background preloader

Animaux

Facebook Twitter

BALLAST Aurélien Barrau : « Le combat animalier est frère des combats d’émancipation » Entretien inédit pour le site de Ballast L’anthropologue Claude Lévi-Strauss estimait que « l’homme a resserré trop près de lui-même les frontières de son humanité ». À ne plus appréhender le monde qui nous entoure autrement que par ce que nous pouvons y prendre, nous n’avons de cesse de surexploiter le milieu naturel et de menacer sa capacité de régénération. Aurélien Barrau, astrophysicien, chercheur et auteur de l’essai Des univers multiples, est de ceux qui regardent avec la même passion le très lointain — des trous noirs à la gravité quantique — comme ce que, juste à nos côtés, nous refusons trop souvent de voir : le sort infligé aux animaux afin qu’ils puissent régaler nos assiettes.

C’est sur ce dernier sujet, très précisément, que nous avons tenu à l’interroger. Je crois que le fil rouge, ce serait l’absence de fil rouge. L’expérience du chat de Schrödinger consiste à soumettre la vie d’un chat à l’état d’un objet quantique. Là, je serais assez deleuzien. Boss des océans, les baleines seraient aussi « altruistes » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Le Monde.fr L’écologiste marin Robert Pitman s’intéresse à un trait de comportement étrange chez les baleines à bosse : celles-ci tendent à prendre volontairement la défense d’autres mammifères lorsqu’ils sont attaqués par des orques.

Selon le site d’information Mother Nature Network, il a observé pour la première fois ce comportement en 2009. Il raconte l’épisode sur le site du Natural History Magazine. Un groupe d’orques chassait un phoque pris au piège sur un bout de banquise, dans l’Antarctique, lorsqu’une baleine à bosse a surgi, sous le phoque qui venait d’être jeté à la mer par les orques. Et ce n’était pas un accident : la baleine a placé le phoque sur son ventre pour le garder hors de l’eau. Lorsque le phoque glissait, la baleine l’aidait de ses nageoires. Un autre incident, filmé par la BBC, montre un groupe d’orques s’attaquant à un baleineau séparé de sa mère.

Vie émotionnelle complexe. La Nouvelle-Zélande a officiellement reconnu tous les animaux comme des êtres sensibles. La Nouvelle-Zélande a officiellement reconnu tous les animaux comme des êtres sensibles – C’est ÉNORME La Nouvelle-Zélande a établi un texte de loi sans précédent incroyable en statuant légalement sur ​​ce que les amateurs de la nature savent déjà : que les animaux sont sensibles et ont des sentiments de la même manière que nous en avons, c’est une étape importante en faveur de la protection animale, en les reconnaissant comme des êtres vivants et non des choses ou des objets. Ce qui est nouveau, c’est le caractère explicite de cette reconnaissance de la sensibilité animale dans la loi. Le nouveau texte de loi inclut également l’interdiction d’utiliser des animaux pour les recherches et les essais menés par l’industrie des cosmétiques, y compris l’ingestion forcée de produits chimiques. Cela marque un changement incroyable dans la perception publique, où, auparavant, seuls quelques animaux ont reçu le bénéfice de la protection.

Espérons que le monde va suivre leur exemple! Christophe Cesetti. Sans titre. Sandra l’orang-outan a le droit de vivre en liberté. ANIMAUX Ce singe argentin est le premier animal reconnu par la loi comme une «personne non humaine»... A.Ch. avec AFP Créé le Mis à jour le Mots-clés Sandra l’orang-outan ne semblait pas perturbée ce lundi par l’intérêt médiatique qu’elle suscite: dégustant paresseusement des fruits, elle n’a sans doute pas conscience de l’importance du jugement pendant le week-end par un tribunal argentin qui vient de lui reconnaître le droit de vivre en liberté. Sandra, qui vit au zoo de Buenos Aires depuis vingt ans, a été considérée comme «une personne non humaine», une première mondiale. La Chambre de cassation pénale de la capitale argentine a décidé d'appliquer une ordonnance d'Habeas Corpus (le droit de ne pas être emprisonné sans jugement) à l'animal, considérant ainsi que, même s'il ne s'agit pas d'un être humain, il a des sentiments et le droit à une plus grande liberté.

Sandra «est une personne non humaine car elle a des liens affectifs» Les autres vidéos insolites. Ces « personnes non-humaines » : un basculement de paradigme. Le statut de personne non-humaine accordé à certaines autres espèces animales commence à faire son chemin dans les mentalités, et même au sein des institutions juridiques. Ainsi en 2013, l’Inde a reconnu les dauphins comme étant des personnes non-humaines jouissant donc de droits.

Des droits qui prennent surtout forme dans le fait de pouvoir jouir de liberté, et donc, ne pas être soumis à une forme d’exploitation commerciale quelconque. La science parle Les travaux modernes d’éthologie (l’étude du comportement des diverses espèces animales dans leur milieu naturel) ont amené un regard neuf sur les espèces animales sauvages qui nous entourent et qui peuplent en notre compagnie la planète sur laquelle nous vivons. Le fait d’avoir observé des comportements d’empathie, de coopération ou encore de protection chez les espèces sauvages a permis une prise de conscience sur le rapport que nous entretenons avec ces dernières. Image : ourhenhouse.org Pas seulement les singes !

