background preloader

Evaluation 2

Facebook Twitter

L’évaluation : ressources produites par le groupe thématique de l’académie de Versailles - Réforme du collège. Diaporama Le diaporama ci-dessous vise à présenter l’évolution de l’évaluation dans le cadre de la réforme. Déjà présent dans la loi d’orientation, le principe de l’évaluation positive est réaffirmé dans le décret du 31.12.2015 relatif à « l’évaluation des acquis scolaires des élèves et au livret scolaire ». Suite à la publication des arrêtés du 31.12.2015, les nouvelles modalités d’attribution du DNB ainsi que le contenu du livret scolaire sont également exposés dans le diaporama. Ce document est réactualisé au fur et à mesure des publications des textes officiels. 1 - Évaluation dans le cadre de la réforme de la scolarité obligatoire Activités évaluatives Ce document s’attache à expliciter les différentes activités évaluatives et à donner des axes de réflexion sur la façon dont chacune intègre les objectifs fixés par les textes officiels, dans le cadre de la réforme. 2 - Activités évaluatives Évaluation et implication de l’élève 3 - Implication de l’élève 4 - L’évaluation positive.

Evaluation positive : faut-il arrêter de noter les élèves ? - France 3 Centre-Val de Loire. FRANCE 3 CENTRE-VAL DE LOIRE  La question fait débat depuis longtemps : faut-il arrêter de noter les élèves ? Dans l'académie d'Orléans-Tours, des chercheurs travaillent sur ce sujet depuis deux ans avec près de 200 classes. Ils ont mis en place un système d'évaluation positive. Par Elsa CadierPublié le , mis à jour le © France 3 Centre-VDL L'évaluation positive prend la forme de smileys Bilan de deux ans d'évaluation positive Ce vendredi, des chercheurs ont remis les conclusions de deux ans de travail auprès de 200 classes de l'académie d'Orléans-Tours.

Qu'est-ce que l'évaluation positive Le principe est simple : plus de note, mais des smileys pour évaluer les élèves. L'évaluation positive : une expérimentation mis en place dans 200 classes de l'académie Orléans-Tours La question fait débat depuis longtemps : faut-il arrêter de noter les élèves ? A Savigné-sur-Lathan les notes n'ont plus la cote - 14/03/2016. Pour la première fois dans le département, le collège de Savigné expérimente un système d’ “ évaluation positive ” dans toutes ses classes de sixième. Faut-il bannir les traditionnels bulletins de notes et leur lot de désespoir ?

Depuis déjà de nombreuses années, le débat agite le monde scolaire et les théoriciens de l'Éducation nationale. Si l'idée fait son chemin dans les écoles au niveau élémentaire, elle est encore loin de prospérer dans le secondaire. Cependant, certains établissements n'hésitent plus à se porter volontaires pour explorer d'autres voies. En Indre-et-Loire, c'est cas du collège Bernard-de-Fontenelle à Savigny-sur-Lathan. " On n'est plus dans la sanction. Du coup, les enseignants et l'équipe pédagogique ont décidé de franchir un nouveau pas cette année. Etude du CNRS : "La suppression des notes est positive pour les élèves en difficulté" Renoncer aux notes à l'école permettrait de diminuer les inégalités.

Tel est le résultat d'une étude réalisée par le CNRS sur 6.000 élèves de l'académie d'Orléans-Tours, qui pointe les bienfaits d'une autre évaluation des élèves. La suppression des notes peut en effet être positive, explique sur Europe 1 Marie-Estelle Pech, journaliste spécialiste de l'Education au quotidien Le Figaro. Mais l'évaluation des élèves par compétences et non plus par notes a donné des résultats nuancés selon les matières. Quel effet a eu la suppression des notes sur les élèves testés ?

"Cette étude démontre que la suppression des notes est positive pour les élèves en difficulté, sans forcément nuire aux autres, aux bons élèves. Que reproche-t-on aux notes ? "Des chercheurs spécialistes de la note, les docimologues, estiment que la note fragilise les mauvais élèves, qu'elle ne les aide pas à travailler, qu'elle les enfonce. Est-ce que la suppression des notes va vraiment aider à l'apprentissage ? Comment mieux évaluer le travail des élèves. Des chercheurs testent actuellement, dans 70 collèges et lycées, une alternative au traditionnel système de notation : l’évaluation par compétences. Si les premiers résultats sont prometteurs, l’expérience est bien loin d’être finie.

Décryptage. La nouvelle a fait les gros titres de la presse française il y a quelques semaines : une étude scientifique préconiserait l’abandon des notes à l’école. Dans un pays attaché de longue date à la notation de 0 à 20, l’annonce a aussitôt fait l’objet de débats aussi intenses que… prématurés. En effet, les résultats dont les commentateurs se sont emparés ne sont que les tout premiers d’une expérience en cours, menée depuis la rentrée 2014 dans 70 collèges et lycées de l’académie d’Orléans-Tours. Cette étude ambitieuse livrera ses réelles conclusions dans de longs mois, en 2018. Il n’en reste pas moins qu’elle interroge déjà, et dans des proportions inédites, l’évaluation du travail scolaire telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui.

Évaluation par quiz et sondages : méthodologie et outils. CLIQUEZ pour accéder à la carte ! L’évaluation des savoirs et savoir-faire acquis en formation par les apprenants « s’appuie sur la mesure de l’atteinte des objectifs pédagogiques à l’aide de différents outils qui doivent être adaptés à la population concernée et aux connaissances à évaluer » (Fiches du CEDIP).

