background preloader

Lordon

Facebook Twitter

Situation - Par Frédéric Lordon. En 1999, des lignards d’EDF en vacances et même en retraite avaient spontanément repris du service pour rétablir le courant après la tempête.

Situation - Par Frédéric Lordon

Ils l’avaient fait parce qu’ils estimaient que, dans cette circonstance exceptionnelle, il se jouait quelque chose entre eux, le service public dont ils étaient ou avaient été les agents, et la société dans son ensemble, quelque chose qui n’était pas de l’ordre d’un lien contractuel-marchand et procédait de mobiles autres que pécuniaires. Maintenant que nous en sommes à l’étape de la forfaitisation du lien social, nous percevons combien cette réaction qui fut la leur a été une tragique erreur. Frédéric Lordon : "La révolution n'est pas un pique-nique" Actualité philosophique : Frédéric Lordon et Judith Bernard. De la prise d’otages, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 3 mai 2017) « Si ce personnage fameux qui riait de tout vivait dans notre siècle, il mourrait de rire assurément », écrit Spinoza à l’un de ses correspondants.

De la prise d’otages, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 3 mai 2017)

Et sans doute de même en le nôtre. Car c’est vrai qu’il y a de quoi rire longtemps au spectacle de choix qui nous est offert – sous la condition tout de même d’avoir le cœur bien accroché, car en réalité ça n’est vraiment pas drôle. Dans le concert pour cymbales et sanibroyeurs qui tympanise le pays entier, il n’est, à quelques exceptions près, pas un instrumentiste qui n’ait une part de responsabilité, politique ou idéologique, dans la situation présente – contre laquelle il jure ses grands dieux être prêt à faire barrage de son corps (si seulement…). La morale des incendiaires Lire aussi Renaud Lambert, « Duplicité économique du Front national », Le Monde diplomatique, mai 2017. En réalité, le dérèglement est partout. Les fenêtres de l'histoire, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 19 avril 2017) À l’époque dite « démocratique », un système de domination est une créature paradoxale qui, précisément parce que l’époque se veut « démocratique », refuse catégoriquement de se reconnaître comme système.

Les fenêtres de l'histoire, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 19 avril 2017)

Il suffit pourtant d’un commencement de mise en cause de ses intérêts vitaux pour volatiliser aussitôt sa comédie du déni et le rendre à nouveau manifeste. Le système est d’ailleurs tellement système qu’il ne sort du registre de la dénégation que pour tomber dans celui de l’hystérie. Du moment où, échappant au statut de candidature folklorique, la possibilité de Mélenchon est devenue sérieuse, tous les faux-semblants du maintien démocratique, toutes les contentions de l’objectivité raisonnable se sont instantanément effondrées pour enfin faire voir un vrai visage : unanime et fulminant. Le traitement différencié des « antisystème » offre donc le meilleur point de vue sur l’économie générale du système. Macron, le spasme du système, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 12 avril 2017) « Je vais être très clair »… Probablement ignorant des logiques élémentaires du symptôme, Emmanuel Macron semble ne pas voir combien cette manière répétitive de commencer chacune de ses réponses trahit le désir profond de recouvrement qui anime toute sa campagne. « Entre le flou et le rien, continuez de baigner », voilà ce qu’il faut entendre en fait à chacune de ses promesses de clarté.

Macron, le spasme du système, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 12 avril 2017)

À sa décharge, on admettra que déférer à l’obligation de parler quand on a surtout l’intention de ne rien dire est l’un de ces fléaux de la « démocratie » contre lequel on n’a pas encore trouvé d’antidote satisfaisant. On objectera que la plupart des candidats finissent par s’accommoder de ce long et mauvais moment à passer, et que le mensonge de campagne est un genre bien établi qui ne devrait plus rien avoir pour surprendre quiconque. Fin de période. Quel internationalisme ? Rencontre Lordon-Besancenot. Quel internationalisme ? Rencontre Lordon-Besancenot. Frédéric LORDON - Soutenir Mélenchon? Frédéric Lordon: soutenir Mélenchon? Frédéric Lordon: soutenir Mélenchon?

Frédéric Lordon: soutenir Mélenchon?

Émission du 27 janvier 2017 de Là-bas si j’y suis de Daniel F.Lordon : Alors les prochaines élections ... Frédéric Lordon : Etre de gauche ou de droite. Frédéric Lordon, "Les Affects de la politique", Sorbonne, Paris, 18 janvier 2017. La démondialisation et ses ennemis, par Frédéric Lordon (Le Monde diplomatique, août 2011) Au commencement, les choses étaient simples : il y avait la raison — qui procédait par cercles (avec M.

