background preloader

Resource Description Framework

Resource Description Framework
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir RDF. En annotant des documents non structurés et en servant d'interface pour des applications et des documents structurés (par exemple bases de données, GED, etc.) RDF permet une certaine interopérabilité entre des applications échangeant de l'information non formalisée et non structurée sur le Web. Principes fondamentaux[modifier | modifier le code] Un document structuré en RDF est un ensemble de triplets. Un triplet RDF est une association : (sujet, prédicat, objet) Le sujet, et l'objet dans le cas où c'est une ressource, peuvent être identifiés par une URI ou être des nœuds anonymes. Les documents RDF peuvent être écrits en différentes syntaxes, y compris en XML. Un document RDF ainsi formé correspond à un multigraphe orienté étiqueté. {sujet, objet, prédicat} ⇔ prédicat(objet, sujet) ce qui est équivalent à : ∃ objet, ∃ sujet tq prédicat(objet, sujet) Vocabulaires RDF[modifier | modifier le code] L'objet est :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Resource_Description_Framework

Related:  cours dnr2iPHPSemantic Webpour projet tutoré

Spécification du modèle et la syntaxe du cadre de description des ressources (Resource Description Framework ou RDF) REC-rdf-syntax-19990222 Recommandation du W3C 22 février 1999 Cette version : Dernière version : Editeurs : Comprendre les mécanismes d'AJAX Cet article n'a pas pour objet de vous apprendre à utiliser AJAX, mais de vous faire comprendre ses mécanismes. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, je vous invite à consulter : Avant toute chose, il est important de bien comprendre comment est architecturée une communication client / serveur. Pratiques de l’édition numérique - Chapitre 5. Les enjeux du web sémantique - Presses de l’Université de Montréal 1Le web change et, avec lui, changent les enjeux de l’éditorialisation. Ainsi, nous sommes passés du web statique des origines (1.0) au web participatif (2.0), puis au web sémantique (3.0) qui permet aux machines de comprendre la signification des données et de mieux les exploiter. Nous considérons que le passage au web sémantique est un enjeu majeur. Dans ce domaine, ce sont nos choix qui détermineront la structuration des connaissances dans le futur. Ce passage n’est pas neutre et comporte une série de questionnements politiques, philosophiques, économiques, sociaux et techniques.

Modèle entité-association Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir ERD. Un artiste peut jouer une chanson. Le modèle entité-association (le terme « entité-relation » est une traduction erronée largement répandue), ou diagramme entité-association ou (en anglais « entity-relationship diagram », abrégé en ERD), est un modèle de données ou diagramme pour des descriptions de haut niveau de modèles conceptuels de données. Il fournit une description graphique pour représenter de tels modèles de données sous la forme de diagrammes contenant des entités et des associations. Microformat Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un microformat (parfois abrégé sous μF ou uF) est une approche de formatage de données dans des pages WEB[1] qui cherche à rationaliser et standardiser le contenu existant, comme les métadonnées, en utilisant des classes[2] et attributs de balises[3] XHTML et HTML. Cette approche est conçue pour permettre à l'information destinée aux utilisateurs finaux, telle que le carnet d'adresses, les coordonnées géographiques, les événements et autres données ayant une structure constante, d'être traitée automatiquement par les logiciels. Même si le contenu des pages web était déjà capable techniquement d'être « traité automatiquement » depuis la conception du web, il existait certaines limites. Les balises traditionnelles de marquage étaient en effet utilisées pour afficher l'information sur le Web et non pas pour décrire ce que voulait dire l'information[4].

RDF pour les nuls Préambule du 27 août 2007 : à la suite d'un bon billet de David sur RDF, je voulais ajouter en commentaire la référence vers ce billet que j'avais écrit le 8 septembre 2006 ; je me suis alors aperçu qu'il n'avait pas été récupéré lors de l'import de mon ancien blog. Comme j'avais un peu la flemme de rechercher dans mes archives persos, mon sauveur se nomme Internet Archive dont le crawler salutaire avait indexé cette page. Qu'il en soit remercié. Le voici donc republié en l'état, en espérant que les commentateurs de l'époque m'excuseront le fait que je ne récupère pas leur prose ;-). Pour vous faire apprécier pleinement toute la substantifique moelle du prochain billet, je me suis dit qu'il serait peut-être utile de réexpliquer le principe général de RDF1. Je voulais rassembler toute cela en un billet, mais ça faisait un peu long, alors j'ai séparé les choses.

Les attributs Comme je vous le disais un peu plus tôt dans ce tutoriel, dans un Schéma XML, tous les attributs d'une balise XML sont considérés comme des éléments simples. En effet, ils ne peuvent prendre comme valeur qu'un type simple, c'est-à-dire un nombre, une chaîne de caractère, une date, etc. Déclarer un attribut RDF Schema Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La première version [archive] de RDFS a été proposée en mars 1999, et la recommandation finale [archive] publiée par le W3C en février 2004. Les composants principaux de RDFS sont intégrés dans un langage d'ontologie plus expressif, OWL. Principales caractéristiques de RDFS[modifier | modifier le code]

Système de gestion de base de données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En informatique un système de gestion de base de données (abr. SGBD) est un logiciel système destiné à stocker et à partager des informations dans une base de données, en garantissant la qualité, la pérennité et la confidentialité des informations, tout en cachant la complexité des opérations. Web sémantique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo du W3C pour le Web sémantique Le Web sémantique, ou toile sémantique[1], est un mouvement collaboratif mené par le World Wide Web Consortium (W3C)[2] qui favorise des méthodes communes pour échanger des données. Le Web sémantique vise à aider l'émergence de nouvelles connaissances en s'appuyant sur les connaissances déjà présentes sur Internet.

Création d'une petite ontologie Vous devez d'abord installer Protégé [Ce document suppose l'installation de Protégé 4.3] Pour simplifier, nous indiquons déjà les mots qui désigneront une classe avec cette police et avec sa première lettre en majuscule; les propriétés, elles, auront cette police avec sa première lettre en minuscule et en «bossesDeChameau» pour les mots différents. Ces choix devraient en principe être faits suite à une analyse complète des besoins, mais nous les imposons ici pour les besoins de cet exercice. Lancer Protégé et vous devriez obtenir une figure semblable à la figure plus bas. Définir l'Ontology IRI pour un URI qui vous ressemble.

Related:  SemanticArbreWeb sémantiqueFormats25_03_2011Architecture de l'informationRDFTypes de métadonnéesModèles de données, graphes