BitTorrent accusé de violer le droit européen sur la vie privée BitTorrent accusé de violer le droit européen sur la vie privée C'est une intervention plutôt inhabituelle. Mardi, la société américaine BitTorrent Inc a été accusée d'enfreindre la législation européenne sur la protection des données personnelles. Or, contre toute attente, cette réprimande n'est pas venue d'une instance du Vieux Continent mais d'une agence indépendante du gouvernement américain, en l'occurrence la commission fédérale sur le commerce (FTC). Il est reproché à BitTorrent Inc d'avoir enfreint les principes du Safe Harbor ("sphère de sécurité") qui ont été conclus entre la Commission européenne et le département du commerce des États-Unis. Ceux-ci autorisent une société américaine à transférer des données personnelles des citoyens européens vers les USA, à condition qu'elle respecte le droit communautaire. Les griefs exacts de la Federal Trade Commission à l'encontre de BitTorrent Inc ne sont pas encore connus, mais ces derniers ne sont peut-être pas d'une forte gravité.
Google dépose un brevet inquiétant pour les libertés individuelles 01net le 08/05/13 à 10h10 Nous savons que Google regarde dans les documents que nous lui confions afin de mieux cibler les publicités qu'il nous propose. Un brevet déposé le 2 mai montre que la firme de Mountain View pourrait, bientôt, « lire » les mails que vous écrivez et vous dire si c'est légal. Google dépose un brevet inquiétant pour les libertés individuelles
Les Etats-Unis en ordre de bataille pour préserver la vie privée 01net. le 28/03/12 à 15h10 Alors que les géants du Web changent leur politique de confidentialité, pas toujours pour le meilleur, et qu’ils s’accusent les uns les autres de ne pas respecter notre vie privée, la FTC, Federal Trade Commission vient de publier la version définitive de son rapport (PDF), intitulé Protecting Consumer Privacy in an Era of Rapid Change, sur les mesures à mettre en place pour protéger les données privées des utilisateurs de services commerciaux en ligne. Longue réflexion Ce document est le fruit d’un long travail de consultation – plus de 450 commentaires ont été pris en compte – qui avait déjà émergé fin 2010 sous la forme d’un premier brouillon. La FTC a depuis amendé son travail pour l’adapter aux évolutions technologiques et s’assurer que ses recommandations ne porteront pas atteinte au bon fonctionnement des services en ligne de petite taille. Les Etats-Unis en ordre de bataille pour préserver la vie privée
03/14 > BE Royaume-Uni 114 > La protection des données au Royaume-Uni Technologies de l'information et de la communicationLa protection des données au Royaume-Uni http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69405.htm Alors que la Commission européenne prépare une révision de la Directive européenne sur la protection des données, quel est le cadre légal au Royaume-Uni ? 03/14 > BE Royaume-Uni 114 > La protection des données au Royaume-Uni
01net le 27/02/12 à 20h00 Jeudi 23 février, l’Administration Obama a annoncé un projet de «charte pour la protection des données des consommateurs». Le texte doit garantir les droits sur la collecte des données et sur leur utilisation : les internautes pourront effectuer un contrôle individuel de leurs données personnelles, les conditions d’utilisation de ces dernières devront être transparentes et leur sécurité devra être prise en charge. Etats-Unis : vers une charte pour la protection des données personnelles des internautes Etats-Unis : vers une charte pour la protection des données personnelles des internautes
Que sait Google sur vous ? Que sait Google sur vous ? Crédit Photo: D.R Au moment où Google modifie sa politique de confidentialité, un petit tour sur le gestionnaire des préférences pour les annonces vous indiquera vos centres d'intérêt et une estimation de votre âge et de votre sexe. A l'heure où Google unifie ses règles de confidentialité et annonce la combinaison des données des différents services pour mieux cibler l'internaute, un lien sur le gestionnaire des préférences des annonces vous montrera que l'éditeur connaît déjà des choses sur vous. Ne cherchez pas cette page sur le dashboard de votre compte Google, elle est distincte du tableau de bord classique.
