background preloader

MARCHÉ des MATIÈRES PREMIÈRES

Facebook Twitter

L'Allemagne a rapatrié bien plus d'or que prévu en 2016. Après avoir traîné des pieds pour rapatrier son or détenu à l'étranger, l'Allemagne a effectué un virage a 180 degrés et a subitement accéléré son programme en 2016.

L'Allemagne a rapatrié bien plus d'or que prévu en 2016

Plus de la moitié de ses réserves sont désormais dans les coffres du pays. «Nous avons ramené beaucoup plus d'or en Allemagne en 2016 que prévu initialement. A l'heure actuelle, près de la moitié des réserves d'or [du pays] sont en Allemagne», a confié au journal Bild le président de la banque centrale allemande (Bundesbank) Jens Weidmann. Selon Bild, environ 1 600 tonnes des réserves d'or sont maintenant dans le pays, juste en dessous de l'objectif de 1 700 tonnes qui devait être atteint à l'horizon 2020. Cela signifie que la Bundesbank a récupéré environ 200 tonnes d'or en 2016, un rythme bien plus élevé que ce qui était prévu, comme l'a confirmé Jens Weidmann, sans fournir d'explication.

Le sujet est délicat Outre-Rhin, particulièrement depuis le début de la crise de la zone euro. La production pétrolière bat des records avant la réunion de l'Opep. Lu dans la presse URL courte © AP Photo/ Mark Lennihan Selon les experts de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui ont dévoilé ces chiffres, le maintien du niveau de production actuel par le cartel accroît le risque d'accumulation de réserves excessives de pétrole sur le marché en 2017.

La production pétrolière bat des records avant la réunion de l'Opep

Cette question sera d'autant plus sensible après la réunion des membres de l'Opep à Vienne le 30 novembre. Pendant sa réunion précédente, qui s'était déroulée dans un cadre informel en Algérie, le cartel avait convenu de limiter la production pétrolière entre 32,5 et 33 millions de barils par jour sans pour autant établir de quotas pour chaque pays de l'Opep.

L’accès de l’Iran au marché des matières premières naturelles de l’uranium. L’Arabie saoudite aux prises avec ses démons. Par Pepe Escobar – Le 4 février 2016 – Source Sputnik News Les marchés mondiaux continuent d’évoluer en dents de scie, deux semaines après que j’ai révélé comment l’Arabie saoudite s’est départie d’au moins mille milliards de dollars de titres américains, ce qui a fait couler les marchés mondiaux, parallèlement à sa guerre des prix du pétrole pour maintenir sa part de marché.

L’Arabie saoudite aux prises avec ses démons

La maison des Saoud pourrait même détenir plus de 8 000 milliards de dollars en actions et en bons du Trésor américain. Tout dépend en fait de l’ampleur des profits d’Aramco qu’elle a monopolisés et de la qualité de ses investissements. Un banquier spécialiste en placements de New York, aux connexions saoudiennes solides, a confirmé que les Saoudiens coordonnent leurs transactions pétrolières majeures avec Goldman Sachs et d’autres (il n’a pas précisé), pour ne pas se mettre Wall Street à dos. L'Arabie saoudite contre l'Iran : la plaque tectonique du pétrole de Qatif, par Alfredo Jalife-Rahme. L’escalade entre l’Arabie saoudite (première puissance pétrolière mondiale, 27,7 millions d’habitants, dont 80 % de sunnites et 20 % de chiites concentrés à Qatif et dans la province orientale) et l’Iran (81,1 millions d’habitants dans un pays indo-européen à grande majorité chiite et puissance gazière mondiale) découle d’une rivalité géo-politique bien plus que d’un conflit religieux ou ethnique, n’en déplaise à ceux qui s’en tiennent au prisme israélo-anglosaxon, qui déforme pour balkaniser.

L'Arabie saoudite contre l'Iran : la plaque tectonique du pétrole de Qatif, par Alfredo Jalife-Rahme

À l’époque où régnait le Shah Reza Pahlevi, l’Arabie saoudite était le grand allié de l’Iran, sous la férule US. L’escalade actuelle, complexe, est un reflet de la fracture globale, comportant la mise à feu du « Moyen-Orient élargi », la rivalité pour le pouvoir sur le monde islamique et celle sur l’OPEP. Les minorités chiites se distinguent en Inde, au Pakistan et en Afghanistan, pays déstabilisé par le grand jeu géostratégique US contre les RIC.

La Chine, premier bénéficiaire de la chute des cours des matières premières. L’OPEC veut faire alliance avec la Russie pour venir à bout des spéculateurs sur le pétrole. Champ pétrolifère en Arabie saoudite.

