background preloader

ESS

Facebook Twitter

Tout Compte Fait. Le portail de ressources en économie sociale et solidaire — Enseigner avec le numérique. L'ESPER (L’Économie Sociale Partenaire de l’École de la République), association rassemblant 46 organisations de l’Économie sociale (associations, mutuelles, coopératives, syndicats) intervient dans le champ de l’École et de la communauté éducative.

Le portail de ressources en économie sociale et solidaire — Enseigner avec le numérique

Elle communique via son portail un ensemble de ressources adaptées au contexte scolaire afin de sensibiliser les enseignants et les élèves à l'ESS qui se caractérise par « la non-lucrativité, la gestion désintéressée, la primauté de la personne sur le capital et la gestion démocratique ». La recherche s'effectue principalement de 2 manières : La Blockchain libère les "entraves" de l'économie collaborative.

Tout comme Internet a réinventé la distribution de l'information, la technologie Blockchain devrait transformer la façon de gérer les transactions, les contrats, et plus généralement la notion de confiance sur les réseaux sans tierce partie.

La Blockchain libère les "entraves" de l'économie collaborative

Banques, notaires, assureurs, mais aussi les plateformes telles qu'Uber ou Airbnb seraient impactés par cette nouvelle disruption. Cette technologie, qui sous-tend les crypto-monnaies comme le Bitcoin, fournirait une alternative crédible à l'infrastructure procédurale, organisationnelle et technologique indispensable au maintien de la confiance à l'échelle institutionnelle avec des conséquences profondes. « La confiance est une composante essentielle du fonctionnement de nos sociétés », explique Philippe Boyer, directeur de l'innovation à la Foncière des régions. « La confiance repose aussi sur des éléments objectifs : diplôme, réputation, références...

La neutralité d'algorithmes incorruptibles. 13h15 le samedi. Vingt-sept patrons pour une usine : se battre pour durer - France 2 - 4 juin 2016 - En replay. La Fonderie Gillet, au cœur d'Albi (Tarn), n'a pas fermé ses portes après sa mise en liquidation judiciaire en 2014.

13h15 le samedi. Vingt-sept patrons pour une usine : se battre pour durer - France 2 - 4 juin 2016 - En replay

Pour la sauver, 27 des 41 salariés de la quatrième plus ancienne entreprise de France, créée en 1687, ont décidé de la racheter en devenant sociétaires d'une Scop (Société coopérative et participative), après validation du projet par le tribunal de commerce fin 2014. Michel, Pascal, Boris, Nicolas et leurs collègues… sont ainsi les 27 patrons de leur usine depuis un an et demi. Les ouvriers ne pouvaient se résoudre à voir leur entreprise disparaître avec la crise, des repreneurs successifs et le manque d’investissements pour la moderniser… Une majorité du personnel l'a rachetée pour en devenir à la fois les employés et les dirigeants. Un investissement humain, mais aussi financier. Travailler en SCOP, qu’est-ce que ça change pour le salarié ?

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Solène Lhénoret Comme toute entreprise, la société coopérative ouvrière et participative (SCOP) doit être rentable pour se développer et pérenniser ses projets.

Travailler en SCOP, qu’est-ce que ça change pour le salarié ?

Elle se différencie sur le partage équitable du pouvoir, des risques, de l’information et des profits. Travailler dans une telle société permet d’être associé à un projet commun, mais qu’est-ce que ça change concrètement pour le salarié ? Pourquoi monter une SCOP ? Goodyear, Fralib, SeaFrance, Lejaby… ces entreprises en difficulté ont fait connaître l’existence des SCOP au grand public. Dans d’autres cas, le dirigeant d’une entreprise traditionnelle peut souhaiter partir à la retraite, et décider de transmettre son entreprise saine à ses salariés par le biais d’une SCOP. Partage des risques… et des bénéfices. L’économie collaborative : un nouveau modèle socio-économique ? - L’économie collaborative : un nouveau modèle socio-économique ? - Dossier d'actualité.

