background preloader

Textures matières

Facebook Twitter

Katherine Roberts-Wood. Diplômée du Royal Collège of Art qui confirme encore une fois la grande virtuosité de ses étudiants, Katherine Roberts-Wood affectionne le travail du volume et des superpositions. Utilisant des pièces de laine, de feutre et de jersey découpées au laser puis assemblées à la main, ses vêtement s ‘inspirent de modèles mathématiques virtuels répétitifs mais également de la nature en créant des vêtements à la fois organiques et futuristes accentués par de magnifiques contrastes de couleurs qui accompagnent le mouvement. Elle espère continuer à développer cette technique mais dans une approche plus souple et proche du tricot.

À suivre! La mode surprenante d’Alexandra Louise Champion Hackett. Alexandra Louise Champion Hackett – Collection « Shoplifters » – Printemps 2015. Le moins que l’on puisse dire c’est que la jeune designer Alexandra Louise Champion Hackett a une conception du vêtement bien à elle. Récupérant toutes sortes d’objets ou de matériaux les plus inattendus les uns que les autres, la créatrice Australienne crée des vêtements audacieux et originaux.

Entre le recyclage et une imagination débordante, la créatrice explore les matières non-conventionnelles pour fabriquer des pièces que l’on pourrait presque porter et titiller notre curiosité. Alexandra Louise Champion Hackett – Chandail 100% aluminium de la Nasa. Alexandra Louise Champion Hackett – Casquette et soutien-gorge fait à partir de contenants de frites. Alexandra Louise Champion Hackett – Soutien-gorge fait à partir de peaux de bananes. Alexandra Louise Champion Hackett – Matériau de construction. Alexandra Louise Champion Hackett – Robe Ikea. Anja Dragan, textures dramatiques. Collection Utopyia, 2011, photo Maja Slavec Sombre et futuriste, vous voici dans l’univers d’Anja Dragan. Cette jeune designer slovène encore étudiante a pourtant un style déjà bien défini.

Elle maîtrise à la perfection le volume mais surtout les textures qui accentuent la dimension dramatique de ses vêtements. On a hâte de voir la suite! Collection Mesdixvies, 2012, photos Maja Slavec, collection de fin de diplôme. Felicity Brown et la mode picturale. Diplômée de l’école d’art de Glasgow en textile et du célèbre Royal College of Art de Londres en 2002, Felicity Brown crée son propre label en 2010 après avoir collaboré avec Alberta Ferretti, Loewe, Mulberry et Lanvin. Entre Dubai et Londres, elle travaille avec son frère sur des pièces mettant le textile de l’avant par une savante maîtrise des techniques traditionnelles, notamment la teinture, démontrant une grande maîtrise de la couleur par de complexes jeux de superpositions.

Maud Vautours: du textile au papier. Maud Vautours. Wow ! L’univers créatif de Maud Vautours est surprenant par son ingéniosité et son talent graphique. Ancienne étudiante en design textile, elle travaille aujourd’hui autour du papier avec lequel elle crée des sculptures colorées. En conservant son amour du motif, Maud Vautours part d’un dessin 2D, puis travaille sur la décomposition et la découpe de celui-ci pour jouer avec les volumes et créer une visibilité multi-facettes.

Ayasha Wood. Ayasha Wood est une jeune créatrice spécialisée dans l’ennoblissement textile, notamment la broderie. Cette jeune diplômée de la Manchester School of Art interroge les modes de consommation de la mode en intervenant sur des vêtements seconde main récupérés auprès de ses amis ou dans des friperies. Mélangeant diverses techniques comme la broderie ou l’impression numérique, elle crée des textures d’une grande richesse qui mettent l’accent sur la beauté du fait-main.

Une bien belle alternative au « fast fashion ». La mode en mouvement. Carolina Reis – Wear Out. « Puisque le mouvement nous est aussi propre que nos empreintes digitales, le design doit prendre en compte le mouvement singulier de chaque personne. » Voilà le postulat de Carolina Reis pour son projet Wear Out. Diplômée de l’Académie de Design d’Eindhoven, elle s’interroge sur la manière de concevoir le vêtement dans son projet de diplôme, où celui-ci n’atteint sa forme finale qu’une fois porté, pour un résultat à la fois technique et esthétique. Photos Nichon Glerum et l’Académie de Design d’Eindhoven. Aurélie Lanoiselée. Ceux qu’ils nous restent, 2003 Aurélie Lanoiselée brode mais se définit avant tout comme une créatrice textile. Maîtrisant à la perfection les techniques traditionnelles, elle bouleverse les codes de la broderie dans des créations audacieuses et d’une grande poésie. Prix Bettencourt pour l’Intelligence de la Main en 2009, Grand Prix de la Création de la Ville de Paris en 2010, son travail séduit les grands noms de la haute couture comme Carven, Christian Lacroix, Givenchy ou encore Christophe Josse,.

