background preloader

Violences obstétricales, consentement et respect

Facebook Twitter

Quand l’accouchement se vit dans la violence. Humiliations, gestes brutaux et actes médicaux imposés: de plus en plus de femmes prennent la parole pour dénoncer les «violences» vécues pendant leur accouchement.

Quand l’accouchement se vit dans la violence

Si leurs témoignages sont terrifiants, ce phénomène reste difficile à quantifier. «La pire douleur de toute ma vie», c’est ainsi que Nina, une jeune femme de 30 ans résidant à Bayonne, se souvient du jour où elle a donné naissance à son petit garçon. Un soir de mars 2016, alors que son termeest dépassé de quelques jours, le gynécologue-obstétricien de garde décide de provoquer l’accouchement. Le lendemain matin, le médecin constate que le travail n’a toujours pas commencé. «Il s’est approché de moi et, sans me prévenir, il a introduit ses doigts dans mon vagin», raconte Nina, qui lui demande avec insistance d’arrêter tant la douleur est forte.

Grossesse & Liberté. CUP2017 02 17 cup16violencesGyneco. Maltraitances obstétricales : "Souvent, une parole rassurante suffit" Césarienne décidée à la convenance de l’équipe, épisiotomie pratiquée sans consentement, douleur prise à la légère voire carrément niée, paroles infantilisantes ou culpabilisantes… Petit à petit, le voile se lève sur les maltraitances gynécologiques et obstétricales.

Maltraitances obstétricales : "Souvent, une parole rassurante suffit"

De plus en plus de femmes osent dénoncer des conditions d’accouchement qui, pour certaines, relèvent du traumatisme. Mais on entend encore peu la voix des sage-femmes sur ce sujet. À l’occasion de la semaine mondiale de l’accouchement respecté, du 14 au 20 mai, nous avons recueilli le témoignage de l’une d’entre elles. Des remarques souvent malheureuses face aux futurs parents Sage-femme en structure hospitalière pendant une quinzaine d’années dans le grand ouest, Séverine a décidé de se lancer en libéral pour proposer aux parents un accompagnement global; elle les suit tout au long de la grossesse, et le jour de l’accouchement. La mère inquiète se demande comment elle va faire pour que son bébé naisse par en bas… 10 femmes nous racontent les violences obstétricales qu’elles ont subies. Dénoncer la violence obstétricale #SMAR2017.

«Sans oui c’est non, même quand j’accouche!»

Dénoncer la violence obstétricale #SMAR2017

Cette année, dans le cadre de la Semaine Mondiale pour l’Accouchement Respectée (SMAR), on parle de consentement et de violence obstétricale. Déjà depuis quelques jours on voit circuler sur les réseaux sociaux le slogan «Sans oui c’est non, même quand j’accouche!» , ou encore les hashtags #SMAR2017 #AccouchemenNonDenoncé et #ViolenceObstetricale En 2016, on a dénoncé la culture du viol et combien celle-ci est partout.

À l’occasion de la SMAR 2017, on dénonce qu’on la retrouve même dans la salle d’accouchement, sous l’appellation de « violence obstétricale ». Quand la culture du viol s'immisce dans la salle d'accouchement  «Ligotée [...], isolée dans la peur et le froid et laissée à moi-même» «La pression montait dans la chambre et c'était rendu l'enfer» «J'étais certaine qu'ils allaient me tuer.

Quand la culture du viol s'immisce dans la salle d'accouchement 

Ça fait 25 ans de ça, mais j'en pleure encore». «Je ne savais même pas ce qu'il faisait, mais ça m'a fait vraiment mal» Ces paroles donnent froid dans le dos. La maltraitance médicale est (vécue comme) un viol. Débat éthique La maltraitance médicale est (vécue comme) un viol par Marc Zaffran/Martin WincklerArticle du 25 février 2014 L’exemple de la table d’opération n’a rien d’exceptionnel : en faculté de médecine, en France, il a longtemps été – et il est encore – d’usage que les étudiants « apprennent » à faire des examens gynécologiques sur des patientes endormies, en salle d’opération.

La maltraitance médicale est (vécue comme) un viol

Je parle d’interventions non gynécologiques, mais s’il s’agit d’interventions gynécologiques c’est pareil car ces patientes n’ont pas été prévenues. Je vous vois grimacer à cette idée. Et ça se comprend. Vous n’avez pas envie qu’on vous touche ainsi (ou qu’on touche votre sœur, votre mère, votre fille, votre compagne) pour des buts« pédagogiques ». Cette pratique est dénoncée par de nombreux étudiants et médecins. Ce qui permet aux médecins d’introduire (!) Et il n’est même pas nécessaire qu’il y ait une brutalité physique ! Ce n’est certainement pas au médecin de le dire. Les violences faites aux femmes... par les médecins. Les violences faites aux femmes... par les médecins par Marc Zaffran (Martin Winckler) Article du 25 novembre 2009 Contraception, IVG, Grossesse et accouchement : Les violences infligées aux femmes en France Si le respect qu’une culture ou un pays porte aux femmes se traduit par la représentation de celles-ci dans ses fictions télévisées, il n’est pas moins évident lorsqu’on observe le comportement ou le discours de ses médecins à l’égard des femmes qui les consultent.

