background preloader

Coupe du monde 2014

Facebook Twitter

Brésil 2014 - Préparez-vous à vivre l'inoubliable. Brésil : le parc d’attractions made in FIFA. Quand les huiles de la Fifa doublent leurs salaires. Un pavé de plus dans la marre de la Fifa. Le "Sunday Times" (payant), très en pointe sur les turpitudes de l'instance internationale, révèle dans son édition du dimanche 22 juin, que plusieurs huiles de la Fifa ont, dans la plus grande opacité, doublé leurs (déjà confortables) salaires, en passant de 100.000 à 200.000 dollars (147.000 euros). Documents à l'appui, le journal britannique précise que cette augmentation substantielle concerne les membres du très influent Comité exécutif. Ce bonus servirait en fait à compenser la suppression annoncée de leurs habituelles primes, distribuées à l'occasion de chaque Coupe du monde. Du liquide en Suisse Pire, les caciques de la Fifa, déjà fragilisés par l’affaire du "Qatargate", auraient la possibilité de recevoir leurs salaires en liquide sur des comptes bancaires en Suisse.

Ces révélations arrivent au plus mauvais moment pour la Fifa, alors que le Brésil accueille le Mondial 2014 sur fond de conflits sociaux. G.S. - Le Nouvel Observateur. Coupe du monde : l'image de la cérémonie d'ouverture que les caméras n'ont pas voulu voir. La cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de football s'est tenue jeudi devant de dizaines de caméras, qui ont toutes détourné le regard lorsqu'un garçon de 13 ans a manifesté en faveur des Indiens du Brésil.

La scène se déroule à quelques minutes du coup d'envoi du match Brésil-Croatie. Dans le stade de Sao Paulo, un garçonnet blanc, une fillette noire et un enfant indien se regroupe au milieu du rond central du terrain pour lâcher des colombes blanches en signe de paix. Les joueurs brésiliens et croates applaudissent. Mais, au moment de quitter le terrain, le jeune indien de 13 ans, Werá Jeguaka Mirim, sort de sa poche une banderole rouge sur laquelle est inscrit "demarcação" ("démarcation", en français).

Un geste fort pour réclamer la délimitation des territoires indiens du Brésil, qui n'a toutefois pas été transmis aux télé du monde entier, pointe le site brésilien G1. Ils ne veulent pas voir ce genre de chose Le jeune Werá Jeguaka Mirim Un article "Le Nouvel Observateur" Coupe du monde au Brésil: cinq boulets au pied de la Fifa. Coupe du Monde au Brésil : des enfants forcés à faire des « passes » pour 1,60 € Une enquête du Sunday People révèle aujourd’hui comment des enfants qui vivent dans la misère, drogués au crack et à la colle, sont exploités par des dealers et des proxénètes. Des enfants âgés de seulement 10 ans sont contraints à se vendre pour du sexe dans les rues du Brésil dans le but de se faire du fric avec l’arrivée des fans de football pour la Coupe du monde de football.

Et puisque 600 000 fans étrangers sont attendus au Brésil cette semaine, dont des britanniques, la plaie va s’aggraver pour ces jeunes. Nous avons effectué un voyage la semaine passée dans la ville hôte de Recife, sur la côte nord-est, pour interviewer des enfants piégés dans le cercle vicieux de la prostitution. En tant qu’ancien détective et bénéficiant d’une expérience de presque 30 ans dans les enquêtes sur les abus d’enfants, dont notamment le scandale Jimmy Savile, ce que j’ai découvert au Brésil m’a désarçonné. Des milliers d’enfants désespérés… Raphaela, une amie de Lorrisa âgée de 13 ans, me rejoint. Grande-Bretagne : John Oliver explique ce qu'est la Fifa. Et ce n'est pas beau à voir. Après la neutralité du Net (link is external), John Oliver s’est attaqué à la Fédération internationale de football, la Fifa, ce dimanche 8 juin dans l'émission Last Week Tonight, sur HBO.