Son œuvre l’Or Bleu revisite le bleu de travail version XXL (140 x 65cm) où elle sacralise l’ouvrier à l’aide de pampilles et de feuilles d’or. Un jeune talent à suivre de près. À consulter, un très intéressant reportage sur TV5 où elle nous présente sa démarche et son travail. Leviathan, 2008. Cécile Feilchenfeldt. Cécile Feilchenfeldt est une spécialiste de la maille. Cette enseignante de l’ENSAAMA Olivier de Serres place l’expérimentation au cœur de ses recherches. Utilisant des techniques traditionnelles de tricot et de tissage, elle aime explorer de nouvelles fibres donnant naissance à d’étonnants textiles en volume.

Inspirée par Issey Miyake, elle mélange nylon, rafia et lycra au coton, à la laine et au cashemere au service de textiles innovants et contemporains. Bea Sfenzeld. Bea Szenfeld – Collection Haute Papier. Du papier, rien que du papier. Le monde de Bea Szenfeld, créatrice de mode suédoise, ne se compose pas de bouts de tissus mais de morceaux de papier assemblés et pliés avec précision. Papier blanc, carton épais, naturel ou enduit de paillettes, tous les papiers y passent pour permettre à Bea Szenfeld de jouer avec les codes de la mode et créer des pièces incroyables en volume et en texture. Avec humour, Bea Szenfeld (qui a déjà habillé Björk), dit réaliser avant tout des formes expressives qui ne sont ni portables, ni lavables mais particulièrement dotées de savoir-faire, de créativité et de minutie.

Photos: Joel Rhodin. Jule Waibel: plié et déplié. Jule Waibel – Entfaltung (unfold/expand/develop). Jule Waibel est une designer allemande diplômée en design produit de l’université des Sciences Appliquées de Gmünd. Travaillant autour de la technique de l’origami, elle associe l’univers de la mode à cette pratique pour créer des robes et accessoires en papier. Avec une incroyable dextérité, elle forge des formes qui se plient et se déplient pour évoquer un monde en perpétuel changement. Désormais en pleine maîtrise de sa technique, Jule Waibel promet d’appliquer son génie d’origami au tissu. À suivre… Jule Waibel – Robe pour le merchandising de la marque Bershka. Typographie et broderie : oh ouiii ! Hello Les deux sœurs les plus célèbres de Sydney sont Maricor et Maricar Manalo (oui, ce sont leurs vrais noms) et se décrivent comme des « fabricants de choses assorties ». Designers, illustratrices, et animatrices de talents, elles ont cependant emprunté les aiguilles ces dernières années !

Ce véritable culte pour la couture est incroyable et leurs œuvres typographiques cousues main ont rencontré un succès mondial et plusieurs prix. D’ailleurs, je reste bluffé devant les images que je vous présente ci-dessous. « Tout notre travail de broderie commence par une esquisse, et selon le type de traitement que nous allons apporter, (couleur, etc.), nous utilisons des aquarelles ou un tracé vectoriel pour créer le bon dégradé de couleurs par exemple.

Nous suivons alors le motif sur le tissu qui est habituellement un tissu de coton classique (même si nous avons utilisé du lin et du jean pour des projets spéciaux). Du talent, de l’élégance et un respect du savoir-faire. Source. Fashion by Mayhem. Mayhem est une petite fille de 4 ans seulement, qui réalise avec l’aide de sa maman Angie, des robes uniquement à base de papier. Après avoir créé ses propres modèles, la jeune fille a décidé de copier ses modèles préférés présentés lors des grands défilés ou redcarpet. Des création bluffantes réalisées à 80% par la petite fille. Pour en savoir plus sur Mayhem, cliquez ici Photos © Fashion by Mayhem Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It. Structures en papier par Christine Kim. Le mois dernier, à l’occasion du Toronto Design Offsite Festival, Christine Kim a réalisé une installation aérienne composée de ses sphères en papier dentelé.

Christine est une artiste canadienne qui travaille dans l’illustration, la découpe et le collage de papier. Ses conceptions sont complexes et très détaillées grâce à une exploration sans limite du papier blanc mat. Elle le plie, le courbe, le découpe puis le colle pour obtenir des oeuvres de style moucharabieh. Ses autres projets sont tout aussi intéressants, voici en images, un petit florilège de son travail. Pour en savoir plus sur Christine Kim, cliquez ici. Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It source. Hush / Freyja Sewell. Mandalas de fleurs par Kathy Klein.

L’artiste Kathy Klein, qui vit en Arizona aux Etats Unis, a une passion féroce pour les mandalas. Son processus de création trouve ses fondements dans la spiritualité et la dévotion méditative. Ces mandalas réalisés uniquement à partir de fleurs ou d’éléments végétaux, sont baptisés les « danmalas ». Les oeuvres sont toujours laissées sur place comme une offrande à la nature et aux promeneurs chanceux. Pour en savoir plus sur l’artiste, cliquez ici Photos © Kathy Klein Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It Pin It. Li Xiaofeng et les vêtements en porcelaine. Elvira’t Hart. Jolijn Pasmans. Matières ouvertes. Dorothy Liebes. Colette Vermeulen. Barcelona Experimentació Tèxtil.

Marion Morandi. Sopi Su. Robe de papier. Rogan Brown. Tahiti Pehrson. Lucie Leroux Design Textile | Design Textile. Jennifer McFarlane. Marilyn Stevens - Portfolio. COLLECTIF TEXTILE | Un journal d'inspiration sur la création textile...