background preloader

Sexualité, prostitution

Facebook Twitter

L’âge de la sexualisation de la femme… et de la fille. | Le cabinet de Poppy Gali. Une question épineuse et ambiguë Il y a peu, j’ai mené une micro enquête sur le réseau social Twitter. J’ai demandé aux femmes de répondre à la question suivante : « Les filles, vous vous souvenez à quel âge vous avez été draguée/klaxonnée pour la première fois par un homme adulte ? ». Comme on me l’a justement fait remarquer, la question était très vaste et c’est ce que j’ai trouvé intéressant, même si vous allez sans doute penser que c’est une erreur de ma part, puisqu’elle m’a permis d’analyser les choix de réponses qui ont été faits par les femmes. Certaines m’ont parlé de simples dragues, d’autres d’agressions verbales ou physiques, d’autres encore de cas d’exhibitionnisme, de réflexions désagréables, etc. Les choix qu’elles ont faits, c’est-à-dire donner un âge précis ou non, ajouter des précisions ou non, me parler de cas graves ou non comme « souvenir de la première fois », sont extrêmement révélateurs.

Le compte-rendu des réponses obtenues Et les garçons ? Dossier prostitution : Lilian Mathieu (sociologue) : « L'abolitionnisme contemporain commet une double erreur » Lilian Mathieu est sociologue au CNRS et a étudié la prostitution pendant dix ans. Bien que nous ne partagions pas toutes ses opinions, nous avons souhaité lui donner la parole pour qu’il nous donne son point de vue sur l’abolitionnisme.

Quelle sont, selon vous, les principaux problèmes que posent les positions réglementaristes et abolitionnistes ? [...] Le réglementarisme, tel qu’il s’est mis en place au XIXe siècle, a pour conséquence d’enfermer les prostitué-e-s dans un statut disqualifié, qu’il est d’autant plus difficile de dénier que c’est une institution étatique qui l’a attribué. L’abolitionnisme a l’avantage de laisser la prostitution dans un certain flou : les personnes en situation de détresse qui n’ont d’autres recours que cette activité peuvent l’exercer sans être officiellement stigmatisées comme telles, tout en pouvant bénéficier d’une assistance si elles estiment en avoir besoin.

Dans votre ouvrage, vous reprochez aux abolitionnistes d’essentialiser la prostitution. L'Irlande et l'IVG : quelles options pour les femmes ? En France, 209 269 femmes ont eu recours à une interruption volontaire de grossesse en 2009, selon les chiffres de l'INSEE. En Irlande, officiellement, aucune. En effet, à moins que la vie de la femme ne soit gravement menacée, l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est interdite par la constitution irlandaise, que seul un référendum pourrait modifier.

Or, les valeurs de l'Eglise catholique sont toujours profondément ancrées dans les mentalités : l'avortement est un sujet dont on ne parle pas. L'Irlande reste le pays qui n'a autorisé la vente de préservatifs qu'en 1978 (et il a fallu attendre 1985 pour que ceux-ci soient disponibles sans ordonnance). La mort en octobre 2012 de Savita a certes mis en lumière l'absence de législation concrète en la matière. Cette dentiste de 31 ans est morte d'une septicémie, trois jours après avoir été admise aux urgences de Galway, ville touristique de la côte ouest.

Celinextenso – Assistance sexuelle non merci : baisez-nous sans formation. Le 16 mar. Handivagations Ca fait un petit moment que le sujet gronde dans le petit monde du handicap, et moi aussi je gronde dans mon coin, en entendant toutes ces conneries. Ces jours-ci le débat sur l’assistance sexuelle est relancé par le film « The sessions » qui vient de sortir (et ne va pas tarder à rentrer à mon avis), alors je crache ma Valda. Comme à mon habitude, je ne suis pas d’accord avec plein de choses.

Par contre, ce projet d’assistance sexuelle me hérisse pour plusieurs raisons, je vais m’arrêter aux deux principales. - Intellectuellement, je ne comprends pas comment on peut séparer cette question de celle de la prostitution. Alors les valides peuvent aller en cachette chez des prostitués, certes, mais c’est interdit. Je suis plutôt pour la prostitution. Dans ce cadre là, oui, bien sûr, je trouverais indispensable que les handicapés puissent accéder à ce service, bien sûr, pourquoi pas mettre en place des formations ou sensibilisations au handicap.

