background preloader

Conso distribution

Facebook Twitter

Consommateurs, faites valoir votre droit à une information loyale ! Par Christine Pierre. Dans la jungle de la société de consommation, certains acteurs peu scrupuleux n’hésitent pas à enrober leur produit d’un papier cadeau plus que séduisant… quitte à tromper leurs clients ! Il est parfois bon de rappeler que les consommateurs ont des droits et sont en mesure d’exiger une totale transparence sur le marché. Information et protection des consommateurs. Sur le marché, les relations entre vendeurs et consommateurs sont réglementées par le Code de la consommation. Compte tenu de la vulnérabilité des consommateurs, il s’agit de protéger ces derniers face aux professionnels et leur garantir des droits relatifs à leur consentement, leur santé ou leur sécurité. Ces droits des consommateurs se traduisent donc chez les professionnels par une obligation de transparence et de loyauté. Par exemple, les vendeurs ont un devoir de renseignement, de mise en garde et de conseil auprès des consommateurs.

Des scandales à répétition. Une lutte renforcée. Ces start-up qui vont révolutionner l'agriculture mondiale. Les quatre sources qui expliquent la crise du lait. Monoprix monte encore en gamme. Depuis peu, rue Linois, à Paris, une large baie vitrée laisse apparaître des tables en bois clair agrémentées de chaises design devant un étal de pâtisseries. Un nouveau salon de thé à la mode ? Non, le Monoprix du centre commercial Beaugrenelle. Ce magasin, inauguré le 17 décembre après deux ans de rénovation et d’agrandissement, concentre les derniers concepts de l’enseigne: espace de restauration, corner Monceau Fleurs, cave à vins, bar à sushis, et même café Starbucks - la chaîne américaine a signé un accord de licence avec Monoprix en septembre dernier. Qu’il est loin le magasin populaire né en 1932 ! Depuis les années 1980, l’enseigne est montée en gamme, et son rachat aux Galeries Lafayette par Casino en 2013 n’a pas stoppé le mouvement. Une offre large Pour justifier cet écart auprès d’urbains, certes aisés, qui composent la clientèle, son propriétaire, Jean-Charles Naouri, PDG du Groupe Casino, mise plus que jamais sur un positionnement premium.

Une concurrence accrue. Ces marques qui misent tout sur le culot. Cet été, Michel et Augustin a peut-être réussi "le coup" de sa jeune existence. Plutôt que d'expédier des échantillons de ses produits comme Starbucks le lui demandait, les petits Français se sont invités par surprise au comité de direction de Starbucks, aux États-Unis ! Ils y ont déposé leurs cartons, ont été éconduits, ont craint le pire avant d'être - finalement - reçus par le p-dg de l'enseigne. Michel et Augustin est aujourd'hui distribuée dans plusieurs restaurants du géant américain. Ce contrat, qu'elle tentait de décrocher depuis dix ans, lui assure un buzz retentissant sur les réseaux sociaux et dans les médias. Mais attention : à "trop oser", on peut devenir la victime du fameux bad buzz.

Oser, oui, mais toujours en accord avec sa marque. 1) Opportunisme Rapide, agile : ce sont les vertus des petits malins qui osent se lancer et assument une (petite) part d'improvisation. 2) Notoriété Le principal bénéfice du marketing du culot est la notoriété. 3) Limites 4) Brand content. Soupçons d’entente sur le marché des titres-restaurant. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Dominique Gallois Du papier à la carte de paiement, ou quand la modernisation d’un marché provoque son blocage. Lancée voici un an et demi, en avril 2014, la dématérialisation des titres restaurant suscite des remous. L’Autorité de la concurrence est saisie d’une plainte à l’encontre des quatre émetteurs « historiques » : Edenred (Ticket Restaurant), Sodexo (Chèque Restaurant), Groupe UP (Chèque Déjeuner) et Natixis (Chèque de table). Ensemble, ils contrôlent ce marché très rentable de 5,5 milliards d’euros. Resto Flash, nouveau venu à la table des émetteurs, a déposé fin octobre une saisine relative aux pratiques mises en œuvre par ces quatre sociétés.

