background preloader

État Islamique

Facebook Twitter

Dans la peau d'une Oum convertie. C'est l'histoire d'une prise de contact avec un continent inconnu, celui des femmes dans le djihad.

Dans la peau d'une Oum convertie

Comment en quelques semaines, une jeune journaliste, qui ne connaissait rien ou presque à l'islam, au djihad, peut-elle pénétrer dans la djihadosphère et parler directement avec des membres de Daech qui incitent à la Hijra ou au meurtre? Cette jeune journaliste a tenu un carnet de bord pour les reporters Marina Ladous, Etienne Huver et Roméo Langlois, qui ont réalisé Les soeurs, les femmes cachées du Djihad. Le documentaire est diffusé jeudi 2 février sur France 2 et France 24. Slate.fr vous propose en exclusivité le récit jour par jour de leur investigation.

Une enquête de Slug News et Tv Presse avec la rédaction d'Envoyé spécial et France 24. La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ? Le théâtre de la terreur Un terroriste, c’est comme une mouche qui veut détruire un magasin de porcelaine.

La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ?

Petite, faible, la mouche est bien incapable de déplacer ne serait-ce qu’une tasse. Alors, elle trouve un éléphant, pénètre dans son oreille, et bourdonne jusqu’à ce qu’enragé, fou de peur et de colère, ce dernier saccage la boutique. C’est ainsi, par exemple, que la mouche Al-Qaeda a amené l’éléphant américain à détruire le magasin de porcelaine du Moyen-Orient. Comme son nom l’indique, la terreur est une stratégie militaire qui vise à modifier la situation politique en répandant la peur plutôt qu’en provoquant des dommages matériels. Modifier une situation politique en recourant à la violence n’est pas chose aisée. Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique.

Cette grande enquête publiée dans The Atlantic offre un éclairage sans précédent sur les objectifs et les fondements idéologiques de Daech.

Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique

Soutenant la thèse selon laquelle l’organisation se définit essentiellement par sa lecture littérale du Coran, elle a suscité de nombreuses réactions. Lettre ouverte à l'Etat islamique. Dans une lettre ouverte au calife autoproclamé et chef de l'organisation de l'Etat islamique Abou Bakr Al-Baghdadi, des érudits musulmans du monde entier condamnent, Coran à l'appui, les atrocités commises par les djihadistes.

Lettre ouverte à l'Etat islamique

"Vous avez donné au monde un bâton pour battre l'islam alors qu'en réalité l'islam est complètement innocent de ces actes et les interdit. " C'est en substance le message adressé à l'organisation de l'Etat islamique par plus de 120 musulmans issus de nombreux pays – dont l'Egypte, le Liban, l'Irak, le Pakistan, l'Indonésie, l'Arabie Saoudite, ainsi que des Etats européens. Voici, traduit en français, l'essentiel des 32 pages dans lesquelles les signataires – sunnites comme les membres de l'EI – dénoncent les actes des djihadistes et démontrent qu'ils sont illicites au regard de l'islam.

Note de synthèse 1. 2. 3. 4. 5. 6. Vaincre l’État islamique ne sera pas suffisant. Causer l’effondrement du proto-État terroriste est nécessaire.

Vaincre l’État islamique ne sera pas suffisant

Mais insuffisant sans stratégie sur le long terme. À ce jour, les affirmations de l'administration Obama concernant les progrès de sa campagne contre l’État islamique (EI) n'ont eu de cesse d'attirer mises en garde et précautions. En janvier, le Pentagone déclarait avoir tué 6.000 combattants de l'EI depuis septembre et le début de son opération «Résolution Inhérente», une statistique qui allait perdre de sa superbe le mois suivant quand il fut annoncé que 5.000 djihadistes étrangers avaient rejoint les rangs de l'EI depuis octobre.

En février, à Munich, lors de la Conférence sur la sécurité, le Secrétaire d’État John Kerry prétendait que la coalition engagée contre l'EI avait «supprimé la moitié» des responsables du pseudo-État, une affirmation qui allait ensuite être discréditée et qualifiée, au mieux, d'inexacte. Terrorisme. Les dossiers secrets de l'Etat islamique. Le groupe terroriste a lancé d'ambitieuses opérations d'espionnage avant son offensive de juin 2014 afin d'instaurer son califat en Syrie et en Irak, révèle une enquête du Spiegel.

Terrorisme. Les dossiers secrets de l'Etat islamique

En janvier 2014, Haji Bakr, ex-colonel des services secrets de l'armée de l'air irakienne sous Saddam Hussein, est tué dans une offensive de l'Armée syrienne libre (ASL) à Tal Rifaat, à une trentaine de kilomètres au nord d'Alep. De son vrai nom, Samir Abd Muhammad al-Khlifawi, Haji Bakr, était l'un des cerveaux de l'Etat islamique. Peu de temps après sa mort, des documents confidentiels qu'il avait lui-même rédigé ont été retrouvés dans un des QG du groupe Etat islamique. The Kurdish women fighting ISIS. The Iraqi Kurds have long been pro-Western in orientation, but Western powers have often only moderately addressed their pleas for support, in part out of fear of empowering the secessionist minority to seek independence.

