background preloader

Tpegijy

Facebook Twitter

L'Homme 2.0

Intelligence artificielle, attention danger. Ne sous estimons pas le risque mortel que le développement d'une super-intelligence numérique fait courir à l'humanité, met en garde notre chroniqueur. L’intelligence artificielle (IA) est longtemps restée un sujet de science-fiction. Aujourd’hui, l’explosion des capacités informatiques rend probable l’émergence prochaine d’une IA supérieure à l’intelligence humaine. GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ainsi qu’IBM investissent massivement dans ce domaine. Google est l’entreprise la plus avancée. Encadrons les neuro-révolutionnaires. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Laurent Alexandre En mars, Ray Kurzweil, directeur du développement et ingénieur en chef de Google, a déclaré que nous utiliserions des nanorobots intracérébraux branchés sur nos neurones pour nous connecter à Internet vers 2035. Google, qui est déjà le leader mondial des neurotechnologies, entend franchir une nouvelle étape dans la maîtrise des cerveaux.

D’abord, Google nous a orientés dans le Web et le monde réel grâce à son moteur de recherche, à Google Maps, aux Google cars et à Nest. Ensuite, il a commencé à stocker une partie de notre mémoire (Gmail, Picasa). Désormais, il augmente nos capacités sensorielles (Google Glass, Google lens…). La quatrième étape commencera avec l’émergence d’une authentique intelligence artificielle dotée d’une conscience qui devrait écraser l’intelligence humaine dès 2045, selon Kurzweil. Ces neurotechnologies sont littéralement révolutionnaires en ce qu’elles bousculent l’ordre social. Le problème de la voiture autonome, c'est qu'elle respecte le Code de la route. Le problème des voitures sans chauffeur, c'est qu'elles respectent le code de la route. Dans un article rapportant les circonstances du dernier accident ayant impliqué une Google Car - il y en a eu 16 en tout -, le New York Times explique que les plus grandes difficultés rencontrées par les voitures autonomes sont liées à leurs relations avec les conducteurs de chair et d'os.

Un tiers mis en cause dans tous les accidents L'accident mentionné par le New York Times est arrivé alors que la Google Car approchait d'un passage piéton. Un piéton s'est engagé, la voiture a ralenti, puis le conducteur de chez Google (les Google Cars ne sont autorisées à circuler sur les routes que si un conducteur est présent dans l'habitacle) a actionné les freins puisque son véhicule n'avait plus le temps de passer avant que le piéton ne traverse. Dans tous les accidents ayant impliqué la Google Car, c'est un tiers qui était en faute. Un "manque d'humanité" handicapant. Le "deep learning", nouvelle frontière de l'intelligence artificielle ? « Je suis désolé mais je ne peux pas pour le moment répondre à votre requête.

Essayez un peu plus tard s'il vous plaît. » Quel possesseur d'IPhone, équipé de l'assistant personnel intelligent Siri, ne s'est jamais amusé à poser des questions improbables à son smartphone histoire de tester ses capacités cognitives ? Si certaines réponses de la machine restent curieuses ou frustrantes, il n'empêche que les logiciels d'intelligence artificielle (AI) progressent vite au point, redoutons-le, de mettre la supériorité humaine en péril. « La plus grande menace de l'humanité » C'est en ces termes que l'entrepreneur Elon Musk, figure incontournable de la Silicon Valley (Tesla, Space X, Paypal...), qualifia début décembre, le développement de l'intelligence artificielle (IA) en lançant OpenAI, son organisation à but non lucratif chargée de faire avancer la recherche afin « que l'intelligence numérique progresse dans une direction plus à même de bénéficier à l'humanité».

Le chat de Google Brain.

Une

Image TPE. Qui a peur de Terminator ? Elon Musk. AYEZ PEUR. Pas chaud, pas chaud du tout Elon Musk, à l'évocation de l'intelligence artificielle (IA). L'homme qui fournira à la Nasa son taxi pour l'ISS (la Station spatiale internationale) avec la capsule Dragon qui conduira les astronautes à partir de 2017, celui qui pronostique que l'homme "sera sur Mars avant 2026", eh bien c'est ce même Elon Musk qui freine des quatre fers quand on lui parle de l'IA. "Nous invoquons le démon" Fin octobre 2014, le président de SpaceX était l'invité d'un symposium organisé par le Massachusetts Institute of Technology (MIT). "TOUTOU". L'intervention d'Elon Musk sur les planches du MIT est intégralement visible dans la vidéo ci-dessus.

