background preloader

Docs divers Logs Libres Licences Open...

Facebook Twitter

10 outils en ligne ou à télécharger pour utiliser les licences Creative Commons. 10 propositions pour débuter dans le Libre (sans avoir rien à coder) Il fut un temps ou débuter dans « le Libre » se résumait avant tout à coder ou plus modestement installer une distribution GNU/Linux. Aujourd’hui les choses ont bien changé et il existe de multiples autres façons d’y entrer. Framasoft est d’ailleurs là pour en témoigner ;) Une invitation à venir nous rejoindre en somme… Remarque : Il s’agit d’une traduction et donc les liens renvoient vers des ressources anglophones. Si vous avez des liens plus locaux à proposer, surtout ne pas hésiter. 10 façons de commencer dans l‘open source 10 ways to get started with open source Jason Hibbets - 29 janvier 2013 - OpenSource.com(Traduction : goofy, Tibo_R, XeO2, Steph, Alpha, Sylvie, jtanguy, aKa, Liaz, Norore + anonymes) Par expérience, je sais qu’un grand nombre de personnes veulent découvrir et participer à l‘open source, mais ne savent pas par où commencer ; et l’idée que l’on est obligé d’écrire du code pour contribuer à un projet open source constitue une véritable barrière. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

ADULLACT - Mutualisation de logiciels libres pour institutionnels. Autres_types_de_distributions. Comment se repérer dans la jungle des licences open source. N'est pas logiciel libre ou open source qui veut. Pour éviter le droit d'auteur classique, il faut choisir une licence. Pas si simple : il en existe pléthore avec des nuances subtiles. Le monde du logiciel libre ou open source est loin d'être monolithique.

GPL version 2, version 3, licence Apache, MIT, Artistic, Eclipse, Mozilla, CDDL, CeCILL... Militante du Libre, Odile Bénassy, ingénieur système et développeur pour l'Université Paris Sud 11, commente ainsi la liste qu'elle a traduite avec les membres de l'April en français : "Il existe beaucoup de licences, mais il y en a une qui émerge, c'est la GNU GPL. S'il y a effectivement eu une prolifération des licences ces dernières années, sur cette centaine, les développeurs en privilégient une petite dizaine. Copyleft ou pas, une nuance de taille Il est important de faire la différence entre les licences libres et celles qui ne le sont pas, copyleft ou pas. Des licences originales mais impossibles à appliquer. Et Logiciels libres. In 2001, as UNESCO begins to lend its support to the Free Software Movement, it is almost 18 years since we launched the movement and began developing the GNU operating system.

We have come a long way. In 1984, it was impossible to use a modern computer without installing a proprietary operating system, which you would have to obtain under a restrictive license. No one was allowed to share software freely with fellow computer users, and nearly all users were blocked from changing software to fit their own needs. The owners of software had erected walls to divide us from each other. The GNU Project was founded to change all that. Its first goal: to develop a Unix-compatible portable operating system that would be 100% free software.

Not 95% free, not 99.5%, but 100%--so that users would be free to redistribute the whole system, and free to change and contribute to any part of it. It took many years of work, by hundreds of programmers, to develop this operating system. Framasoft. Guide de l'open source publié par Smile.

Plus de 150 solutions open source passées au crible dans 40 domaines d'applications. Le guide de l'open source vous donne toutes les clés pour bâtir les architectures web les plus pertinentes. Smile , 1er intégrateur européen de solutions open source, analyse et décrypte les meilleures solutions open source dans un référentiel unique répertoriant 40 domaines d'application pour l'entreprise tels que les outils de décisionnel, les CMS, les outils de GED, les portails, les solutions d’e-commerce ou d'Infrastructure. Un référentiel unique Smile, réalise une veille technologique continue sur les technologies open source et publie depuis 2004 des livres blancs pour présenter l’extraordinaire richesse de cette offre. Une collection de 22 ouvrages, accessible en libre téléchargement, présente une sélection des meilleures solutions open source dans le domaine considéré, leurs qualités respectives, ainsi que des retours d’expérience opérationnels.

Les grands axes du livre blanc. Images libres de droit et licences. Impacts organisationnels et financiers de l'implémentation des logiciels libres dans les PME/PMI, mémoire de Florimond Boquet. Index. La mise en ligne de photos sur Wikimedia Commons par les bibliothèques du Finistère | Doc@Brest. Licence libre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. usage de l'œuvre ;étude de l'œuvre pour en comprendre le fonctionnement ou l'adapter à ses besoins ;modification (amélioration, extension, transformation) ou incorporation de l'œuvre en une œuvre dérivée ;redistribution de l'œuvre, c'est-à-dire sa diffusion à d'autres usagers, y compris commercialement.

Ces libertés peuvent être soumises à conditions, notamment l'application systématique de la même licence, ou d'une licence prodiguant les mêmes droits aux utilisateurs, aux copies de l'œuvre et aux œuvres dérivées : un principe nommé copyleft. Lorsqu'une œuvre est sous licence libre, on parle alors d'œuvre libre. Définition[modifier | modifier le code] Une licence libre est un contrat juridique qui confère à toute personne morale ou physique, en tout temps et en tout lieu, les quatre possibilités suivantes sur une œuvre : Pourquoi « Open Data » « Open Source » ou « Open Standards » ?