Voilà. The cult of pornography – a black feminist perspective | Black Feminists. Dure à avaler. La chance de bien des jeunes femmes d’aujourd’hui, c’est d’avoir eu une mère féministe. Elle les a emmenées dès leurs quinze ans chez un gynécologue, qui leur a prescrit sans tarder la pilule avec un grand P.

La pilule, c’est formidable, leur expliqua la blouse blanche en fronçant un sourcil concerné, ça n’évite pas que les bébés, mais aussi les cancers de l’utérus et des ovaires, l’anémie, l’acné, les règles douloureuses, et peut-être même les mauvaises notes et les tsunamis. Elles prirent alors bravement quelques kilos et l’habitude d’ingérer des hormones tous les jours à la même heure. Elles se gargarisèrent de maîtriser leur corps, de profiter d’une liberté arrachée par leurs aînées et de le faire forcément mieux qu’elles, puisque leurs pilules étaient « minidosées » et de « troisième génération », portant des noms aussi inoffensifs et pleins de promesses que Melodia ou Jasminelle.

Mais la chance de bien des jeunes femmes d’aujourd’hui, c’est qu’elles sont féministes. Pilules de 3e et 4e génération: vers la fin du «tout pilule» en France? Temps de lecture: 9 min S’il y a une conséquence positive à la polémique médicale et judiciaire autour des pilules de 3e et 4e génération et à la médiatisation des débats sur la contraception qui l’entoure, ce sera peut-être de remettre enfin en cause le dogme du «tout pilule» qui règne en France.

Ce qui arrive aujourd’hui est entre autres la conséquence du refus du corps médical à lâcher prise et à laisser les femmes gérer seules leur corps et leur fécondité: le «tout pilule» sans discernement, sans réel droit au choix, est un des facteurs qui a entraîné la prescription quasi systématique des contraceptif hormonaux, y compris ceux de troisième génération. Médecins tout-puissants, propagande pro-pilule En France, la démarche contraceptive a toujours été fortement médicalisée, et rigoureusement encadrée. Ce qui se passe actuellement avec les pilules de troisième génération semble plaider pour un contrôle médical accru de la prescription des contraceptifs par les médecins. Contraception: La pilule pour hommes, une cause perdue? - News Savoirs: Sciences. Contraception A l'heure où les pilules féminines de 3e et 4e génération subissent un flot de critiques, qu'en est-il de la contraception masculine?

Le point avec Brenda Spencer, doctoresse au CHUV. Un jour peut-être, les femmes ne seront plus les seules à prendre la pilule.Image: Keystone La doctoresse Brenda Spencer, responsable de secteur de recherche à l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive du CHUV. Articles en relation Signaler une erreur Vous avez vu une erreur? Veuillez SVP entrez une adresse e-mail valide Partager & Commenter Votre email a été envoyé.

Pour les chercheurs, les hommes sont un casse-tête. «Dans le cadre de la contraception masculine, beaucoup d'hommes ont besoin d'être rassuré sur le fait que la fonction sexuelle restera la même. Nouvelles méthodes L'atteinte à la masculinité, tel est le spectre entourant la recherche sur la contraception pour les hommes, longtemps exclus de toute forme de réflexion. D'autres pistes sont également en cours d'étude. STRASS - Désintox. Que ce soit de la part des personnes prohibitionnistes ou de celles qui pensent défendre la cause des travailleurSEs du sexe, beaucoup de clichés et de faux arguments circulent sur le travail sexuel. Cette page a pour but de déconstruire ces idées reçues, afin de recadrer le débat sur le travail sexuel, d’un côté comme de l’autre.