De nombreuses entreprises se sentant menacées sollicitent cette procédure équivalant à un référé. La dématérialisation a changé la donne, permettant à de nouvelles firmes d’y entrer Cette plainte révèle la particularité du marché des titres restaurant. Prix cassés Déjà condamnés. Les 3 parties du dossier. C’est une vague de fond : la moitié des Français se tournent désormais vers l’économie collaborative. Des géants en émergent : la valorisation d’Airbnb dépasse maintenant la capitalisation boursière d’Accor. Comment les marques traditionnelles s’adaptent-elles pour rester dans la course ? Initiatives, interview et regard d’expert. > Retour au sommaire navigation contenu 12 marques qui expérimentent de nouveaux business models Apple, Seb, Castorama… Dans tous les secteurs, les marques testent de nouvelles formes de commercialisation et de relation à travers leurs produits.

Aux Etats-Unis, General Motors envisage même de mettre à disposition des flottes de véhicules pour des locations entre voisins d’un même immeuble. L’économie circulaire made in H&M H&M s’est fixé un objectif ambitieux : 100 % de coton provenant de sources écoresponsables dans ses vêtements d’ici 2020. Entente sur les prix : amende record pour treize fabricants de produits d'hygiène.

L'Autorité de la concurrence leur reproche de s'être mis d'accord sur les prix dans la grande distribution de 2003 à 2006. Le Parisien | 18 Déc. 2014, 13h10 Le «cartel des cosmétiques» va devoir faire amende honorable. L'Autorité de la concurrence a prononcé jeudi deux amendes d'un montant cumulé de 950 millions d'euros à l'encontre de 13 des principaux fabricants du secteur de l'entretien/hygiène/beauté pour une entente sur les prix entre 2003 et 2006.

Plusieurs d'entre eux ont déjà annoncé faire appel de cette décision. La première amende, d'un montant de 345,2 millions d'euros, concerne le secteur de l'entretien de la maison, et vise notamment les sociétés Colgate-Palmolive, Henkel, Unilever, Procter & Gamble. La seconde, d'un montant de 605,9 millions d'euros, vise plusieurs fabricants de produits d'hygiène dont les mêmes entreprises que pour la première entente, ainsi que L'Oréal et Gillette notamment.

Pas de contestation des faits. 951 millions d'euros d'amende pour le cartel des produits d'entretien et d'hygiène. Leur nom est tout trouvé. Le "cartel du Royal Villiers" s'est vu infliger une sanction de 951 millions d'euros au total pour deux ententes parallèles: l'une sur des produits d'entretien, l'autre sur des produits d'hygiène. dL'Autorité de la concurrence en a fait état ce jeudi, son président Bruno Lasserre présentant l'affaire comme une "histoire qui ne manque pas de sel".

Tout commence en février 2006, quand, sur des informations fournies par SC Johnson, des enquêteurs sont envoyés pour une perquisition lors d'un déjeuner qui s'est tenu dans la brasserie Royal Villiers, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Divers documents sont saisis. Démarre alors une enquête qui aboutit, huit ans et plusieurs appels à l'encontre de la procédure plus tard, à cette sanction. Celle-ci vise des faits qui se sont produits entre 2003 et 2006. Des marchés à plusieurs milliards d'euros Entente secrète Principe de l'entente? Dans un communiqué publié à la suite de cette annonce, il indique: Comment les fabricants de cosmétiques et de produits d’entretien se sont mis d’accord sur les hausses des prix. Lourde amende pour le « cartel des yaourts » L’Autorité de la concurrence sanctionne à hauteur de 192,7 millions d’euros dix fabricants de produits laitiers frais vendus sous marque de distributeur.

Le Monde | • Mis à jour le | Par Laurence Girard Après les endives, la farine, le porc, c’est au tour des produits laitiers de tomber sous le couperet de l’Autorité de la concurrence. Et le « cartel des yaourts » n’a pas bénéficié d’un régime de sanctions allégé. L’Autorité de la concurrence a condamné les fabricants de produits laitiers frais sous marque distributeur (MDD) à une amende totale de 192,7 millions d’euros. Cette lourde sanction pour avoir comploté sur les prix a été dévoilée jeudi 12 mars. Le leader mondial des produits laitiers, la société mayennaise Lactalis, associée au numéro un mondial de l’agroalimentaire Nestlé, sont, du fait de leur taille, les plus touchés.

