background preloader

Actualité articles 2 - Epigénétique

Facebook Twitter

Petite histoire de l'épigénétique : l'hérédité au-delà des gènes. Après le tout génétique triomphant, l’épigénétique suggère que nos modes de vie, notre nourriture, notre histoire influencent également l’héritage biologique que nous léguons.

Petite histoire de l'épigénétique : l'hérédité au-delà des gènes

Et renvoi de nouveau à la question de l’hérédité des caractères acquis. En 2003 s’achevait l’un des projets scientifiques les plus fous du XXe siècle : le séquençage du génome humain. S’il a permis des progrès sans précédent, il a aussi ouvert un abîme de perplexité : à peine 10 % de l’ADN code pour des gènes, le reste semble ne rimer à rien et est surnommé l’« ADN poubelle ». Hasard ? La révolution épigénétique. Va-t-elle réconcilier les gènes et l'environnement, l'inné et l'acquis ?

La révolution épigénétique

« Le XXIe siècle sera-t-il épigénétique, voire méta-génétique » ? C'est ainsi que le scientifique et philosophe Bernard Dugué titre un article publié sur le site Agoravox où il nous livre ses réflexions sur l'avenir de la biologie. L’épigénétique, clef de la compréhension de la constitution des maladies métaboliques ? Et d'autres pathologies ? Loin du "tout génome" des années 60, de nombreuses équipes dans le monde cherchent actuellement à mettre en évidence l’influence de tel ou tel facteur environnemental, "épigénétique", sur l’expression de certains gènes et la survenue éventuelle de troubles, pathologies.

L’épigénétique, clef de la compréhension de la constitution des maladies métaboliques ? Et d'autres pathologies ?

Le Pr Charlotte Ling et ses collègues ont par exemple mis en évidence les changements induits par une activité physique régulière sur des milliers de gènes influant sur le métabolisme des adipocytes. Une mise en évidence qui pourrait expliquer les effets préventifs et curatifs de l’exercice physique en cas de surpoids, obésité ou diabète de type 2. Zoom sur l’épigénétique, cette étude et quelques travaux récents passionnants et prometteurs. L’épigénétique : il n’y a pas que les gènes dans la vie ! On nous le rappelle trop souvent : nos gènes ont une influence majeure sur ce que nous sommes.

L’épigénétique : il n’y a pas que les gènes dans la vie !

Heureusement, les gènes ne déterminent pas tout, et l’on sait bien que nous sommes également le produit de notre environnement : les expériences que nous vivons, ce que nous mangeons, ou l’air que nous respirons. Toutefois ce que nous léguons finalement à nos enfants, ce sont nos gènes, pas notre environnement. Vous pouvez donc bien manger ou boire ce que vous voulez, ça n’est pas ça qui changera le patrimoine génétique de vos enfants. C’est ce que vous pensez ? Épigénétique : quand l'environnement modifie les gènes - Santé mentale de A-Z. On les a localisés, analysés, triturés, decryptés, séquencés.

Épigénétique : quand l'environnement modifie les gènes - Santé mentale de A-Z

Chez l'humain comme chez le rat, la chèvre, le buffle, la drosophile ou même le riz et le blé, les gènes ont été scrutés à la loupe dans les laboratoires du monde entier. On commence tranquillement à percer le mystère de ces fragments d'ADN qui tricotent les organismes vivants. Epigénétique: Les effets du stress pourraient être héréditaires. Dans nos sociétés occidentales, le stress affecte tout le monde, de près ou de loin.

Epigénétique: Les effets du stress pourraient être héréditaires

Pourtant, s’il peut avoir des effets bénéfiques à doses limitées, le stress est aussi un facteur important de multiples effets néfastes plus ou moins graves, parmi lesquelles l’irritabilité, l’hypertension, la dépression et même les rhumatismes. Le stress se transmet de façon épigénétique de la mère aux enfants. Le stress causé par une expérience traumatisante peut laisser dans le génome des traces que nos enfants pourront porter à la naissance... © BrittneyBush, Flickr, cc by nc nd 2.0 Le stress se transmet de façon épigénétique de la mère aux enfants - 2 Photos Après la découverte de l’ADN et de son implication dans l’hérédité, on a longtemps pensé que la transmission des caractères passait uniquement par cette voie-là.