Désintox SPECIAL « modèle Suédois » par Pye Jakobsson, à lire en PDF ici « c’est le plus vieux métier du monde, on ne peut pas l’interdire » Ce n’est parce qu’une activité ou institution existe depuis longtemps qu’elle en est pour autant « légitime ». Le viol, le droit de cuissage, la violence de manière générale sont, malheureusement, des phénomènes également vieux comme le monde. Rien ne saurait pour autant les excuser. Ce n’est pas parce que la pratique est ancienne qu’il ne faut pas prohiber la prostitution, c’est parce que la prohibition n’a jamais fait autre chose que de nuire aux personnes concernées. « les prostituées vendent leur corps » Escort boy : « Ma tenue de travail, c’est nu » | Rue89 Eco. Bug Powder (Ava du Parc) Sa première passe, il s’en est tiré avec quelques morsures.

Bug Powder – un pseudo tiré du roman « Le Festin nu » – a 27 ans, le regard doux et un strabisme qui lui donne l’air rêveur. Pas de cernes. Pourtant, le jeune homme ne dort pas beaucoup, et depuis longtemps : pendant huit ans, il a passé ses nuits au téléphone rose, à faire jouir des clients. Il y a plus d’un an, le voilà qui saute le pas pour des ébats bien réels – mais avec appréhension. Au syndicat des travailleurs du sexe, ses amies prostituées le rassurent gentiment : « Elles me disaient “tu sais, les filles ne veulent pas forcément se taper un culturiste. . « La prostitution, c’est vraiment du boulot » Alors Bug bosse. . « La prostitution, ce n’est pas de l’argent facile, c’est vraiment du boulot. » Avec une dizaine de clientes par mois, il ne lésine pas sur les préparatifs pour satisfaire leurs fantasmes : « Si je les faisais toutes, j’en serais à 25 par mois.

Des restos huppés aux chambres de motels. "Repensons la prostitution" LE MONDE | • Mis à jour le | Par Dominique Noguez, écrivain On se demandait combien il faudrait de temps pour que ce nouveau gouvernement de gauche cesse clairement de le paraître. Il n'a pas fallu un mois. Un mois pour que l'une de ses ministres, pourtant des plus sympathiques, des plus intelligentes, ne se signale par une des déclarations les plus réactionnaires qu'on ait proférées dans les palais nationaux depuis des lustres. En déclarant au Journal du dimanche le 24 juin qu'elle souhaitait, excusez du peu, que "la prostitution disparaisse ", la ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, rejoignait d'un coup, et dépassait même, les plus archaïques vieilles bedoles de l'UMP préparant le coup d'éclat du 6 décembre 2011.

En réalité, ce jour-là, une poignée d'orateurs se sont entre-écoutés pendant moins de 45 minutes dans un Parlement vide aux 9/10e. A définition confuse, statistiques impossibles. 1. 2. 3. Et surtout, cela risquerait de marcher. Désintox : les mythes des abo. Prostitution: oui, on peut être féministe et non abolitionniste. La proposition de Najat Vallaud-Belkacem d’abolir la prostitution fait ressurgir un débat prégnant chez les féministes. De nombreux articles sont consacrés à la position abolitionniste, le nôtre vise à expliquer le raisonnement égalitaire qui incite une partie des féministes à défendre la position non abolitionniste.

Nous ne nous prétendons pas réglementaristes. La France a été pionnière du système réglementariste au XIXe siècle et a fait des prostituées une classe à part, stigmatisée et enfermée. Elle a donné du pouvoir aux hommes sur les prostituées, qu’ils soient clients, proxénètes, policiers ou médecins. publicité Le système que nous défendons peut se qualifier comme légaliste mais pas à la hollandaise, qui applique un modèle réglementariste.

Précisons d’emblée que nous ne parlons que de la prostitution exercée sans la contrainte d’un proxénète ou d’un réseau. Nous ne nions pas non plus la violence que subissent l’écrasante majorité des prostituées, y compris les prostituées libres. Prostitution masculine : gros plan sur les "garçons de joie" "Garçons de joie", couverture du livre de Nicole Canet. Pour le commander, cliquer ici. L'un des premiers points communs qui me vient en tête lorsque je pense aux débats classiques sur la prostitution et la pornographie, c'est l'invisibilité des hommes. Évidemment, pas les horribles consommateurs qui objectivent, marchandisent et stigmatisent le corps des femmes, non, ceux qui, eux aussi, mettent leur corps à disposition de cet affreux commerce.

