background preloader

Méthodologie

Facebook Twitter

Comment Orange et Axa guettent l’innovation dans la Silicon Valley. Qui ?

Comment Orange et Axa guettent l’innovation dans la Silicon Valley

Guillaume Cabrère (en photo), directeur de l'Axa Lab à San Francisco et Gabriel Sidhom, VP Technology Development, Orange Silicon Valley et Orange Fab. Quoi ? Un zoom sur la stratégie de deux groupes français implantés dans la Silicon Valley, visités lors de notre road trip à SF. Comment ? Objectif numéro 1 : s'acculturer Orange s'est installé dans la Silicon Valley en 1999 pour surveiller de plus près les avancées du protocole Internet. Axa a ouvert son Lab en 2014, sous l'impulsion de Frédéric Tardy. Objectif numéro 2 : sourcer l'innovation Pour élargir son champ de réflexion, Axa Lab regarde aussi bien les start-up que les grands acteurs comme Facebook, Google ou Amazon.

Pour identifier les start-up montantes, Orange Silicon Valley a créé en 2013 l'Orange Fab, un accélérateur business dont le modèle a été dupliqué dans 11 autres pays. Objectif numéro 3 : Collaborer Pour plonger dans le grand bain, les grands groupes s'allient à des start-up et à des acteurs de la tech. Why We’d Rather Not Know the Future – Pacific Standard. Almost all of us prefer to stay in suspense regarding how our personal story turns out.

Why We’d Rather Not Know the Future – Pacific Standard

By Tom Jacobs In the Oscar-nominated film Arrival, visiting space aliens offer humanity a gift: the ability to see the future. If this option were presented to us in real life, would we accept it? Newly published research reports the answer is: absolutely not. People in two major European countries — Germany and Spain — overwhelmingly indicated they would rather not know about negative events in advance. “Deliberate ignorance” is a “widespread state of mind,” lead author Gerd Gigerenzer of Berlin’s Max Planck Institute for Human Development said in announcing the results. Beware The 10 Innovation Killers. After 30 years of watching and helping companies that struggle with innovation I've realized that there are a few things that most often stand in the way of innovation.

Beware The 10 Innovation Killers

I call them the Innovation Killers; they stealthily eliminate that vast majority of ideas without so much as trace. The Innovation Killers aren't malicious attempts to kill innovation. Our intentions are always good ones: to minimize risk, to deliver predictability, and to satisfy market and analysts' expectations. The innovation killers always have armies of well-intentioned corporate citizens behind them, ready to defend their turf and keep innovation at bay, lest it disrupt the status quo. I'll warn you though that changing each of these behaviors will encounter some natural resistance due to the incorrect view most people have of how innovation actually works.

Outils

Prévoir, c'est se tromper. Par Philippe Bilger.

Prévoir, c'est se tromper

Les prévisions, surtout politiques, manquent assez généralement leur cible, le futur qu’elles prétendent annoncer. Les prévisions échouent presque toujours Je ne parle pas de celles qui, banales, sortent de la bouche des amateurs, du commun des mortels, des citoyens quand ils s’aventurent, dans la quotidienneté, à anticiper et à jouer les devins. Pour devancer les critiques, j’avoue volontiers que je m’étais trompé sur François Hollande dont la nouvelle candidature me paraissait probable et sur Alain Juppé en attachant trop d’importance, comme lui, aux intentions de vote mais que je ne m’étais pas mépris sur le possible rejet de Nicolas Sarkozy. Il y a des lucidités irriguées par l’hostilité. J’évoque encore moins, dans un registre plus ludique, les prévisions des commentateurs, lors du déroulement des compétitions sportives, notamment pour le football.

Pourquoi prévoir c’est se tromper Il est facile de comprendre pourquoi en général prévoir, c’est se tromper. Sur le web. Burn-out, concentration, trop informés : le cerveau au bord de l'implosion. Chaque jour, cent cinquante milliards d’e-mails sont échangés dans le monde.

Burn-out, concentration, trop informés : le cerveau au bord de l'implosion

Les SMS, les fils d’actualité et les réseaux sociaux font également partie intégrante de notre quotidien connecté, tant au bureau que dans notre vie privée. Nous disposons ainsi de tout un attirail technologique qui sollicite sans cesse notre attention. Comment notre cerveau réagit-il face à cette avalanche permanente de données ? Existe-t-il une limite au-delà de laquelle nous ne parvenons plus à traiter les informations ? Perte de concentration, stress, épuisement mental, voire dépression... Alliant témoignages de cadres victimes de burn-out et explications de chercheurs, ce documentaire captivant passe en revue les dangers de cette surcharge sur le cerveau. Aujourd’hui, la moitié de la population mondiale utilise Internet. La seule gestion des mails représente 30 % de la journée d’un salarié.

Méthodologie veille

Méthodologie Stratégie.