Confusions courantes[modifier | modifier le code] Licences libres. Qu'est-ce qu'une licence ? La loi protège automatiquement et implicitement toutes les œuvres de l'esprit par le droit d'auteur (ou le copyright pour les pays de droit anglo-saxon). Cette protection est, dans le cas du droit d'auteur, au bénéfice de l'auteur et contre toute forme d'usage par des tiers. La mise à disposition d'une œuvre, logiciel ou non, notamment sur l'Internet, doit donc être un acte volontaire et explicite.

Cet acte s'exprime par l'adjonction d'une licence, qui est un contrat type proposé aux acquéreurs de l'œuvre (gratuit ou payant) indiquant les droits qui leurs sont concédés, et les obligations éventuelles qui leur sont imposées en échange. Les logiciels libres disposent donc tous de licences et ce sont précisément celles-ci qui les définissent comme tels.

Qu'est-ce qu'une licence libre ? Une licence est libre lorsqu'elle garantit à l'utilisateur du logiciel un certain nombre de libertés fondamentales. Pour la Free Software Foundation, ces libertés sont au nombre de 4 : Liste de logiciels libres. Liste des licences avec commentaires. Nous essayons de lister sur cette page les licences de logiciel libre les plus communes, mais nous ne pouvons pas les lister toutes ; nous ferons de notre mieux pour répondre à vos questions sur les licences libres, qu'elles soient présentées sur cette page ou non. Les licences sont classées grosso modo par ordre alphabétique dans chaque section.1 Si vous pensez avoir découvert une infraction aux termes de l'une de nos licences, veuillez vous référer à notre page « Violation des licences GNU ». Si vous avez des questions au sujet de licences de logiciel libre, envoyez-nous un courriel (en anglais) à <licensing@fsf.org>.

Comme nos ressources sont limitées, nous ne répondons pas aux questions portant sur le développement ou la distribution de logiciels privateurs,2 et vous aurez probablement une réponse plus rapide si vous posez une question spécifique qui n'est pas traitée ici ou dans notre FAQ. GNU General Public License (GPL), version 3 (#GNUGPL) (#GNUGPLv3) Licence Expat (#Expat) Yahoo! Logiciel libre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo du projet GNU, initiateur du mouvement du logiciel libre. Un logiciel libre est un logiciel dont l'utilisation, l'étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement[1]. Ceci afin de garantir certaines libertés induites, dont le contrôle du programme par l'utilisateur et la possibilité de partage entre individus[2]. Ces droits peuvent être simplement disponibles (cas du domaine public) ou bien établis par une licence, dite « libre », basée sur le droit d'auteur.

Les « licences copyleft » garantissent le maintien de ces droits aux utilisateurs même pour les travaux dérivés. Les logiciels libres constituent une alternative à ceux qui ne le sont pas, qualifiés de « propriétaires » ou de « privateurs »[Note 1]. Le logiciel libre est souvent confondu à tort avec : Définition[modifier | modifier le code] Premières ébauches[modifier | modifier le code] La FSF précise quelques points. Open source. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La désignation open source, ou « code source ouvert », s'applique aux logiciels (et s'étend maintenant aux œuvres de l'esprit) dont la licence respecte des critères précisément établis par l'Open Source Initiative, c'est-à-dire les possibilités de libre redistribution, d'accès au code source et de création de travaux dérivés.

Mis à la disposition du grand public, ce code source est généralement le résultat d'une collaboration entre programmeurs. L’open source a déjà investi tous les grands domaines du système d’information des administrations françaises[1] : environnements serveurs, domaines applicatifs, outils d’ingénierie, solutions de réseaux et sécurité. Les solutions open source sont désormais au même rang que les solutions propriétaires dans le paysage des logiciels du secteur public. . « Préhistoire »[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] Eric Steven Raymond avait d'abord essayé de déposer open source.

Open source. Peer Production Licence : le chaînon manquant entre la Culture libre et l’Economie Sociale et Solidaire. En 2012, j’avais écrit un billet sur la Peer Production Licence, une proposition de nouvelle licence imaginée par l’allemand Dmitry Kleiner, fondateur du collectif Telekommunisten, et soutenue par l’un des penseurs les plus importants de l’économie des biens communs, Michel Bauwens. Cette licence constitue une adaptation de la licence Creative Commons CC-BY-NC-SA (Pas d’usage commercial – Partage à l’identique), présentant la particularité de tenir compte de la nature de la structure qui fait un usage commercial de l’oeuvre. Inspirée par la théorie des biens communs, son principe consiste à permettre aux commoners (ceux qui participent à la création et au maintien d’un bien commun), à condition qu’ils soient organisés en coopératives ou en organismes à but non-lucratif d’utiliser et de partager librement des ressources, y compris dans un cadre commercial.

