background preloader

Charlie hebdo

Facebook Twitter

Emmanuel Todd : "Le 11 janvier a été une imposture" Le 7 mai prochain, l’historien et démographe Emmanuel Todd publiera «Qui est Charlie ?»

Emmanuel Todd : "Le 11 janvier a été une imposture"

(Seuil), charge terrible contre la France de François Hollande. Un texte écrit dans la fièvre, au sujet duquel il a accordé à «L’Obs» un entretien exclusif. Son angle d’attaque, particulièrement original, consiste à observer l’origine régionale et socio-politique des manifestants du 11 janvier. Sous les bons sentiments brandis, Todd fait parler les cartes et les statistiques pour comprendre la signification profonde de ce qui restera comme le plus important rassemblement de l’histoire moderne du pays. Les religions sont contre les femmes. Beaucoup d’émotions ces derniers jours autour de Charlie Hebdo.

Les religions sont contre les femmes

Une émotion dont s’est emparé le gouvernement de Valls et Hollande lors d’une manifestation d’unité nationale, malgré une ligne politique raciste et anti-ouvrière qui ne fait que poursuivre celle de Sarkozy. En prime, des cartons d’invitation conviant des responsables politiques de plusieurs Etats qui limitent pourtant gravement les droits et les libertés individuelles de leurs populations : Netanyahu &Bennett, Abbas, Lavrov, Orban, Erdogan, Davutoglu, Bongo, Rajoy… etc, tous étaient Charlie ce jour là. Féminisme et laïcité : non aux amalgames.

Monique Crinon s’oppose dans ce texte à une thèse propagée depuis deux ans par les partisans de l’interdiction du voile dit islamique : l’idée selon laquelle laïcité et féminisme seraient deux concepts jumeaux, quasi-synonymes.

Féminisme et laïcité : non aux amalgames

La laïcité serait par essence féministe, et le féminisme laïque par essence. Monique Crinon montre que cette conception revient en réalité méconnaître la spécificité et l’intérêt du combat laïque, et plus encore du combat féministe. Ce dernier se retrouve en effet totalement subordonné, sous la tutelle de la laïcité - ou plutôt d’une certaine idée de la laïcité [1]. #JeSuisMisogyne. Nous aussi on a grandi avec Cabu, Wolinski, Reiser, Cavanna, Choron...

#JeSuisMisogyne

Nous avons vu les mêmes dessins mais nous n’avons pas compris la même chose : Sûrement parce que ces blagues ne s’adressaient pas à nous mais qu’elles se faisaient à nos dépens. Repenser la question du fascisme après Charlie. A l’occasion d’un débat ce jeudi 29 janvier à la Bourse du Travail de Toulouse, à 20h30, un entretien pour le site de l’Université Populaire de Toulouse revenant sur les processus d’extrême droitisation idéologique et politique à la lumière de l’immédiat après-Charlie.

Repenser la question du fascisme après Charlie

Cet entretien a été réalisé à l’occasion d’une conférence-débat avec Jean-Christophe Sellin (membre du Bureau national du Parti de Gauche et tête de liste aux élections municipales de 2014 à Toulouse pour la liste Place au Peuple) autour de mon livre Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard (Textuel, octobre 2014), organisée par l’Université Populaire de Toulouse, ce 29 janvier 2015. L’entretien a été publié le 28 janvier 2015 sur le site de l’Université Populaire de Toulouse : . Université Populaire de Toulouse : En quoi le terme « postfascisme » utilisé pour caractériser le Front national est-il utile pour la compréhension du problème que nous avons devant nous ?

Ph. Ph. Ph. La grande masse uniforme des dessinateurs. Avant-propos : je n’ai pas pu tout aborder, des tas de choses me viennent en tête, pourquoi si peu de dénonciation du caractère antisémite de la tuerie au SuperCacher, comment on traque les critiques de charlie pour leur demander des comptes voir les soupçonner, pourquoi on va interroger les enfants dans les écoles, pourquoi l’école devient sujet de préoccupation, comment on en arrive à des licenciements pour n’avoir pas fait la minute de silence, comment les agressions de femmes voilées, les attaques de mosquées sont aussi minimisées (“des cons y’en aura toujours”), etc. la liste est longue, et, hélas, va encore aller en s’allongeant.

la grande masse uniforme des dessinateurs

J’ai choisi de me concentrer sur le dessin, parce que c’est mon boulot. Et aussi parce que j’en avais marre d’entendre parler les dessinateurs comme s’ils avaient pris le maquis. Aux fossoyeurs de tous bords - Comité de rédaction d'Article11. Pendant quarante ans Charb n’est pas Gébé.

Aux fossoyeurs de tous bords - Comité de rédaction d'Article11

Tignous n’est pas Reiser. Charlie Hebdo sur Twitter : "Et voici la une de Charlie demain! A force de déni, la France a créé ses propres monstres  SOCIÉTÉ - Comme une grande partie de mes concitoyens, je me souviendrai, sans doute toute ma vie, de ce que je faisais lorsque j'ai appris qu'une partie de l'équipe de Charlie Hebdo avait été assassinée de sang-froid par des individus cherchant à "venger le prophète".

A force de déni, la France a créé ses propres monstres 

Ce crime inimaginable jusqu'alors m'a glacé d'effroi. Je milite depuis des années contre la haine raciale et pourtant, jamais je n'aurais imaginé qu'un massacre aussi abominable se déroulerait dans les locaux d'une rédaction française. Deux jours plus tard, un autre djihadiste autoproclamé tuait les clients juifs d'une épicerie cacher. Qu'est-il arrivé au "Pays des Lumières"? La France s'est toujours vantée d'être un modèle de cohabitation, un pays où les communautés vivraient en harmonie au contraire des pays qualifiés d'"anglo-saxons" qui affichent le multiculturalisme.