The Kurdish women fighting ISIS

Now, with soccer moms in Middle America tweeting photos of Kurdish female fighters, Western governments may find it harder to explain their tepid Kurdish policies to their constituencies. Western fascination with 'badass' Kurdish women. Story highlights "ISIL fears these women because they will not go to heaven, if they get killed by a woman" - a sensationalist and by now rather boring statement, repeated in almost every report on the armed fight of Kurdish women against ISIL.

Western fascination with 'badass' Kurdish women

As an activist of the Kurdish women's movement, I follow this sudden coverage with suspicion. Though Kurdish women have been engaging in armed struggle for decades, this attention was unthinkable until recently. But now, instead of considering the implications of women taking up arms in an otherwise patriarchal society, especially against a group that proudly rapes and sells women as sex-slaves, even fashion magazines appropriate the life-or-death struggle of Kurdish women for their own purposes.

Réactions. Non, l'Etat islamique n'est pas "très islamique" Le charme du califat. Management of Savagery. Management of Savagery: The Most Critical Stage Through Which the Ummah Will Pass was uploaded to the Internet in 2004 by the al-Qaeda terrorist organization.

Management of Savagery

Its author, Abu Bakr Naji, is unidentified and is known only for this piece plus some contributions to the al-Qaeda online magazine Sawt al-Jihad. A report by National Public Radio described the author as a "top al-Qaida insider" and characterized the work as "al-Qaida's playbook".[1] Management of Savagery has been translated into English and is available online.[2] An overview is also available.[3] Summary[edit] Management of Savagery is an open and frank description of the need to create and manage nationalist and religious resentment and violence in order to create long-term propaganda opportunities for jihadist groups.

See also[edit] Qui dirige Daech. Les Etats du Moyen-Orient seront-ils bientôt rayés de la carte ? Pour l’historien Pierre-Jean Luizard, l’Etat islamique progresse parce que les populations ne veulent plus subir l’ordre postcolonial.

Les Etats du Moyen-Orient seront-ils bientôt rayés de la carte ?

Des monstres, des nazis… En France, on ne manque pas de qualificatifs pour les islamistes de Daech, qui semblent de leur côté tout mettre en œuvre pour révulser les opinions publiques occidentales. Mais comment expliquer leur expansion fulgurante, en à peine un an, sur un territoire sunnite qui abolit la frontière Syrie-Irak tracée en 1920, à la conférence de San Remo, par ces mêmes Occidentaux ? Comment expliquer que ces « monstres » aient été accueillis en libérateurs à Mossoul (2 millions d’habitants) ? A rebours de nombre de commentateurs, l’historien Pierre-Jean Luizard décrit dans son dernier essai, Le Piège Daech, les logiques à l’œuvre depuis un siècle, et en conclut que les Etats du Moyen-Orient n’ont plus d’avenir. Ces croisés américains qui retournent en Irak. Des centaines d'étrangers cherchent à rejoindre des milices chrétiennes en Irak pour combattre l'organisation Etat islamique. Les motivations de ces volontaires ne sont pas toujours religieuses.

Dans le salon enfumé d'un QG de fortune, Brett, un ancien soldat américain aux avant-bras tatoués de représentations de Jésus, explique comment il compte aider les cloches des églises d'Irak à continuer de sonner. "Jésus dit que ce que nous faisons au plus petit de ses frères, c'est à lui que nous le faisons", déclare le jeune homme. Il a 28 ans, est originaire de Détroit et a longuement servi en Irak en 2006 et 2007. Syrie: cerné de cadavres dans Kobané, un "sniper" kurde expose ses exploits. Assiste-t-on au suicide de l'Etat islamique? Après la relative indifférence du monde arabe, les atrocités de l’EI font naître une mobilisation qui pourrait signer sa perte. L'organisation cherchait à inspirer la haine. L'histoire secrète de la toute première réunion de Daech. Abou Ahmad a toujours soutenu l'insurrection syrienne.

Il est né dans une ville du nord de la Syrie, dans une famille conservatrice et religieuse d'origine sunnite et arabe, et était encore étudiant quand la révolte a éclaté en mars 2011. Dès le premier jour, il a pris part aux manifestations contre le président Bachar el-Assad. «C'est le cœur exalté que nous avons assisté à l'insurrection égyptienne, suivie par la révolution en Lybie, raconte-t-il. On espérait que le vent du changement soufflerait aussi sur notre pays.» Quand le soulèvement se change en une guerre civile en 2012, Abou Ahmad décide de prendre les armes et de partir au combat. Nous avons rencontré Abou Ahmad plus de quinze fois et nous l'avons interrogé sur ses connaissances du groupe djihadiste, ainsi que sur la sincérité de son engagement en tant que «soldat du califat».

