background preloader

Inégalités à l'école?

Facebook Twitter

Évolution historique de l'inégalité des chances devant l'école : des méthodes et des résultats revisités. Les conclusions sur l'histoire récente de la démocratisation de l'enseignement en France sont elles robustes, au sens où elles ne dépendraient guère des enquêtes statistiques utilisées pour les établir comme des choix opérés lors de l'analyse - la précision du découpage en générations, la finesse de la description des milieux sociaux, ou le plus ou moins grand détail de la nomenclature des diplômes ?

Évolution historique de l'inégalité des chances devant l'école : des méthodes et des résultats revisités

Pour répondre à cette question, on a voulu reproduire la recherche de Thélot et Vallet (2000) à partir des seules enquêtes Emploi et en mettant en oeuvre une description affinée des générations, des origines sociales comme des niveaux de diplôme. La réponse est largement positive. C'est bien la même dynamique temporelle qui resurgit, quoique certaines nuances apparaissent. Par exemple, selon cette nouvelle évaluation, le chiffrage des effets « concrets », c'est-à-dire en nombre d'individus concernés, de la démocratisation de l'école devrait être révisé à la baisse.

Slides Georges Felouzis. Promotion de la réussite scolaire et de l'égalité des chances en éducation. Equité – Discrimination et égalité des chances au sein du système éducatif. Equité – Discrimination et égalité des chances au sein du système éducatif.

Equité – Discrimination et égalité des chances au sein du système éducatif

Migration et origine sociale Le numéro 37 de la série Etudes + rapports traite de l'égalité des chances (ou équité) dans le système éducatif suisse. L'égalité des chances est en grande partie atteinte lorsque l'individu, quels que soient son sexe, sa nationalité ou son statut social, a accès à une éducation qui lui permet de profiter d'opportunités économiques et sociales. Comment l'école creuse-t-elle les inégalités?  Peu de temps après la publication du rapport PISA en décembre 2013, Vincent Peilllon ministre de l'éducation (de mai 2012 à mars 2014), a affirmé: "L'École de la République doit être juste, pour tous les enfants: elle doit faire en sorte que l'origine sociale cesse de peser aussi lourd sur les résultats scolaires.

Comment l'école creuse-t-elle les inégalités? 

Elle doit être exigeante avec chacun des élèves, pour l'amener au maximum de ses capacités". L'enquête, qui porte sur 65 pays, a démontré que la France est le pays dans lequel l'écart entre les "bons" et les "mauvais" élèves est le plus important. Il est aussi celui dans lequel les déterminismes sociaux pèsent le plus lourd dans la scolarisation. L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ? 13 décembre 2013 - Face aux inégalités sociales, l’école ne peut pas tout.

L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ?

Mais elle ne fait pas assez. Et certaines réformes ont même accentué les écarts. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. La construction de l’inégalité scolaire dès l’école maternelle. 1Depuis une quarantaine d’années, les textes offi- ciels relatifs à l’école maternelle soulignent la nécessité de « lutter contre l’échec scolaire ».

La construction de l’inégalité scolaire dès l’école maternelle

Auparavant absente à ce premier niveau de la scolarité, cette préoccupation a pris une telle importance qu’elle a conduit à reconsidérer le statut de l’école maternelle : elle tend de plus en plus à être considérée comme la première école (Brougère, 1995, p. 217), une école qui doit préparer les plus jeunes élèves à accomplir une scolarité de plus en plus longue. 3Comme le remarquait il y a plus de vingt ans Chamboredon dans cette même revue, ce type de régularités statistiques pose « la question des usages de l’institution (et des effets de l’institution) sur la réussite scolaire, question parfois sous-estimée au profit d’une imputation abstraite de la réussite scolaire au seul héritage culturel ou trop vite réglée par une dénonciation globale des effets sélectifs, voire discriminants de l’institution » (Chamboredon, 1988, p. 83).

