background preloader

Notes ou compétences ?

Facebook Twitter

Pour en finir (ou presque) avec les notes - Évaluer par les compétences. Devant les inconvénients maintes fois montrés des évaluations par la note, certains pays comme la Belgique tentent de passer à l’évaluation par les compétences.En France, à côté des livrets de maternelle et des évaluations nationales en CE2, 6e, 5e et seconde, des professeurs tentent de sortir un peu de notre système traditionnel dans une perspective d’évaluation formative.

Pour en finir (ou presque) avec les notes - Évaluer par les compétences

Un témoignage concret au collège en français, en sixième et cinquième. « - M’dame, c’est noté ? - Non, ce n’est pas noté, c’est évalué ! » Beaucoup d’élèves et leurs parents se comportent en consommateurs attendant une note comme on attend une rétribution : « tout travail mérite salaire »... Www.cafepedagogique.net/Documents/103ElemRey.htm. Vous êtes un des meilleurs connaisseurs des "compétences". Le mot est désormais partout, mais le sens en est souvent polymorphe... Quelle est votre approche ? Parler des compétences, c’est à la fois à la mode et assez ancien. Dans le premier degré, à la suite de la loi Jospin en 1989, on avait établi une liste de compétences à acquérir à l’école maternelle et à l’école primaire.

Mais aujourd’hui, la notion de compétences est très présente, en France et dans de nombreux pays : Québec, Belgique francophone, Suisse, Luxembourg… Une liste des « ompétences-clé pour l’éducation tout au long de la vie » a été établie par le Parlement Européen. Peut-on mettre de l'ordre dans ce qu'on appelle les compétences ? Je propose d’établir un certain nombre de distinctions. Les compétences spécifiques sont beaucoup plus dans la tradition scolaire, dans chaque discipline. Pourquoi et comment évaluer par compétences. L’évaluation par compétences est à la mode dans les salons du ministère de l’Éducation Nationale depuis plusieurs années.

Pourquoi et comment évaluer par compétences

Différentes annonces récentes, sur la mise en place d’une Conférence nationale sur l’évaluation des élèves, ou sur l’instauration d’un nouveau socle commun de connaissances au collège, confirment cette tendance.] Dans la pratique pourtant, les choses changent peu. Notes et compétences, quelle équation ? C'est une question qui agite la salle des profs, à l'heure de la mise en oeuvre du socle commun.

Notes et compétences, quelle équation ?

J'émets l'hypothèse de l'incompatibilité. La note sur 20 permet, à travers l'exemple de la dictée, de sanctionner les fautes. On peut rétorquer que dans les multiples évaluations notées, les points sont comptés en positif : on pointe les réussites des élèves par un point, qu'on pourra d'ailleurs décliner jusqu'au quart de point selon le degré d'approximation de la formulation de l'élève. Retirer un demi ou un quart de point sur une question permet de signifier à l'élève que sa réponse n'est pas parfaite, mais qu'elle comprend tout de même un élément de réponse positif. Mais au final il restera encore une soustraction, celle qui sépare le 12 du 20, ces 8 points non acquis.

Notes. Il y a quelques années, j’avais publié (ailleurs) avec l’autorisation de son auteur cet article sur l’histoire de l’évaluation chiffrée.

notes

Si ce texte d’Olivier MAULINI de l’association Agatha de Genève date de 1996, il n’en reste pas moins intéressant au vu des débats récents sur ce thème. Il s’agit en effet comme le soulignait le sous-titre qui l’accompagnait d’une "petite histoire de l’évaluation chiffrée à l’usage de celles et ceux qui désirent s’en passer (et des autres)" Supprimons la note ! Abolissons ce carcan ayant tenu des générations de potaches en esclavage. Renonçons à l’évaluation chiffrée, aux calculs alambiqués de moyennes, aux impasses de la sélection arithmétique.

L’école actuelle veut toujours hiérarchiser; ce qui importe avant tout, c’est de différencier. Ce à quoi, trois quarts de siècle plus tard, Etiennette Vellas et Eric Baeriswyl ajoutent: A 75 ans de distance, les deux textes font la même analyse: les notes scolaires sont responsables de l’arbitraire sélectif. J'aime pas mettre des notes.

Je corrige des copies de Terminales et évidemment, je cherche tous les prétextes pour faire une pause.

J'aime pas mettre des notes

C'est pas que je n'aime pas corriger des copies mais... en fait si, je n'aime pas du tout corriger des copies quand je sais que 1) je mets des notes qui ne vont pas faire plaisir 2) dont je reste persuadée que données à 10 autres collègues j'aurais eu 10 notes différentes, donc ça veut rien dire et 3) j'ai beau soigner mes commentaires, j'ai la nette impression que ça ne va pas servir à grand chose. Alors je regarde mes tweets, je papote, je raconte mes perles, tout ça. Et je décide de vous raconter comment je note. D'abord avant de corriger je bâtis ma grille de critères. En fait pour mes secondes normalement elle est sur le devoir.

Ne rêvez pas : cette grille n'est pas un barême. Alors comment je fais quand j'ai des questions ?