Le cas de Sandra. Êtres humains c'est aussi ça. Une scientifique relâche un chimpanzé dans son milieu naturel. L’animal la remercie d’une façon incroyablement émouvante. 347 Flares Twitter 8 Facebook 324 Google+ 15 Email -- Email to a friend Pin It Share 0 347 Flares × Jane Goodall est à la tête d’un institut qui porte son nom, et qui a pour objectif de réintroduire 60 chimpanzés au total sur l’île de Tchindzoulou au Congo. La femelle Wounda est le quinzième chimpanzé à avoir été réintroduit en milieu naturel sur l’île de Tchindzoulou après avoir séjourné au sanctuaire de Tchimpounga où elle avait été secourue par l’Institut Jane Goodall au Congo. Dans cette vidéo publiée fin 2013, La réaction du singe au moment de son relâcher dans son véritable milieu naturel est confondante de beauté et d’émotion : après que Jane Goodall a ouvert sa cage, l’animal observe tranquillement d’un regard circulaire le somptueux environnement de la jungle congolaise, puis se jette dans les bras de sa sauveuse pour une longue étreinte qui témoigne certainement d’un mélange d’affection et de profonde reconnaissance.

Commentaires commentaires. Shirley and Jenny: Two Elephants Reunited After More Than 20 Years. 10 Documentaries that Will Make You Rethink Everything You Know About Animals. We can’t create change for animals in a vacuum — we need to educate ourselves, raise awareness in others, and embrace the small steps people take in learning more about different issues. For many, the seeds of change are first planted by a great documentary that informs and compels them to act. We’ve compiled this list of documentaries to give you an array of different animal-related topics to choose from, or you can watch them all! These films will give you a new perspective on different animals, and we believe all of them are compelling in their own way. If you find one particularly moving, consider hosting a screening party in your home, or at a local community space. This is a great way to introduce people to a new topic in a non-threatening environment.

Provide some light refreshments and after the movie, some discussion of the topic is sure to follow. 1. The gist: Director Bobby J. Availability: Watch the full documentary on YouTube. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Les rats rient. Et sont chatouilleux aussi. - Amour, amitié, humour, fidélité... 14 faits surprenants chez les animaux - National Geographic. Découvrez l'émouvante réaction d'un léopard face au bébé de sa proie. Après avoir chassé et tué une femelle babouin, un léopard découvre qu'un bébé babouin est agrippé au cadavre de sa proie. Alors qu'il aurait pu profiter de la faiblesse du bébé babouin pour le dévorer, le léopard adopte une attitude totalement différente et pour le moins inattendue.

Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Alors qu'un léopard femelle a pris un risque inconsidéré en s'attaquant à un babouin qui n'était pas très éloigné de sa meute, il ne tardera pas à faire une découverte incroyable. Il sauve et protège le bébé de sa proie Après avoir sauvagement assassiné une femelle babouin, un léopard fait une découverte inattendue dans la fourrure de celle-ci. Un prédateur pris de culpabilité ? Dans ce documentaire intitulé "Eye Of The Leopard", on découvre une facette totalement nouvelle des prédateurs que sont les léopards. Malgré la protection de sa nouvelle maman, le bébé babouin ne survivra pas. Animaux maltraités : découvrez la belle histoire d'un lion, un tigre et un ours. Le bonobo préfère partager ses repas. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Les hommes gagneraient beaucoup à prendre exemple sur les bonobos !

En effet, il semblerait que ces singes partagent volontairement leur nourriture avec un tiers, mais encore plus facilement s'il y a un échange social avec ce dernier. C'est ce qui ressort des quatre expériences menées par Brian Hare et Jingzhi Tan, de l'université Duke en Caroline du Nord, et publiées mercredi 2 janvier dans la revue Plos One. Les deux chercheurs ont travaillé dans la réserve de Lola Ya Bonobo, située en République démocratique du Congo. Des quatre études menées sur une quinzaine d'entre eux, il ressort que les bonobos sont plus enclins, pour faciliter une relation, à partager leur nourriture avec un animal extérieur à leur groupe, préférant même parfois ce contact à celui d'un des leurs.

Dans l'une des expérimentations, un petit groupe de bonobos est placé devant deux pièces fermées à clé contenant chacune de la nourriture. Sur le Web : Sharing: Chimp study reveals origins of human fair play. The human tendency to share may have more ancient evolutionary routes than previously thought. This is according to a study of the performance of chimpanzees in a test called the "ultimatum game". Traditionally, the game is employed as a test of economics; two people decide how to divide a sum of money. This modified game, in which two chimps decided how to divide a portion of banana slices, seems to have revealed the primates' generous side. Media playback is unsupported on your device The study, published in Proceedings of the National Academy of Sciences, was part of an effort to uncover the evolutionary routes of why we share, even when it does not make economic sense. Scientists say this innate fairness is an important foundation of co-operative societies like ours.

Fair game During the game, one participant is given an amount of money and asked to "make an offer" to the second player. But, if the second player refuses that offer, both players receive nothing.