background preloader

Biology

Facebook Twitter

Cette petite larve est capable de dévorer l'un des plastiques les plus résistants. ENVIRONNEMENT - La découverte d'une larve capable de dévorer le polyéthylène, l'une des matières plastiques les plus résistantes, utilisées dans de nombreux emballages, offre la perspective de bio-dégrader rapidement ce polluant qui s'accumule dans l'environnement, notamment les océans.

Cette petite larve est capable de dévorer l'un des plastiques les plus résistants

"Les déchets plastiques sont un problème environnemental mondial, surtout le polyéthylène, particulièrement résistant et qui très difficilement dégradable naturellement", explique Federica Bertocchini, une chercheuse au Centre espagnol de la recherche nationale (CSIC), auteur de la découverte de cette larve de la fausse teigne de la cire (Galleria mellonella), un papillon très répandu. Enigme de la science, le rat-taupe nu détiendrait "la clé pour ne pas vieillir et ne pas mourir" Il vit 30 ans, soit l'équivalent de 600 ans pour un homme.

Enigme de la science, le rat-taupe nu détiendrait "la clé pour ne pas vieillir et ne pas mourir"

Depuis plusieurs années, le rat-taupe nu fascine les biologistes qui espèrent comprendre son secret de longévité. Une soirée est d'ailleurs organisée lundi 13 mars à Paris pour réunir des fonds pour créer un laboratoire qui travaillerait sur cet animal. Le rat-taupe nu vit sous terre dans des régions arides de l'est de l'Afrique. Il se nourrit de tubercules qu'il coupe grâce à ses grosses dents.

CRISPR Cas9 : la grande menace de la génétique. Le grand patron du renseignement américain a été le premier à tirer le signal d’alarme, en février 2016.

CRISPR Cas9 : la grande menace de la génétique

Dans un rapport déclassifié par la CIA, James Clapper a classé CRISPR Cas9 dans la catégorie des « armes de destruction massive » potentielles. Pour lui, cette technologie utilisée dans des milliers de laboratoires doit être considérée comme le programme nucléaire nord-coréen, les armes chimiques syriennes et les missiles de croisière russes ! Le forçage génétique, un potentiel destructeur incontrôlable. La surprenante découverte du récif géant de l'Amazone. Un intestin humain créé de toute pièce à partir de cellules souches. On le surnomme "le deuxième cerveau".

Un intestin humain créé de toute pièce à partir de cellules souches

L'intestin humain, grand comme deux terrains de tennis, est pourvu d’un système nerveux complexe et indispensable. Ce dernier contrôle de nombreuses fonctions comme le mélange et la propulsion du bol alimentaire au long du tube digestif ou encore la sécrétion d'hormones... Pour la première fois, des chercheurs ont réussi à créer un mini-intestin humain fonctionnel, qui possède ses propres cellules nerveuses, à partir de cellules souches embryonnaires. L’équipe de recherche franco-américaine publie ses résultats dans Nature Medicine, le 21 novembre. Pour créer cet organe en 3D, les scientifiques ont commencé par cultiver des cellules souches pluripotentes humaines, pour les faire évoluer en tissu intestinal. "Ces microbes qui nous gouvernent" sur Arte : notre entité biologique remise en question par l’étude des microbes. Apparues il y a 3,5 milliards d’années, ce sont les êtres les plus élémentaires.

"Ces microbes qui nous gouvernent" sur Arte : notre entité biologique remise en question par l’étude des microbes

Ces "créatures" se nichent dans les moindres recoins de la planète, constituant l'océan le plus vaste dans lequel nous baignons. Depuis une dizaine d’années, les recherches sur les bactéries et leur influence sur toutes les formes de vie explosent. Au point que nous serions, selon certains experts, à une période charnière où bientôt nous ne nous percevrons non plus comme une entité à part entière mais comme un assemblage de différents écosystèmes qui coexistent. ARTE propose le samedi 5 novembre 2016 "Ces microbes qui nous gouvernent", un documentaire de Stéphane Bégoin faisant le point sur ces recherches révolutionnaires en cours à travers le monde.

Zoom sur ces études. Our Inner Viruses: Forty Million Years In the Making. Each year, billions of people get infected with viruses–with common ones like influenza and cold viruses, and rarer ones like polio and Ebola.

"Most of the time, retroviruses behave like other viruses, jumping from host to host. But sometimes a retrovirus will end up in the genome of an egg or sperm. If it then ends up in a new embryo, the embryo will carry a copy of the virus in every single cell–including its own egg or sperm. And on and on, from parents to children to grandchildren." – pafriat

The viruses don’t stay all that long inside of us.

Our Inner Viruses: Forty Million Years In the Making

In most cases, our immune systems wipe them out, except for a few refugees that manage to escape to a new host and keep their species alive. In some cases, the viruses kill their unfortunate hosts, and end their own existence as well. But in some exquisitely rare cases, viruses meld with the genome of their hosts and become part of the genetic legacy their hosts pass down to future generations. Scientists know this melding has happened because viruses have distinctive genes. Most of the time, retroviruses behave like other viruses, jumping from host to host. If the virus DNA remains intact, it still has the capacity to multiply. This process has generated a huge amount of viral DNA in the human genome. The scientists can trace our viral DNA to 30 to 35 separate invasions. Les humains naissent avec la structure du langage.

L'acquisition du langage par les nouveaux-nés n'est pas seulement de l'acquis mais l'inné joue un rôle important dans la compréhension des langages.

Les humains naissent avec la structure du langage

Le cerveau, ce n'est pas 1 million de lignes de code. Quand on s'intéresse à ce que le monde du numérique dit du corps et de la vie, il y a des chances pour qu'on tombe assez vite sur des prédictions intimidantes : « bientôt, nous serons tous des cyborgs », « en 2045, nous aurons complètement fusionné avec les machines » et.

Le cerveau, ce n'est pas 1 million de lignes de code

Un des spécialistes de ce genre de déclarations, c’est un type du nom de Ray Kurzweil – dont je vous ai déjà parlé ici. Inventeur assez génial, homme d’affaire avisé, Kurweil est devenu depuis une vingtaine d’années le promoteur d’un courant qu’on appelle le transhumanisme – et qui considère que l’homme fusionnera bientôt avec les machines, donnant ainsi naissance à une posthumanité –, des idées que Kurzweil vend dans le monde entier à coup de livres et de conférences, des idées qu’il vend aussi à des entreprises sur-puissantes : Google l’a engagé pour diriger un programme sur l’apprentissage du langage par les machines.

Pourquoi a-t-on besoin de dormir.