Concernant les savoirs, les quiz et les sondages sont des outils souvent utilisés pour mesurer les acquis en formation. Je vous propose donc – sous forme de carte mentale de veille – un panorama des principaux outils disponibles (présentation et tutoriels disponibles) ainsi que des liens méthodologiques pour évaluer par quiz et sondages les savoirs de vos apprenants en cours ou en fin de formation. J'aime : J'aime chargement… Sur le même thème Dossier : utilisation pédagogique des cartes heuristiquesDans "APPRENTISSAGE - FORMATION : e-learning, e-pédagogie, MOOC" Publié par sylvierdoc le juin 3, 2016. Comment mieux évaluer le travail des élèves. Évaluer dans la classe, quelles pratiques, quels outils ? Des notes ou des couleurs ? Cette année, j’ai récupéré une classe de lycée évaluée par compétences. Dans un monde où les chiffres servent de repères, on en parle de plus en plus, et j’ai dû m’approprier cette nouvelle façon d’évaluer sans mettre de note chiffrée.

Bon, ce n’est pas difficile car en sciences, on évalue depuis longtemps des méthodes et des savoir-faire sans passer par la sacro-sainte valeur chiffrée, parfois jugée dévalorisante. L’idée générale est donc de ne plus donner à l’élève de note chiffrée, mais d’apprécier la maîtrise de son travail ou des tâches qu’il réalise. Évaluer une compétence nécessite donc de prendre en compte simultanément des connaissances (savoir), des aptitudes (mettre en œuvre) et des attitudes (se comporter face au travail demandé). L’évaluation par compétences permet donc à un élève de savoir à tout moment ce qu’il a acquis et ce qu’il maitrise moins ou pas du tout. Il est, je pense, essentiel que l’élève sache « à quelle sauce il est mangé ». Partagez la connaissance ! Travailler sans note : en cours d'acquisition. Dans mon nouveau collège d’adoption (ou de mutation, comme on veut), il n’y a pas de notes en sixième. « Même pas peur !

» : avec ou sans note l’important est d’évaluer les compétences. C’est ce que je fais depuis déjà longtemps pour tous les élèves du collège où, en SVT, j’évalue 5 compétences différentes : restituer, s’informer, communiquer, raisonner et réaliser. Qu’il y ait des notes ou pas, cela ne doit pas changer grand-chose… Enfin, pas si simple ! Quelque soit la classe ou le niveau, évaluer les compétences permet de mieux cerner le profil d’un élève, et de lui faire pointer du doigt ses points forts et surtout ses points faibles ; travaillant par compétences depuis un moment j’avais déjà défini des niveaux à atteindre.

Niveau débutant : lorsque les premières corrections arrivent, il ne faut pas perdre de temps car d’autres suivent souvent rapidement. Niveau apprenti : juste avant les vacances de la Toussaint, il est temps de faire un bilan pour informer les parents d’élèves. Rosa-Parks précurseur d'une autre évaluation - 10/09/2015. L’académie d’Orléans-Tours teste, avec des chercheurs universitaires, une nouvelle forme d’évaluation. Le collège Rosa-Parks fait partie du dispositif. Les élèves de troisième du collège Rosa-Parks ont quelque chose que les autres collégiens n'ont pas : la fin des sueurs froides quand arrive le bulletin scolaire à la maison. Désormais, plus question de réduire le travail d'un élève à une simple note.

Les compétences acquises doivent aussi être inscrites noir sur blanc, même si elles ne se traduisent pas toujours par un beau résultat sur la copie. « Les notes ne disparaissent pas, car elles restent un repère pour les familles et les troisièmes en ont besoin pour valider leur brevet, rassure Philippe Niemec, principal du collège Rosa-Parks.

On les garde, mais on les réduit au strict minimum. A côté du bulletin traditionnel, il y a une grille d'évaluation, avec les différents domaines de compétences qui permettent de voir les progrès réalisés. Usage raisonné de la note repères. Livret scolaire unique numérique : quelle évaluation de la vie scolaire ? La lecture du projet d’arrêté fixant le contenu du livret scolaire de l’école élémentaire et du collège[1] ne manque pas d’intérêt. On y découvre, par exemple, que la vie scolaire commence au cycle 4 (à partir de la 5e, donc), puisque, pour les cycles un et deux, le livret scolaire unique numérique ne prévoit pas d’entrée relative à la vie scolaire. On découvre aussi que la vie scolaire apparaît comme le huitième et dernier item des bilans périodiques de l’évaluation des acquis scolaires de colégiens de ce cycle.

Le texte du projet d’arrêté touchant à la vie scolaire est ainsi libellé : « des éléments d’appréciation portant sur la vie scolaire : assiduité, ponctualité ; respect du règlement intérieur ; participation à la vie de l’établissement. Sont notamment consignés, pour la période considérée : - le nombre de retards de l’élève ; - le nombre de demi-journées d’absences justifiées par les responsables légaux; - le nombre d’heures de cours manquées du fait de ses absences, justifiées ou non»

Finissons-en avec la querelle de la notation. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Charles Hadji (Professeur émérite à l’université Grenoble-Alpes, sciences de l’éducation) On a parfois l’impression que la question de l’évaluation est devenue l’objet d’une véritable guerre de religion. D’un côté, la secte des « rigoureux », qui ne jurent que par l’excellence et par l’exigence. De l’autre, celle des « bienveillants », qui veulent la réussite pour tous. Les premiers dénoncent le laxisme des seconds, qui s’attaquent à l’élitisme des autres. La première portera sur l’idée d’évaluation « bienveillante ». Ne pas ajouter de la peur à la peur Mais sans doute vaut-il mieux abandonner l’adjectif bienveillant, pour voir ce qui est ici en jeu. Mais comment être rigoureux, et apprécier la valeur exacte d’une production ? Le problème central n’est pas celui de la notation C’est pourquoi, contrairement aux apparences, le problème central dans l’évaluation des élèves n’est pas celui de la notation.

De tels outils existent.