Ils devraient verser au titre de leur société commune, 56,1 millions d’euros. Régime de clémence pour Yoplait et General Mills Pactes de non-agression. Soldes d’été 2015 : Ikea lance un service... - Les dossiers LSA de la grande consommation. Ikea lance ses soldes en magasins (hors vente en ligne), sur les articles signalés jusqu'à épuisement des stocks. L’enseigne spécialisée dans les meubles et accessoires accorde 15% de réduction supplémentaire sur présentation de la carte Ikea Family. Et comme à son habitude, Ikea a pensé à tout : pour les Parisiens et les Parisiennes qui n’ont pas de voiture, l'enseigne propose, avec l’opérateur électronique de VTC SnapCar, un service de chauffeur que l’on peut réserver via le site (IKEA.fr/services) ou l’application dédiée, disponible sur iOs et Android.

Un chauffeur à destination de trois magasins Ikea franciliens Ce nouveau service VTC, baptisé IKEA Chaufför, sera disponible à partir du 25 juin 2015, soit le lendemain du coup d'envoi des soldes. Il prévoit des navettes au départ de Paris, gare de Lyon, Porte Maillot, Porte de Saint-Cloud ou au domicile du client, pour un prix 49 euros aller-retour selon le magasin de destination. Pouvoir d’achat : il a baissé pour la... Comment les Français perçoivent-ils leur pouvoir d’achat ? La 4e édition du baromètre CSA-Cofidis "Les Français et leur pouvoir d’achat", dont les résultats ont été publié mardi 8 septembre 2015, révèle que un Français sur deux (51%) estime que son pouvoir d'achat a baissé au cours des douze derniers mois.

Un chiffre qui reflète une tendance à l’amélioration, puisqu’en 2014, ils étaient 63% à juger leur pouvoir d'achat en berne. Moins inquiets, les Français le sont également sur les fins de mois difficiles. Alors qu’ils étaient 21% à déclarer être à découvert tous les mois, ils sont désormais "seulement" 16% à voir leur compte bancaire tomber dans le rouge. Les dépenses d’agrément affectées Le baromètre mentionne également la somme qu’il manque aux Français "pour vivre confortablement".

De nouveaux modes de consommation Comme en 2014, les Français se montrent débrouillards et imaginatifs pour arrondir leurs fins de mois. L'infographie complète "Les Français et leur pouvoir d’achat" 2015. Un nouveau concept dans la distribution : Day by Day- Économie Gestion en Lycées Professionnels. Les effets de la TV pour les marques - News. Depuis huit ans, Kantar mène une étude qui mesure les effets de la TV sur les ventes et les leviers d'efficacité. TNS a également mesuré la perception de la TV par les distributeurs spécialisés. Découvrons les principaux enseignements de ces travaux.

Le panel consommateurs WorldPanel de Kantar fait référence en matière de mesure des achats de foyers. Depuis 2007, TF1 Publicité réalise chaque année une grande étude à partir de ces résultats pour vérifier l'impact des communications TV sur les ventes de produits de grande consommation1. En 2014, l'analyse a porté sur un échantillon représentatif de six cents campagnes TV diffusées au cours des trois dernières années2. Au vu de ces résultats, choisir une communication en TV est le choix de l'efficacité ! LA TV EFFICACE SUR LES VENTES, LE RECRUTEMENT ET LA FIDELISATIONLa communication en TV répond aussi à deux problématiques des annonceurs : recruter de nouveaux clients et fidéliser les consommateurs. Xilopix | SlideShare. Les prix se tassent plus que ne le pensent les Français.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie Charrel « Déflation, déflation, elle est où la déflation ? » Lorsque Nathalie Maillard entend parler du tassement des prix dans la zone euro, elle tique. « Les fins de mois sont de plus en plus serrées, alors que je ne change rien à mes habitudes », constate cette consultante de 44 ans, en posant une brique de lait au fond de son chariot de supermarché. Chaque semaine, elle fait ses courses dans la même grande surface parisienne. Et elle n’en démord pas : « En magasin, la note augmente tous les mois, je le vois bien. » Un sentiment que partagent beaucoup de Français. Et pourtant ! Selon les chiffres publiés jeudi 11 décembre par l’Insee, les prix à la consommation continuent de se tasser en France. Dans le détail, les prix des services ont un peu monté (1,5 % sur un an). Cela fait deux ans que l’inflation française est inférieure à la cible de 2 % fixée par la Banque centrale européenne (BCE)

. « Eternel malentendu » Marie Charrel. Loi Macron : nouveautés en matière de commerce et distribution. Travail du dimanche : que prévoit la loi Macron ? A qui appartiennent les résidences de rêve louées sur Airbnb ? Par Elise Lambert Mis à jour le , publié le De grandes villas avec vue sur la mer, des penthouses (vastes appartements avec terrasses), des châteaux, des yachts... Les annonces de propriétés de luxe sont de plus en plus nombreuses sur le site de locations entre particuliers Airbnb. A 1 300 euros la nuit dans une luxueuse villa sur la Côte d'Azur, ou 1 500 euros le duplex avec piscine et vue sur la tour Eiffel à Paris, on est loin du partage de maisons simples et authentiques qui fait le succès du site depuis ses débuts.