©fotolia.com L’économie collaborative recouvre, à la fois, des plateformes d’échanges de biens et de services entre particuliers sans recherche de profit et des plateformes d’offres commerciales.

L’économie collaborative : un nouveau modèle socio-économique ? - L’économie collaborative : un nouveau modèle socio-économique ? - Dossier d'actualité

En plein essor, l’économie collaborative tend à faire évoluer le modèle socio-économique et concurrence les activités traditionnelles. Les pouvoirs publics sont confrontés à de nouveaux défis : accompagner le dynamisme de ce secteur de l’économie tout en protégeant les travailleurs des comportements abusifs et en garantissant une fiscalité équitable. Une mission parlementaire sur le sujet a été confiée au député de l’Ardèche Pascal Terrasse qui doit remettre son rapport au début de l’année 2016. Pour une économie collaborative « responsable et vertueuse » Depuis plusieurs mois, l’économie collaborative déchaîne les passions, à la mesure des bouleversements qu’entraîne la révolution numérique et sa désintermédiation de multiples secteurs - du transport à l’hôtellerie en passant par les assurances ou l’immobilier.

Pour une économie collaborative « responsable et vertueuse »

Dans la foulée du rapport Terrasse qui pointe la nécessaire adaptation du cadre juridique et fiscal pour assurer un minimum d’équité concurrentielle et sociale, il apparaît pertinent de se questionner sur les critères d’un modèle d’économie collaborative responsable et vertueux. Commençons par ce qui définit cette nouvelle économie : la collaboration, qui repose sur la communauté et le lien social. Si les sites collaboratifs fonctionnent tous grâce à la création d’une communauté, on peut distinguer ceux qui placent au cœur de leur mission le renforcement du lien social.

Le deuxième critère à prendre en compte concerne la réponse aux enjeux sociétaux. Une économie française qui embauche : ça existe ! Qu'est-ce que l'économie sociale ? C'est quoi une coopérative? Coop FR. Kit pédagogique : C'est quoi une coopérative? La coopérative est un modèle d’entreprise démocratique peu connue du grand public.

Kit pédagogique : C'est quoi une coopérative?

Et pourtant, les Français la côtoient tous les jours : enseignes de la grande distribution, d’opticiens, d’alimentation (lait et produits laitiers, fruits, légumes, viande etc.), banques de proximité, titres restaurants, magazine économique, compagnie de théâtre, groupements d’artisans, logements Hlm, etc. Coop FR, organisation représentative des organisations coopératives, présente sa gamme d’outils de promotion du modèle coopératif afin de sensibiliser tous les publics au modèle coopératif à l’école ou lors de formations, ateliers, salons, conférence, etc. Un film d’animation « C’est quoi une coopérative ? » Film d’animation de 3 minutes, il est particulièrement adapté aux réseaux sociaux, aux formations, aux salons et à toute présentation pédagogique du modèle coopératif.

Un livret pédagogique A télécharger Un panorama sectoriel des entreprises coopératives A télécharger A télécharger. L'économie sociale et solidaire pèse de plus en plus lourd. Ce secteur qui regroupe les mutuelles, les associations, les coopératives et les sociétés commerciales à but social représente d'ores et déjà 10% du PIB et 12% des emplois privés.

L'économie sociale et solidaire pèse de plus en plus lourd

Focus sur ce secteur en plein boum à l'occasion du «Mois de l'économie sociale et solidaire» qui démarre cette semaine. L'économie sociale et solidaire. L’économie sociale et solidaire est une économie professionnelle dorénavant dotée de financements, c’est une économie de la transformation et de l’innovation.