Ci-dessous, les images de la fameuse capsule spatiale Dragon qui conduira les astronautes à partir de 2017. L'intelligence artificielle peut être dangereuse. Il faut s'en protéger dès maintenant. "Avec l'intelligence artificielle, nous invoquons le démon," allait-il jusqu'à affirmer. Il assure qu'il faudrait une instance de régulation et de contrôle au niveau international sur le sujet, "juste pour être sûr qu'on ne fait pas quelque chose de vraiment stupide" (la vidéo est visible ici, le passage sur l'intelligence artificielle se situe après 1'00''47). Un potentiel énorme, pas forcément rassurant "Réussir à créer l'IA serait le plus grand événement de l'histoire humaine. Malheureusement, il pourrait également être le dernier, à moins que nous n'apprenions à éviter les risques.

" Le professeur Hawking décrit les utilisations militaires mais aussi le contrôle des marchés financiers et leur impact sur notre économie. Enfin, "alors que l'impact de l'IA à court terme dépend de qui la contrôle, l'impact à long terme dépend de si il est possible de la contrôler". Certes, ceux qui effectuent des recherches en la matière se veulent rassurants. Savoir dire non à certaines innovations. « L’intelligence artificielle est partout dans nos vies » Comment définir, de façon simple, l'intelligence artificielle [IA] ? Jean-Gabriel Ganascia - L'intelligence artificielle consiste à faire exécuter par une machine des opérations que nous faisons avec notre intelligence.

De façon encore plus simple, cela veut dire calculer, démontrer des théorèmes, résoudre des problèmes, jouer, traduire, parler, reconnaître une voix, la liste serait longue. La création officielle de l'IA date de 1955, avec le projet d'école d'été de John McCarthy, au cours de laquelle il propose de jeter les fondements d'une nouvelle discipline qui partirait de « la conjecture selon laquelle chaque aspect de l'apprentissage ainsi que n'importe quel trait de l'intelligence pourrait, en principe, être décomposé en modules si élémentaires qu'une machine pourrait les simuler ». Mais l'IA est le fruit d'une réflexion qui commence bien avant la création des ordinateurs. Elle émane de philosophes comme Leibniz et Hobbes qui affirment que la pensée se réduit à un calcul.

IA. Circuit Board With A Brain Shape. Eps8. Rgb. Organized By Layers. Global Colors. Gradients Used. Stock Vector Illustration 223402237. Banque de photos libres des droits : Acheter Images, Videos, Illustrations - iStock FR. OHaNAS le dernier-né des robots de conversation. Si parler seul est un signe inquiétant, s’adresser à un robot est un signe du futur. C’est ce que prouve OHaNAS, le robot de conversation conçu par NTT Docomo et Tomy. NTT Docomo, le premier opérateur japonais de télécommunications mobiles, associé au fabriquant de jouets Tomy, vient de dévoiler son premier robot. OHaNAS est un robot de discussion capable de suivre une conversation sans que l’interlocuteur ne doive ralentir son débit de parole ou de restreindre son vocabulaire. Il propose en outre plusieurs services comme des informations sur la météo ou de l’aide aux devoirs. En utilisant le smartphone de son propriétaire, la petite boule électronique de 16 cm de diamètre peut se connecter à Internet et transmettre les informations trouvées à son interlocuteur.

L’intelligence artificielle du robot n’est toutefois pas stockée internement mais sur un serveur, obligeant OHaNAS à être connecté à Internet pour fonctionner. Crédit photos : Tomy, NTT Docomo. Capture. Conscience de soi (Hegel) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Après avoir décrit les trois étapes de la conscience (Certitude sensible, Perception et Entendement), Georg Wilhelm Friedrich Hegel aborde dans la Phénoménologie de l'esprit le stade suivant : la conscience de soi ou autoconscience. Cette partie de la Phénoménologie de l'Esprit qui coïncide avec le chapitre IV, contient entre autres la célèbre « dialectique du maître et de l'esclave », cruciale pour l'interprétation marxiste de Hegel.

