background preloader

Perles tiers

Facebook Twitter

Les addictions et ses « objets », Conférence à la Gamers Assembly 2009.

Je partage un lien sur un article de Vanessa Lalo qui a retenu mon attention. Vanessa Lalo est psychologue clinicienne, spécialisée dans les jeux vidéo, les usages numériques et leurs impacts (thérapeutiques, cognitifs et pédagogiques). Dans cet article, elle livre la définition du terme "addiction" pour introduire le sujet de l'addiction aux jeux vidéos. Par son développement, Vanessa Lalo tente de répondre à ces questions : Comment repère-t-on une dépendance à un jeu vidéo chez un sujet ? Peut-on parler d'addiction aux jeux vidéos ? Je vous souhaite une bonne lecture. – salgado_groupea_psy

Les parents pris au piège des écrans. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Guillemette Faure Tablette, smartphone, télévision… Ne faut-il pas limiter le temps d’utilisation des parents ?

Les parents pris au piège des écrans

Vous pouvez baisser la télé que je puisse faire mes devoirs ! », demande un ado dans une pub radio pour Volkswagen. Exagéré ? Pas vraiment. . « Mon fils n’arrive pas à décrocher de ses jeux », entendent les enseignants, qui voient ces mêmes adultes quitter une réunion de parents d’élèves pour prendre un appel. Campagne de prévention : La cyberdépendance. VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté» SANTE A l'occasion de la sortie du MOOC de l'université de Nantes sur l'addiction numérique, Didier Acier, professeur de psychologie clinique fait le point sur ce phénomène...

VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté»

Propos recueillis par Delphine Bancaud Publié le Mis à jour le Un phénomène de société qui est devenu un sujet d’étude. C’est ce lundi que l’université de Nantes lance un Mooc sur l’addiction au numérique. L’occasion pour 20 minutes de faire le point sur ce fléau avec Didier Acier, professeur de psychologie clinique à l’université de Nantes. Qu’entend-on par addiction au numérique? Beaucoup de Français ont un usage excessif des nouvelles technologies et peuvent passer une trentaine d’heures sur les écrans.

Addiction au numérique : peut-on vivre déconnecté ? Par Vincent Parizot , Sophie Aurenche Il est parfois difficile de se détacher de la spirale infernale du numérique.

Addiction au numérique : peut-on vivre déconnecté ?

En 2014, 28 millions de Français possédaient un smartphone et neuf millions avaient une tablette tactile. De plus, les réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter comptaient jusqu'à 32 millions d'inscrits. Dans la «clinique» pour cyberdrogués. Actu 18.02.2015 06:00 Internet, jeux vidéo en ligne, smartphones: quand est-ce que le divertissement vire à la dépendance?

Bonjour, Je vous rejoins Orphélia sur ce point de vue, pour avoir travaillé dans un CSAPA (Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention des Addictions), j'ai pu observé que plusieurs équipes se trouvent démunis face à l'accueil des personnes aux comportements addictifs liés à l'usage du numérique. La majorité des équipes de CSAPA sont formées à l'accueil du public addict à un produit (alcool, héroïne, cocaïne, etc.). Addiction avec produit, addiction sans produit, les comportements addictifs sont relativement similaires, mais la prise en charge, quant à elle, diffère sensiblement. Des centres spécialisés, comme celui de Seattle décrit dans l'article, pourrait fournir un accompagnement adapté aux individus addicts au numérique. Mais, je pense qu'avant de créer des centres spécialisés pour la cyberdépendance, il serait nécessaire de former les équipes des CSAPA en France à l'accueil de ce public particulier. Ainsi, chaque individu, qui en fait la demande, pourrait trouver près de chez soi, à titre gratuit, une équipe à son écoute, proposant une prise en charge adaptée. – salgado_groupea_psy

Visite d’un centre de «désintoxication numérique», à Seattle, où l’on tente de soigner la génération des hyperconnectés.

Dans la «clinique» pour cyberdrogués

Texte Xavier Filliez C’est une petite maison en bois sous une grosse chape de cumulus. Autour, l’immense forêt des environs de Seattle semble l’envelopper pour l’hiver. Ici résident actuellement cinq jeunes adultes traités pour des problèmes d’addiction à l’internet et aux jeux vidéo dans le cadre de reSTART, un programme unique, non hospitalier, de «désintoxication numérique» aux Etats-Unis. La cyberdépendance ou cyberaddiction est un fait !

Même si elle est souvent diabolisée, de nombreuses personnes sont touchés de bien des façons. C'est pourquoi nous nous sommes engagés le plus tôt possible dans la prévention contre ce nouveau phénomène. Nous mettons à la disponibilité de tous un dépliant et plusieurs affiches de prévention sur la cyberaddiction. Vous pouvez imprimer ces supports papiers et même les modifier selon vos besoins (il faut cependant que le sujet reste celui d'origine). Des cures de désintox pour les accros d'Internet. En Californie, un camp propose à tous les cyberdépendants des séjours pour revenir aux joies de l'enfance, loin des connexions et des réseaux.

Des cures de désintox pour les accros d'Internet

New York À chaque addiction son remède. En Californie, un camp de «digital detox» propose aux cyberdépendants de smartphones, tablettes et ordinateurs de retrouver un peu d'«humanité» pendant quatre jours, en se déconnectant. Les cyber drogués. «Parfois, je commence à jouer à 6 heures du soir et, soudain, il est 9 heures du matin.

Les cyber drogués

Lost Memories, un court métrage sur notre dépendance au numérique.

Merci pour ce partage. Le support est très efficace pour comprendre la spirale de la cyberdépendance. Il y a d'ailleurs une série britannique très édifiante sur le thème des NTIC et le rôle qu'elles prennent dans nos vies, cette série s'appelle "Black Mirror". Les épisodes ne se suivent pas mais traitent tous du même thème : à savoir l'aspect dystopique de la technologie. L'idée du créateur de la série est de se demander par rapport à la technologie : « Si c'est une drogue, alors quels en sont les effets secondaires ? C'est dans cette zone entre joie et embarras que Black Mirror se situe. Il explore alors toutes les déviances et les conséquences sociales du trop technologique. Je vous la conseille :) – mahdileila_groupeb_psy