Les palaces parisiens ne cachent plus leur inquiétude face à cette tendance, qui représente pour eux une sérieuse concurrence. Pour l'instant, les annonces de ce type sont minoritaires sur la plateforme, "Sur un total de 50 000 offres à Paris, nous n'en avons que cinq qui dépassent les 1 500 euros la nuit, confie-t-on à Airbnb. Nous n'avons pas de statistiques sur ces nouvelles offres, mais elles sont mineures. A un fonds d'investissement Les images font rêver. Comment l’ONG FoodWatch a fait plier Leclerc. Mauvaise passe pour Leclerc. Le groupe de distribution a été condamné la semaine dernière à rembourser 61,3 millions d’euros à 48 de ses fournisseurs (dont Bonduelle, Ferrero et Jacquet…) qu’il avait indûment facturés pour des prestations infondées. Michel-Edouard Leclerc s’est fendu d’un long billet argumenté sur son blog pour annoncer sa riposte: «Bien évidemment, le groupement d’achat des centres E. Leclerc va encore une fois saisir la cour de Cassation. (…) Réponse dans quelques mois».

En revanche, il a beaucoup plus discrètement soldé une affaire qui l’oppose depuis plusieurs mois à l’ONG Foodwatch, spécialisée dans la dénonciation des scandales alimentaires. L’objet du litige: l’étiquetage des jambons de dinde de Leclerc. Le «100% filet» contient des gélifiants et de l'eau L’organisation a fait plier le distributeur de façon très moderne, via la plateforme de pétitions change.org. Près de 100.000 signataires Un code très tolérant écrit par les professionnels. Quand Michel & Augustin s'invite chez Starbucks grâce à sa communauté.

Les trublions du goût peuvent désormais ajouter à leurs surnoms Les trublions de la com'. Alors que Michel & Augustin se lance sur le marché américain (Augustin, le cofondateur, va prochainement s'y installer), la marque s'est invitée il y a quelques jours au siège américain de Starbucks, pour faire déguster ses produits. Tout part d'une demande du géant américain reçue vendredi 12 juin.

Un collaborateur du PDG de Starbucks, Howard Schultz, souhaite recevoir des exemplaires des produits des Français pour une dégustation au siège du groupe, à Seattle. "Nous étions ravis, car nous rêvons d'être référencés par cette enseigne qui possède des milliers de points de vente, explique Augustin Paluel-Marmont, l'un des cofondateurs de la marque. Quand nous avons constaté que l'expédition de nos échantillons allait nous coûter environ 1000 dollars par lot, nous nous sommes dit que nous pourrions aller nous-même les livrer sur place à Seattle, au bureau d'Howard".

Une web-série tournée en quasi-direct. Le commercial ? "Un professionnel de l'influence" Le commercial de demain sera geek, ou ne sera pas. Pour être riche en France, il faut gagner 5000 euros par mois. Soldes d’été 2015 : que vont acheter les... - Dossiers LSA Conso. Dates limites de consommation : celles qui sont utiles… et les autres - Conso - Art de vivre. European Commission - PRESS RELEASES - Press release - Abus de position dominante: la Commission adresse une communication des griefs à Google au sujet de son service de comparaison de prix.

Le pouvoir d'achat des ménages a retrouvé des couleurs. Les Grands Moulins de Strasbourg sanctionnés pour entente sur les prix (518.000 euros) « Cartel du yaourt » : des amendes de 192,7 millions d'euros pour 11 fabricants. Les soldes : décision collective ? VIDÉO - La campagne insolite de Coca-Cola. Coca-Cola lance une nouvelle marque de boissons en France. Flower-Tower, immeuble atypique à Paris.

Produits d'hygiène: amendes record pour ententes - Les Echos.