La ministre allemande de la Protection des consommateurs a mis en garde ses collègues contre Facebook, qu'ils utilisent pour promouvoir leur action, les alertant sur un manque de protection des données, dans un courrier que le magazine Der Spiegel a pu se procurer. "Après une étude juridique approfondie, j'ai abouti à la conclusion que nous devons absolument nous assurer que le bouton Facebook n'est utilisé sur aucun de nos sites gouvernementaux", a écrit la ministre Ilse Aigner, connue pour ses critiques sur la politique du réseau social en matière de vie privée, dans un courrier interne cité par Der Spiegel dans son édition de lundi. Elle a également appelé les administrations à éviter de créer des pages pour "fans", auxquels les utilisateurs de Facebook peuvent s'abonner, "au vu de doutes juridiques sérieux". Appel d'une ministre allemande à bannir FB Appel d'une ministre allemande à bannir FB
Facebook érige la protection des données privées en porte-drapeau Facebook érige la protection des données privées en porte-drapeau Régulièrement accusé d’enfreindre la vie privée de ses 750 millions de membres, Facebook montre patte blanche et annonce, dans la foulée de sa révision des options de confidentialité, la nomination d’Erin Egan, spécialisée dans la protection des données de l’individu. L’avocate, qui officie actuellement au sein du cabinet américain Covington & Burling, prendra ses fonctions à la mi-octobre au sein du réseau social. Suffisant pour faire de Facebook un paradis de la sécurité ?
« Une loi sur la vie privée sans dimension de régulation. » Cela demande des explications mais telle serait la grande orientation de la future loi sur la protection des données personnelles en cours de gestation aux Etats-Unis. L’esprit de la loi a été résumé par Daniel Weitzner, un conseiller sur la politique sur la science et les technologies à la Maison Blanche. Il occupe les fonctions d’administrateur associé à la National Telecommunications and Information Administration (NTIA). Ces déclarations sont intervenues à l’occasion de l’Aspen Forum, du nom d’une conférence annuelle sur la législation et les nouvelles technologies est organisée par le cercle de réflexion Technology Policy Institute (et couverte par CNet). La Maison Blanche veut effectivement renforcer le niveau de protection des données des citoyens dans la loi. Etats-Unis : une loi renforcée sur la vie privée mais sans régulation ? Etats-Unis : une loi renforcée sur la vie privée mais sans régulation ?
La justice espagnole a demandé à Google de supprimer les informations personnelles de 90 internautes ayant formé un recours collectif. En octobre 2010, Viviane Reding, vice-présidente et commissaire européen chargée de la justice, avait tenu à réaffirmer ses propos en déclarant que « la protection des données à caractère personnel est un droit fondamental ». Les autorités de Bruxelles souhaitent ainsi renforcer les droits des consommateurs et apporter davantage de transparence quant aux données qui sont collectées ainsi que leur utilisation dans le temps. Au coeur de cette idée, Bruxelles demande le « droit à l'oubli », une notion qui a été mise en oeuvre par l'AEPD, l'agence gouvernementale de protection des données en Espagne. Vie privée : la justice espagnole marque un point contre Google Vie privée : la justice espagnole marque un point contre Google
Facebook rejette les accusations de la CNIL allemande La réaction de Facebook n'aura pas tardé. Mis en cause par les autorités de protection de la ville de Hambourg, le réseau social américain nous a adressé un communiqué dans lequel il annonce que les points soulevés par Johannes Caspar, le responsable en charge des données personnelles, seront pris en considération. Facebook rejette en revanche l'affirmation selon laquelle le réseau social enfreindrait la législation européenne. "Nous prendrons en considération les points soulignés par les autorités de protection de données de Hambourg concernant la fonctionnalité de suggestion d'identification mais rejetons fermement toute affirmation selon laquelle nous ne respecterions pas nos obligations d'après les lois européennes sur la protection des données" a annoncé le site communautaire américain. À en croire Facebook, la fonctionnalité de reconnaissance faciale, tant décriée par les autorités de régulation, serait en fait plutôt appréciée par les utilisateurs eux-mêmes.