La démondialisation et ses ennemis, par Frédéric Lordon (Le Monde diplomatique, août 2011)

Alain Minc au milieu) —, et puis il y avait la maladie mentale. Les raisonnables avaient établi que la mondialisation était la réalisation du bonheur ; tous ceux qui n’avaient pas le bon goût d’y croire étaient à enfermer. « Raison » cependant confrontée à un léger problème de cohérence interne puisque, se voulant l’idéal de la discussion conduite selon les normes de la vérité et du meilleur argument, elle n’en aura pas moins interdit le débat pendant deux décennies et n’aura consenti à le laisser s’ouvrir qu’au spectacle de la plus grande crise du capitalisme. La temporalité de la macroéconomie voudra que les effets terribles de la méga-austérité européenne se fassent réellement sentir en France à partir du premier semestre 2012. Frédéric Lordon à HEC Débats - Conférence - Présidentielles 2017, Nuit Debout, Capitalisme. Frédéric Lordon au Bondy Blog : “Avec Nuit Debout, le feu n’a pas pris”

Frédéric Lordon est l’une des figures de Nuit Debout.

Frédéric Lordon au Bondy Blog : “Avec Nuit Debout, le feu n’a pas pris”

Très peu bavard dans les médias, l’économiste, directeur de recherche au CNRS, a accepté de répondre au Bondy Blog dans un long entretien. Au menu : Nuit debout, mort d’Adama Traoré, héritage de Michel Rocard. Interview. Bondy Blog : Fin mars 2016, le mouvement Nuit Debout s’est posé place de la République et s’est étendu en France voire dans d’autres pays. Exprime-t-il “la puissance de la multitude”, telle que vous la définissez dans votre livre Imperium ? Brexit : post-référendum, oligarchie triste, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 6 juillet 2016) Les Britanniques, dit-on, ont accoutumé, contemplant la mer depuis la côte de Douvres les jours de brouillard, de dire avec cet humour qui n’appartient qu’à eux que « le continent est isolé ».

Brexit : post-référendum, oligarchie triste, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 6 juillet 2016)

Mais c’est de l’humour. C’est avec le plus grand sérieux au contraire que le commentariat européiste s’est exclamé qu’après le Brexit, « le Royaume-Uni est isolé ». "L'euro, que faire ?" - Débat avec Frédéric Lordon ! Télé de Gauche Paris. Frédéric Lordon / Joan Garcés : Quelles stratégies pour le changement Politique ? Nous ne revendiquons rien, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 29 mars 2016) Les temps modernes 1/2. Les temps modernes 2/2. Et si on fermait la Bourse..., par Frédéric Lordon (Le Monde diplomatique, février 2010)

Frédéric LORDON : « J'ai peur que Podemos finisse aussi mal que Syriza » Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné… L’abonnement c’est maintenant !

Frédéric LORDON : « J'ai peur que Podemos finisse aussi mal que Syriza »

(et c’est très simple) Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas, sur lesquels nous comptons beaucoup dans cette nouvelle aventure. Mais l’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. Frédéric Lordon sur Mediapart : pour une autre Europe, faut-il sortir de l'euro ? Clarté. La question de l’euro échappera-t-elle un jour à la malédiction du FN ?

Clarté

Sans doute tout la destinait-elle à y tomber, spécialement en une époque où se mêlent toutes les confusions et toutes les hystéries, au point de rendre presque impossible le moindre débat rationnel. Mais que dire quand ce sont certains des avocats mêmes de la sortie de l’euro qui ajoutent au désordre intellectuel et, identifiés à gauche, en viennent à plaider d’invraisemblables alliances avec l’extrême-droite ? La gauche et l’euro : liquider, reconstruire. 1. L’euro interdit radicalement toute politique progressiste possible. Lordon - Hazan - A nos amis. Hors-Série - Des entretiens filmés avec de la vraie critique dedans.

Judith Bernard A l'occasion de la sortie du livre A nos amis, du Comité Invisible, le Lieu-Dit a organisé à l'automne dernier une rencontre-débat entre Eric Hazan et Frédéric Lordon. Le premier dirige La Fabrique, et se trouve être l'éditeur du Comité Invisible, depuis L'insurrection qui vient. Le second est philosophe (spinoziste) et économiste (hétérodoxe) : au delà de leur profonde amitié, ils ont, sur l'Etat et les stratégies de subversion que le Comité Invisible promeut, des opinions qui peuvent parfois diverger ; sans compter les questions et interpellations du public, vives... L'ensemble constitue un document passionnant qu'il nous a semblé essentiel de faire connaître.

C'était le 27 novembre 2014, rue Sorbier à Paris, devant un public très très nombreux, ardent, mobilisé - et impatient de passer à l'acte ! P.S : Pour accéder à la fenêtre de visualisation de l'émission, faites défiler la page vers le bas. Le crépuscule d'une époque. C’est une photo comme il y en a des milliers, certaines sympathiques, d’autres grotesques : un selfie. La régulation bancaire au pistolet à bouchon. Frédéric Lordon au Chiapas.