Hegel a considéré la conscience en général, c’est-à-dire la conscience du monde extérieur. Dans cette conscience, la certitude de l’objet s’est déplacée de l’expérience immédiate à l’entendement en passant par la perception. En tant que désir, c’est-à-dire volonté de s’assimiler, de faire sien, donc de détruire ce qui s’oppose, la conscience de soi cherche la reconnaissance d’une autre conscience dans un combat à mort. L’animal homme devient véritablement homme par son mépris de la mort. Intelligence artificielle : « le vrai danger, c’est de ne pas s’en servir » LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Chloé Hecketsweiler (propos recueillis par) Star de l’intelligence artificielle aux Etats-Unis, Eric Horvitz dirige le principal centre de Microsoft Research à Redmond, près de Seattle. La santé publique est l’un des premiers champs d’application des modèles développés par ses équipes. Comment une intelligence artificielle peut-elle aider les médecins dans leur métier au quotidien ?

Eric Horvitz.- La prévention des infections contractées à l’hôpital, qui affectent 5 % des patients, est un bon exemple. Clostridium difficile est une bactérie particulièrement fréquente, qui cause des infections dans les hôpitaux du monde entier. Le croisement de toutes ces informations nous a permis d’établir des schémas récurrents et d’assigner à chaque patient un facteur risque. Aux Etats-Unis, plus de 100 000 décès par an sont causés par des erreurs évitables commises dans les hôpitaux.

Réussite contestée d'un ordinateur au légendaire test de Turing. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger Il s'appelle Eugene Goostman. Il vient d'Odessa (Ukraine), il a 13 ans, de grandes lunettes rondes et un petit sourire mutin. Ce jeune garçon vient de réussir le légendaire test de Turing, selon l'université de Reading. Vous ne pourrez néanmoins pas le féliciter, car ce n'est pas un vrai garçon, mais un programme informatique. Le test de Turing, du nom de son inventeur, le pionnier britannique de l'informatique Alan Turing, est censé déterminer si un logiciel est doué de pensée et capable de reproduire l'intelligence humaine.

Ce test, qui date de 1950, est considéré par certains comme l'un des Graal de l'intelligence artificielle. Le dispositif du test réalisé samedi 6 juin à la Royal Society de Londres était le suivant : le programme devait donner la réplique, par clavier interposé, à des juges humains, pendant des sessions de discussion de cinq minutes. . « Turing a ouvertement évoqué la question des non-anglophones (…).

Une intelligence artificielle de Google capable de discuter du sens de la vie. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Humain — Quel est le but de la vie ? Machine — Etre au service du plus grand bien. Humain — Quel est le but des êtres vivants ? Machine — Vivre éternellement. Cet échange est extrait d’une conversation entre des chercheurs de Google et une intelligence artificielle qu’ils ont eux-mêmes développée. . « Ce qui distingue ce chatbot des autres, c’est qu’il utilise des techniques d’apprentissage », explique Jean-Gabriel Ganascia, chercheur au laboratoire d’informatique de Paris 6 et auteur d’Idées reçues sur l’intelligence artificielle.

. « Quand le programme repère telle phrase ou tel schéma, il répond telle phrase. Or, l’agent conversationnel développé par les chercheurs de Google n’a, lui, pas de réponse préconçue. . « Qui est Skywalker ? Humain — Qui est Skywalker ? Un résultat que les chercheurs jugent prometteur, comme ils l’écrivent dans leur article : Le test de Turing est encore loin Humain — Quel est ton travail ? Intelligence artificielle : une machine est-elle capable de philosopher ? Alors qu’Apple vient encore d’améliorer son assistant vocal Siri, de quoi sont aujourd’hui capables les intelligences artificielles les plus avancées en matière de conversation ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Cet article fait partie d’une série consacrée à l’état des lieux de l’intelligence artificielle.

