Education

Facebook Twitter
On découvre une offre qui a de quoi inciter les étudiants à soigner leurs prises de notes en cours ! En effet, depuis plusieurs mois, comme le révèle le site Vousnousils, le site monamphi suggère aux étudiants de mettre en ligne les notes prises durant les cours. Les notes de ces étudiants seront alors évaluées, jugées par d’autres étudiants. Une fois l’année terminée, les 10 étudiants qui ont obtenu les meilleures appréciations se verront offrir des bourses de 5000 euros : " Les étudiants auront aussi la possibilité de remporter des places de cinéma ou de concert, des entrées pour des parcs d’attraction ou encore des cartes-cadeaux ". Arsène Lemaire, le fondateur du site, explique : c’est "une façon de remettre en place par voie privée des bourses au mérite ". Un bon plan alors quand on sait que les étudiants rencontrent souvent des problèmes financiers. 5000 euros pour des notes de cours, l'offre internet du jour 5000 euros pour des notes de cours, l'offre internet du jour
MOOC

Classement PISA : la France championne des inégalités scolaires LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia et Aurélie Collas Y aura-t-il un « choc PISA » ? Nul doute que la mauvaise note attribuée par l'OCDE à la France, dans le cadre de son Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), va susciter l'émoi.

Classement PISA : la France championne des inégalités scolaires

Les gagnants et les perdants du classement PISA
Cet homme a inventé une perle pour les non-diplômés Pourquoi évoquer le souvenir de Vincent Merle, décédé mercredi 24 avril, un homme totalement inconnu du grand public ? Parce que ce spécialiste de la formation professionnelle fut le père d’un formidable outil de progrès social, la VAE (Validation des acquis de l’expérience). C’est lui en effet qui a porté en 2002, comme directeur de cabinet de Nicole Perry la secrétaire d’Etat à la formation professionnelle du gouvernement Jospin, ce dispositif proprement révolutionnaire en France, qu’est la VAE (à ne pas confondre avec "Vélo à assistance électrique" !). Pourquoi révolutionnaire ? Parce que, comme son nom l’indique, la VAE permet d’ériger un principe bien peu couru dans notre pays : une expérience professionnelle significative est aussi valable que quelques années passées sur les bancs d’un établissement de l’enseignement secondaire ou supérieur. Cet homme a inventé une perle pour les non-diplômés
Chez la fille de Pierre Rabhi, une école où l’adulte s’adapte à l’enfant Au cœur d’un écovillage auto-construit, une école et un collège proposent un projet éducatif original inspiré de Montessori et d’autres méthodes alternatives. L’histoire de l’établissement sonne comme un conte pour petits et grands. Le projet de Sophie Rabhi, fille du spécialiste mondial d’agronomie biologique et pionnier de l’écologie humaniste Pierre Rabhi, prend forme en 1999. Film

Chez la fille de Pierre Rabhi, une école où l’adulte s’adapte à l’enfant

Niel: le révolutionnaire de l'école
La privatisation mondiale de l’éducation : Jean Charest au service d’une élite mondialiste « Le DÉCODEUR – média citoyen La privatisation mondiale de l’éducation : Jean Charest au service d’une élite mondialiste « Le DÉCODEUR – média citoyen Par Eric Granger | La hausse des droits de scolarité au Québec s’insère dans un processus de privatisation mondiale de l’éducation, un processus dicté par une élite mondialiste dont Jean Charest fait partie. Line Beauchamp (Ministre de l’éducation) et Jean Charest (PM) Photo : Agence QMI L’entêtement du gouvernement Charest à vouloir augmenté les droits de scolarité, à bonifier les prêts étudiants et à instaurer un régime de remboursement proportionnel au revenu (RPR), cet entêtement est facile à comprendre lorsqu’on regarde de plus près d’où proviennent ces idées de réformes de l’éducation. Il ne s’agit pas d’idées qui sont sorties du cerveau du Premier ministre ou de la ministre de l’éducation, ces idées viennent de l’extérieur, ces réformes ont été conçues loin du Québec, dans des institutions internationales à vocation de mondialisation.
Des centaines de postes d'enseignants non pourvus par les concours
Première journée, première annonce. Invité jeudi matin de France Inter, le nouveau ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire «pour la rentrée 2013», ajoutant que «ce n'est pas le plus simple, mais nous le ferons». Quant à savoir si la cinquième journée serait le mercredi matin ou le samedi matin, il a laissé l'option ouverte aux collectivités locales. La suppression du samedi matin à la rentrée 2008 avait, de fait, entraîné des semaines resserrées sur quatre jours pour la quasi-totalité des écoles du pays. Le nouveau ministre a souligné qu'avec 144 jours de classe par an, les écoliers français en avaient au minimum 40 de moins que les autres enfants européens. Ecole : Peillon annonce déjà le retour à la semaine de cinq jours Ecole : Peillon annonce déjà le retour à la semaine de cinq jours
Education : comment l'Etat favorise les plus privilégiés