Et l'humoriste britannique (link is external) arrive parfaitement à expliquer les enjeux au public américain (et européens): «La Fifa est une organisation incroyablement grotesque. Expliquer à quelqu’un comment fonctionne la Fifa est un peu comme lui montrer Two Girls One Cup (link is external). Vous le faites surtout pour regarder comment il réagit (link is external).» Une série d’extraits de journaux télévisés montre l’argent dépensé dans des stades (link is external) qui ne serviront que pour quelques matchs, les retombées économiques qui ne reviennent pas aux Brésiliens, mais à la Fifa: «Imaginez l’argent comme des poils pubiens, et la Fifa comme de la cire. Quand ils s’en vont, ils prennent tout l’argent avec eux. Ajouter à cela le fait que la Fifa ne paie aucun impôt ou taxe (link is external): Tourisme sexuel : la face cachée de la Coupe du monde au Brésil. Brésil : gigantesque grève des transports, le Mondial rattrapé par l’inflation galopante. Economie Mauvais temps pour le gouvernement brésilien, voire même grosse angoisse en perspective.

Alors que le Mondial de Football doit démarrer dans quelques jours à Sao Paulo, la ville a connu vendredi une journée cauchemardesque, à la suite du grève gigantesque dans les transports. Les mouvements sociaux ont affecté partiellement trois des cinq lignes du réseau de São Paulo, provoquant plus de 250 kilomètres de bouchons. Les employés du métro ont en effet voté la reconduction de leur grève pour un troisième jour de suite, exigeant parallèlement une hausse des salaires de 12,2%. Le Mondial du Foot constitue un moyen de chantage « idéal » alors que le métro, utilisé chaque jour par 4,5 millions de Paulistes, constitue la voie principale d’accès au stade Arena Corinthians, où sera donné le coup d’envoi le 12 juin prochain, devant douze chefs d’Etat et le secrétaire général de l’ONU. Désormais, les autorités brésiliennes se sont fixé pour objectif de ramener l’inflation à 4,5% sur 12 mois.

Mondial 2014 : la coupe est pleine. La FIFA, le CIO et les états qui les soutiennent, notamment en leur accordant d’importants fonds publics et en cautionnant, méprisent les populations qui vivent dans les pays où ils organisent ces compétitions sportives internationales : dépenses somptueuses, déplacements autoritaires de populations, répression, accompagnent souvent ces initiatives ; le Brésil n’y échappe pas. Nous affirmons notre solidarité avec celles et ceux qui, au Brésil, refusent que la Coupe du monde de football soit le prétexte à de graves mesures, qui attaquent directement la population, particulièrement les plus pauvres et visent spécifiquement celles et ceux qui résistent et exigent le respect des droits fondamentaux : Projet de loi étendant très dangereusement le possible recours aux mesures « antiterroristes » Interdiction et répression envers les manifestations. Campagnes diffamatoires envers celles et ceux qui s’opposent à la remise en cause des libertés.

Une vidéo choc dit toute la vérité sur le Mondial au Brésil. Par: Christophe Durant 16/10/13 - 17h31 vidéo Carla est une jeune femme brésilienne qui vit aux Etats-Unis. Elle a réalisé une vidéo dans laquelle elle raconte pourquoi elle n'ira pas à la Coupe du Monde au Brésil. Loin des clichés sur le Brésil et les Brésiliens (les filles, le foot, Ronaldo, la fête,...), la jeune femme explique pourquoi l'organisation de la Coupe du Monde au Brésil - qui va coûter 30.000.000.000 de dollars - est une absurdité. "Dans un pays où l'analphabétisme peut atteindre 21% et en moyenne 10%, un pays classé à la 85e place du développement humain et où 13 millions de personnes souffrent de malnutrition chaque jour et où de très nombreuses personnes meurent en attente d'un traitement médical. Ce pays a-t-il besoin de plus de stades? ", interroge la jeune femme. Brésil : les prostituées vont apprendre l’anglais en vue du Mondial 2014 | Chica de Paris.

