background preloader

Linguistique

Facebook Twitter

Banque de dépannage linguistique - Banque de dépannage linguistique Nouveautés Index thématique La grammaire [505 articles]L'orthographe [301 articles]La syntaxe [191 articles]Le vocabulaire [554 articles]Les emprunts à l’anglais [353 articles]La ponctuation [93 articles]La prononciation [151 articles]La typographie [205 articles]Les noms propres [58 articles]Les sigles, abréviations et symboles [95 articles]La rédaction et la communication [543 articles]Dans les coulisses de la langue [9 articles] Date de la dernière actualisation de la BDL : mai 2019 Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité © Gouvernement du Québec, 2002.

La mise en scène du discours. LDB #9 - Le pouvoir des mots - Spécial langue de bois. Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi. Petit recueil de non plus 18, ni 20 mais 24 moisissures argumentatives à utiliser sans modération lors des concours de mauvaise foi. Nous avons découpé ces moisissures argumentatives en trois grandes catégories : les erreurs logiques, les attaques, et les travestissements. Télécharger en pdf la mise en page magnifique du graphiste Francois-b. Télécharger le document élaboré avec le collectif INDICE en pdf (25 pages avec pages blanches pour noter ou 16 pages, plus dense avec seulement les descriptions) ou en html pour copier plus facilement le texte. 1.

La généralisation abusive Méthode : prendre un échantillon trop petit et en tirer une conclusion générale. Exemples : Mon voisin est un imbécile moustachu, donc tous les moustachus sont des imbéciles.Les Chinois sont vachement sympas. Exemples aggravés (menant au racisme ordinaire) : Le Chinois est vachement sympa. 2. Exemples : Exemple aggravé : 3. Méthode : tirer une conclusion ne suivant pas logiquement les prémisses. Exemples : 4. L’extrait : Une mine d'or : Fralica... à visiter. Histoire de notre accent. En Nouvelle-France, nos ancêtres, qu’ils aient appartenu au peuple ou à l’élite, parlaient ainsi : « La couvarte de la barline éta trop légearte pour aller à Montrial.

On a resté cheu nous. » Pourtant, tous les Français de passage soulignaient la qualité de notre langue. Ensuite, au XIXe siècle, alors que notre manière de parler est presque la même, les jugements sur celle-ci se font sévères. Nous parlerions comme des péquenauds. Que s’est-il passé pour que la même langue soit soumise à des évaluations aussi contrastées ? Dans D’où vient l’accent des Québécois ? Le « bel usage », celui de la cour et des salons, mais aussi le plus répandu, bien qu’avec des variantes, dans la population, est discrédité au profit du « grand usage », celui de l’élite bourgeoise. Coupé de la France depuis la Conquête anglaise, le Québec échappe d’abord à cette évolution et conserve son accent traditionnel. Double règle Quant à moi, je continue à réclamer des « couvartes » quand j’ai froid. The Ultimate Guide to French Regional Accents. If you have ever traveled in France outside of Paris or watched a movie set in province, you might have noticed that a lot of French speakers do not quite sound like what you are used to.

France is home to dozens of different regional accents, each linked to the culture and history of the area they originate from. Here is everything you have ever wanted to know about French regional accents! 1. A brief history of French regional accents A. France might be proud of its unity now, but it has not always been the case. Like many other European countries, France was once made up of different smaller regional entities, governed by powerful lords, with their own history and culture. Each region had its own language. Those languages could roughly be divided into two groups, named after their translation of the word “yes”. The “Oc” languages were spoken in the south of the country, under a line going roughly from Bordeaux to Grenoble.

B. French did not become the dominant one overnight. C. 2. A. B. Rubrique grammaticale - Rubrique grammaticale. Cohérence cohésion textuelle. Bescherelle ta mère – Je t'apprends le français, bordel ! Types et formes de phrase: quelles différences ? La parution des « ajustements » des programmes scolaires fait décidément couler beaucoup d’encre.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’enseignants s’émeuvent de ce que la façon dont sont définis les types et formes de phrases diffère sensiblement de la manière qu’ils ont de présenter ces notions à leurs élèves. J’ai cru, dans un premier temps, à une coquille. Il semblerait que ce ne soit pas le cas. Quelques explications. 1. Mes propres souvenirs d’élève puis d’étudiant distinguent quatre types de phrases, lesquels peuvent se combiner avec deux formes. La phrase déclarative, qui permet de déclarer des choses et se termine par un point: Le petit chat est sorti par la fenêtre.La phrase interrogative, qui permet généralement de poser une question, se termine par un point d’interrogation : Où est le petit chat ? Plusieurs critères permettent de distinguer ces types. Ces quatre types admettent deux formes : la forme affirmative et la forme négative. 2. 3. 4. Deux analyses différentes ?

5. 6. Les 36 figures de style essentielles de la langue française. Définition de « figure de style » Une figure de style est un procédé qui consiste à s’écarter de l’usage ordinaire de la langue pour donner un caractère « littéraire » à ce que l’on énonce. On fait une utilisation originale de la langue, on joue avec les codes, on exprime de façon singulière ce que l’on souhaite écrire. Les figures de style peuvent agir sur le sens des mots, la construction des phrases ou sur leur sonorité. On peut aussi parler de figure de rhétorique ou de figure du discours. Il existe des ouvrages de référence sur les figures de style, notamment le Gradus de Bernard Dupriez, le Lexique des figures de style de Nicole Ricalens-Pourchot ou le manuel de Patrick Bacry. Figures de style en A Accumulation L’accumulation est un procédé qui consiste à aligner, à accumuler un grand nombre de termes pour multiplier les informations dans le but d’insister sur une idée, lui donner plus de force, la rendre plus saillante, plus frappante.