Les violences faites aux femmes... par les médecins

Césariennes à vif, épisiotomies imposées… Le grand tabou des violences durant l'accouchement. L'accouchement, le plus beau jour de la vie d'une femme ?

Césariennes à vif, épisiotomies imposées… Le grand tabou des violences durant l'accouchement

"C'est en tout cas l'impression qu'on a quand on lit les témoignages de jeunes mamans sur Internet", reconnaît Ana. Mais pour cette trentenaire qui a eu un garçon en mars, la réalité a été un peu moins heureuse. "La venue au monde de mon fils a été l'une des pires expériences de ma vie. Qu’est-ce que la violence obstétricale ?

« Comment définir la violence obstétricale ?

Qu’est-ce que la violence obstétricale ?

» est une question qui m’est régulièrement posée. J’ai donc décidé de vous livrer l’état de mes réflexions sur cette violence particulière qui a lieu pendant la grossesse et l’accouchement. La violence obstétricale est l’addition de deux types de violences : la violence institutionnelle et les violences basées sur le genre. De nombreux auteurs ont décortiqué la violence institutionnelle produite dans les institutions de soin, d’éducation ou de rééducation, telles que les hôpitaux, les homes pour personnes âgées ou pour enfants ou encore les lieux d’accueil pour les personnes handicapées. Toute institution a tendance à fabriquer de la violence, notamment par la mise en place de procédures, de gestes techniques et d’organisation du service, qui surplombent voire annihilent les besoins fondamentaux des personnes qui y sont prises en charge.

Maltraitance obstétricale : mythe, exagération ou fatalité ? Abus dans la salle d'accouchement. L'accouchement, une violence dont les femmes ne sortent pas indemnes. «Plusieurs mois après mon accouchement, je me suis mise à ressasser des idées noires.

L'accouchement, une violence dont les femmes ne sortent pas indemnes

Je me disais que c’était ma faute si la naissance de ma fille s’était mal passée, que je ne savais pas accoucher. Le problème avec le compte-rendu d'accouchement des pères sur Twitter. La mode consistant, pour certains jeunes pères, à nous gratifier sur Twitter du récit de l'accouchement de leur compagne, mais à la première personne, est absolument horripilante.

Le problème avec le compte-rendu d'accouchement des pères sur Twitter

Ça peut paraître rigolo, touchant et sans grandes conséquences, mais cela participe pourtant à un phénomène qui n'a rien d'anodin: faire des papas des héros de l'accouchement, alors qu'aux dernières nouvelles, ils restent techniquement parfaitement dispensables. Et reléguer les femmes au rang de second rôle, passive et résignée. Et pas super rigolote. De ces femmes, on ne connait d'ailleurs souvent pas le nom. Faire le récit de l'accouchement de sa femme, c'est par exemple ce qu'avait fait un twitto (qui a retiré tous ses messages) en décembre 2016. L’histoire de ma copine Cécile. Attention : cette BD parle de violences médicales. Merci à Cécile, Fabienne et mon poilu pour leurs sources et leur relecture Anne Frye, sage femme américaine engagée, parle de clitorotomie pour bien souligner ce qu’est réellement la pratique. Voir aussi les explications en fin de ce texte. Episiotomie : vos réactions. Maltraitances gynécologiques et obstétricales.

La conférence ci-dessous a été donnée par Fanny, membre du Bureau des Antigones, à la permanence parisienne du mouvement le 13 octobre 2016, dans le cadre de notre année consacrée au thème Femmes et Féminité. « Je prends le pari que toutes, sans exception, porteront les stigmates (qu’ils soient chimiques, anatomiques ou procéduraux) d’une médicalisation précisément justifiée par une spécificité de sexuation [1]». Notre propos est ici de suggérer que les maltraitances gynécologiques et obstétricales que subissent les femmes sont intimement liées au processus de médicalisation, processus qui se manifeste plus qu’ailleurs sur le corps des femmes et leur fertilité, et trouve sa source dans une forme de misogynie refoulée du corps médical. La question des maltraitances gynécologiques et obstétricales est un sujet encore peu connu aujourd’hui pour différentes raisons, parmi lesquelles nous pouvons citer : Les analyses de ce travail empruntent largement au Dr.