A Belo Horizonte, une ville du Sud-Est du Brésil, les prostituées vont avoir droit à des cours de français, d’anglais ou d’espagnol gratuits pour pouvoir communiquer plus facilement avec les touristes… Au Brésil, les prostituées vont prendre des cours d’anglais en vue du Mondial de foot 2014. CC greeblie/flickr A l’approche du Mondial de foot en 2014, le Brésil se prépare à accueillir les touristes. Même les prostituées. L’Association des prostituées de l’Etat du Minas Gerais va organiser des cours de français, d’anglais et d’espagnol pour celles qui le veulent. Objectif : « parler avec le client de ses fantasmes » et « apprendre le vocabulaire du sexe », explique la présidente du collectif Cida Vieira, citée par l’AFP. Les cours devraient commencer en mars pour une durée de six mois minimum.

A Belo Horizonte, on compte 80 000 prostituées. Plus que 4 jours avant le Mondial... Par Servir le Peuple (link is external) ... et pendant que les packs de bière rafraîchissent au frigo, le nettoyage social des pauvres-qui-font-tache se poursuit à Rio et dans les autres grandes villes devant accueillir la compétition. Puissent ces images dignes de quelque "guerre ethnique" africaine, de la Bosnie ou du Kosovo remplir vos cœurs d'une juste HAINE DE CLASSE ! Avec un spécial big up pour ce connard de Platini (link is external)qui, toute honte bue, demande aux Brésilien-ne-s de "se calmer un peu" l'espace d'un mois, autrement dit oublier leurs droits d'êtres humains et dans le cas des favelas se laisser parquer, chasser comme des malpropres voire massacrer sans broncher (ah qu'elle est loin, sous les ors de la FIFA, la classe ouvrière lorraine qui l'a vu naître (link is external)) !

Brésil : "Nettoyage social" avant la Coupe du Monde... Não vai ter Copa. Dans un peu plus de trois semaines sera donné le coup d'envoi du premier match de la Coupe du Monde 2014 de football au Brésil. Pendant que les merdias nous jouent leur traditionnel numéro de suspense sur l'air de "tout sera-t-il vraiment prêt ? " (alors que tout le monde sait pertinemment que ça le sera), des évènements beaucoup moins "montrables" se déroulent loin de l’œil des caméras.

Car la réalité, c'est que cet évènement tant attendu dans le pays à la fois le plus titré de la compétition et "phare" du "Sud émergent" (bien qu'en sérieux ralentissement avec seulement 2,3% de croissance en 2013 et 1% en 2012 contre 7,5% en 2010) donne lieu depuis plus d'un an à une véritable GUERRE CONTRE LE PEUPLE. "nettoyage social" contre les classes populaires misérables (extrême pauvreté), qui représentent quelques 17 millions de personnes (8,5% de la population). Une campagne consistant notamment en des meurtres de SDF, dont la presse progressiste se faisait déjà l'écho il y a un an :

La vérité sur la Coupe du monde - Brésil 2014. Le Brésil « se débarrasse » de ses sans-abri avant le Mondial 2014 | Chica de Paris. A un an de la Coupe du monde de football, des associations s’inquiètent d’un « nettoyage social » dont seraient victimes les SDF dans les villes qui accueilleront l’événement sportif. 195 démunis auraient été assassinés en quinze mois. A Sao Paulo, on compte 15 000 sans abri. Des cibles potentielles avant le Mondial 2014 ? Cc Flickr eduardomineo Le Brésil veut donner une image propre et lisse de son pays, à trois mois des Journées mondiales de la jeunesse, et surtout à un an du Mondial de foot. Pour cela, tous les moyens sont bons : donner des cours d’anglais aux prostitués et « nettoyer » les rues pour plaire aux millions de touristes qui vont débarquer dans le pays. Problème, il ne s’agit pas du classique nettoyage urbain des services de propreté mais bien d’un « nettoyage » social qui ciblerait la population vivant dans la rue.

Les autorités s’en lavent les mains.