background preloader

Neuro science

Facebook Twitter

Dossier Neuro pédagogie Francine Mounier Barreau1. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene. L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre.

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene

Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale.

Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Utiliser les neurosciences pour mieux former. La neuroéducation est un domaine de recherche qui étudie les mécanismes cérébraux liés à l’apprentissage et à l’enseignement.

Utiliser les neurosciences pour mieux former

C’est une discipline qui est née en 2007, suite à un rapport de l’OCDE (l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques). Cette discipline s’inspire des recherches menées en sciences cognitives (psychologie, neurosciences, ergonomie…). Elle utilise les informations récoltées sur les fonctions cognitives liées à l’apprentissage (perception, attention, mémorisation, etc.) pour adapter les pratiques éducatives. Cela est rendu possible notamment grâce aux techniques d’imagerie cérébrale qui permettent d’étudier les réactions du cerveau en train de lire, de mémoriser ou de compter par exemple. Les grands principes de l'apprentissage (Stanislas Dehaene) Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences.

D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit. Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteurs de La pédagogie positive, la définissent comme Le mouvement cérébral qui va nous permettre d’orienter notre action en fonction d’un objectif, d’un centre d’intérêt… Grâce à elle, nous captons, par nos cinq sens, les différentes informations en provenance soit de notre environnement, soit de notre ressenti émotionnel ou psychologique.

Les fonctions cognitives, cest quoi ? Le cortex cérébral Il est de plus en plus courant de lire l’expression « fonctions cognitives » dans des articles ou des livres car les avancées en termes de neurosciences ont participé à vulgariser des notions comme « fonctions cognitives », « fonctions exécutives », « fonctions supérieures du cerveau » ou encore « métacognition ».

Les fonctions cognitives, cest quoi ?

La notion de « fonctions cognitives » reste assez floue et j’avais envie de l’éclaircir un peu car je l’utilise souvent sur le blog sans avoir pris le temps d’expliquer ce que ces fonctions cognitives recouvrent. Je m’appuie sur une conférence du Dr Guy Lacombe. Les fonctions cognitives sont les fonctions effectuées par la partie supérieure du cerveau. Pour simplifier, on dira que la partie supérieure du cerveau est constituée du cortex cérébral.

Le cortex cérébral comporte la majorité des neurones : c’est ce qu’on appelle la substance grise. Source : Banque de schémas SVT – le lobe frontal, incluant le lobe préfrontal le lobe pariétal le lobe temporal 1. 2. 3. Les Intelligences Multiples. Les neurosciences et le développement de l'enfant SD1. UPL2832589197515325481_anna_lise_giraud_03032015_2. Fin d'un dogme : le cerveau bien moins compartimenté qu'on le pensait. La célèbre aire de Broca, associée au langage grâce à l'analyse des effets d'une lésion dans un cas pathologique, une méthode classique pour l'étude des fonctions du cerveau.

Fin d'un dogme : le cerveau bien moins compartimenté qu'on le pensait

Pourtant, ces dernières ne seraient pas localisées à ce point mais portées par des interconnexions plus larges. © Université de Montpellier Fin d'un dogme : le cerveau bien moins compartimenté qu'on le pensait - 3 Photos Les neurosciences modernes sont fondées sur l’idée que la plupart des fonctions cognitives sont liées à l’activité de régions très localisées du cerveau. Michel Thiebaut de Schotten et ses collaborateurs de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière sont revenus sur l’analyse des trois patients les plus connus de la neurologie comportementale en étudiant les dommages de leurs connexions cérébrales, grâce à la reconstitution en trois dimensions des lésions. Daguerréotype de Phineas P. Mon cerveau a ENCORE besoin de lunettes, livre TDAH. Avertissement Le bouton "J'accepte" à la fin du texte ci-dessous, vous permettra d'accéder au site internet de docteur Annick Vincent.

Mon cerveau a ENCORE besoin de lunettes, livre TDAH

À toute personne visitant ce site Internet portant sur le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) Ce site recèle des informations cliniques sur le TDAH. Il contient aussi des conseils et des renseignements pour mieux comprendre cette problématique et les options disponibles pour mieux « vivre avec », incluant des options de traitements pharmacologiques. Certaines notions sont à caractère plus médical et peuvent demander une formation professionnelle préalable pour bien les comprendre. Vous trouverez également sur le site une section de ressources et des liens vers celles-ci. Par ailleurs, dans le cadre de l’élaboration de ce site, nous avons pris des mesures raisonnables visant à y placer de l’information de qualité.

Contrat d'utilisation Acceptation Il est important de lire attentivement les modalités suivantes. Urgence médicale. Fin d'un dogme : le cerveau bien moins compartimenté qu'on le pensait.