L'économie sociale et solidaire

Mais c’est aussi une économie de sens, fondée sur des valeurs qui placent l’homme comme acteur, moteur, mais surtout comme norme absolue. C’est une économie qui montre le chemin pour demain, vers une économie durable et responsable, positionnée autour de nos territoires et de leurs habitants. En 2014, l'ESS employait 2,38 millions de personnes en France, soit plus de 12% de l'emploi privé, selon le bilan de l’emploi en 2014 publié par Recherche et solidarité en juin 2015. Les effectifs les plus importants interviennent dans les domaines de l'action sociale, des activités financières et d'assurance, de l'enseignement et de la santé.

Martine Pinville Le 31 juillet 2015. L'économie sociale et solidaire. Economie sociale. Qu'est-ce que l'économie sociale ?

Economie sociale

Les coopératives de toutes natures (salariés, usagers...), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent l'économie sociale, terme générique pour désigner ces groupements de personnes (et non de capitaux) jouant un rôle économique. Le concept « économie sociale » a été reconnu officiellement par décret en 1981.

Ses principes. Économie - L'économie sociale, des principes communs et beaucoup de diversité - 10 % de l'emploi salarié et 5 % de la valeur ajoutée. Imprimer la page. Qu'est-ce que l'économie sociale et solidaire ? Le succès de l'économie collaborative. Principes. L'économie sociale et solidaire est "un mode d'entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l'activité humaine". Les entreprise de l'ESS remplissent les conditions suivantes : Gestion démocratique : le principe « une personne = une voix » s'applique quelle que soit la somme investie au capital et le temps passé.Utilité collective ou utilité sociale du projet : une structure de l’Économie Sociale est nécessairement au service d’un projet collectif et non d’un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre.Mixité des ressources : les ressources de ce secteur sont soit privées (coopératives et mutuelles), soit mixtes (associations).

Non-lucrativité individuelle : les excédents financiers ne peuvent pas donner lieu à une appropriation individuelle. Aller plus loin. Airbnb : le triomphe de l'hôtelier sans hôtels. Si vous passez à San Francisco prochainement et cherchez un lit sur Airbnb, vous tomberez peut-être sur l'annonce de Brian. Pour 40 dollars la nuit, ce designer de 33 ans vous propose son joli canapé bleu. Les 114 commentaires postés sous l'annonce sont enthousiastes. «L'appartement est très confortable, raconte Ron, de New York. Avec sa copine, ils m'ont même invité à leur séance de yoga. » Sympa ce Brian, surtout quand on sait qu'il est le cofondateur et P-DG de la première plate-forme mondiale de location de logements entre particuliers.

Imaginerait-on Vincent Bolloré nous emmener en vacances dans son Autolib'? Ces dernières semaines, le jeune patron a toutefois manqué de temps pour accueillir ses hôtes. Une bulle ? Du simple sofa au coeur de Berlin au château fort du XVIIe siècle à Saint-Malo, le choix est infini. >>> Reportage dans le surprenant QG d'Airbnb à San Francisco Il a fallu du temps avant d'atteindre ce «network effect», comme on dit dans la Silicon Valley.

Gilles Tanguy . Conseil national des Chambres Régionales de l'Économie Sociale. Accueil CNCRES>L'économie sociale et solidaire>Valeurs le mois de l'ESS l'observatoire de l'ESS ressources documentaires Actualités Nos partenaires Espace presse. Économie collaborative : « La solution n’est pas dans un excès de réglementation » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Philippe Portier (Avocat aux barreaux de Paris, New York et Luxembourg, JeantetAssociés) Les Français plébiscitent, à l’usage et par sondage, les percées de nouvelles formes organisationnelles d’une économie dopée au numérique. Les expérimentations se démultiplient dans des domaines aussi variés que le transport de personnes (le symbolique Blablacar, le polémique UberPop…) ou de colis (You2You, GoGoRunRun…), le « coavionnage » (Wingly), la finance (crowdfunding, Bitcoin…), la location de logements (AirbnB), le partage de livres (Booxup) ou de canapés (Couchsurfing)…