Abou Ahmad a pris de gros risques pour nous parler. «Devenue trop extrême» Il a accepté de nous parler, selon lui, pour plusieurs raisons. Que se passera-t-il une fois que l’Etat islamique sera vaincu? Onze ans et des milliards de dollars plus tard, les troupes américaines sont une nouvelle fois en Irak, après s’en être retirées en 2011. Cette fois-ci, elles feraient bien de prévoir de rester longtemps. Lorsque les troupes américaines étaient sur le point d'envahir l’Irak en 2003 pour déloger Saddam Hussein du pouvoir, David Petraeus, alors major-général, a dit à un reporter: «Dites-moi comment ça se termine.» Onze années et des centaines de milliards de dollars plus tard, des milliers de soldats américains sont une fois de plus en Irak, aux prises avec un ennemi différent. Mais la même question résonne toujours. Du long terme. Le changement de stratégie de l'EI sur Internet. Après une première phase où ses combattants diffusaient leur propagande sans restriction, l'Etat islamique est entré dans une nouvelle étape de sa communication en ligne.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Madjid Zerrouky L’Etat islamique (EI) a-t-il décrété un couvre-feu sur les médias sociaux, comme jadis on faisait éteindre les lumières à l’approche des bombardiers ? Depuis l’automne, l’organisation bat campagne sur Internet, mais en des termes bien différents des précédentes offensives virales de l’organisation, quand des volées de tweets triomphants accompagnaient ses salves de roquettes. Plus discrets Avec le déclenchement des frappes de la coalition contre l'EI, il s’agit désormais de prendre des précautions, de s’abstenir de partager des informations pouvant nuire à la sécurité de la « dawla » – « l’Etat » – en donnant trop d’informations aux services de renseignement occidentaux. A Lunel, embarras et déni après la mort en Syrie de cinq djihadistes. Maxime Hauchard, un bourreau à l'accent français.

Un natif de Haute-Normandie a été identifié parmi les assassins de l'humanitaire américain Peter Kassig. La nouvelle est tout sauf une surprise pour la presse internationale. "Un Français de 22 ans entraîné pour décapiter", titre La Vanguardia. L'horreur avant les décapitations. Dans une enquête fouillée, fondée sur les interviews d'anciens otages et autres témoins, The New York Times retrace le calvaire d'une vingtaine d'otages détenus par l'Etat islamique en Syrie. 29 octobre 2014 | Partager : Les otages sont sortis de leur cellule un par un.

Dans une pièce isolée, les ravisseurs leur posent à chacun trois questions très personnelles, technique classique utilisée pour fournir des preuves de vie lors des négociations de libération. Les femmes peshmergas, héroïnes trompeuses de la société kurde. Contre l'Etat islamique, des combattantes kurdes kalachnikov en main. L'Etat islamique utilise-t-il des armes chimiques ? Des bikers néerlandais autorisés à rejoindre les rangs des combattants kurdes. Depuis plusieurs jours, rapporte l'AFP, circule sur internet une image provenant d’un compte Twitter kurdo-néerlandais montrant Ron, un biker néerlandais du gang des No Surrender, posant en treillis militaire et kalachnikov autour du cou, et faisant le V de la victoire avec un combattant des forces kurdes.

Le pacte suicidaire de l’Etat islamique. Les vidéos de décapitation de l’EI, loin de décourager les Occidentaux, ne font que raffermir leur mobilisation et les pousser à la guerre. Le journalisme pour les nuls, selon l’Etat islamique. New York Times: A survivor's retelling of ISIS massacre. Your video will begin momentarily. Ali Hussein Kadhim recounts ISIS massacre in New York TimesHe tells Times he survived by feigning deathISIS uses brutality as calling card, often purposely capturing atrocities on video (CNN) -- Ali Hussein Kadhim was not supposed to live to tell his story or that of the hundreds of other Iraqi soldiers and Shiites who were massacred in June by ISIS militants in Tikrit.

But on the execution line that day the bullet destined for him whizzed past his head and he fell forward feigning to be fatally wounded. Kadhim lived to tell his story to the New York Times, which produced a gripping video offering a rare survivor's retelling of one of countless massacres carried out by the brutal Islamic State in Iraq and Syria. Cinq raisons qui expliquent les assassinats de journalistes américains par l'Etat islamique. L'Etat islamique est une start-up qui cartonne. Voici ses résultats en chiffres.

Comment les otages en Syrie ont reconnu en Mehdi Nemmouche un de leurs geôliers. [VIDÉO] Un faux clip de propagande de l'État islamique réalisé par le gouvernement américain. Le fondamentalisme de l'Etat islamique analysé par le philosophe Slavoj Zizek. L'Etat islamique est en train d'apprendre très vite comment gérer un pays.