Les hardeurs et les prostitués, surtout s'ils sont homosexuels, semblent appartenir à une espèce de classe "à part" des scandales périodiques sur leur profession. Je n'ai pas vraiment la réponse, mais cela m'interroge, comme on dit. Un autre regard sur la prostitution masculine à travers un livre Comme à son habitude, Nicole Canet déploie, dans un magnifique ouvrage, toute la palette de ses extraordinaires dons d'archiviste. Mais plus loin que la pure nouveauté et l'attrait des trouvaill. Oui, l’orgasme féminin est mécanique, et alors?

Temps de lecture: 4 min Le 12 juin 2012 paraissait dans The Lancet le résultat de l’expérience menée par Pierre Foldès, urologue (avec le Dr Béatrice Cuzin, également urologue, et la démographe Armelle Andro, de l’Ined): il a en effet mis au point une technique chirurgicale permettant de réparer les mutilations sexuelles chez les femmes. Trente années de combat qui portent aujourd’hui leurs fruits, puisque la publication des travaux de Pierre Foldès dans The Lancet valide la technique. Les résultats sont impressionnants: pour résumer, non seulement la chirurgie pratiquée par le Dr Foldès soulage, dans une grande majorité des cas, les douleurs clitoridiennes, mais elle permet également aux femmes qui ont bénéficié de cette intervention d’éprouver du plaisir, et même d’avoir des orgasmes. Il est donc question ici de réparer concrètement les dégâts physiques causés par l’excision.

Le mot réparation, qui évoque plus une visite chez le garagiste qu’une démarche thérapeutique, peut heurter. À quoi sert l'orgasme féminin. Orgasme (jayne vidheecharoen/CC/Flickr.com). Chez les spécialistes de l'évolution de la sexualité humaine, la question de l'orgasme féminin est peut-être la plus problématique. Si, du côté masculin, l'équation orgasme = éjaculation = reproduction est on ne peut plus évidente, chez les femmes, les scientifiques s'écharpent gentiment depuis plusieurs dizaines d'années. L'orgasme féminin a-t-il été sélectionné par l'évolution ? Ici, l'orgasme féminin n'aurait donc aucune fonction évolutive en lui-même, mais existerait simplement parce que les femmes partagent certains stades précoces de leur ontogenèse avec les hommes, chez qui l'orgasme correspond à une réelle adaptation.

En d'autres termes, vu que le clitoris et le pénis sont formés des mêmes tissus lors du développement embryonnaire, la sélection aurait pu agir "en premier" sur la jouissance pénienne et faire hériter aux femmes de cette capacité d’excitabilité des tissus sexuels comme d'un bonus "vestigial". Comme le relevait Kate Dunn : La masturbation : témoignages et réflexions. La masturbation, c’est le sujet de Brigitte Lebuysson (avec encore et toujours la participation de nos fantastiques lectrices). Publié initialement le 3 août 2012 Avant de commencer les festivités, laissez-moi vous raconter une petite anecdote qui est arrivée à quelqu’un dont les initiales sont BLB (c’est-pas-moi-c’est-une-amie) et qui témoigne à la première personne du singulier (parce qu’en fait, c’est pas une amie, c’est moi) : Quand j’étais en quatrième, je me masturbais de temps en temps depuis deux ou trois ans.

Je le vivais mal, parce que même si j’avais bien lu dans les livres d’éducation sexuelle qu’on m’avait filés que ce n’était pas sale et que c’était une très bonne façon d’apprendre à connaître son corps. N’empêche que pour une raison qui m’échappe un peu, à chaque fois que je me faisais jouir, je me sentais mal, sale, je ne comprenais pas ce qu’il se passait dans mon corps à ce moment-là. Mais cette fille a renchéri, donnant lieu au dialogue suivant : « -Ah ouais ? L’impossible porno pour femmes. Pas de clitoris dans l’encyclo des filles « Anne Bert Impermanence.