background preloader

Pratiques des jeunes

Facebook Twitter

Littérature jeunesse : des blogs pour s’y retrouver. Quand il s’agit de trouver un livre pour des enfants ou des adolescents, pour un cadeau ou pour le faire découvrir à des élèves, on peut aimer décortiquer les récents palmarès des meilleures ventes sur internet ou les sages listes validées par l’Éducation nationale.

Littérature jeunesse : des blogs pour s’y retrouver

Mais on peut aussi préférer des avis personnels, des coups de cœurs de lecteurs passionnés qui auront vraiment lu le livre en question, et le monde des blogs littéraires s’ouvre alors, foisonnant et joyeux, plein de promesses de belles découvertes sur des blogs originaux. Ils regorgent de critiques de livres : des albums pour les tout-petits jusqu’aux romans pour jeunes adultes (Y. A, Young Adults dans le jargon), et comptent fréquemment des rubriques livres adultes aussi. Les élèves français, de mauvais lecteurs. Mauvaise nouvelle pour la lecture en France, qu'apporte le Programme international de Recherche en lecture scolaire, dans son étude parue aujourd'hui. En effet, les élèves français auraient un niveau inférieur à la moyenne européenne, bien que leur niveau reste légèrement au-dessus de la moyenne mondiale.

Pas vraiment encourageant... Le rapport indique clairement que la baisse de performances dans les tests passés par les élèves français est évidente : depuis 2006, la note des écoliers a perdu 2 points, et 5 par rapport à 2001. Un recul certain, alors qu'ils se positionnent aujourd'hui à 520 points, contre 500 en moyenne internationale et 534 en moyenne européenne. Sur les 49 pays évalués, ce sont les performances des élèves de classe de CM1 ou équivalent, qui sont jaugées.

Ce problème est récurrent « en matière d'estime de soi des élèves français : ceux-ci sont toujours les plus nombreux à s'abstenir de répondre lorsque les réponses doivent être rédigées. Lire l'intégralité de l'étude. Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ? - L'actu Médias / Net. Lecture en diagonale, perte de concentration... le Net et les technologies numériques bousculent nos façons de penser.

Avec Internet et les écrans, mon cerveau a-t-il muté ? - L'actu Médias / Net

Faut-il s'en inquiéter ? Pas forcément. On vous explique pourquoi. Sur le mur d'une galerie d'art de Toronto, ce slogan : « Mon cerveau d'avant Internet me manque » (1). C'est drôle. . « Mon cerveau d'avant Internet me manque » ? Les pupilles baladeuses Au Lutin (Laboratoire des usages en technologies de l'information numérique), à Paris, des chercheurs observent au plus près le lecteur du XXIe siècle en activité. Ainsi, sur écran, nous avons les pupilles baladeuses. Sur la Toile, le cheminement de la pensée n'est pas contrôlé par l'auteur, mais par le lecteur. Comme le résume l'essayiste américain Nicholas Carr dans un livre remarquable (meilleur que son titre : Internet rend-il bête ? Mon cerveau fait du jet-ski « En échange des richesses du Net, nous renonçons à notre bon vieux processus de pensée linéaire. » Nicholas Carr, essayiste.

Les 12 romans incontournables pour adolescents de la rentrée littéraire 2013. Plus de 50h de vidéo sur les usages du numérique dans l’éducation. Vous trouverez ci-dessous plus de 50 heures de vidéo des experts du moment sur les questions du numérique dans l’éducation : Cultures numériques Culture numérique par Hervé Le Crosnier, CEMU Université de Caen, 2012 (16h)Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive par Michel Serres, INRIA, 2007 (1h)L’humanisme numérique par Milad Doueihi, ESEN, 2013 (1h)L’innovation et le numérique par Michel Serres, Université Paris 1, 2013 (1h)

Plus de 50h de vidéo sur les usages du numérique dans l’éducation

École et numérique : les 5 questions qui fâchent. En février dernier, j’avais proposé de réfléchir, à l’observation des pratiques numériques médiatiques des jeunes, aux enjeux et aux perspectives pour l’école.

École et numérique : les 5 questions qui fâchent

Tout ça se trouve rassemblé dans un diaporama que j’ai publié dans un article où je m’amusais à faire semblant de m’apercevoir que les jeunes de maintenant ne sont plus vraiment les mêmes… Certaines questions que je posais alors n’ont pas pris une ride et je n’ai pas vu, dans les propositions faites pour l’école numérique de la refondation, le moindre commencement d’esquisse de tentative de réponse… Puisque ce blogue est le lieu de l’enfonçage permanent de portes ouvertes, je vais me faire le plaisir de lister cinq de ces questions et de les expliciter quelque peu. Culture et pratiques numériques juvéniles : Quels usages pour quelles compétences ? 1Dans les sociétés contemporaines, les technologies de l’information et de la communication (TIC) modifient en profondeur les rapports qu’entretiennent les individus entre eux, aussi bien dans leur vie professionnelle que dans leur vie personnelle.

Culture et pratiques numériques juvéniles : Quels usages pour quelles compétences ?

Les jeunes générations semblent vivre ces mutations de manière plus rapide et plus intense que les autres classes d’âge. Entre 12 et 17 ans, les adolescents passent en moyenne 16 heures sur internet chaque semaine, contre 14 heures devant la télévision (Crédoc, 2010). Ils sont ainsi, avec les cadres, les seules catégories à consacrer plus de temps à internet qu’à la télévision.

Ce sont également les 12-17 ans qui détiennent le taux d’équipement en ordinateurs le plus élevé (96 %), davantage que les 18-24 ans (89 %) et les autres classes d’âge. CRDP de Lorraine: D’une identité d’emprunt à une identité construite.