background preloader

Hypersexualisation

Facebook Twitter

7 Problematic Lessons Disney Movies Teach Boys About Masculinity. L'image des femmes dans la publicité. LA FEMME DANS LA PUB : L'ANALYSE de MisterJDay. Hypersexualisation des filles, mini miss, lolitas, pré adolescence précoce. © Istock Au delà des images publicitaires qui envahissent les esprits de nos bambins, l'éducation que nous leur donnons fait aussi la différence.

Hypersexualisation des filles, mini miss, lolitas, pré adolescence précoce

Les relations mère fille ont évolué pour se nicher entre complicité et étouffement. Le fossé générationnel semble plus fin qu'autrefois, avec des filles qui se rapprochent de l'âge adulte - du moins en apparence – plus tôt, et des mères qui restent proches de la jeunesse. Des mères qui ne veulent pas vieillir, ce qui peut parfois mener à des comportements déviants, qui s'expriment au travers de leurs filles. Les concours de Mini Miss en sont un exemple intéressant : les petites filles y sont bichonnées, brushées et fardées jusqu'à être mi poupées Coroll, mi femmes fatales.

Pour Marie, maman de deux filles, ces compétitions donnent aux petites filles des valeurs néfastes. « Quelle vision d'elles-mêmes auront ses filles en grandissant ? A l'inverse, Géraldine fait régulièrement concourir sa fille de 7 ans aux Mini Miss de sa région. Enquête : l'ère de la femme enfant. A 10 ans, elles portent déjà des sacs à main, s’habillent, se maquillent, s’épilent comme des femmes.

Enquête : l'ère de la femme enfant

Des études soulignent l’apparition plus précoce des signes de la puberté. Par Marie Vaton, avec Charline Blanchard Elles arrivent en classe en minishorts et leggings moulants, cheveux lissés. A la récré, elles ne lâchent pas leur sac à main griffé, pianotent sur leur iPod, les yeux dissimulés sous leur grosse paire de Ray-Ban. Ne leur parlez pas de cartables ou de robes à smocks, elles ne savent pas ce que c’est. C'est fou comme le "corps parfait" a changé en 100 ans. Une femme au corps parfait en 1930 obtiendrait aujourd’hui à peine un regard d’un producteur hollywoodien ou d’un agent de mannequins.

C'est fou comme le "corps parfait" a changé en 100 ans

Le site Rehabs.com (consacré à la guérison de la dépendance et des troubles alimentaires) a travaillé avec l’agence Fractl sur un projet observant les origines de l’Indice de masse corporelle (IMC) et la façon dont le corps de la femme idéale avait changé avec le temps, comparé à la moyenne nationale. Et leurs résultats ont montré que les mannequins et les stars de cinéma deviennent de plus en plus minces, comparées à la femme américaine moyenne. Bien que les mesures de l’IMC ne fassent pas la distinction entre graisses et muscles, ce qui ne les rend donc pas vraiment fiables pour établir si quelqu’un est obèse ou non, les données IMC par le passé donnent d’intéressants points de comparaison.

La Gibson Girl, 1900-1910 La "Gibson girl" est une création de l’illustrateur Charles Dana Gibson, une femme qui symbolisa l’idéal féminin au tournant du siècle. Sexisme : les publicités hyper-masculines rendent les hommes violents. Les publicités sexistes rendent les jeunes hommes plus agressifs © Gucci Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook Des chercheurs d'une université canadienne ont prouvé que les publicités hyper-masculines provoquaient des comportements dangereux chez les jeunes hommes.

Sexisme : les publicités hyper-masculines rendent les hommes violents

D’après une récente étude canadienne menée par Megan Vokey de l’université de Manitoba, les publicités hyper-masculines entraîneraient un comportement agressif chez les jeunes hommes. Pour en arriver à cette conclusion, Megan Vokey et son équipe ont analysé un ensemble des publicités représentant des hommes, publiées dans 8 magazines masculins grand public, destinés à différents types d’homme, selon leur âge, leurs revenus, leurs intérêts et leur éducation. Plus inquiétant, les auteurs de l’étude ont observé que les magazines qui avaient le plus recours à ce genre de publicité visaient un public jeune, peu aisé et peu cultivé. Alice Bidet. La pub abuse des femmes sexy. Capsule 2 - Qu'est-ce que la sexualisation de la société ? Marchandisation du corps des femmes: y a-t-il du mal à vendre du rêve? La mode, la publicité et le star system ont fabriqué et fabriquent toujours des images stéréotypées du corps féminin : plus sexy, plus mince, plus jeune.

Marchandisation du corps des femmes: y a-t-il du mal à vendre du rêve?

Et si le rêve tournait au cauchemar pour votre amie, votre sœur, votre femme, votre fille, votre mère ? Et alors, y a-t-il du mal à vendre du rêve ? Mannequin, chanteuse ou actrice, la tendance est à la silhouette filiforme. Ces icônes médiatiques projettent un idéal de beauté féminine trop souvent incarné par des adolescentes vulnérables : de très jeunes femmes qui affichent encore les formes graciles de l’enfance. Les médias ont forgé un modèle irréaliste qui valorise un corps de plus en plus mince, parfois même décharné.

Plus des trois quarts des pages couvertures des magazines féminins ont au moins un titre sur la meilleure manière de changer son apparence, que ce soit par le biais d’un régime, d’un programme d’exercices ou de la chirurgie esthétique. — Réseau Éducation-Médias Une intervention esthétique, c’est pas banal !