background preloader

QD

Facebook Twitter

Henry P. Stapp : Le monde quantique et la conscience. Dans le domaine de la physique quantique, le nom d’Henry Stapp est peut-être un peu moins connu que celui de Heisenberg, Schrödinger, Bohr ou encore Pauli.

Henry P. Stapp : Le monde quantique et la conscience

Pourtant, Henry Stapp, né en 1928, demeure un des derniers à avoir directement côtoyé les titans qui accouchèrent de la physique quantique, travaillant de près avec Heisenberg et Pauli, et défendant inlassablement la lecture dite « orthodoxe » de John von Neumann (1903-1957) sur laquelle nous reviendrons. A : Neumann et « l’interprétation orthodoxe » de la physique quantique L’ensemble de la lecture de la physique quantique que propose Stapp s’inspire explicitement de John von Neumann à l’égard duquel notre auteur ne cesse de reconnaître sa dette. Neumann fait partie de ces esprits hors du commun, sachant lire à deux ans, converser couramment en grec ancien à six ans, diviser au même âge et de tête des nombres à huit chiffres, ou encore retenir des pages entières d’un livre à l’issue d’une seule lecture. B : Le « processus un »

Intrication quantique dans un système biologique réel « nanotechnologies.qc.ca. L’avenir de l’énergie solaire propre pourrait bien dépendre de la capacité des scientifiques à percer les mystères de la photosynthèse, processus par lequel les plantes vertes transforment la lumière solaire en énergie électrochimique.

Intrication quantique dans un système biologique réel « nanotechnologies.qc.ca

À cette fin, les chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory (Berkeley Lab) et de l’Université de Californie (UC) ont observé et caractérisé pour la première fois un phénomène physique critique de la photosynthèse connu sous le nom d’intrication quantique. Des expériences antérieures menées par Graham Fleming, physico-chimiste, ont souligné que des effets quantiques étaient la clé du phénomène de photosynthèse. Quantum cognition: The possibility of processing with nuclear spins in the brain.

Jim Al-Khalili: La biologie quantique pourra-t-elle apporter une réponse aux grandes questions de la vie ? Le calculateur quantique en biologie ; une révolution scientifique et culturelle - Bernard Dugué. Le monde classique que nous percevons se présente comme un immense terrain ou des objets se déplacent et où des effets se produisent objectivement lorsque des agents influent sur les choses alors que l’on peut établir des rapports de causalité.

Le calculateur quantique en biologie ; une révolution scientifique et culturelle - Bernard Dugué

Celui qui cause agit à un endroit précis sur celui qui reçoit l’effet. Le monde objectif est spatiotemporel et causal. Trois catégories sont impliquées, l’espace, le temps, le lien de causalité. Dans l’espace se situe le rapport de contact par lequel l’effet se transmet. L’Univers, l’hologramme et nous. Le modèle holographique de l’univers fut proposé dans les années 60 par le grand physicien David Bohm suite à ses travaux dans le domaine de la physique quantique et ses nombreuses conversations avec Einstein lorsqu’il était à l’université de Princeton.

L’Univers, l’hologramme et nous

Mais ce même modèle fut co-construit à la même période de manière tout à fait indépendante par le neurophysiologiste américain Karl Pribram suite à ses travaux sur le fonctionnement du cerveau et, notamment, la mémoire. La rencontre des deux approches dans le courant des années 70 fut le point de départ d’intenses réflexions sur ce modèle dont la pertinence semblait couvrir aussi bien notre cerveau que la cosmologie et l’univers des particules. Même si on ne peut pas encore parler, aujourd’hui, de réelle théorie holographique de l’univers, la pertinence du modèle se vérifie de plus en plus. Alors, de quoi s’agit-il ?

Conscience = choix retardé ?

Une approche quantique du problème corps-esprit. Dr.

Une approche quantique du problème corps-esprit

Pierre UZAN – Chercheur associé au laboratoire SPHERE Histoire et Philosophie des Sciences Université Paris-Diderot 1. Introduction. Les modèles de la conscience proposés dans le cadre de la neurobiologie actuelle s’inscrivent dans un cadre matérialiste, voire physicaliste, qui présuppose que tout phénomène pourrait être complètement expliqué à partir de la matière et de ses lois. Cependant, comme l’ont noté de nombreux philosophes et certains neurophysiologistes, cette approche est sujette à la difficile question de savoir comment des processus neuronaux décrits dans le langage de la neurobiologie, à la troisième personne, pourraient donner lieu à une expérience subjective qui, elle, est vécue de façon privée, à la première personne.

Source Wikipédia - Commons 2. Nous proposons d’utiliser la théorie quantique et ses concepts clés pour modéliser la relation psychophysique. [X, Px] = i ħ I, Que peut apporter la physique quantique à la biologie ? Le cerveau de l'homme flirte avec la physique quantique. Le cerveau de l'homme flirte avec la physique quantique La mécanique quantique est une description du monde élaborée au début du XXème siècle pour expliquer mathématiquement un certain nombre de phénomènes physiques inexplicables par la physique classique.

Le cerveau de l'homme flirte avec la physique quantique

C’est une méthode descriptive qui fonctionne admirablement bien au sens où elle décrit de manière pertinente des phénomènes réels, mais elle n’est basée sur aucune “théorie quantique du monde”, même si certaines propositions de ce type sont apparues depuis lors. La mécanique quantique fait grand usage d’un monde mathématique virtuel appelé “espace de Hilbert“ ; au sein duquel l’état de quelque chose est représenté sous la forme d’un vecteur d’état dont la direction varie selon le contexte (par exemple les contraintes expérimentales). Le raisonnement humain se comporte comme nos photons ci-dessus : nos choix seront de nature rationnelle dans les cas simples, mais de nature interférentielle ou “quantique” dans des cas plus complexes. Approche biochimique et quantique. 7.1 Système immunitaire et neuropeptides Juste au moment où les scientifiques pensaient pouvoir isoler les substances chimiques du cerveau et classifier leurs sites récepteurs, c'est le corps lui-même qui fit surgir de nouvelles complications.

approche biochimique et quantique

Les chercheurs de l'Institut national américain d'hygiène mentale découvrirent des récepteurs tout aussi abondants dans des zones extérieures au cerveau. Dès le début des années quatre-vingts, des récepteurs destinés à des neurotransmetteurs et à des neuropeptides furent découverts sur les cellules du système immunitaire, les monocytes. Des récepteurs « cérébraux » sur les globules blancs du sang? Une telle découverte était réellement fondamentale. Dans le passé, on pensait que seul le système nerveux central relayait les messages adressés à l'organisme, à la manière d'un système téléphonique complexe reliant le cerveau à tous les organes auxquels il désire « parler ».

Les récepteurs cellulaires sont tout aussi difficiles à repérer. Nature-JACS-10.pdf. Quantum dots and peptides: a bright future together. Caractère quantique du comportement de molécules biologiques. ZhouGhoshPeptSci.pdf.