Le corps de la femme, temple sacré ou objet public ? « Il n’y a qu’un seul temple dans l’univers… c’est le corps humain. » Je me suis toujours sentie en accord avec cette phrase de Thomas Carlyle. Mais après plusieurs années à en constater de nombreux démentis, j’en viens à me demander si le temple ne serait pas plutôt le corps de l’homme – celui avec un petit h. Le viol, acte profanateur dont on ne peut se remettre Au moment où j’écris cet article, à savoir la veille du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, il s’est passé peu de temps depuis les Golden Globes et les Césars qui ont chacun récompensé le film Elle de Paul Verhoeven. Les pieds dans les étriers. Par Mado « Je lui racontai les étriers, je lui dis que je me servais de moi parce que je m’avais sous la main, mais que je voulais nous écrire, nous-femmes, nous-filles, “Et puis tu as de l’expérience en la matière”, ça, on rigole tous les deux, et je lui dis mes amies proches, je ne lui raconte rien de qui, je lui dis, je fais la liste et ça m’enrage, je lui dis, ce texte il est là pour nous, pour moi-nous, parce que je ne supporte plus de nous voir serrer les dents… » Ce texte est le premier d’une série de six articles issus du no 3 de Jef Klak, « Selle de ch’val », et publiés à l’occasion de la sortie prochaine du no 4, « Ch’val de course », sur les jeux et le risque.

Télécharger l’article en PDF. "Il me fait un bisou sur un sein" : maltraitance gynécologique, vos témoignages. "Ah, enfin, on va pouvoir en parler ! Grossophobie médicale, parlons-en ! Vous avez vécu une expérience difficile : recours. Aller à... Bibliographie violence obstétricale. La prévention et l’élimination du manque de respect et des mauvais traitements lors de l’accouchement dans des établissements de soins : déclaration de l'OMS. Le consentement médical (1/2) Le consentement médical (2/2) Accoucher dans la violence 1/2. Accoucher dans la violence 2/2. Maltraitance gynécologique. Un documentaire de Mélanie Déchalotte et François Teste Lors d’une consultation, d’un accouchement, d’une IVG… le corps de la femme ne lui appartient plus.

Mon corps, mon bébé, mon accouchement ! Marie accouche-là. CIANE : Collectif interassociatif autour de la naissance. AFAR : Alliance francophone pour l'accouchement respecté. Obstetric Violence in the Age of Plastics - Sara do Vale. Someone gave my youngest son one of those individual banana cases, in bright yellow plastic. My immediate thought was “it sure is going to be hard to find bananas that will fit perfectly inside this thing”.

Informed consent – a redundancy? – sarawickham. Dear OB, it’s not your vagina. Overmedicalization of Childbirth is a Breach of Women's Human Rights - Girls' Globe. Professor Cecily Begley opened the second day of the Nordic Midwifery Congress with a challenging speech, asking the midwives in the audience what they will be criticized for when women and health professionals look back at them in 30 years time. Your body, your baby, your birth. Positive childbirth: birthing a better story. Um, how the hec do I make 'evidence based birth choices'?! In an extract from the Positive Birth Book, Milli Hill gives the information every pregnant woman needs. ​ You might be familiar with the idea of making decisions in pregnancy or labour that are ‘evidence based’. This generally means that the decision is founded on the best research that has been done on the topic. For example, if you are going to be induced because you are 42 years old and have been told that it’s not recommended that you go past 40 weeks pregnant, you want to know how your doctor or midwife knows this to be true.You want to know that somebody, somewhere has looked into this and studied loads of knackered old pregnant women like you and worked out that induction definitely is the safest and best decision you can make.You want to know that their recommendation has an ‘evidence base’.

Wombs as crime scenes: what happens when pregnant women lose their civil rights. Home birth or C-section, pregnant women’s rights should be paramount. Five years ago, when I was pregnant, I hired a very supportive doula to help me through my pregnancy and labour. She was Rebecca Schiller and I had no idea she would go on to write an important book called Why Human Rights In Childbirth Matter and become the director of the organisation Birthrights. So, I decided to have a chat with her about why she’s no longer a doula, but a campaigner for women’s rights in childbirth… We need to talk about obstetric violence. Forced episiotomy: Kelly's story. Caroline Malatesta opens up about birth trauma, bait-and-switch advertising of Alabama hospital. The doctor’s dilemma: is it ever good to do harm?

Symphysiotomy – Ireland’s brutal alternative to caesareans. Despite differences in culture, US and India fall short in childbirth in similar ways. Birth Trauma: Psychological Trauma of Childbirth in Our Time – Women’s Health Today. One Born Every Minute. Birth Monopoly. Exposing the Silence Project. ImprovingBirth. Human Rights in Childbirth. The Positive Birth Movement. Birthrights. Informed consent and refusal.