Je propose ici une traduction en français de ce texte (initialement publié sous CC-BY). L’argument principal J'aime : Portail des logiciels libres et Open Source de l’UNESCO. Accès aux ressources relatives au logiciel libre et au mouvement technologique "Open Source" Le Portail des logiciels libres de l’UNESCO donne accès à des documents et à des sites Web de référence pour le mouvement des logiciels à code source libre. Il offre également une passerelle vers des ressources concernant les logiciels libres. Avec le Portail des logiciels libres, l’UNESCO fournit un point d’accès interactif unique aux utilisateurs qui souhaitent obtenir l’information nécessaire pour comprendre le mouvement du logiciel libre, apprécier toute son importance et appliquer ce concept.

Les visiteurs du Portail des logiciels libres de l’UNESCO peuvent naviguer dans des catégories prédéfinies ou rechercher des mots spécifiques. Ils ont également la possibilité d’ajouter un nouveau lien ou de modifier un lien existant. <div id="ko_list_block"><li><div><span class="ko_list_title">Actualités</span></div></li></div> Actualités Point de vue. Pourquoi le libre ne concerne pas que les informaticiens - Enjeux du logiciel libre, standards ouverts et interopérabilité. Préambule : Cet article a pour but de lutter contre un a priori qu’ont beaucoup de gens lorsqu’ils entendent parler de logiciel libre : « le logiciel libre est un sujet technique, ce n’est pas pour moi ».

En effet quand on parle de logiciel libre, nombreux sont ceux qui n’entendent que « logiciel » et s’arrêtent là ; pour ma part, je n’entends que « libre ». Refuser une réflexion sur le logiciel libre en prétextant que c’est quelque chose qui ne concerne que les informaticiens, c’est exactement comme refuser une réflexion sur le clonage sous prétexte qu’on n’est pas biologiste ou généticien. Il n’est pas nécessaire d’avoir des compétences techniques particulières pour comprendre les enjeux humains relatifs à une technologie.

Il me semble même important pour tout citoyen de comprendre les enjeux qui se cachent derrière une technologie aussi répandue que l’informatique. Cet article ne demande aucun prérequis technique. . « Code Source » : « Logiciel Libre » : « format de fichier » : Promouvoir et défendre le logiciel libre. Promouvoir et défendre le logiciel libre. Qu'est-ce qu'un logiciel libre ? Définition Un logiciel libre est un logiciel qui est distribué selon une licence libre. Précisément, ce sont les licences libres qui définissent les logiciels comme tels. Plus concrètement et de manière un peu simplifiée [Note], cela se matérialise par le fait qu'un logiciel libre est un logiciel qui peut être utilisé, modifié et redistribué sans restriction par la personne à qui il a été distribué.

Un tel logiciel est ainsi susceptible d'être soumis à étude, critique et correction. Cette caractéristique confère aux logiciels libres une certaine fiabilité et réactivité. Mozilla Firefox, Mozilla Thunderbird, OpenOffice.org et VLC sont des exemples de logiciels libres célèbres. Logiciels libres et Open Source À l'AFUL nous faisons peu de distinction entre « logiciels libres » et « Open Source » car en pratique les licences définies comme libres par la Free Software Foundation (FSF) et l'Open Source Initiative (OSI), cf. licences libres, sont identiques à quelques cas anecdotiques près. Remplacer Google par des logiciels libres. Remplacer Google par des logiciels libres Si vous avez en horreur Google car c'est le mal, c'est pas libre, c'est américain, c'est ....

(à compléter vous-même), vous allez apprécier cette série de billets sur le blog de Dada qui explique comment recréer l'écosystème des services Google, uniquement avec des logiciels libres. Il propose en effet de remplacer, par exemple, Google Music par Ampache, Google Analytics par Piwik, ou encore Gmail par Roundcube. Bref, de bons conseils pour ceux qui veulent divorcer avec le géant américain ! Ça vaudrait d'ailleurs le coup que quelqu'un se lance dans la réalisation d'un bundle pré-configuré de ces applications pour pouvoir remplacer Google clé en main ;-) Merci à Coïn pour la découverte ! Vous avez aimé cet article ? Une production graphique sous creative commons. Quels sont les intérêts d’une production graphique en creative commons ? Il s’agit là de licences d’utilisations en complément des droits d’auteur, ayant pour but d’encourager la création et le libre partage.

Ce sont des contrats légaux et volontaires renseignés par l’auteur. S’inscrire dans une démarche de partage créatif. Créer un bien commun, libre d’appropriation par chacun. Renseigner des utilisateurs des possibilités offertes par l’auteur selon ses conditions. S’engager dans un mouvement composé de personnes ayant réfléchi à la libre circulation des œuvres. Et profiter de ce réseau, signé comme un label ayant de plus en plus de militants déçu par la propriété bête et méchante. Il faut bien comprendre que creative commons n’est pas une entité utopiste et rêveuse d’un monde sans conflit juridique, pour elle propose des contrats très fermés au niveau utilisation, commerciale ou non ! Voici une vidéo présentant les problématiques des droits d’auteurs Plus d’infos sur wikipédia. Wiki [Linuxpédia]