background preloader

Moralisation des Banques

Facebook Twitter

Deutsche Bank: le lanceur d'alerte refuse la prime. Le lanceur d'alerte qui avait révélé des irrégularités chez Deutsche Bank pendant la crise financière a refusé la prime offerte par le gendarme boursier américain (SEC), pour protester contre le fait que les dirigeants du groupe n'ont pas été punis.

Deutsche Bank: le lanceur d'alerte refuse la prime

"Je viens d'apprendre de la Securities and Exchange Commission (SEC) que je vais recevoir la moitié de la récompense des lanceurs d'alerte de 16,5 millions de dollars. Mais je refuse de prendre ma part", a indiqué Eric Ben-Artzi dans une lettre publiée dans le Financial Times vendredi. "Les dirigeants sont partis en retraite avec des bonus de plusieurs millions de dollars basés sur la déformation du bilan de la banque. 2,5 milliards d'amende dans l'affaire du Libor La première banque allemande s'est vu infliger en mai 2015 une pénalité financière de 55 millions de dollars par la SEC pour avoir minimisé des pertes éventuelles liées à des produits financiers complexes au plus fort de la crise de 2008.

Economie - Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans. Blanchiment d'argent : trois banques françaises dans le collimateur des Etats-Unis - Le Parisien. Trois banques françaises sont dans le collimateur de la police financière des Etats-Unis.

Blanchiment d'argent : trois banques françaises dans le collimateur des Etats-Unis - Le Parisien

La Société Générale, BNP Paribas et le Crédit Agricole font en effet l'objet d'une enquête pour blanchiment d'argent et violations de sanctions américaines contre certains pays, notamment Cuba, l'Iran et le Soudan. Une enquête serait ainsi menée conjointement par le Trésor des Etats-Unis, le département américain de la Justice et le régulateur des services financiers de New York. Selon le Wall Street Journal, ces trois poids lourds français se seraient aventuré à violer l'embargo américain en faisant des affaires avec ces pays et à blanchir de l'argent sale. D'autres grandes banques internationales seraient aussi citées dans l'enquête. La source du journal s'est en revanche refusée de dire quand cette enquête avait débuté et de préciser les noms des autres banques impliquées. Un règlement à l'amiable ?

Leparisien.fr avec A. Comment la finance de l'ombre menace l'économie mondiale. Dans son dernier rapport, le Conseil de stabilité financière (FSB) s'alarme du développement de la finance de l'ombre.

Comment la finance de l'ombre menace l'économie mondiale

Celle-ci représenterait 67.000 milliards de dollars, soit 33,5 fois le PIB de la France. Quels sont les acteurs de ce système bancaire parallèlle, capable de déstabiliser l'économie mondiale? Ce que disent les banquiers quand les micros sont coupés. Respecter le sacro-saint "triple off", c’est une règle de base pour tout journaliste qui souhaite établir, puis maintenir, des relations de confiance avec ses sources.

Ce que disent les banquiers quand les micros sont coupés

Des petites phrases peuvent alors être dites, si l’interlocuteur est absolument certain que lecteur ne pourra lui en attribuer la paternité. J’ai toujours respecté la règle que je ne trahis pas aujourd’hui. Les propos que vous allez découvrir ci-dessous ont bel et bien été tenus mais rien ne vous permettra d'en deviner ni l'auteur ni même l'établissement qu'il dirige.

Depuis quatre ans que je cherche à comprendre quelque chose aux sujets financiers, j’ai toutefois entendu des propos savoureux et, souvent, pertinents prononcées par des banquiers dont on peut dire, comme Adam l’a sans doute dit à Eve, qu’ils vivent "une époque de transition". Voici donc un petit florilège de choses entendues. "HSBC, quand il y aura une bonne crise immobilière en Chine, ils feront moins les malins. " "Bâle III ? "Les francs-maçons ? Entretien avec Pierre Jovanovic: Les banques ont volé la démocratie. Sociétés : Scandales bancaires : Londres et New York à couteaux tirés. La mise en cause de la banque britannique Standard Chartered par les autorités américaines met Londres en émoi.

Sociétés : Scandales bancaires : Londres et New York à couteaux tirés

En jeu: la compétition entre Wall Street et la City. Trop, c'est trop! À Londres, on n'a pas de mots assez durs pour qualifier la façon dont le département des services financiers de New York a jeté en pâture le nom de la vénérable Standard Chartered. Accusée d'avoir contourné l'embargo américain sur les transactions avec l'Iran, la banque a été décrite lundi comme un groupe «voyou». Des accusations vigoureusement rejetées par Standard Chartered, qui concède des erreurs sur l'équivalent de 14 millions de dollars, sur les 250 milliards de dollars avancés par les autorités américaines. Mais, dans ce dossier, il ne s'agit pas seulement de Standard Chartered. Baleine de Londres et Libor Autre capitale, autre vision: le Wall Street Journal titre, lui, sur la réputation entachée des banques britanniques!

Enfin, entre Londres et New York, il y a l'affaire du Libor. La Banque d'Angleterre s'interroge sur la "culture" des banques britannique.