Education : comment l'Etat favorise les plus privilégiés

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard L'éducation n'est plus nationale. Un rapport d'observations provisoires de la Cour des comptes que Le Monde s'est procuré montre pour la première fois l'injustice de la répartition des moyens d'enseignement sur le territoire. Quelque 93 pages d'un travail inédit dévoilent ligne après ligne comment l'Etat donne plus à ceux qui ont déjà plus et moins à ceux qui cumulent tous les risques de réussir moins bien.
Invité de RTL lundi matin, Nicolas Sarkozy est revenu sur la volonté de son adversaire socialiste de créer 60.000 postes supplémentaires dans l'éducation nationale. Le président-candidat a dénoncé "la démagogie extravagante" de François Hollande. "Je suis effaré qu'on puisse dire, avant même de commencer la discussion sur l'école, qu'il faut créer 60.000 postes en plus, avant même d'obtenir la moindre réforme", a lancé le chef de l'Etat, désormais en campagne. Et ce dernier - pour justifier ses dires - a avancé des chiffres : "Il y a un peu plus de 400.000 élèves de moins dans l'Education nationale depuis dix ans, et il y a 45.000 professeurs de plus." Education : Sarkozy n'a pas les bons chiffres (détecteur de mensonges) Education : Sarkozy n'a pas les bons chiffres (détecteur de mensonges)
Infosignalée par un internaute Nicolas Sarkozy en visite dans une école primaire de Distre en juin 2008 (Stephane Mahe/Reuters). Xavier Darcos, déjà très décrié pour ses saillies sur les couches à la maternelle et ses 11 900 suppressions de postes, ne pouvait pas mieux s’y prendre pour crisper davantage les enseignants : depuis quelques jours circule sur le Net un document officiel de huit pages intitulé « Cahier des clauses particulières - Objet : veille de l’opinion ». Ce document, qui relève d’un appel d’offre, émane de la délégation à la Communication du ministère de l’Education nationale et date du 15 octobre, soit il y a trois semaines : Education : 220 000 euros par an pour surveiller l'opinion Education : 220 000 euros par an pour surveiller l'opinion
Le DAN pilote une mission académique pour le numérique éducatif (MANE). Il anime aussi des personnels en EPLE (référents numériques, etc.) et des personnels ayant une mission académique (Interlocuteurs académiques TICE disciplinaires, etc.) Il s'appuie notamment sur les IEN TICE pour le 1er degré. Rôle et activités du délégué académique numérique (DAN) L'activité du délégué académique numérique s'articule autour de quatre axes essentiels : Liste des conseillers TICE auprès des recteurs - Conseillers TICE auprès des recteurs

Liste des conseillers TICE auprès des recteurs - Conseillers TICE auprès des recteurs

Suppressions de postes: La FCPE dénonce une «curée» dans l'Education La FCPE, principale fédération de parents d'élèves, dénonce les suppressions de postes dans l'Education nationale à la rentrée 2012, évoquant une "curée" et un "acharnement systématique" contre "l'école et les élèves", dans un communiqué publié ce mardi. "Pour 2012, les 14.200 suppressions de postes prévues (dont 200 dans l'enseignement agricole) se feront encore au détriment de l'accès à l'école maternelle, de la mise en place effective des remplacements des enseignants, de l'aide spécifique à apporter aux élèves en difficulté, des élèves de la voie professionnelle, des collégiens pourtant encore plus nombreux en 2012.

Les Nouveaux Etudiants

Edu'Hack'tion #5 Par les Nouveaux Etudiants Nous organisons un cinquième événement le samedi 9 juin 2012 à partir de 10h à Paris. Inscrivez-vous ici : Edu'Hack'tion #5 (l'événement est encore en cours de conception).
Flash Eco : 37M€ de déficit pour les universités L'ensemble des 83 universités françaises ont dégagé en 2010 un déficit total de 37 millions d'euros, a affirmé mardi le député PS Alain Claeys, responsable de l'enseignement supérieur dans l'équipe du candidat François Hollande, en posant une question à l'Assemblée nationale. "Monsieur le ministre, après 2008 et 2009, les comptes de résultat des universités françaises font semble-t-il apparaître pour 2010 un déficit total de 37 millions d'euros", a déclaré M. Claeys, à l'attention du ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez. "Demain, combien d'entre elles seront placées sous tutelle?
France : Les finances de cinq universités dans le rouge Cinq universités sont placées sous gestion rectorale ou ministérielle. C'est une des conséquences techniques de la loi sur l'autonomie des universités. Certaines universités passées à l'autonomie depuis 2009 connaissent des difficultés budgétaires. L'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI), l'université de Savoie, Bordeaux-III, l'université de Limoges et l'école normale supérieure de Cachan viennent d'être placées sous la gestion des recteurs ou du ministère de l'Enseignement supérieur. Ces cinq universités ont connu deux exercices financiers en déficit consécutifs en 2009 et 2010, ce sont donc les recteurs qui arrêteront le prochain budget, conformément à la loi.
Le grand malaise des précaires de l'éducation LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aurélie Collas D'ordinaire, ils se font plutôt discrets, les "précaires" de l'éducation nationale. Avec le chômage comme épée de Damoclès, "le moindre faux pas, et c'est la porte", disent-ils. Mais comme si la coupe était pleine, ils ont décidé de témoigner à travers le "Livre noir des non-titulaires de l'éducation nationale" .
Projet Gepi
Education : Hollande minimise le coût de sa proposition
François Hollande a besoin de cours de maths
Fronde contre le programme d'histoire-géo de première
Pro d'un jour - connaître les métiers pour mieux choisir !