L’OPEC veut faire alliance avec la Russie pour venir à bout des spéculateurs sur le pétrole

Le cartel de l’OPEC n’avait jamais dit aussi fortement sa volonté de faire alliance avec la Russie et d’autres producteurs de pétrole rivaux pour ralentir la production et tenter de mettre fin à la chute des cours. Le marasme des investissements dans le secteur, a prévenu le secrétaire général de l’OPEC, Abdullah al-Badri, prépare des jours difficiles. Il plaide pour un compromis devenu urgent alors que les cours ont chuté de 72 % depuis la mi-2014, affirmant que la situation actuelle laisse prévoir un douloureux retour de balancier à moyen terme : celui qu’attendent les spéculateurs ?

« Les temps difficiles exigent des choix difficiles. Les Rockefeller de Raqqa: comment le pétrole de État islamique arrive en Israël. Par Al-Araby Al-Jadeed – Le 26 novembre 2015 – Source al-Araby Le pétrole produit par le groupe État islamique lui permet d’épancher sa soif de sang.

Les Rockefeller de Raqqa: comment le pétrole de État islamique arrive en Israël

Mais comment est-il extrait, transporté et vendu ? 20/06/2015 - Russie et Japon veulent augmenter la production de gaz à Sakhaline. Economie URL courte La Russie considère le Japon comme son "partenaire stratégique" et souhaite augmenter conjointement la production de gaz à Sakhaline, a annoncé samedi l'agence japonais Kyodo à l'issue d'une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et les directeurs des agences d'information étrangères à Saint-Pétersbourg.

20/06/2015 - Russie et Japon veulent augmenter la production de gaz à Sakhaline

19/06/2015 - PÉTROLE : non la pénurie n'est pas pour demain. Comme la question énergétique revient assez régulièrement, je propose aujourd’hui de se pencher sur le cas délicat du pétrole au travers d’une interview auprès de trois experts du secteur pétrolier.

19/06/2015 - PÉTROLE : non la pénurie n'est pas pour demain

Comme d’habitude avec l’équipe Thinkerview, l’entretien s’étale sur un peu plus d’une heure et permet à chaque intervenant d’exprimer clairement son opinion. Et comme je sais que vous ne disposez pas forcément d’une heure, je vous ai préparé une petite synthèse. Dans cet entretien, Thinkerview a convié trois spécialistes des questions énergétiques, de transport et du secteur pétrolier à répondre à quelques questions. Fin de la cotation de l’or et verrouillage du cours du dollar ? L’autorité de gestion des marchés à terme avait annoncé ces nouvelles modalités le 11 décembre, pour les deux marchés principaux que sont le COMEX (Commodity Exchange) et le NYMEX (New York Mercantile Exchange), au moyen de la règle n° 589 intitulée Special Price Fluctuation Limits.

Fin de la cotation de l’or et verrouillage du cours du dollar ?

L’esprit de cette manœuvre est habilement noyé dans des complexités techniques, consistant en une savante grille de fluctuations autorisées en valeur absolue (et non pas en pourcentage), et pour des plages de prix différentes d’un métal à l’autre, puisqu’évidemment la même valeur absolue (100 dollars par exemple) ne représente pas du tout le même pourcentage de la valeur d’une once selon qu’il s’agit de cuivre ou de platine. Le dollar définitivement préservé et libre de toute référence? L’organisation qui gère les marchés (CME ou Chicago Mercantile Exchange) se prépare évidemment à un défaut majeur et probablement imminent, concernant un métal significatif, sur le marché qui donne le la au niveau mondial. John Embry : " Poutine a les moyens de mettre l’Occident financièrement à genoux " La mondialisation, c’est bien pour les États-Unis, mais quand on commence à perdre le privilège d`émettre la monnaie de réserve, à savoir le dollar, et que l`on se met d`autres grands pays à dos à force de vouloir dicter sa loi aux 4 coins de la planète, cette mondialisation signifie que vos adversaires peuvent vous faire mal.

John Embry : " Poutine a les moyens de mettre l’Occident financièrement à genoux "

Pour John Embry, la Russie dispose des armes pour mettre financièrement à genoux l`accident. Et il nous explique pourquoi (source KWN) : « Je suis attentif à pas mal de choses en ce moment, mais je me concentre surtout sur la situation en Ukraine. Je ne pense pas qu`il existe quelqu`un d`assez stupide pour démarrer une guerre mondiale, par contre il y a de grandes chances qu`une guerre économique se développe.

Les États-Unis visent déjà assez durement Poutine avec leurs sanctions, maintenant il y a des rumeurs qui affirment qu’ils voudraient s`en prendre à ses milliards (note : pour autant qu`il les ait…). En 2005, j`ai participé à une conférence du GATA.