JBG: A 15j des élections, ce de
Ministère intérieur: La mobilisation restera to
Share photos on Twitter
Endemol attaque le site SecretPStory.fr Des jeunes UMP voulaient attaquer le PS en parodiant Secret Story : c'était sans compter sur Endemol. La société de production de la célèbre émission de téléréalité de TF1 a mis en demeure le collectif "France à venir", propriétaire du site SecretPStory.fr et proche d'Eric Besson. Résultat : moins de vingt-quatre heures après son lancement, le site était inacessible ce matin. Contacté par LePost.fr, le créateur de SecretPStory.fr, Alexandre Brugère, a confirmé "la mise en demeure d'Endemol", la société de production lui ayant demandé de "fermer le site". Endemol attaque le site SecretPStory.fr
L'UMP, des "Noobs" de l'Internet - Politique La campagne pour la présidentielle 2007 semble bien loin, avec elle, les médias "révolutionnaires" utilisés à l'époque par l'UMP pour inonder la Toile et faire gagner son candidat. Aujourd'hui, le parti ayant "inspiré Barack Obama" (dixit Benjamin Lancar), resté sur place, est largement à la traîne face à l'émergence de rivaux sur les nouveaux outils de communication politiques tels que Twitter, Facebook ou Tumblr ; Web TV et blogs traditionnels, moins modernes, plus contraignants, dont il est encore friand, étant presque relégués au rang d'abandonware. Les observateurs en conviendront cependant : avancer que le premier parti politique de France est invisible sur Internet serait mentir. Bon nombre de ses responsables politiques caracolent en tête des classements d'audience sur Twitter et la page politique Facebook comptant le plus grand nombre de fans demeure, malgré les sondages d'opinion actuels, celle du président de la République Nicolas Sarkozy. L'UMP, des "Noobs" de l'Internet - Politique
CAMPUS UMP : Nouveaux médias et engagement politique ? - une vidéo Actu et Politique
n00b, n00b et re-n00b #jeunesump #iriposte #jeunespopkemon on Twitpic
Quand l'UMP se fait passer pour le PS sur Twitter Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Sur le site de "micro-blogging" Twitter, pas besoin d'attendre 2012 : la bataille du Net a déjà commencé entre gauche et droite. Le réseau reste très marginal en terme d'audience, mais touche un public des plus influents : journalistes, blogueurs, spécialistes du marketing... Des "acteurs du Web" capables de faire monter une polémique ou un buzz, tel le lapsus de Rachida Dati. Une communauté plutôt moqueuse, prompte à ironiser ou parodier. Parmi les comptes stars de cette opposition par l'humour, celui du site parodique Brave Patrie, "le journal des vraies valeurs de la France vraie", et surtout Humour de droite, compte anonyme tenu à plusieurs mains. Quand l'UMP se fait passer pour le PS sur Twitter
Quand l'Elysée pratique le piratage
1. Capture d’écran sur le site du ministère de la Culture le 18 septembre 2010 18/9/10 – Internet – L’histoire est plaisante : le ministère de la Culture, si actif et si engagé dans la lutte contre la piraterie sur Internet via sa défense sans concession de la loi Hadopi, vient d’« emprunter » une photographie sur La Tribune de l’Art et de la mettre en ligne sur son site sans nous avoir le moins du monde demandé la permission ni même nous en avoir crédité. L’article, daté du 14 septembre 2010, que l’on trouve « à la une » des pages « actualités », est consacré à la Maison de l’Histoire de France et à son installation aux Archives Nationales. La photo publiée (ill. 1) est celle (ill. 2) que nous avions prise le 10 septembre 2010, dans la cour de l’Hôtel de Soubise, et que nous avions mise en ligne dans la foulée. La Tribune de l'Art piratée par le ministère de la Culture La Tribune de l'Art piratée par le ministère de la Culture
La chanson du lipdub des jeunes de l'UMP était bien piratée La chanson du lipdub des jeunes de l'UMP était bien piratée Ça va commencer à sonner comme un refrain du côté de l’UMP. Interrogé sur la question des droits d’auteur de la chanson « Tous ceux qui veulent changer le monde » pour le lipdub déjà culte des Jeunes Pop, leur président avait répondu : « Luc Plamandon [l’auteur, ndlr] nous les a cédés. » Vrai, mais Benjamin Lancar savait très bien que cela ne suffisait pas. La version utilisée dans la chanson n’est en effet pas la version originale, mais celle chantée par la jeune artiste Marie-Mai, pour la Star Academy québécoise. Selon Marjorie Paillon de BFM-TV, « les Jeunes UMP ont demandé en octobre dernier l’autorisation d’utiliser cette version [...] au producteur de la Star Academy québécoise », mais « ils ont essuyé un refus ».
Quand Frédéric Lefebvre pirate les médias
Lancar sur Twitter

jeunespopkemon

L'UMP, un naufrage numérique ?