background preloader

CEDEF - Qu'est-ce que l'économie sociale et solidaire ?

CEDEF - Qu'est-ce que l'économie sociale et solidaire ?
Le fonctionnement des acteurs de l'économie sociale et solidaire répond à des modes de gestion spécifiques, qui s'appuient sur un cadre juridique adapté. Les principes de l'économie sociale et solidaire Le concept d'économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d'entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale. Ces entreprises adoptent des modes de gestion démocratiques et participatifs. Elles bénéficient d'un cadre juridique renforcé par la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire. L'ESS emploie 2,4 millions de salariés en France, soit 12,8% de l'emploi privé, selon le bilan de l'emploi dans l'économie sociale en 2016, publié par Recherches et solidarités en juin 2017. La loi du 31 juillet 2014 Quelles sont les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) ?

http://www.economie.gouv.fr/cedef/economie-sociale-et-solidaire

Related:  Chapitre 4 : L'économie sociale et solidaireESSEconomie sociale et solidaireMaster 2

Les sociétés coopératives : est-ce que ça marche ? Les salariés d'Ecopla veulent créer une Scop : société coopérative et participative. Ce modèle de société fonctionne-t-il ? "Oui, c'est une réalité. Leur nombre a presque doublé en dix ans. On est passé de 1 540 à 2 855. En tout, les Scop représentent plus 51 000 salariés et 4,5 milliards d'euros de Chiffre d'affaires cumulé. Économie - L'économie sociale, des principes communs et beaucoup de diversité - 10 % de l'emploi salarié et 5 % de la valeur ajoutée Imprimer la page 10 % de l’emploi salarié et 5 % de la valeur ajoutée Laurent Bisault, direction régionale de Midi-Pyrénées, et Julien Deroyon, département des synthèses sectorielles, Insee Résumé En 2012, les quatre familles de l’économie sociale - coopératives, mutuelles, associations et fondations - emploient 2,3 millions de salariés et versent 60 milliards d’euros de rémunération.

ESS Le terme d’Economie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. Le modèle économique de l’ESS est au service de la société et du citoyen. L’Economie sociale et solidaire naît de la synthèse de deux concepts Groupe Up : 50 ans d'innovation au service de la personne le 15 septembre 2016 - Caroline DUPUY - Entreprises - article lu 204 fois Groupe Up (anciennement Groupe Chèque Déjeuner) est un acteur majeur de l'économie sociale et solidaire. Il conjugue modernité, innovation et développement durable. L’économie sociale et solidaire (ESS) fait partie de l’ADN du Groupe Up.

Economie sociale Qu'est-ce que l'économie sociale ? Les coopératives de toutes natures (salariés, usagers...), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent l'économie sociale, terme générique pour désigner ces groupements de personnes (et non de capitaux) jouant un rôle économique. Le concept « économie sociale » a été reconnu officiellement par décret en 1981. Ses principes Les organismes de l'économie sociale respectent les principes suivants : • liberté d'adhésion, • non lucrativité (excédents non redistribués par rémunération du capital apporté), • indépendance à l'égard des Pouvoirs Publics, • gestion démocratique selon le principe : " une personne, une voix ".

Économie sociale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'économie sociale ou économie sociale et solidaire (ESS) regroupe les organisations privées ou publiques (entreprises, coopératives, associations, mutuelles ou fondations) qui cherchent à concilier activité économique et utilité sociale[1]. En France, ce secteur représente environ 10 % des emplois salariés, cette part s'accroissant au cours du temps (9,6 % en 2005, 10,5 % en 2013)[2]. Les organisations de l'économie sociale adhèrent à des principes fondateurs, parmi lesquels[3]: recherche d'une utilité collective, non-lucrativité ou lucrativité limitée (bénéfices réinvestis au service du projet collectif), gouvernance démocratique (primauté des personnes sur le capital : « 1 personne = 1 voix », implication des parties prenantes)[4],[5]. C'est par analogie avec le Tiers état ou le tiers monde, que ce secteur est parfois désigné comme le tiers secteur.

Découvrir les coopératives La coopérative est un modèle d’entreprise démocratique. Société de personne, elle se différencie des entreprises dites « classiques » par sa gouvernance fondée sur le principe « une personne, une voix » et la double qualité de ses membres qui sont à la fois associés et clients, producteurs, salariés. L’identité coopérative se fonde sur les sept principes coopératifs édictés au niveau international par la déclaration de l’Alliance coopérative internationale, en 1995, réaffirmée au niveau national par la déclaration sur l’identité coopérative, formulée en octobre 2010 par le mouvement coopératif français. L'économie sociale et solidaire L’économie sociale et solidaire est une économie professionnelle dorénavant dotée de financements, c’est une économie de la transformation et de l’innovation. Mais c’est aussi une économie de sens, fondée sur des valeurs qui placent l’homme comme acteur, moteur, mais surtout comme norme absolue. C’est une économie qui montre le chemin pour demain, vers une économie durable et responsable, positionnée autour de nos territoires et de leurs habitants. En 2014, l'ESS employait 2,38 millions de personnes en France, soit plus de 12% de l'emploi privé, selon le bilan de l’emploi en 2014 publié par Recherche et solidarité en juin 2015.

La définition de l'économie sociale et solidaire Retour sur cinq grands principes fondateurs de l'économie sociale et solidaire. La charte de l’économie sociale (4), élaborée par le Comité national de liaison des activités mutualistes, coopératives et associatives (CNLAMCA), devenu le Conseil des entreprises et groupements de l’économie sociale (CEGES), ainsi que différents rapports, dont celui d’Alain Lipietz en 2000 (5), a défini l’économie sociale et solidaire selon un certain nombre de critères qui font aujourd’hui consensus : libre adhésion, lucrativité limitée, gestion démocratique et participative, utilité collective ou utilité sociale du projet, et mixité des financements entre ressources privées et publiques (voir encadré). Un secrétariat d’Etat à l’Economie solidaire a même été créé en 2000, disparu depuis l’arrivée du gouvernement Raffarin. – La liberté d’adhésion : nul ne peut être contraint d’adhérer ou de demeurer adhérent d’une structure de l’économie sociale.

Related:  DCG3 année de transition - sept 2019/oct 2020Thème BTS : La solidaritéInformations pratiques