background preloader

Jan-Feb-March 2o13

Facebook Twitter

Mini-docu : Marseille Capitale de la Rupture. #GOLDMAN - Democracy Now! - March 28, 2013 - Adbusters. Occupy’s ‘bat signal’ keeps movement in the spotlight. In the back of a large white van parked on Manhattan's Upper East Side, across from the mansion housing the Russian consulate, Lucky Tran sits hunched over a laptop.

Occupy’s ‘bat signal’ keeps movement in the spotlight

Two members of Tran's team are positioned nearby, ready to document what comes next. "I've scouted the area," Tran says, his face swathed in LCD light. "It should be fine, but we don't want to overstay our welcome. " Tran stands up and adjusts the cranks protruding from the vehicle's roof. Retired #NYPD Detective Speaks About Police Misconduct. Campus in Beeld - Seizoen 3 - Afl. 13: Jouw/mijn: Studenten ruilen bijbaan.

Occupy the SEC Sues Federal Reserve, SEC, CFTC, OCC, FDIC and U.S. Treasury Over Volcker Rule Delays. Occupy the SEC (OSEC) has filed a lawsuit in the Eastern District of New York against six federal agencies, over those agencies’ delay in promulgating a Final Rulemaking in connection with the “Volcker Rule” (Section 619 of the Dodd-Frank Act of 2010).

Occupy the SEC Sues Federal Reserve, SEC, CFTC, OCC, FDIC and U.S. Treasury Over Volcker Rule Delays

Congress passed the Volcker Rule in July 2010 in order to re-orient deposit-taking banks towards safe, traditional activities (like offering checking accounts and loans to individuals and businesses), and away from the speculative “proprietary” trading that has imperiled deposited funds as well as the global economy at large in recent years. Simply put, the Volcker Rule seeks to limit the ability of banks to gamble with the average person’s checking account, or with public money offered by the Federal Reserve. Espagne: “marée citoyenne” contre l’austérité et la corruption.

Une marée humaine a envahi ce samedi les rues de Madrid.

Espagne: “marée citoyenne” contre l’austérité et la corruption

Des dizaines de milliers de personnes, représentant tous les secteurs de la société s‘étaient donné rendez-vous en ce jour anniversaire du coup d’Etat militaire de 1981. Etudiants, médecins, syndicalistes ou encore retraités sont venus exprimer un ras-le-bol général, à la fois contre la corruption touchant le parti au pouvoir et la famille royale, mais aussi contre l’austérité. “ça ne peut pas continuer avec ces changements. Ils essayent de nous convaincre que c’est pour le peuple mais c’est tout le contraire. Ils sont en train de nous couler de plus en plus. Après la fin de la manifestation, des échauffourées ont éclaté entre des manifestants et les forces de l’ordre, faisant douze blessés, dont deux policiers.

Afin de prouver que l’Espagne peut sortir de la crise, le gouvernement de Mariano Rajoy a adopté des coupes budgétaires sans précédent dans l’histoire du pays. Occuper Wall Street, un mouvement tombé amoureux de lui-même, par Thomas Frank. Une scène me revient en mémoire à chaque fois que je tente de retrouver l’effet grisant que le mouvement Occuper Wall Street (OWS) a produit sur moi au temps où il semblait promis à un grand avenir.

Occuper Wall Street, un mouvement tombé amoureux de lui-même, par Thomas Frank

Je me trouvais dans le métro de Washington, en train de lire un article sur les protestataires rassemblés à Zuccotti Park, au cœur de Manhattan. C’était trois ans après la remise à flot de Wall Street ; deux ans après que toutes mes fréquentations eurent abandonné l’espoir de voir le président Barack Obama faire preuve d’audace ; deux mois après que les amis républicains des banquiers eurent conduit le pays au bord du défaut de paiement en engageant un bras de fer budgétaire avec la Maison Blanche. Comme tout le monde, j’en avais assez. Près de moi se tenait un voyageur parfaitement habillé, certainement un cadre supérieur revenant de quelque salon commercial, à en juger par le slogan folâtre imprimé sur le sac qu’il portait en bandoulière. La grande épopée fut pourtant de courte durée. Pourquoi Occuper Wall Street n'a pas réussi aussi bien que le Tea Party. Depuis quatre ans, deux mouvements politiques et sociaux issus de la « base » ont secoué — et parfois transformé — le paysage politique des États-Unis : Occuper Wall Street (OWS) et le Tea Party.

Pourquoi Occuper Wall Street n'a pas réussi aussi bien que le Tea Party

Le premier, à « gauche », a mis en cause un Etat et un système politique, démocrates compris, acquis selon lui à la cause des « 1 % » d’Américains les plus riches, lesquels sont souvent les principaux bailleurs de fonds de ce système. Le second, à droite, a pourfendu un Etat et un système politique jugés tellement soucieux de complaire à la masse des électeurs, en particulier celle des « assistés » chaque année de plus en plus nombreux (les « takers »), qu’ils ont alourdi l’endettement du pays. Plus d’impôts pour les riches, réclamaient les premiers ; moins de dépenses publiques, en particulier sociales, exigeaient les seconds.

Mais, alors que le premier a connu un grand succès médiatique, c’est le second qui a réussi à peser sur la vie politique américaine. Il réapparaîtra sans aucun doute.