Le stress se transmet de façon épigénétique de la mère aux enfants

Une façon de voir qui colle parfaitement avec la théorie de l’évolution telle qu’explicitée par Charles Darwin, et qui donne tort à l’hypothèse transformiste de Jean-Baptiste de Lamarck, plus ancienne. Mais depuis, les connaissances ont évolué et, bien que l’on accorde toujours un rôle fondamental au code génétique dans l’hérédité, on s’est peu à peu rendu compte que certains caractères, a priori non transmissibles, pouvaient pourtant se retrouver dans la génération suivante. C’est le cas du stress par exemple. Cela n’est pas sans conséquence. Des chercheurs lèvent le voile sur l'un des mystères de l'épigénétique › Génétique. Chez la plante Arabidopsis thalania (ci-dessus), les mutations épigénétiques sont plus fréquentes que les mutations génétiques.

Des chercheurs lèvent le voile sur l'un des mystères de l'épigénétique › Génétique

Crédit : BlueRidgeKitties A quelle fréquence les mutations épigénétiques -ces modifications héritables de l'expression des gènes qui ne résultent pas d'une modification de l'ADN- surviennent-elles ? Une question à laquelle des chercheurs américains viennent aujourd'hui de répondre. On a longtemps pensé que les êtres vivants étaient le simple produit de leurs gènes, et des mutations qui les affectaient au fil des générations. Plus précisément, il était acquis que, lorsqu'une modification apparaissait dans le phénotype d'une population d'êtres vivants (par exemple, l'apparition de feuilles plus petites chez telle espèce de plante, ou d'un pelage de couleur différente chez tel mammifère), puis que cette modification se transmettait aux générations suivantes, alors cela ne pouvait qu'être le fruit d'une mutation génétique.

Or, ce n'est pas forcément le cas. Epigénétique : une hérédité sous influence. Cet article de Jean-François Haït est un nouvel extrait du hors-série 176 de Sciences et Avenir "Ce qu'il faut savoir : l'essentiel de la science", actuellement disponible à la vente.

Epigénétique : une hérédité sous influence

ÉNIGME. L’arabette des dames sert depuis des années de modèle aux chercheurs en génétique. L’équipe de Christine Camilleri, de l’Inra de Versailles, a croisé l’une de ces plantes venue de Pologne avec une autre originaire du Tadjikistan. Dans leur descendance, certains individus étaient presque stériles : tout se passe comme si les deux plantes appartenaient à deux espèces différentes. Elles devraient donc avoir un code génétique différent. L'épigénétique : vers de futures thérapies.

La génétique et l’épigénétique Dans une ruche, les abeilles ouvrières et les reines sont très différentes : par leurs physiques, leurs comportements ou leurs relations aux autres abeilles… Pourtant, elles sont identiques sur le plan génétique.

L'épigénétique : vers de futures thérapies

Pareil pour la chenille et le papillon… Comment expliquer ces phénomènes ? L’expression de nos gènes passe par deux niveaux de « lecture » : la transcription (qui permet au « message » de sortir du noyau de la cellule sous forme d’ARN) et la traduction elle-même, qui produit les protéines. Approches des processus épigénétiques. Des scientifiques découvrent un 'second code génétique'... enfin presque. Plusieurs médias ont annoncé que des scientifiques américains avaient découvert un "second code génétique" dans l'ADN.

Si l'affirmation parait forcément intéressante, elle est à prendre avec des pincettes. En vérité, les chercheurs auraient surtout approfondi les connaissances sur le fonctionnement des gènes et leur régulation. Depuis sa découverte dans les années 1950, l'ADN ou acide désoxyribonucléique suscite un intérêt considérable auprès des chercheurs. Pas étonnant quand on sait que cet ADN est à la base de tous les organismes existant sur Terre. Les déterminants précoces de la santé et des maladies : nutrition et épigénétique. Outre le patrimoine génétique hérité des parents, qui confère des susceptibilités à certaines maladies, les modifications épigénétiques constituent la mémoire des événements vécus, bénéfiques ou délétères, tout au long du cycle de la vie. Mais il faudra, dans un deuxième temps, un environnement défavorable pour révéler ce type de susceptibilité.

Les effets délétères de l’obésité, du diabète ou d’une malnutrition de la mère au cours de la gestation sont maintenant bien reconnus. Des données récentes montrent que ce que mange le père avant la conception a également une influence sur le devenir de l’enfant à l’âge adulte. Contrairement aux marques génétiques, irréversibles, les marques épigénétiques, réversibles, ne sont pas “gravées dans le marbre”, offrant ainsi de nouvelles cibles pour la prévention. Pr. C’est ainsi qu’est né le concept de l’origine développementale de la santé et des maladies (DOHaD). Patrimoine génétique et épigénétique. Bruce H. Lipton, PhD, est un conférencier reconnu sur le plan international pour sa prise en compte de l'unité entre la science et de la spiritualité.

Il a participé à de nombreuses émissions de radio et de télévision. Le Dr Lipton est un scientifique en biologie cellulaire.