De C-3PO à HAL, en passant par l’héroïne virtuelle du film Her, le fantasme d’une intelligence artificielle (IA) aussi évoluée que celle de l’homme passe, dans l’imaginaire collectif, par une machine capable de communiquer naturellement avec son interlocuteur. Avec l’apparition, ces dernières années, d’outils tels que Siri, qu’Apple vient encore de peaufiner, au fond de nos poches, des progrès considérables semblent avoir été faits dans cette direction. Mais où en est-on vraiment ? Dans quelle mesure l’IA est-elle aujourd’hui capable de parler, de dialoguer, de répondre à nos questions et surtout, de comprendre le sens du langage ?

Un dialogue primaire En quête de sens. Intelligence artificielle : une machine peut-elle ressentir de l’émotion ? Certains programmes savent déjà les imiter à la perfection et même influer sur nos propres émotions. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Cet article fait partie d’une série consacrée à l’état des lieux de l’intelligence artificielle. La science-fiction nous abreuve de robots autonomes, si perfectionnés qu’ils disposent d’une conscience, d’émotions et nous inspirent même de l’empathie, à l’instar des êtres humains. Mais loin de la littérature et d’Hollywood, qu’en est-il aujourd’hui dans les laboratoires du monde entier ? L’émotion, et la conscience, apparaissent comme des éléments essentiels pour fabriquer une machine à l’image de l’être humain. . « La vie intérieure, on ne sait pas ce que c’est » Et c’est là que réside la plus grande difficulté : comment définir – et donc reproduire – l’émotion et la conscience ?

Une analyse partagée par Jean-Michel Besnier, professeur de philosophie à la Sorbonne et spécialiste de l’intelligence artificielle : Simuler l’émotion En bref :

Robot tueur

J.A.E.S.A by Ainova Robotics. Astro Teller : « l’intelligence artificielle n’est pas une fin en soi » Présentation du standard ZigBee. Description rapide du standard ZigBee, est un standard de communication sans-fils comme le Wifi ou le Bluetooth. Les principaux avantages du standard sont : Autonomie de l’émetteur, il est possible de le faire fonctionner durant plusieurs années à l’aide d’une batterie ;La possibilité de mettre en place une topologie de réseaux maillés ;65535 nœuds sont addressable sur le réseau ; le standard définie : les méthodes de communication sur le réseau, mais aussi les fonctionnement des applications ;l’ensemble des produits sont certifiés par l’Alliance ZigBee et soutenus par de nombreuses entreprises industriels ; Ce qui est intéressant, c’est que le standard définit un ensemble de caractéristiques pour un équipement.

Regroupé sous forme de famille : Domaines d’application du protocole Les domaines d’applications du protocole sont les suivants : La promesse du standard Cela parait trivial dit comme cela, mais dans l’état actuel de développement de la domotique, cela releve du miracle … La sécurité. Un robot est parvenu à prendre conscience de lui même. Isaac asimov - robots 3 - les trois lois de la robotique. Tpegijy | Framapad Lite. Watson, l'intelligence artificielle d'IBM, s'attaque au cancer. Le test de Turing - TPE sur l'Intelligence Artificielle. III : L'intelligence artificielle au service de l'homme. D’un bipède à un jumeau parfait, voilà comment les robots humanoïdes évoluent pour toujours plus vous ressembler. Une intelligence artificielle de Google capable de discuter du sens de la vie. Intelligence artificielle : une machine est-elle capable de philosopher ? Le « deep learning », une révolution dans l'intelligence artificielle.

Deep Dream - Online Generator. Les 37 projets d’Elon Musk contre les dangers de l’intelligence artificielle. Hawking : « L'intelligence artificielle pourrait mettre fin à l'humanité » Bill Gates est « préoccupé par la superintelligence » artificielle. "Non, l'intelligence artificielle ne menace pas l'humanité !" La voiture sans volant donne le vertige aux assureurs.

Comment le futur de l'intelligence artificielle pourrait révolutionner le monde d'ici 25 ans. Une intelligence artificielle apprend à parler.