Exemple : En savoir plus Acrostiche Adynaton Exemple : Au pied de la lettre. Les Youtubeurs Mat&Swann se sont amusés à imaginer comment pouvait percevoir un étranger une discussion entre Français truffées d’expressions idiomatiques. La jeune fille délaissé par son rencard se retrouve donc affublé un lapin nain, les gens s’embrassent avec de vraies pelles et les fourmis courent littéralement sur les mollets. Un document authentique et drôle qui permet d’aborder les expressions idiomatiques autrement qu’à coup de listes de vocabulaire à apprendre par cœur !

Pour l’occasion, voici une petite fiche avec CO/PO/PE et transcription. Après une phase d’hypothèse sur les expressions, les apprenants regardent la vidéo et essaient de donner des définissions des expressions. Avec la transcription, on pourra aller plus loin. Attention, certaines expressions peuvent heurter les apprenantes les plus sensibles (« la tête dans le cul », « tailler une pipe »…).

Mais on n’est jamais obligé de tout expliquer La fiche : FLEtonnante_pied_de_la_lettre D’autres ressources du blog WordPress: L'histoire de la langue française. L´histoire du français Le français porte mal son nom, qui vient du peuple germain qu´étaient les Francs Or notre langue n'est pas germanique, elle est romane, c'est-à-dire d'origine latine, et ce n'est que plus tard qu'elle subit l'influence des Francs.

De plus, on a souvent tendance à faire remonter notre langue au gaulois, langue celtique, ce qui est une erreur. 1. L'Europe linguistique à l'aube de l'Histoire a) Avant les Indo-européens Les Gaulois n'étaient évidemment pas les premiers habitants de la Gaule, mais on sait peu de choses sur les populations qui les avaient précédés, si ce n'est quelques noms de peuples comme les Aquitains, les Ibères ou les Ligures (voir carte ci-dessous). B) Les Gaulois Le gaulois est une langue celtique, qui appartient à la grande famille des langues indo-européennes. 2.Les temps romains Quoi qu'il en soit, vers 120 avant JC, avait commencé la conquête romaine de la Gaule. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

Paroles de clips. Les figures de rhétoriques appliquées à la publicité. 8 tics de langage à faire taire d’urgence ! Ils servent à meubler notre discours, à nous détacher de notre propos, à conclure sans faire le moindre effort, à interpeller notre interlocuteur (qui n’a rien demandé). Ces mots parasites trahissent notre maladresse et notre manque de maîtrise. Mais pour parvenir à s’en débarrasser, encore faut-il savoir les identifier. D’abord chez autrui, puis dans notre propre langage. Florilège. ___ J’avoue ___ « – Franchement, Justin Bieber, il est trop beau ! Que vient faire l’aveu d’une culpabilité dans un échange aussi futile ? « – Sérieux comment c’est galère de venir chez toi ! ___ Voilà ___ Pas facile de conclure, n’est-ce pas ? Heureusement, les conclusiophobes ont trouvé leur meilleure amie, leur alliée, leur sauveuse… c’est la préposition « voilà »[1].

Et si vous faisiez le travail jusqu’au bout ? ___ Un petit peu ___ « À présent, je vais laisser la parole à ma collègue qui va un petit peu nous parler de son bilan.» ___ Si vous voulez ___ … Ou qu’on lui dit simplement ce qu’il veut entendre. Banque de dépannage linguistique - Langue française : les informations et les conseils d’ORTHONET pour l'orthographe, grammaire et vocabulaire. LA PONCTUATION FRANÇAISE [REFERENCE]

Cohesion in Eng. Les figures de rhetorique. Gfen.langues. Dictionnaire de l'Académie française. Recherche d'un mot. Algirdas Julien Greimas : Le schéma narratif canonique. Suivez-nous Greimas Le schéma narratif canonique (SNC) permet d’organiser les éléments d’une action dans une structure dotée de cinq composantes. (1) La composante de l’action se décompose elle-même en deux composantes, soit (2) la compétence, dont relèvent les conditions nécessaires à l’accomplissement de l’action : vouloir-faire, devoir-faire, savoir-faire, pouvoir-faire, et (3) la performance, réalisation effective de l’action rendue possible par l’acquisition de la compétence. (4) La manipulation est, quant à elle, la composante spécifique au vouloir-faire et au devoir-faire.

Enfin, (5) la sanction est relative à l’évaluation de la réalité de la réalisation de l’action et à la rétribution appropriée (récompense ou punition) que s’est attiré le sujet de l’action. Voici un exemple d’action sous-tendue par le SNC : le Roi demande (manipulation : devoir-faire) au Prince de sauver la Princesse (action). Nous avons parlé plus tôt d’organisation logique, temporelle et sémantique. 1. 2. 3. Atlas sonore des langues régionales de France.