seuls moments du cours de français. De plus, le développement du numérique modifie les habitudes de lecture et doit donc être pris en compte dans le cadre de l’apprentissage. La conférence de consensus s’est attachée à préciser et à approfondir la mise en œuvre et la traduction des principaux phénomènes en jeu dans l’apprentissage de la lecture dans les pratiques pédagogiques, lors de la scolarité obligatoire.

Différenciation pédagogique. Redoublement et alternatives. Éducation aux médias et à l’actualité : comment les élèves s’informent-ils ? À l’heure où les interrogations se multiplient autour des infox et du rôle joué par les réseaux sociaux, le Cnesco publie une note d’analyse sur le rapport qu’entretiennent les jeunes avec l’actualité, les médias et l’information ainsi que sur la manière dont l’institution scolaire accompagne la nécessaire éducation aux médias.

Après l’étude sur les engagements citoyens des lycéens (septembre 2018), il s’agit du second volet de la grande enquête nationale du Cnesco « École et citoyenneté ». Second volet de la grande enquête « École et citoyenneté » menée par le Cnesco, l’étude montre un fort intérêt des jeunes pour l’actualité en France, qui augmente entre la 3e et la terminale. La source d’information la plus souvent citée et la plus fiable selon les élèves est leur entourage, devant l’ensemble des médias.

En seconde position, la télévision est le seul média « traditionnel » à résister à la poussée des « nouveaux » médias (réseaux sociaux, journaux en ligne). Éducation à l’orientation. La politique d’éducation à l’orientation en France a été marquée par une multiplicité de réformes créant une confusion dans les objectifs politiques visés.

Cela se traduit localement, par une difficulté de coordination entre les différents acteurs et par un manque de lisibilité de l’offre pour les élèves et leurs familles. Les enseignants, en première ligne sur l’orientation, sont très peu formés sur le sujet alors que les conseillers d’orientation (PsyEN), formés en psychologie puis spécialisés en orientation, sont inégalement répartis sur le territoire.

Au final, le processus d’orientation présente toujours de fortes inégalités sociales et de genre se traduisant entre autres par des phénomènes d’autocensure. Face à l’évolution très rapide des métiers, les jeunes doivent désormais être en capacité de « savoir évoluer » sur le marché du travail. Dossier-éducation à la Citoyennetéà l'école. Enseignement professionnel. Avec quelque 200 certificats d’aptitude professionnelle (CAP) et 100 baccalauréats professionnels, l’enseignement professionnel comprend de nombreuses spécialités aux résultats très hétérogènes.

Si certains secteurs offrent une bonne insertion sur le marché du travail (moteurs et mécanique automobile, énergie, génie climatique, etc.), d’autres concentrent les difficultés. Les spécialités tertiaires dont les effectifs sont les plus importants (commerce, vente, gestion, administration, etc.) présentent les plus mauvais taux d’insertion avec un chômage autour de 30 % trois ans après l’obtention du diplôme.

Dans ces spécialités, les filles et les jeunes issus de catégories sociales défavorisées et de l’immigration sont surreprésentés. Si de plus en plus de jeunes issus de l’enseignement professionnel poursuivent leurs études dans l’enseignement supérieur, leur réussite y est nettement plus faible que les autres bacheliers. Évaluation-rapport de comparaisons internationales. Comment les élèves sont-ils notés à l’étranger ? Existe-t-il des pays sans notes ? Les enseignants doivent-ils harmoniser leurs évaluations dans les établissements ?

Les palmarès d’élèves dans les classes sont-ils autorisés à l’étranger ? Comment les familles sont-elles informées des progressions des élèves dans les autres pays ? Y-a-t-il une exception française en matière d’évaluation des élèves ? Depuis plus de 30 ans, la liberté pédagogique des enseignants s’est trouvée progressivement encadrée par des réglementations qui se sont multipliées. Dans les pays de l’OCDE, le développement de nouvelles normes, sous forme de programmes scolaires formulés en objectifs pédagogiques ou en standards (National curriculum en Angleterre ou Socle commun en France), a progressivement encadré l’activité évaluative des enseignants dans la classe et dans les établissements. L’apparition de nouvelles normes d’évaluation a conduit à une diversification des modalités d’évaluation imposée aux enseignants.

Mixité sociale à l’école. L’étude commanditée par le Cnesco met en évidence une forte ségrégation dans les collèges et les lycées, appuyée sur la ségrégation résidentielle, et présentant de fortes inégalités territoriales. Elle montre aussi l’existence d’établissements très ségrégués accueillant un public socialement très défavorisé ou très favorisé. La recherche met en évidence les effets très négatifs de la ségrégation sur les apprentissages des élèves en difficulté.

L’absence de mixité sociale a également un impact négatif dans la construction des futurs citoyens, qu’ils soient issus de milieux socialement défavorisés ou plus aisés. Pourtant, un fort immobilisme est observé dans la mise en œuvre, sur le terrain, des politiques de mixités sociales à l’école, malgré quelques exemples locaux encourageants recueillis par le Cnesco. Cnesco-Rapport scientifique sur les inégalités -sept 2016.