Les inégalités à l'école. L’école marquée par un principe d’inégalité. Aujourd’hui en France, un enfant d’ouvrier non qualifié a deux fois moins de chances de décrocher le bac qu’un enfant de cadre.

L’école marquée par un principe d’inégalité

En revanche, il a nettement plus de chances d’atterrir dans la voie professionnelle, souvent dans une spécialité qu’il n’a pas choisie mais où il reste de la place. L’enfant de cadre, lui, va a priori tout droit vers le bac général, de préférence la série scientifique considérée comme la voie royale. L’école française ne se contente pas de reproduire les inégalités sociales. Elle les amplifie et le phénomène a même tendance à s’aggraver.

Alors que François Hollande a choisi de placer son quinquennat sous le signe de la lutte contre les inégalités, cette école, génératrice d’injustices, lui pose un sacré défi. «Petite Immigrée». Les inégalités scolaires. De l’inégalité scolaire. L’auteur, sociologue, s’intéresse aux causes des inégalités persistantes entre les élèves de différentes classes sociales malgré la massification de l’enseignement.

De l’inégalité scolaire

Son livre s’attache d’abord à trouver des causes dans le milieu familial, dans les effets d’étiquetage (les élèves regroupés dans des classe faibles réussissent moins bien à valeur égale au départ que ceux regroupés dans des classe hétérogènes ; les élèves réussissent plus ou moins en fonction des attentes des enseignants etc.) et montre que l’école unique, si elle donne le choix d’orientation aux parents dessert en fait les élèves de milieux défavorisés. Discriminations et inégalités à l'école. L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ? Les inégalités scolaires ne sont-elles pas d’abord produites par l’école ? Le numérique peut-il résoudre ce problème. A force de vouloir la même école au même âge pour tous les enfants, on pouvait croire que tous les enfants devaient apprendre les mêmes savoirs au même moment et les maîtriser en même temps.

Les inégalités scolaires ne sont-elles pas d’abord produites par l’école ? Le numérique peut-il résoudre ce problème

Rapport après rapport, on s’aperçoit que dans le système scolaire tel qu’il est actuellement, il y a des inégalités qui perdurent. Plutôt que de déplorer cela, il est temps de se questionner sur le fait qu’une certaine image de l’école se traduit par une « normalité » dans le rythme auquel tous les enfants doivent apprendre. S’ils ne suivent pas ce rythme, soit ils sont précoces, soit ils sont en difficulté, soit ils sont « à besoins particuliers ». Cette question n’est pas nouvelle, des établissements expérimentaux comme le lycée d’Hérouville Saint Clair en ont même fait un axe de leur projet, mais il se renouvelle avec le numérique. Dès lors que peut, que doit faire le monde scolaire ? L'égalité des chances dans le système éducatif suisse. La fin d’un siècle de recul des inégalités. Thomas Piketty publie un ouvrage consacré à l’évolution des patrimoines dans le monde depuis le XVIIIe siècle.

La fin d’un siècle de recul des inégalités

L’économiste français constate une remontée, qu’il juge inquiétante, de la concentration des patrimoines, sauf en Suisse. Parce qu’il procure un rendement supérieur à la croissance des pays, le capital enrichit d’abord ceux qui ont hérité En réponse à une question, il se lève, tire une des boîtes qui remplissent des étagères pleines à craquer du sol au plafond, sur presque tous les murs de son bureau installé près du parc Montsouris, à Paris. Il en sort la photocopie d’un document usé sur lequel on peut lire des tableaux de chiffres sur toutes les tranches de revenus de l’année fiscale 1957-1958, en Inde.

Des données récoltées grâce à un collègue qui sait dans quelle bibliothèque de Delhi les trouver. Thomas Piketty, 42 ans, consacre sa vie académique aux chiffres, et à leur analyse. Son dernier ouvrage1, une somme de près de 1000 pages, est sorti ce jeudi. . – Que redoutez-vous?