Sexisme

Facebook Twitter

Phallocratie

Machisme. Galanterie. Dix nouvelles formes du sexisme ordinaire au travail. Les blagues de blondes à la machine à café, les compliments à la con (« quatre femmes inspectrices des finances cette année, et en plus elles sont belles !

Dix nouvelles formes du sexisme ordinaire au travail

»), le « cher confrère » entendu par une avocate… Ce sont « des blessures infinitésimales », selon Brigitte Grésy , qui forment le nouveau sexisme . Nous vous en donnons dix exemples extraits de son Petit traité contre le sexisme ordinaire . 1. Sexisme : Ségolène Royal prône la parité et la fin du cumul - Politique. Ségolène Royal, candidate à l'investiture socialiste à la présidentielle de 2012, s'est dite dimanche favorable à la parité à l'Assemblée nationale pour lutter contre le sexisme qui y sévit, en mettant fin notamment au cumul des mandats.

Sexisme : Ségolène Royal prône la parité et la fin du cumul - Politique

Evoquant lors d'une interview les remarques déplacées dénoncées par plusieurs élues de l'Assemblée nationale, elle a estimé que la sous-représentation des femmes en était responsable. "Pourquoi à l'Assemblée nationale il y a ces espèces de délire verbal ? C'est parce qu'il n'y a que 20% de femmes", a-t-elle expliqué.

Hommes/femmes: des rapports opposés entre les Etats-Unis et la France. Ah l'Amérique puritaine, le fameux pays où vous allez au tribunal si vous faites un compliment sur la jupe de votre collègue!

Hommes/femmes: des rapports opposés entre les Etats-Unis et la France

La caricature a été répétée aux premiers instants de l'affaire DSK, un réflexe culturel qui est rapidement remonté a la surface. «Dans l'Amérique puritaine, on tolère infiniment mieux les jeux d'argent que les plaisirs de la chair», écrivait le conseiller général PS Gilles Savary, tandis qu’un blog de Rue89 renchérissait: Les informulés d'une rhétorique sexiste.

Souligner la respectabilité de l’accusé, l’importance du personnage, l’étendue de son pouvoir, ses innombrables qualités, et lui chercher toutes les excuses possibles ; entourer la plaignante d’un soupçon systématique, l’accabler de reproches, lui prêter des intentions machiavéliques… Dès l’inculpation du directeur du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle sur une femme de chambre du Sofitel de New York, on a vu ressurgir, en France, les réflexes et les grilles de lecture archaïques qui dominent invariablement dans ce genre de mises en cause. « Nous ne savons pas ce qui s’est passé à New York samedi 14 mai, mais nous savons ce qui se passe en France depuis une semaine », dit la pétition lancée le 21 mai par les associations Osez le féminisme, La Barbe et Paroles de femmes (1).

Les informulés d'une rhétorique sexiste

Sans re-Frein // Dichotomie.