Nous sommes tous des hypocrites. Nous sommes tous des hypocrites.

Nous sommes tous des hypocrites

C’est peut-être ça, ce que veut dire « Je suis Charlie ». Ça veut dire : nous sommes tous des hypocrites. Nous avons trouvé un événement qui nous permet d’expier plus de quarante ans d’écrasement politique, social, affectif, intellectuel des minorités pauvres d’origine étrangère, habitant en banlieue. Nous sommes des hypocrites parce que nous prétendons que les terroristes se sont attaqués à la liberté d’expression, en tirant à la kalachnikov sur l’équipe de Charlie Hebdo, alors qu’en réalité, ils se sont attaqués à des bourgeois donneurs de leçon pleins de bonne conscience, c’est-à-dire des hypocrites, c’est-à-dire nous. Et à chaque fois qu’une explosion terroriste aura lieu, quand bien même la victime serait votre mari, votre épouse, votre fils, votre mère, et quelque soit le degré de votre chagrin et de votre révolte, pensez que ces attentats ne sont pas aveugles. Nous ne sommes pas tués par des vieux, des chefs, des gouvernements ou des états.

« Je suis Charlie », c’est lui. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Potet Simple et puissant.

« Je suis Charlie », c’est lui

Mercredi 7 janvier, en apprenant l’attentat contre « Charlie Hebdo » Joachim Roncin, 39 ans, publie un message graphique sur Twitter. Les caricatures de Mahomet entre le Québec et la France — Presses de l'Université du Québec. « Il faut écouter ceux qui disent “Je ne suis pas Charlie”» Charlie-hebdo-22.jpg (JPEG Image, 350 × 487 pixels) Charlie Hebdo raciste ? Un ancien accuse (Article11)

12 janvier : soirée « La dissidence, pas le silence ! » Charlie à tout prix. Charlie. « J’essaie de me rassurer en me disant que lesgens pleurent davantage l’assassinat d’une partie de leur enfance (RécréA2) qu’un torchon réac ». J’espérais me débarrasser de mon malaise en 140 caractère et pouvoir retourner à mon code, mais comme je vois que tout le monde a retrouvé aujourd’hui le mode d’emploi de son carnet, je m’en voudrais de ne pas apporter ma voix à la cacophonie. Les histoires d’A… J’ai commencé à acheter Charlie Hebdo et le Canard Enchainé un mercredi matin au printemps 1994. Selfie-charlie.tumblr.com. Trifles for a massacre. Who is it that threatens free speech? When the French government bans all Gaza solidarity demonstrations at the height of a vicious massacre in Palestine, it’s not a threat to freedom of speech: it’s a public safety measure.

When the French state bans Muslim women from wearing the veil in public, it’s not a threat to freedom of speech: it’s a defence of secularism. In the Wake of Charlie Hebdo, Free Speech Does Not Mean Freedom From Criticism. On Wednesday morning, the French satirical paper Charlie Hebdo was attacked by three masked gunmen, armed with kalashnikovs, who stormed the building and killed ten of its staff and two police officers.

The gunmen are currently understood to be Muslim extremists. This attack came minutes after the paper tweeted this drawing of ISIS leader Abu Bakr Al-Baghdadi. (“Best wishes, by the way.” Baghdadi: “And especially good health!”) An armed attack on a newspaper is shocking, but it is not even the first time Hebdo has been the subject of terrorist attacks. In the face of such an obvious attack on free speech, voicing anything except grief-stricken support is seen by many as disrespectful. When faced with a terrorist attack against a satirical newspaper, the appropriate response seems obvious. In this case, it is the wrong response. A toutes les belles âmes. Retour agacé sur les discussions concernant le drame à Charlie Hebdo. [Ajout : #NousSommesEnsemble une initiative lancée ce matin contre l’antisémitisme et l’islamophobie (je résume) dans le climat actuel ] Je veux parler ici des échanges que j’ai eus sur les réseaux sociaux à propos du drame qui a coûté la vie à 12 personnes, le 7 janvier à Paris.

Ici je focaliserai sur les échanges négatifs, à savoir ceux qui m’ont gonflé. Comme je ne me suis pas arrêté à simplement exprimer de la peine pour les victimes, mais que j’ai replacé, comme d’autres, la tragédie dans le contexte national et international islamophobe dont elle ne peut se départir, n’en déplaise à ceux qui accusent de conspirationnisme toute tentative de faire des liens entre des événements, j’ai forcément été accusé d’un ensemble de choses plutôt malhonnêtes – mais révélatrices – que je veux énoncer ici : Qui veut la paix se bat pour la justice. Qui veut la justice cherche la vérité. Et la vérité, ni vous ni moi ne la trouverons en commençant par le drame d’hier. Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer. Il est minuit moins le quart dans le siècle.

Nous sommes à un point de bascule historique sur l’islamophobie et le déchaînement du racisme en France et plus largement en Europe. La lecture simplifiée à l’extrême par les médias de cette journée du 7 janviers 2015 va se résumer et s’imprimer dans de nombreux cerveaux « par l’attaque meurtrière contre un journal « de Gauche » par des Musulmans. Cela va déstabiliser et retourner des positionnements politiques. No longer bound. T’es Charlie si tu veux mais t’es pas mon père.... Être ou ne pas être Charlie – là n'est pas la question. Ces morts que nous n’allons pas pleurer. Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran.

Ces morts que nous n’allons pas pleurer. Je ne suis pas Charlie : Instants Genevois. Condamner la violence d'un attentat contre un journal,c'est un devoir nécessaire. "Nous, pour faire passer nos idées, on utilise que...